Droit dans le mur

Relooker le campus de l’Ecole Centrale en en faisant le terrain de jeu des street artists.

Visuel du projet Droit dans le mur
Réussi
72
Contributions
13/11/2014
Date de fin
1 345 €
Sur 1 250 €
108 %

Droit dans le mur

<p> <i>" Ca m'est égal d'être laide ou belle. Il faut seulement que je plaise aux gens qui m'intéressent." </i>Boris Vian, extrait de l'Herbe Rouge.</p> <p>  </p> <p> On va tout de même essayer de faire en sorte que ça soit beau, mais surtout que ça plaise. À tous les élèves de l'Ecole Centrale Paris, son personnel et à tous les habitants des communes alentours.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="10647004_692489670833227_6956857750694216711_n-1411473209" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/122029/10647004_692489670833227_6956857750694216711_n-1411473209.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Nous sommes le <strong>Bureau des Arts</strong> de l’Ecole Centrale Paris, d’où Boris Vian, écrivain, chanteur et trompinettiste sortit ingénieur en 1942. Notre association étudiante a pour vocation de proposer aux élèves Centraliens un accès privilégié vers l’art et la culture. Revue collaborative, sorties culturelles, billetterie à prix réduits, et surtout des événements organisés sur le campus même de l’Ecole : tous les moyens sont bons pour introduire un peu de fantaisie dans le milieu carré et rationnel des ingénieurs !</p> <p>  </p> <p> Et pour notre prochain projet, nous avons voulu voir plus grand que jamais à l’Ecole Centrale : <strong>une transformation totale du campus par les arts</strong>.</p> <p>  </p> <p> Au départ, c’était juste une idée au sein de notre festival <strong><em>Ap(art)és</em>, la semaine des arts de Centrale</strong> : « Pourquoi pas inviter quelques graphistes à l’Ecole ? On pourrait étendre deux ou trois toiles d’expression dans le campus, où on les laisserait « tagger », rien de plus. » C’était au mois de mai.</p> <p>  </p> <p> Nous voici en septembre, et les choses ont bien changé ! Pendant ces quatre mois, nous avons osé pousser un peu plus loin cette petite idée de S<em>treet Art</em>, puis encore un peu plus loin, jusqu’à imaginer <em><strong>Droit dans le mur</strong>.</em><strong> </strong></p> <p>  </p> <p> <strong>Le concept : inviter des <em>street artists</em> à investir les murs des bâtiments pour exprimer pleinement leur art, et transformer le campus en un véritable musée ! </strong></p> <p>  </p> <p> Après avoir recueilli non seulement l’approbation mais l’enthousiasme à la fois de la direction de l’Ecole et de la résidence, les deux principaux acteurs du campus ; après avoir contacté plus d’une dizaine de <em>street artists, </em>dont quelques-uns, parmi les plus prestigieux sur la scène actuelle (voir ci-dessous), se sont montrés partants pour nous accompagner, notre projet a pris une ampleur sans comparaison avec ce que nous espérions.</p> <p>  </p> <p> Avec<i> <strong>Droit dans le mur</strong>,</i> nous avons aujourd'hui la chance d’accomplir une action <strong>réellement pérenne</strong>, qui embellisse le quotidien de tous les <strong>élèves</strong> Centraliens mais aussi de tout le <strong>personnel </strong>de l'école et de tous les<strong> habitants </strong>des municipalités alentours (Châtenay-Malabry, Sceaux, Antony...) en faisant des locaux de l’Ecole<strong> </strong>un vrai musée<strong>,</strong> et qui porte haut et fort les couleurs de l’Art, cet art pour lequel nous nous battons.</p> <p>  </p> <p> <a href="http://www.ecp.fr/files/content/shared/files/bannieres_a_partage/Header_Homepage_campus.jpg" target="_blank"><img alt="" src="http://www.ecp.fr/files/content/shared/files/bannieres_a_partage/Header_Homepage_campus.jpg"></a></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>LES ARTISTES</strong></p> <p>  </p> <p> Notre principale ambition pour <em>Droit dans le mur</em> a été de contacter des artistes aux styles résolument différents, d’horizons artistiques et géographiques différents. Il ne s’agit pas de détruire l’unité architecturale du campus mais au contraire de proposer un maximum de nuances et de contrastes au sein de cette même unité. Le <em>street art</em> se définit d’abord comme une réinvention de l’environnement urbain, avant d’en être une modification.</p> <p>  </p> <p> Voici un panorama de ceux que nous avons contactés et qui nous ont encouragés dans notre démarche. </p> <p>  </p> <p> <em>C215</em></p> <p>  </p> <p> Artiste pochoiriste, C215 s’adonne essentiellement à la représentation de portraits. Personnes connues ou pas, il voyage à travers le monde et décore les murs des plus grandes villes. Très reconnu à Paris, il est le premier à s’être montré désireux de venir à l’Ecole Centrale.</p> <p>  </p> <p> <a href="http://media-cache-ak0.pinimg.com/736x/d5/68/90/d5689019c79eabfaa29db28d27d0c7f1.jpg" target="_blank"><img alt="" src="http://media-cache-ak0.pinimg.com/736x/d5/68/90/d5689019c79eabfaa29db28d27d0c7f1.jpg"></a></p> <p>  </p> <p> Par ailleurs, très récemment, le CEA (Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives) de Saclay l’a invité pour investir leurs locaux. C’est un très bel exemple d’ouverture scientifique sur le monde artistique.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Henri-becquerel-peint-par-c215_portrait_w858-1411473526" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/122031/Henri-Becquerel-peint-par-C215_portrait_w858-1411473526.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <em>BTOY</em></p> <p>  </p> <p> Femme dans un monde essentiellement masculin, BTOY se consacre elle aussi aux portraits, plus particulièrement à des femmes ayant marqué leur temps, d’une manière ou d’une autre.  « <em>Des femmes qui ont transgressé et remis en question certaines normes.», </em>dit elle dans une interview parue dans Citazine.<em>  Amy Winehouse, Elizabeth Taylor, Louise Brooks, … </em>Elle <em>« cherche le caractère dont elles ont fait preuve, cette envie d'enfreindre les règles, cette affirmation de l'individualité contre la société de masse. » </em>Tout cela avec une utilisation des couleurs et des contrastes saisissante.<em> </em></p> <p>  </p> <p> Il nous paraît très intéressant de tracer ici un parallélisme entre le monde des graffeurs et le monde des ingénieurs. Il semble que dans les deux règne une sorte de prédominance numéraire masculine. Cet « <em>hommage</em> » à la gent féminine serait, nous le pensons, un sujet très intéressant à exploiter au sein de nos bâtiments. C’est pourquoi BTOY nous semble être un autre exemple d’artiste tout indiqué pour notre manifestation.</p> <p>             </p> <p> <a href="http://www.scgallery.es/files/gimgs/32_miriam-makeba-btoy-2013sc-w.jpg" target="_blank"><img alt="" src="http://www.scgallery.es/files/gimgs/32_miriam-makeba-btoy-2013sc-w.jpg"></a></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <em>JR</em></p> <p>  </p> <p> Un artiste intéressant : JR, graphiste français d’origine tunisienne, reconverti photographe, s’est illustré depuis le début des années 2000 par son activisme, notamment dans le conflit israélo-palestinien, dont il veut dénoncer l’absurdité. En 2011, il lance le <em>Inside Out Project, </em>un projet artistique à échelle mondiale : il incite <strong>chaque communauté</strong> voulant faire passer un message à lui envoyer des photos, dont il tire des posters.</p> <p>  </p> <p> Nous aimerions, au BdA, contribuer à l’<em>Inside Out Project. </em>En collaboration avec <i>Centrale Num, </i>le club-photo de notre établissement, nous réunirons<strong> tous ceux qui croient </strong>au pouvoir de l’art, et nous afficherons leurs photographies sur les murs de notre école, de la même manière que JR l'a fait dans des circonstances parfois plus délicates. </p> <p>  </p> <p> <a href="http://www.bulkka.com/wp-content/uploads/2012/06/JR-inside-out-project-TED-Prize-2011-yatzer-12-e1338576733381.jpg" target="_blank"><img alt="" src="http://www.bulkka.com/wp-content/uploads/2012/06/JR-inside-out-project-TED-Prize-2011-yatzer-12-e1338576733381.jpg"></a></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Ce ne sont cependant pas les seuls. Les liens suivants vous mèneront aux autres artistes potentiels déjà contactés : </p> <p>  </p> <p> <a href="http://fkdl.com" target="_blank">FKDL</a></p> <p> <a href="http://cargocollective.com/francescobouhbal" target="_blank">Francesco</a></p> <p> <a href="http://www.artmajeur.com/fr/artist/imarty" target="_blank">Isabelle Arty</a></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Nous sommes déjà en contact avec ces artistes qui ont <strong>accepté</strong> de collaborer. Il faut savoir qu’ils font parties des <em>Street Artists</em> <strong>les plus reconnus</strong> de la scène parisienne, qu’ils exercent partout dans le monde, et que c’est un honneur pour nous de les accueillir. Bien d'autres viendront les rejoindre !</p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>                                             <strong>-----------------------------------------------------------------</strong></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>L'ESPACE EXPO</strong></p> <p>  </p> <p> La transformation du campus ne s’arrêtera pas là : outre les murs qui seront investis de façon permanente par les <em>street artists</em>, nous avons pensé à un <strong>espace d’exposition temporaire</strong>, où nous exposerions des peintres et sculpteurs de la scène parisienne. </p> <p>  </p> <p> De nombreux artistes sont déjà très intéressés, dont Vicenta Valenciano, Francesco, Isabelle Martyr, Manuel Antonio Rodriguez, AnnaO, les sculpteurs de "Le Chêne", ...</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Rappelons encore que <em>Droit dans le mur</em> s'inscrit à part entière dans notre festival <em>Ap(art)és</em>, qui célèbre tous les arts, même non picturaux : ainsi ce sont des spectacles, concerts, défilés de modes, qui animeront durant la semaine le campus métamorphosé.</p> <p>                                    </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p>

À quoi servira la collecte

<p> Le <em>BdA</em> est bien entendu une association d'élèves <strong>bénévoles</strong>. L'entièreté de l'argent récolté sera utilisé dans le projet même, et personne ne s'en mettra plein les poches ! </p> <p>  </p> <p> Notre objectif pour <em>Droit dans le mur </em>est d'investir au minimum 4 murs de taille suffisante pour qu'ils soient visibles par tous, et ce avec des artistes de qualité. Cela implique dès lors un budget non négligeable à débloquer.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Le budget que nous avons établi est le suivant :</p> <p>  </p> <p> Artistes ---------------------------------- 4000 € (à raison d'environ 1000 € par artiste)</p> <p>  </p> <p> Matériel --------------------------------- 1000 €</p> <p>  </p> <p> Frais supplémentaires -------------- 300 €</p> <p> (déplacement, nourriture)</p> <p>  </p> <p> <strong>TOTAL</strong> ----------------------------------- <strong>5300 €</strong></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> De toute évidence, nous ne dépendons pas uniquement du financement participatif pour notre projet. De <strong>nombreux organismes nous ont déjà fait confiance</strong> en nous accordant des subventions (Crous de Versailles, Fondation Centrale Paris Développement, LMDE)</p> <p>  </p> <p>  </p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux