Film Médiéval - Un monde nouveau

Prenez part à la création d'un film médiéval qui nous invite à nous questionner sur notre présent !

Visuel du projet Film Médiéval - Un monde nouveau
7
Contributeurs
15 jours
Restants
428 €
Sur 1 400 €
31 %
Autoproduction
culturelle
Éducation
Changer
de vie

Film Médiéval - Un monde nouveau

Le projet en 2 mots :

Un monde nouveau est un court-métrage de moins de 5 minutes qui invite le spectateur à changer sa vision du moyen âge et à s'interroger sur les craintes de l'avenir que nous ressentons aujourd'hui et qui sont étrangement proches de celles des Français du XVème siècle.

Tournage en Juin 2021 !!

(La vidéo présente le story board du film qui sera tourné avec un acteur dans une abbaye)

Synopsis :

Par une froide nuit d’hiver dans un scriptorium, un moine âgé de 45 ans écrit ses réflexions sur les bouleversements que vit la société de la fin du moyen âge. Ses préoccupations et sa crainte de l’avenir sont étrangement proches du sentiment qui anime les peuples du XXIème siècle confrontés, eux aussi, à un nouvel ordre mondial.

 

Lieu de tournage potientiel.

Note d'intention du réalisateur :

Alors que dans l’imaginaire populaire le moyen âge constitue une époque obscure, violente et miséreuse, il est frappant de constater au travers du film que cette image n’aurai en aucun cas été partagée par nos ancêtres ayant vécus cette période. La littérature de la fin du moyen âge (XVème siècle) abonde de craintes liées à l’avenir et au nouvel ordre qui se fait jour. Le monde change alors rapidement et les acquis qui constituent le socle de la société du moyen âge depuis des siècles sont remis en cause. 

- L’exemple le plus criant est constitué par l’effondrement du système féodal. Le transfert des pouvoirs des seigneurs locaux vers le Roi s’accélère. Cette exode des pouvoirs vers des régions perçues comme lointaines fait écho à ce sentiment de perte de contrôle que nous pouvons ressentir au XXIème siècle : Des responsabilités sont transférées vers des institutions mondiales, des sociétés privées internationales ou des institutions Européennes.

- La fin du moyen âge constitue le début d’un petit âge glaciaire qui durera plusieurs siècles. Bien que de cause différente du réchauffement que nous connaissons aujourd’hui, cet évènement climatique est un écho au phénomène que nous vivons. Nous ne pouvons que comprendre le sentiment qu’ont dû éprouver les femmes et les hommes du moyen âge confrontés à une altération de leur climat.

- L’invention du moulin à eau est l’avancée technique la plus importante du moyen âge. Une révolution technique qui a participé à l’essor économique et à la prospérité des peuples. Pourtant, peu de livres d’histoire mentionnent la destruction massive d’emplois engendrée par l’apparition de ces moulins. Ce qui est désormais réalisé par le bras mécanique du moulin l’était auparavant par une foultitude d’hommes. La société s’est adaptée et de nouveaux types d’emplois se sont créés. Il est touchant de réaliser qu’un Français du moyen âge et un Français du XXIème siècle confronté, lui, à l’automatisation des moyens de production,  pourraient finalement partager leurs craintes de l’avenir sur des sujets qui nous sont bien plus familiers que ce que l’imaginaire collectif nous laisse penser. 

Le film invite le spectateur à se demander si, au fond, les craintes que nous ressentons face à la transformation de notre monde n’ont pas été partagées de tous temps. A chaque époque, la précédente semble avoir été meilleure. Aujourd’hui, la majorité s’accorde pourtant sur un point : notre société est préférable à celle du moyen âge.

Maxime PINCHAUD (Le Réalisateur)

Dessins du chef décorateur représentant le pupitre du moine qui sera construit.

Diffusion du film :

Le film sera présenté au festival de Cannes, au festival de Clermont-Ferrand et dans d'autres festivals. Il sera également proposé à des diffuseurs VOD et à des chaines de télévision.

Story Board :

Découvrez ci-dessous le story board du film.

Biographie du réalisateur :

Passionné de cinéma depuis toujours, Maxime PINCHAUD, réalise son premier court métrage à l’âge de 20 ans et 2011 et participe alors au marché du film du festival du court-métrage de Clermont-Ferrand. En 2016, il réalise « Une impression de déjà-vu », un court-métrage sur la maladie d’Alzheimer que l’association France Alzheimer diffuse aujourd’hui régulièrement au cours de conférences de sensibilisation.

Diplômé ingénieur en aérospatial en 2016, il conjugue ses deux passions en travaillant au sein du centre européen d’entrainement des astronautes de l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Il travaille sur plusieurs projets audiovisuels dont la vidéo d’annonce du nouvel astronaute européen Matthias Maurer, un documentaire sur la mission de Timothy PEAKE diffusé à Londres à l’occasion du retour sur terre de l’astronaute Britannique et participe à l’entrainement de Thomas PESQUET pour sa mission de 2017.

L'équipe du film :

Chef décorateur : Boris VAN OVERTVELDT, Fort d'une expérience de 15 ans comme chef décorateur, Boris a réalisé les croquis du pupitre de moine et construira lui même les meubles médiévaux.

Producteur exécutif : Julien MARTINEZ

Compositeur de la musique originale : Thibault COHADE https://www.thibaultcohade.com

Dessin du story board : Céline BOURASSET

Filmographie du réalisateur (Maxime PINCHAUD) :

Je suis toujours là (2021, En compétition au Nikon Film Festival 2021) :

https://www.festivalnikon.fr/en/video/2020/1281

Une impression de déjà-vu (2016) :

https://www.youtube.com/watch?v=DXB-JfD2YgY

À quoi servira la collecte

Le film est produit par l'association "L'espace d'un court". Il s'agit d'une association loi 1901 à but non lucratif ayant pour but de soutenir la création cinématographique.

La collecte permettra de financer le film, de la location de la caméra à la location du camion pour transporter le matériel. Le détail des postes de dépense est spécifié ci-dessous.

Budget prévisionnel du film :

 

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux