Demeure

Soutenez la publication « Demeure », d’Amaury da Cunha, composée de photos prises entre 2000 et 2018, et de textes courts de Sylvie Gracia.

Visuel du projet Demeure
Réussi
121
Contributions
14/05/2018
Date de fin
5 830 €
Sur 5 000 €
116 %
Soutenu par
WIPPLAY soutient le projet Demeure

Demeure

<p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/508283/Bandeau_KKBB-1524218580.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Demeure est la quatri&egrave;me monographie photographique d&rsquo;Amaury da&nbsp;Cunha. Cet ouvrage, publi&eacute; aux &eacute;ditions h&rsquo;artpon, r&eacute;unit 46 photos prises entre 2000 et 2018 et des textes courts &eacute;crits par Sylvie Gracia.</strong></p><p>&nbsp;</p><p>De ce regard crois&eacute; d&eacute;coule un dialogue entre textes et images, sublim&eacute; par la direction artistique de <strong>Caroline Magre, co-fondatrice de&nbsp;White Paper Studio</strong>, accompagn&eacute;e par <strong>Geoffrey Saint-Martin</strong>.&nbsp;</p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/496644/simul_1-1521121578.png" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Amaury da Cunha, &eacute;crivain et photographe</strong></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Amaury da Cunha est n&eacute; &agrave; Paris en 1976. Dipl&ocirc;m&eacute; de l&rsquo;&eacute;cole nationale sup&eacute;rieure de la photographie d&rsquo;Arles en 2000, il a &eacute;crit de nombreux textes critiques sur la photographie et la litt&eacute;rature, notamment dans Le Monde des livres. </strong></p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/496662/compo3-1521124841.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p>En 2009, il publie son premier livre d&rsquo;images et de textes, <em>Saccades</em> (&eacute;d. Yellow Now). En novembre 2012, &agrave; l&rsquo;occasion de sa premi&egrave;re exposition personnelle &agrave; Paris, dans le cadre du Mois de la Photo, ils publient <em>Apr&egrave;s tout</em> (&eacute;d. Le Caillou Bleu). En 2015, son premier recueil de r&eacute;cits autour de la photographie, <em>Fond de l&rsquo;oeil</em>, sort aux &eacute;ditions du Rouergue, sous la direction de Sylvie Gracia, ainsi qu&rsquo;un troisi&egrave;me ouvrage monographique, <em>Incidences</em> (&eacute;d. Filigranes). En mars 2017, les &eacute;ditions du Rouergue (Sylvie Gracia, toujours) publient un r&eacute;cit autobiographique, <em>Histoire souterraine</em> ; en parall&egrave;le, Amaury da Cunha publie le journal en images de ce r&eacute;cit, <em>HS</em> (&eacute;d. Filigranes).</p><p>&nbsp;</p><p><strong>La monographie <em>Demeure</em> prend place au sein de ce parcours &eacute;ditorial complexe, photographique et litt&eacute;raire, et constitue le quatri&egrave;me ouvrage photos d&rsquo;Amaury da Cunha.</strong></p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/496655/compo2-1521124164.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Le projet photographique</strong></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Chez Amaury da Cunha, la photo est un r&eacute;servoir de r&eacute;cits, mais l&rsquo;on n&rsquo;est jamais vraiment certain de ce que l&rsquo;on a sous les yeux. Les images sont expressives, mais elles ne constituent pas la m&eacute;moire d&rsquo;instants clairement d&eacute;finis. Non pr&eacute;m&eacute;dit&eacute;es, elles surgissent de la r&eacute;alit&eacute;, de la rue, de voyages, de moments priv&eacute;s.</strong></p><p>&nbsp;</p><p><strong>C&rsquo;est la premi&egrave;re fois qu&rsquo;Amaury da Cunha fait appel &agrave; un &eacute;crivain autre que lui-m&ecirc;me pour accompagner ses images</strong>. Son choix s&rsquo;est port&eacute; sur Sylvie Gracia, son &eacute;ditrice au Rouergue, &eacute;galement &eacute;crivain, dont les sept romans ont paru chez Gallimard, Verdier, Verticales et Jacqueline Chambon.</p><p>&nbsp;</p><p><strong>De ce regard crois&eacute;, qui n&rsquo;est pas sans clin d&rsquo;oeil &agrave; une grande complicit&eacute; litt&eacute;raire, d&eacute;coule un dialogue intime entre textes et images</strong>, sublim&eacute; par la direction artistique de Caroline Magre, co-fondatrice du whitepapierstudio, accompagn&eacute;e par Geoffrey Saint-Martin.</p><p>&nbsp;</p><p><strong>La graphiste s&rsquo;empare d&rsquo;un puzzle d&rsquo;images non chronologiques, qu&rsquo;elle d&eacute;sarticule au sein d&rsquo;une maquette libre de toute grille</strong> ; <strong>elle aborde le texte d&rsquo;une mani&egrave;re similaire &ndash; fragments &eacute;clat&eacute;s, dissimul&eacute;s sous les plis d&rsquo;une reliure japonaise &ndash;</strong> pour donner vie &agrave; un ouvrage fin et d&eacute;licat, narratif et s&eacute;quenc&eacute;, qui rel&egrave;ve tout &agrave; la fois d&rsquo;une composition po&eacute;tique et cin&eacute;matographique.</p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/496646/simul_3-1521121936.png" /></p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/496653/IMG-7373-1521123896.png" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Note d&rsquo;intention du photographe</strong></p><p>&nbsp;</p><p>&laquo; Depuis 2008, mon travail photographique s&rsquo;est d&eacute;velopp&eacute; autour d&rsquo;un projet personnel : saisir des images qui gravitent autour de ma vie, sans qu&rsquo;elle soit repr&eacute;sent&eacute;e litt&eacute;ralement. Photographier consistait &agrave; me servir d&rsquo;un mat&eacute;riau autobiographique, transform&eacute; par les images. Se situer dans l&rsquo;intime, pas dans le priv&eacute;. De ces p&eacute;riodes photographiques, trois livres sont n&eacute;s, construits d&rsquo;une mani&egrave;re similaire : une partie d&rsquo;images, prises sur une p&eacute;riode de deux &agrave; trois ans, et des textes, positionn&eacute;s en derni&egrave;re partie, &eacute;crits pour cette circonstance.</p><p>Ce nouveau projet de livre, <em>Demeure</em>, op&egrave;re des changements radicaux pour moi. D&rsquo;une part, la p&eacute;riode photographique est beaucoup plus large : elle court de 2000 &agrave; 2018, int&eacute;grant des images orphelines qui n&rsquo;avaient, &agrave; l&rsquo;&eacute;poque, pas trouv&eacute; leur place. Je souhaitais associer des images r&eacute;centes &agrave; d&rsquo;autres, plus anciennes, primitives. Mon regard sur le monde a chang&eacute;. Les visages que j&rsquo;esquivais dans mes travaux pr&eacute;c&eacute;dents font leur apparition. D&rsquo;autre part, j&rsquo;ai souhait&eacute; refaire des images en noir et blanc, comme &agrave; mes d&eacute;buts, associ&eacute;es &agrave; d&rsquo;autres, en couleur. L&rsquo;effet recherch&eacute; consiste &agrave; t&eacute;lescoper des p&eacute;riodes &eacute;loign&eacute;es, &agrave; confronter des diff&eacute;rences, &agrave; construire aussi une continuit&eacute; entre ces motifs qui ne cessent de provenir de la m&ecirc;me origine : la vie, aussi complexe soit-elle. &raquo;</p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/497335/montagecaro-1521288766.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Fiche descriptive du livre</strong></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Demeure, d&rsquo;Amaury da Cunha, publication en mai 2018.<br />&mdash; 46 photographies in&eacute;dites r&eacute;alis&eacute;es entre 2000 et 2018.</strong></p><p>Format : 17 &times; 23 cm | 136&nbsp;pages (68 plis japonais)<br />Reliure : souple avec rabats<br />ISBN : 979-10-95208-16-7<br />Imprim&eacute; sur Munken print white 100 gr et 300 gr.</p><p>&nbsp;</p><p><strong>Le livre</strong></p><p>&nbsp;</p><p><strong>L&rsquo;ouvrage est construit &agrave; partir d&rsquo;une s&eacute;lection photographique non th&eacute;matique, m&ecirc;lant couleur et noir et blanc, nourrie d&rsquo;images r&eacute;alis&eacute;es au cours des 18 derni&egrave;res ann&eacute;es (2000-2018). </strong></p><p>&nbsp;</p><p>Il s&rsquo;agit de photographies &laquo; autographiques &raquo;, selon la formule de Jean-Bertrand Pontalis : &laquo; &eacute;crire &agrave; partir de sa vie et non sur sa vie &raquo;.</p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/496681/compo5-1521126551.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Chez Amaury da Cunha, les photographies sont plut&ocirc;t id&eacute;es, &eacute;vocations, &eacute;nigmes, myst&egrave;res</strong>. Ce livre de photos arrive apr&egrave;s deux livres d&rsquo;&eacute;criture (<em>Fond de l&rsquo;oeil </em>et <em>Histoire souterraine</em>), dans lesquels le photographe &laquo; r&eacute;v&egrave;le &raquo; le gouffre familial au dessus duquel il a b&acirc;ti son travail artistique ces derni&egrave;res ann&eacute;es : le suicide de son fr&egrave;re survenu en 2009.</p><p>&nbsp;</p><p><em>Demeure</em> semble &eacute;voquer une forme de r&eacute;conciliation, d&rsquo;ach&egrave;vement du deuil, apr&egrave;s plusieurs publications laissant dans l&rsquo;ombre ces &eacute;preuves intimes. <strong>Ce titre, <em>Demeure</em>, &eacute;voque une id&eacute;e d&rsquo;&eacute;quilibre personnel retrouv&eacute;, de reconstitution physique et psychologique de la cellule familiale, de &laquo; socle &raquo; sur lequel faire reposer pass&eacute; et avenir</strong>. La s&eacute;quence photographique d&eacute;bute par le portrait du fr&egrave;re disparu, se cl&ocirc;ture par la photo du p&egrave;re ; elle donne &agrave; voir les autres membres de la famille (la m&egrave;re, la soeur). Des photos dat&eacute;es d&rsquo;il y a plus de 15 ans jaillissent au milieu de photos r&eacute;alis&eacute;es tr&egrave;s r&eacute;cemment, jusqu&rsquo;&agrave; janvier 2018 ; des images refoul&eacute;es, longtemps &laquo; orphelines &raquo;, ressurgissent et orchestrent le parcours, se r&eacute;v&eacute;lant r&eacute;solument contemporaines.</p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/496694/37_5_x_50_chassis_afl-1521128081.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Les 46 photos associ&eacute;es au sein de l&rsquo;ouvrage construisent un r&eacute;cit possible : leur orchestration, comme toute narration, fait naitre du sens dans leur d&eacute;roul&eacute;. Il est question d&rsquo;un d&eacute;voilement progressif, renforc&eacute; par la pr&eacute;sence discr&egrave;te de courts textes de Sylvie Gracia, &eacute;crits &agrave; partir de discussions avec le photographe.</strong></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Les &eacute;crits de l&rsquo;auteur, fragment&eacute;s parmi les images et positionn&eacute;s &agrave; l&rsquo;int&eacute;rieur des plis japonais, se d&eacute;voilent par transparence</strong>. Par leur forme, ils s&rsquo;opposent aux textes th&eacute;oriques qui introduisent souvent les livres de photos. Sylvie Gracia se saisit des &laquo; histoires de photos &raquo;, t&eacute;moigne du fait que quelque chose a eu lieu, emploie les mots comme une caisse de r&eacute;sonance &agrave; des significations cach&eacute;es. Que se cache-t-il dans l&rsquo;intimit&eacute; des images, et sous la transparence des pages qui r&eacute;v&egrave;le d&eacute;licatement les textes ?</p><p>&nbsp;</p><p><strong>Note d&rsquo;intention de Caroline Magre, directrice artistique</strong></p><p>&nbsp;</p><p>&laquo; Le travail d&rsquo;Amaury da Cunha, pr&eacute;sent&eacute; dans ce projet de livre nous a permis d&rsquo;imaginer avec Caroline Perreau une forme bien particuli&egrave;re qui nous permet de mettre en avant l&rsquo;aspect po&eacute;tique du travail du photographe. En effet, &agrave; l&rsquo;inverse de certains livres photographiques, la particularit&eacute; de ce travail r&eacute;side &agrave; la fois dans la temporalit&eacute; des images (certaines tr&egrave;s anciennes et d&rsquo;autres du mois dernier) mais aussi dans le lien qui op&egrave;re entre des images pourtant parfois tr&egrave;s diff&eacute;rentes.</p><p>Ce livre est con&ccedil;u comme une balade, un ordre qui n&rsquo;impose pas une lecture du d&eacute;but &agrave; la fin, le livre peut se lire et s&rsquo;ouvrir selon l&rsquo;envie de chacun. La tension r&eacute;side dans le chaos, la force des images, dans ce qu&rsquo;elles ont de secret. Le photographe nous donne &agrave; voir mais ne nous donne pas les cl&eacute;s. C&rsquo;est autour de cette id&eacute;e que nous avons voulu travailler la maquette, autour du secret : le secret amoureux, familiale, intime.</p><p>Le texte r&eacute;dig&eacute; par Sylvie Gracia &agrave; partir d&rsquo;entretiens avec Amaury da Cunha va dans ce sens. L&rsquo;auteur a r&eacute;colt&eacute; des id&eacute;es intimes du photographe, qui se livre plus ou moins, mais sans v&eacute;ritablement d&eacute;voiler les choses. Nous avons pu nous appuyer sur cette id&eacute;e pour imaginer cette reliure &agrave; la japonaise dans laquelle se glissent les textes, &eacute;crits en tout petit, difficiles &agrave; lire, mais pr&eacute;sents, sans ordre, sans volont&eacute; de narration.</p><p>La mise en page des images est volontairement construite sans grille visible, non syst&eacute;matis&eacute;e, les images sont pos&eacute;es, le format assez petit, le texte isol&eacute; pour &eacute;viter la confrontation et la notion de l&eacute;gendes. Cette forme simple nous semblait la plus juste pour ce travail. La disparit&eacute; des images et des id&eacute;es &eacute;voqu&eacute;es dans le texte tend &agrave; &eacute;liminer tout &eacute;l&eacute;ment graphique superficiel, pour ne jamais alt&eacute;rer le travail du photographe, pour d&eacute;voiler sans donner les cl&eacute;s de ce grand secret d&rsquo;un long bout de vie. &raquo;</p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/496832/simul_4-1521180301.png" /></p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/496833/Capture_d__cran_2017-07-18___10.42.09-1521180506.png" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Sylvie Gracia, &eacute;ditrice et &eacute;crivaine</strong></p><p>&nbsp;</p><p>N&eacute;e en 1959, Sylvie Gracia m&egrave;ne depuis plus de vingt ans une double carri&egrave;re d&rsquo;&eacute;ditrice et d&rsquo;&eacute;crivaine &ndash; et vit sa passion pour la photographie en dilettante assum&eacute;e. Elle cr&eacute;e en 1998 au sein des &eacute;ditions du Rouergue (maison associ&eacute;e d&rsquo;Actes Sud) une collection litt&eacute;raire connue sous l&rsquo;appellation &laquo; la brune &raquo;, publiant moins d&rsquo;une dizaine de titres par an, reconnue pour son exigence et son &eacute;clectisme.</p><p>&nbsp;</p><p>Son propre travail d&rsquo;&eacute;crivaine a &eacute;t&eacute; accueilli par Gallimard, d&rsquo;abord dans la collection L&rsquo;Arpenteur (<em>Les nuits d&rsquo;Hitachi</em>, 1999 ; <em>L&rsquo;&eacute;t&eacute; du chien</em>, 1996), puis chez Verticales (<em>Une parenth&egrave;se espagnole</em>, 2009 ; <em>Regarde-moi</em>, 2005), ainsi que chez Verdier (<em>L&rsquo;ongle rose</em>, 2002) et d&eacute;sormais Actes Sud, dans la collection litt&eacute;raire dirig&eacute;e par Jacqueline Chambon (<em>Mes clandestines</em>, 2015 ; <em>Le livre des visages</em>, 2012). Son &eacute;criture la porte du c&ocirc;t&eacute; de l&rsquo;intime, r&eacute;cits romanc&eacute;s ou &agrave; vif, au plus proche des r&eacute;alit&eacute;s contemporaines, dont l&rsquo;un d&rsquo;entre eux, <em>Le livre des visages</em>, est un journal m&ecirc;lant photos et textes, tenu d&rsquo;abord sur Facebook.</p><p>&nbsp;</p><p><strong>Note d&rsquo;intention de Sylvie Gracia, auteure</strong></p><p>&nbsp;</p><p>&laquo;&nbsp;Ce qui me s&eacute;duit, dans les photos d&rsquo;Amaury da Cunha, c&rsquo;est qu&rsquo;elles soient arrach&eacute;es au r&eacute;el, et qu&rsquo;elles le transforment en r&eacute;el &eacute;nigmatique. Quelque chose a eu lieu, mais quoi ? Aucune l&eacute;gende n&rsquo;&eacute;lucide jamais ses images, noms et dates. Tout l&rsquo;enjeu d&rsquo;&eacute;criture est donc d&rsquo;accompagner cette suite photographique, dans un &eacute;quilibre complexe entre dissimulation et d&eacute;voilement.<br />Nous avons longuement discut&eacute;, Amaury et moi, sur ses photographies, et pour la premi&egrave;re fois il m&#39;a r&eacute;v&eacute;l&eacute; les &lsquo;histoires&rsquo; de ses photos : dans quelles circonstances elles ont &eacute;t&eacute; prises, qui sont ces gens, ces lieux, quelle signification &agrave; ce geste, comment elles r&eacute;sonnent dans le regard qu&rsquo;il porte actuellement sur son propre parcours, personnel et photographique.<br />Loin de toute lecture surplombante, critique et explicative, mes courts fragments (d&rsquo;une ligne &agrave; moins de dix &ndash; certaines images pourraient aussi en &ecirc;tre vierges) vont se glisser en dessous des images : ce sera une voix souterraine, &lsquo;off&rsquo;, tissant un fil possible dans ce r&eacute;cit subjectif en images. Non pas une &eacute;lucidation forc&eacute;e, qui d&eacute;terminerait pour le lecteur le sens &agrave; donner &agrave; cette suite d&rsquo;images, mais une voix en &eacute;clats, qui nous parlera de deuil, de d&eacute;sir, de rapports aux femmes, d&rsquo;&eacute;tranget&eacute; des paysages. Autant de th&eacute;matiques qui me sont sensibles pour &ecirc;tre la trame de mes propres livres. Par ces quelques phrases en transparence montera une nouvelle couche d&rsquo;&eacute;motion, fid&egrave;le &agrave; celle qui a donn&eacute; naissance, chez Amaury, &agrave; chacune de ces photos, et &agrave; l&rsquo;&eacute;laboration de ce livre-l&agrave;.&nbsp; &raquo;</p><p>&nbsp;</p><p><strong>Lancement du livre</strong></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Le livre <em>Demeure</em> sera pr&eacute;sent&eacute; pour la premi&egrave;re fois en pr&eacute;sence de tous ses contributeurs&nbsp;&agrave; l&rsquo;occasion d&rsquo;un &eacute;v&eacute;nement de lancement organis&eacute; &agrave; la Maison Auguste Comte, &agrave; Paris (6e).</strong><br />&mdash; date envisag&eacute;e : jeudi 17 mai. R&eacute;servez votre soir&eacute;e, nous vous pr&eacute;viendrons tr&egrave;s prochainement d&#39;ajustements &eacute;ventuels !</p><p>&nbsp;</p><p><strong>Les contributeurs du projet</strong></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Amaury da Cunha</strong>, photographe : <a target="_blank" href="http://www.amaurydacunha.com">www.amaurydacunha.com</a></p><p><strong>Sylvie Gracia</strong>, auteure&nbsp;</p><p><strong>Caroline Magre</strong> et <strong>Geoffrey Saint-Martin</strong> : <a target="_blank" href="http://www.whitepapierstudio.com/">www.whitepapierstudio.com</a></p><p><strong>Les &eacute;ditions h&#39;artpon </strong>| Caroline Perreau : <a target="_blank" href="http://www.hartpon-editions.com">www.hartpon-editions.com</a></p>

À quoi servira la collecte

<p><strong>Nous souhaitons concourir aujourd&rsquo;hui &agrave; la cr&eacute;ation d&rsquo;une publication de tr&egrave;s belle facture visant &agrave; valoriser et diffuser l&rsquo;oeuvre photographique d&rsquo;Amaury da Cunha (s&eacute;lection de 46&nbsp;photographies in&eacute;dites r&eacute;alis&eacute;es entre 2000 et 2018).</strong></p><p>&nbsp;</p><p>Les &eacute;ditions h&rsquo;artpon s&rsquo;associent &agrave; la directrice artistique Caroline Magre (White Papier Studio) pour concevoir et maquetter un ouvrage comprenant 136 pages (68&nbsp;plis japonais) et tir&eacute; &agrave; 800 exemplaires.</p><p>&nbsp;</p><p><strong>La collecte permettra le financement d&#39;une partie de la fabrication, de l&rsquo;impression et de la cr&eacute;ation graphique du livre&nbsp;(800 exemplaires).</strong></p><p><strong><u>Budget global du projet</u>&nbsp;: 14 000 &euro;.</strong></p><p>Comprenant : le travail &eacute;ditorial - la direction artistique et la maquette - les droits d&#39;auteurs - la pr&eacute;paration des images - l&#39;achat de papier, l&#39;impression, la fabrication, la r&eacute;daction, la correction et la relecture.</p><p><strong>&nbsp;</strong></p><p><u><strong>Les fonds seront directement revers&eacute;s aux &eacute;ditions</strong></u>&nbsp;:&nbsp;h&#39;artpon&nbsp;est une maison d&#39;&eacute;dition ind&eacute;pendante qui se consacre &agrave; la cr&eacute;ation et &agrave; la diffusion de projets &eacute;ditoriaux vou&eacute;s &agrave; la promotion d&#39;artistes dans le domaine des arts visuels (photographie, art urbain, illustration).</p><p>&nbsp;</p><p>Votre contribution nous aidera &agrave; concr&eacute;tiser un projet in&eacute;dit, qui posera une nouvelle pierre &agrave; la bibliographie d&#39;Amaury da Cunha&nbsp;et &agrave; l&#39;&eacute;dification de l&#39;histoire de la photographie contemporaine.</p><p>&nbsp;</p><p><strong>On compte sur vous !</strong></p>

Contreparties

10 €

  • 6 contributions
Nos remerciements chaleureux et une invitation par email à l'événement de lancement du livre à la Maison Auguste Comte à Paris !

Livraison estimée : mai 2018

35 €

  • 93 contributions
( frais d'envoi offerts ! ) Le livre «Demeure», dédicacé par Amaury da Cunha ; et une invitation par email au lancement du projet.

Livraison estimée : mai 2018

70 €

  • 5 contributions
( frais d'envoi offerts ! ) Le livre «Demeure», dédicacé par Amaury da Cunha et Sylvie Gracia, ainsi que le livre «L’ongle rose», de Sylvie Gracia, dédicacé par Sylvie Gracia, et le livre «Histoire souterraine», d'Amaury da Cunha, dédicacé par Amaury da Cunha. Soit la littérature du photographe publié par son éditrice Sylvie Gracia, et le présent livre de photos où celle-ci est l'auteure des textes, + un récit littéraire écrit par elle... Le tout dédicacé. Vous me suivez ?

Livraison estimée : mai 2018

80 €

  • 7 contributions
2 exemplaires du livre «Demeure», dédicacés par Amaury da Cunha. L'un est pour vous, l'autre pour offrir à la personne de votre choix. Demandez une dédicace personnalisée pour un cadeau vraiment unique !

Livraison estimée : mai 2018

210 €

  • 5 contributions
( frais d'envoi offerts ! ) «Demeure», dédicacé par Amaury da Cunha, + 1 tirage signé et numéroté en 30 exemplaires au format 16x22cm (cf. photo).

Livraison estimée : mai 2018

210 €

    ( frais d'envoi offerts ! ) «Demeure», dédicacé par Amaury da Cunha, + 1 tirage signé et numéroté en 30 exemplaires au format 16x22cm (cf. photo).

    Livraison estimée : mai 2018

    210 €

    • 1 contribution
    ( frais d'envoi offerts ! ) «Demeure», dédicacé par Amaury da Cunha, + 1 tirage signé et numéroté en 30 exemplaires au format 16x22cm (cf. photo).

    Livraison estimée : mai 2018

    380 €

      ( frais d'envoi offerts ! ) «Demeure», dédicacé par Amaury da Cunha, + 2 tirages signés et numérotés en 30 exemplaires au format 16x22cm (au choix parmi les 3 images précédentes).

      Livraison estimée : mai 2018

      600 €

        ÉDITION DE LUXE - COLLECTOR (numéroté, 5 exemplaires disponibles et uniques / visuel à titre indicatif). «Demeure», dédicacé par Amaury da Cunha, dans un fourreau Deluxe, + 3 tirages signés et numérotés en 30 exemplaires au format 16x22cm (soit les 3 images précédentes).

        Livraison estimée : mai 2018

        Faire un don

        Je donne ce que je veux