Une nuit en sécurité pour les victimes de violences conjugales

Une nuit en sécurité pour les victimes de violences conjugales

Visuel du projet Une nuit en sécurité pour les victimes de violences conjugales
85
Contributeurs
32 jours
Restants
11 420 €
Sur 15 000 €
76 %
Féminisme
Santé
et Handicap
Éducation

Une nuit en sécurité pour les victimes de violences conjugales

Pour les femmes victimes, la sortie des violences conjugales est un processus long et difficile, jamais linéaire. Le point commun de chaque histoire, c'est la première nuit hors de ce domicile devenu dangereux, loin du compagnon violent, même si ce n’est que pour quelques nuits. C'est une étape marquante de ce chemin. Un moment où les femmes et leurs enfants soufflent enfin. C’est surtout dans ce laps de temps que les victimes, en sécurité, puiseront leur premières forces pour affronter la suite.

En France, l’hébergement d’urgence est saturé. Par manque de place, les associations du réseau Solidarité Femmes ne peuvent répondre à toutes les demandes d'hébergement formulées. Il est donc impossible de répondre à la demande, particulièrement depuis le début de la crise sanitaire.

Pourtant, chaque femme qui trouve le courage de demander de l’aide doit pouvoir trouver chez nous un moyen de sortir du domicile, de se mettre en sécurité ainsi que ses enfants.

Pour répondre à l’urgence, Solidarité Femmes finance des nuitées hôtelières, permettant ainsi à une femme et ses enfants d’être hébergés quelques nuits. Notre priorité, c’est de ne laisser aucune femme en reste.

Avant la crise sanitaire, mais plus encore aujourd’hui, les fonds sont insuffisants pour répondre à l’ampleur de la demande. 

C'est pourquoi nous avons besoin de vos dons.

 

Solidarité Femmes, c’est LE réseau en France qui vient en aide aux femmes victimes de violences conjugales et à leurs enfants et les accompagne de A à Z : depuis leur appel au 3919, ou à l’une de nos implantations en France, jusqu’à l’hébergement, l’accompagnement juridique, psychologique, le suivi des enfants, les ateliers de reconstruction de soi…jusqu’à leur sortie définitive du cycle de la violence.

 

Le projet en détails

Pour les femmes et les enfants victimes ou menacés de violences, le domicile n'est pas un lieu sûr. Il est essentiel de leur permettre de le quitter dès qu'elles en font la demande.

Comment nous procédons ?

Lorsqu'une femme arrive, nous faisons bien plus que la loger. Nous l'accompagnons parfois au commissariat pour déposer plainte, nous gardons ses enfants, le temps qu'elle puisse s'entretenir avec un·e écoutante, un·e avocat·e pour des ordonnances de protection ou entamer les démarches de séparation, parfois nous sollicitons un·e hussier·e pour constater les dommages dont elle a été victime. 

Concrètement, comment ça se passe ?

 Les nuitées hôtelières, pour quoi faire ?

  • Fuir le danger et se mettre en sécurité, c'est d'autant plus important pendant le confinement.
  • Etre écoutée, être crue,
  • Pour « souffler » un peu.
  • Être soutenue dans la compréhensions des violences subies.
  • Obtenir un accompagnement dans les démarches liées à la séparation et au relogement.
  • Reprendre ses esprits et préparer la suite...

 

Vous voulez aider ? Nous avons des idées pour vous !

1. Si vous le pouvez, contribuez sur cette page, dès maintenant.

2. Partagez, partagez, partagez ! N'hésitez pas à user et abuser des réseaux sociaux. Si vous êtes salarié.e d'une entreprise, pourquoi ne pas lui proposer de relayer également ? Les violences conjugales, c'est l'affaire de tous !

3. N'hésitez pas : faites connaitre les dispositifs d'aide qui existent, ils sont nombreux et derrière eux, des femmes et des hommes sont engagé·e·s pour faire cesser ce fléau.

À quoi servira la collecte

Vos dons vont nous permettre d'accompagner au mieux, chacune, selon ses besoins. Voici quelques informations sur la manière dont nous employons les fonds :

70 euros, c’est le prix moyen d’une nuit d’hôtel pour une femme et ses enfants

120 euros, c’est le prix d’une nuit, comprenant le transfert en taxi, et une aide financière pour acheter des biens de première nécessité (couches, lait, nourriture, etc)

Pour 200 euros, vous permettez à une victime d’être hébergée une nuit, et vous financez également l’accompagnement de cette femme vers la sortie de la violence (juridique, administratif, psychologique...)

Pour 600 euros, vous permettez à une femme et ses enfants d’être hébergée une semaine, et suivie par une travailleuse sociale.

Chaque euro sera utile. Alors n'hésitez pas à contribuer, même si cela vous semble minime.

Choisissez votre contrepartie

Contrepartie star

Une nuit à l'hôtel, un transport sécurisé et une aide financière

120 €

Après réduction d'impôts, le don ne "coûte" que 30 euros. C'est le prix comprenant la transfert en taxi jusqu'à l'hôtel, ainsi qu'une aide financière pour acheter des biens de première nécessité (couches, lait, nourriture, ...) pour une femme et ses enfants.
  • 21 contributeurs

Une nuit à l'hôtel

70 €

Après réduction d'impôts, le don ne "coûte" que 17,5 euros. 70€ est le prix moyen permettant de mettre en sécurité une femme et ses enfants, pour une nuit.
  • 17 contributeurs

Une nuit à l'hôtel, un transport, une aide financière et un accompagnement

200 €

Après réduction d'impôts, le don ne "coûte" que 50 euros. Vous permettez à une femme et ses enfants d'être hébergé·e·s une nuit, et vous financez également l'accompagnement juridique, administratif ou encore psychologique de ces victimes, vers la sortie de la violence.
  • 8 contributeurs

Un hébergement pour une semaine, et un accompagnement spécialisé

600 €

Après réduction d'impôts, le don ne "coûte" que 150 euros. Une femme et ses enfants sont hébergé·e·s une semaine, et bénéficient d'un suivi par une travailleuse sociale.
  • 1 contributeur

Faire un don

Je donne ce que je veux