Financez le documentaire sur "Madame Butterfly" à Sanxay

Si on finance ce film, il sera projeté, lors d'une soirée spéciale documentaires, cette année pendant le festival.

Visuel du projet Financez le documentaire sur "Madame Butterfly" à Sanxay
Échoué
0
Contribution
04/06/2015
Date de fin
1 275 €
Sur 4 000 €
31 %

Financez le documentaire sur "Madame Butterfly" à Sanxay

<p>  </p> <p> En 2013, les Soirées Lyriques de Sanxay, ont produit le célèbre opéra de Puccini, Madame Butterfly.  </p> <p> L'équipe d'<a href="http://www.imagesdecoutes.org/" target="_blank">images d'écoutes</a> était présente pendant les préparatifs, pour tourner un film sur les coulisses du spectacle, mise en scène par <em>Mario Pontiggia</em> et dirigé par <em>Didier Lucchesi</em>.   </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u><strong>Le festival </strong></u></p> <p>  </p> <p> L'association des Soirées Lyriques de Sanxay compte plus de 200 bénévoles, dont la majorité habitent le village. Leurs tâches sont multiples : création des décors, couture, billetterie, accueil du public...</p> <p> <img alt="B3_001-1428507671" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/183919/b3_001-1428507671.jpg"></p> <p>  </p> <p> Les spectacles ont lieu dans le <strong>théâtre antique du site gallo-romain de Sanxay</strong>.  En une quinzaine d'années, le festival de Sanxay est devenu une des<strong> principales scènes lyriques française</strong> de plein air, après Aix-en-Provence et Orange. Le cadre et l’acoustique du sitesont exceptionnels. La qualité artistique est reconnue. <a href="http://www.forumopera.com/spectacle/douce-nuit-que-detoiles%C2%A0%C2%A0" target="_blank">http://www.forumopera.com/spectacle/douce-nuit-que-detoiles  </a></p> <p>  </p> <p> La démocratisation de l'opéra et l'accès à la culture pour tous sont des valeurs portées par l'association des <a href="http://www.operasanxay.fr/" target="_blank">Soirées Lyriques</a>. Ce documentaire fera découvrir au plus grand nombre, les coulisses d'un univers souvent inconnu, celui de l'opéra.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="B_001-1428575102" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/184221/B_001-1428575102.jpg"></p> <p>  </p> <p> <img alt="8_001-1428575153" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/184223/8_001-1428575153.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u><strong>Le film</strong></u></p> <p>  </p> <p> Le film est un documentaire "graphique" de 40 minutes.</p> <p> Il évoque  les derniers moments de répétitions et le off du spectacle. Entre les ombrelles de geishas et les pierres romaines, on croisera des pans bagnats, du repassage vertical et des billets qui s'envolent... Les joies et les difficultés qui font l'envers du décor, celui où, à Sanxay, des artistes de statures internationales se frottent au monde rural.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u><strong>Pourquoi un  documentaire "graphique" ?</strong></u></p> <p>  </p> <p> En premier lieu, parce que la mise en scène épurée du spectacle, rappelle visuellement, le japon. Le travail sur la lumière, les cadres et l'utilisation des couleurs font (pour le réalisateur) écho au cinéma. Il intègre la composition des tableaux et cette <strong>approche photographique</strong> dans le montage du film, en y adossant <strong>le vécu des coulisses</strong>, l’expérience de ceux qui travaillent dans l'ombre.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Spectacle001-1428575229" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/184224/spectacle001-1428575229.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> L'assemblage du film a aussi  un caractère "graphique"  parce qu'il utilise de nombreuses séquences en "<strong>split screen"</strong>. Une manière de jouer sur les temps multiples de la préparation du spectacle.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Split_g_2-1428934064" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/185784/split_g_2-1428934064.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Split_g_1_008-1428934092" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/185785/split_g_1_008-1428934092.jpg"></p> <p>  </p> <p> Le "<strong>split screen</strong>" est un effet consistant à diviser l'écran en plusieurs parties. Chaque cadre présente des images différentes : plusieurs scènes ou plusieurs perspectives différentes d'une même scène. Ici le découpage de l'écran  mettra en parallèle les situations des dernières répétitions, des ultimes préparatifs avant l'entrée en scène. </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Si la collecte arrive a son terme, une soirée rétrospective de cinéma documentaire, sera organisée pendant le festival cette année</strong>. On pourra notamment y voir 3 films sur les coulisses des productions précédentes :</p> <p> <strong>- Un opéra de campagne, la bohème - 2005</strong></p> <p> <strong>- Aida à Sanxay, derrière les murs - 2009</strong></p> <p> <strong>- Madame Butterfly  à  Sanxay - 2013</strong></p> <p>  </p> <p> Pour soutenir le projet, pouvez aussi:</p> <p>  </p> <p> <strong>PARTAGER </strong>ce lien sur votre mur ou page Facebook.</p> <p>  </p> <p> <strong>PARLER</strong> du projet dans votre entourage et auprès des artistes, des musiciens et des mélomanes.</p> <p>  </p> <p> <strong>MERCI !</strong></p>

À quoi servira la collecte

<p> Elle servira à <strong>financer le montage</strong> du film et sa post production.  </p> <p>  </p> <p> L'ensemble du tournage a été réalisé bénévolement par Denis, le réalisateur d'images d'écoutes. Il aime aider l'association des Soirées Lyriques, parce qu'il est originaire de Sanxay, qu'il adore la musique et qu'il a passé une partie de ses étés d'enfants dans les ruines gallo-romaines. Mais la réalisation et le montage vidéo sont les métiers de Denis, et il ne peut pas travailler bénévolement aussi longtemps. Vos dons aideront donc images d'écoutes et les Soirées Lyriques de Sanxay à finir le film.</p> <p>  </p> <p> <strong>Avec 4000 euros on pourra monter le film.</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>Avec 4500 euros, on pourra mixer le son du film.</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>Avec 5000 euros, on pourrai presser un beau DVD avec une jaquette.</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>Avec 6000 euros, on pourra mixer et étalonner le son des films précédents sur le coulisses : La Bohème (2005) et Aida (2009). </strong></p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux