Cultirateau pour beaux légumes bio

Food

Visuel du projet Cultirateau pour beaux légumes bio
Checked circleRéussi
140
Contributeurs
Tuesday, July 10, 2012
Date de fin
8 064 €
Sur 7 884 €
102 %

L'Hexagone importe 50% des fruits et légumes bio ? Moi, Thomas Boonen, mûris depuis 7 ans mon projet d'installation en maraîchage biologique. Je viens de trouver les terres dans le Pas-de-Calais, il ne me reste plus qu'à m'équiper. La première pièce de mon trousseau sera un cultirateau.

Suivre et partager
Soutenu par
La Ruche qui dit Oui ! soutient le projet Cultirateau pour beaux légumes bio

Cultirateau pour beaux légumes bio

La machine qui fait tourner la terre et pousser les légumes bio...

 

Voilà trois ans que je teste grandeur nature mes compétences de jardinier biologique au Germoir, pépinière d'activités agricoles bio et rurales à Ambricourt (62). Dans cette ferme expérimentale, j'ai pu essayer toutes sortes de cultures, réussir des radis comme faire geler des poireaux. Hier en couveuse, je souhaite aujourd'hui m'installer pour de vrai. Pour cela, je dois m'équiper en matériel adapté, à commencer par un cultirateau.

 

Garantie 100% bio

Sur mes deux hectares de terre, je souhaite cultiver une grande variété de légumes et réinviter les cultures oubliées (topinambours, panais, potimarrons...). L'agriculture biologique est pour moi une philosophie, un art de vivre, une exigence. Parfois difficile, ce mode de culture appelle à l'humilité, à la sincérité.

 

Circuits courts toujours !

Mes légumes ne partiront pas en supermarchés mais dans des circuits de vente directe que je maîtrise. Tous les 15 jours, ils seront proposés aux membres parisiens de la Ruche qui dit oui ! du Comptoir général (10e), de l'Age d'Or (13e), de la Bellevilloise (20e). Les Lillois pourront aussi en profiter et les commander par newsletter. Enfin, les habitants voisins des 7 vallées seront eux aussi livrés. Dans la vie, j'aime les rapports humains simples et sincères d'où mon choix de la vente directe qui fait se rencontrer consommateurs des villes et producteurs des champs.

 

À quoi servira la collecte

 

Machine désherbage thermique, semoir tracté petite graine, repiqueuse 2 rangs, ventilateur de courges : quand on a choisi de chérir la terre, la mécanique coûte parfois plus cher que la chimie. La collecte financera l'achat de LA machine qui permet de démarrer le travail de maraîchage biologique.

 

alt

Son nom de code : cultirateau. Polyvalent, l'engin prépare la terre avec efficacité. A l'avant de la machine tirée par un tracteur, une fraise ameublit le sol sans le tasser. A l'arrière, un râteau éclate les mottes, ratisse et forme une butte, lit des futures semences (dans le jargon on appelle ça la planche). En surface, la terre fine et aérée favorise une germination rapide. En profondeur, les mottes de plus en plus grosses permettent aux plantes de prendre racine. L'outil deux en un (culti et rateau) réduit les coûts de production et allège le travail du maraîcher (et comme il manque toujours du temps pour tout faire, ce n'est pas un luxe). En un passage, la terre est prête à être ensemencée !

Si le montant requis est dépassé, je poursuivrai mon équipement : bineuse, planteuse, graines... 

 

Choisissez votre contrepartie

Pour 10 € et plus

Une belle carte postale de la machine qui dit merci dédicacée par Thomas.

  • Contributeurs : 35

Pour 40 € et plus

Votre nom gravé sur l'engin parce que la gloire commence aussi entre les pousses d'épinards.

  • Contributeurs : 35

Pour 100 € et plus

Une journée à la ferme du Hérisson, avec visite des plantations, buffet du terroir et, en prime un tour sur la machine.

  • Contributeurs : 12

Pour 200 € et plus

Une photo de la machine par la photographe Patricia Canino, impression limitée numérotée et dédicacée. Format 20 x 27 cm. www.patriciacanino.com

  • Contributeurs : 3

Faire un don

Je donne ce que je veux