FRATRIE

Aidez-nous à produire FRATRIE, né de l'envie d'un réalisateur et trois comédiens de travailler ensemble. Rejoignez-nous !

Visuel du projet FRATRIE
Échoué
15
Contributeurs
13/09/2020
Date de fin
545 €
Sur 3 000 €
18 %
Autoproduction
culturelle

FRATRIE

RÉSUMÉ

Sur un terrain de foot quelque part en banlieue, Saci ne vit que pour les matchs de sa très jeune équipe. Le jour où, lors d'une partie, il se retrouve face à Kenza et Karim, venus pour demander son aide, Saci est déboussolé. Il n’a d’autre choix que se battre pour affronter le combat le plus important de sa vie : les empêcher de faire resurgir un passé difficile à oublier…


AUTOUR DU FILM

Chryssa, Karim, Nicola et Saci se sont rencontrés pour la première fois lors d’une formation de direction de l’acteur. Après cette expérience et après avoir vu La paura più grande réalisé par Nicola, Karim a eu l’idée de former un groupe afin de tourner un nouveau court-métrage. Lors de leur première rencontre, Saci a présenté son idée de FRATRIE et sans hésitation Nicola a accepté d’écrire et tourner ce film. À partir de ce moment, un vrai lien s’est crée entre les quatre et un vrai travail coopératif c’est mise en place, en amont et en aval, afin de rendre le jeu des comédiens le plus sincère et naturel possible. Des rendez-vous toutes les semaines afin de créer des personnages autour de la personnalité de chaque comédien afin de donner plus d'impact, car le souhait est vraiment qu'ils ne jouent pas de manière trop recherchée. Le résultat a été l’élaboration d’un scénario contemporain, qui traite une thématique actuelle et passée comme la famille. Nous sommes donc au coeur d’une problématique qui occupe l’opinion publique, la société entière. Nous sommes convaincus de la nécessité de faire exister ce film. Nous sommes persuadés qu'il s'agit d'un sujet qui peut toucher un large public. Quelle que soit la position du spectateur.


INTENTION RÉALISATION

FRATRIE est un film qui parle à tout le monde et s'inspire de tout le monde bien que le contexte choisi soit la banlieue. Il ne s'agit pas de parler des banlieusards mais d'utiliser le cadre où la majeure partie de la population vit sans artifices. A peine visible, le terrain de foot pourrait se trouver n'importe où ; ainsi aucune limite géographique ne s'impose au récit afin que sa portée soit la plus vaste possible. De plus, le foot fait office de métaphore de la dispute principale du film. A l'image de deux équipes qui s'affrontent : Kenza arbitre le match entre Saci et Karim. D'autre part, le fait que le foot soit un sport populaire et très médiatisé accentue la volonté de s'adresser à un public large. 

Ce qui nous intéresse particulièrement dans ce drame, c’est le concept de pardon, auquel nous sommes très attachés et que nous avons tous déjà vécu à différentes échelles. Ce fameux phénomène psychologique consiste, pour un individu affecté par un traumatisme, à prendre acte de celui-ci de manière à ne plus vivre dans le malheur et à se reconstruire d’une façon socialement acceptable. 

Des questions sont alors posées : comment essayer d’être des bons adultes après avoir vécu l’impensable ? Comment faire pour trouver le courage de rester humain et accorder le pardon ? C'est à travers l'histoire des trois personnages qu’on raconte cette tragédie : une longue dispute emplie d’amour et de haine. Nous suivons leur combat vers la rédemption et le pardon afin de renouer les liens familiaux. 

Ce film ne présente pas une analyse socio-historique ou anthropologique de la situation de ces milliers d'enfants mais l'instantané d'une partie de l'histoire des trois personnages dont le passé et le futur demeurent parsemés d'inconnues. 

Le but est de rendre le film immersif et le plus réaliste possible et cela devient accentué avec la Caméra à l 'épaule notamment avec l'emploi de gros plans sur les comédiens. Ce cadrage immersif est le plus approprié pour provoquer l'empathie du spectateur et ainsi mettre l'accent sur l'aspect universel de l'intrigue. Pour insister sur le réalisme du film le choix d'employer de la lumière naturelle s'est imposé de manière spontanée. Le contre-jour n'est pas un souci car au contraire cela sert le propos du film. Comme dans la vraie vie tous les détails ne sont pas bien visibles et cela aide d'autant plus à illustrer l'état psychologique des personnages.

Il n’est pas rare que le sujet d’un film soit en lien avec l’actualité. Sans raison apparente, il semble qu’il y a des moments où un film doit voir le jour. C’est à notre avis le cas pour FRATRIE, car c’est un film simple, pour tous et qui parle à tous. Un problème social que l'on évoque peu et qui influe l’avenir des personnages tant qu'ils ne se décident pas à l'affronter. 

En ce qui concerne la composition musicale, pour nous c’est un quatrième personnage, extension de l'état psychologique de Saci. Bien que le film soit en majeure partie composé de silences, on a opté pour l'intégration d'accords de mandole kabyle afin d'accentuer les instants d'hésitation et de décision de Saci.


MOODBOARD


CASTING


RÉALISATEUR

DERNIER FILM

La paura più grande (La plus grande peur)

Produit par PromioFilm

https://vimeo.com/156764491

93 sélections en festivals dans le monde dont : Napoli Film Festival (Italie), Rome Independent Film Festival (Italie), Woodstock Film Festival (USA), Crystal Palace International Film Festival (UK) Festival International du court-métrage de Genève (Suisse), ECU - The European Independent Film Festival (France), Karama Human Rights Film Festival (Jordanie)… 

10 récompenses dont : Meilleur court-métrage, meilleur production, meilleur scénario, mention honorable au meilleur film, prix de la critique, meilleur montage, prix contre les mafias.

À quoi servira la collecte

À QUOI SERVIRA LA COLLECTE

Cette collecte est indispensable à la bonne réussite du film et servira à financer la majorité du projet : matériel technique,défraiement,distribution dansfestivals, frais KissKissBankBank… 

Faire un don pour ce projet permettra, au delà de recevoir des contreparties, de donner les moyens à un jeune réalisateur de faire ses preuves, d'aider une équipe à faire vivre le cinéma au-delà de ce que nous sommes habitués à voir à l'écran. Faire un don, peu importe le montant, permettra de soutenir une nouvelle génération decréateurs.

Tout budget supplémentaire nous permettra d’apporter encore plus de qualité au film, d’avoir du matériel supplémentaire et d’avoir des fonds supplémentaire pour les inscriptions futures en festivals.

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux