Gabriela / Court-métrage de fiction

Ramassant des câpres sur une île lointaine, Gabriela est foudroyée par une insolation qui illuminera son esprit à vie.

Visuel du projet Gabriela / Court-métrage de fiction
Réussi
41
Contributeurs
23/04/2013
Date de fin
3 160 €
Sur 3 000 €
105 %

Gabriela / Court-métrage de fiction

« Dans le champ de câpres dans lequel elle travaillait, Gabriela fut victime d'une insolation un 2 juillet. Ce qui illumina son esprit à vie. Après quelques jours de fièvre, elle retrouva la santé, mais non tout à fait la raison.»  Ainsi débute l'histoire de Gabriela. 

 

 

Un esprit illuminé

 

 

L'insolation qui foudroie Gabriela est pour elle une révélation. Native d'un petit village au centre d'une île, elle a grandi et vécu à l'intérieur des terres, sans jamais en sortir. Ce cloisonnement l'oppresse et nourrit sa soif de liberté, qui l'amène à s'évader en plongeant dans son imagination. Elle colore de ses visions le monde qui l’entoure. Mais le regard qu'elle porte sur les choses vient inévitablement se briser sur le réel. 

 

Le film épouse la vision fantasmagorique de Gabriela, de plus en plus délirante, à mesure que son père l'oppresse, en la cloîtrant. Elle finit par se réfugier irrémédiablement dans son esprit. 

 

 

 

Lumière et mysticisme

 

 

Capture_d_e_cran_2013-03-14_a__10.49.55

 

La lumière est le motif premier du film. Des jeux de lumière accompagnent le personnage de Gabriela tout au long du film. La connotation religieuse de la lumière renforce le caractère mystique du personnage.

De façon générale, le mysticisme de Gabriela emprunte son vocabulaire à celui de la religion catholique, tout en le déformant par le prisme de sa vision personnelle, quasi délirante.

 

 

Réalisme magique et onirisme

 

 

Capture_d_e_cran_2013-03-14_a__12.24.27

 

Poétique et magique, Gabriela n'est pas un film qui s'inscrit dans le cinéma du réel. Fantasmagories, rêveries et délires dictent l'esthétique du film. Le film est mélancolique et sombre. Mais il est aussi teinté d'humour et de fantaisie. 

 

Influence du surréalisme et du fantastique cinématographique, du réalisme magique littéraire. Ce court métrage puise son influence aussi bien chez Gabriel Garcia Marquez, que dans les photographies d’Alessandra Sanguinetti, ou dans le cinéma animiste d' Apichatpong Weerasethakul. Mais il trouve son inspiration également dans la fantaisie sud-américaine de clichés de Manuel Alvarez Bravo et le fantastique de Lynch.

 

 

Paysage insulaire et cadre intemporel

 

 

Img_4371

 

La géographie du lieu, insulaire, rappelle l'oppression ressentie par Gabriela. L'enfermement se joue sur plusieurs échelles: père, chambre, maison, village, île. Aussi les paysages de l’île - criques, mer, montagnes, vergers - sont traités avec une grande attention. Ils font partie du monde de Gabriela.    

 

Img_4433

 

L’époque du récit est volontairement floue. Si l'histoire se déroule dans un passé proche, il est impossible de déterminer une date exacte. Nous souhaitons conférer à l'histoire le caractère intemporel d’un conte.    

 

 

Pourquoi tourner le film à Majorque ?

 

 

Chambre10

 

Le film sera tourné sur l'île de Majorque, dans le village de Llubi au centre des terres et sur les bords de mer. Cependant, le lieu de l'intrigue ne sera jamais cité. Si nous avons choisi de tourner le fim à Majorque, c'est que l'histoire de Gabriela est librement inspirée de récits sur ma famille qui m'ont été contés. Aussi, nous filmerons et logerons dans la maison familiale. 

 

 

Une réalisatrice, une équipe et deux producteurs

 

 

Anna Leysens, élève en master 2 à l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, écrit et réalise ce film dans le cadre de son diplôme. Le projet est produit par l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, ainsi que Yemlik production.  

 

Avec

 

Jeanne Pernettedans le rôle de Gabriela

Jean Leysens, dans le rôle du père de Gabriela

Enrique Garcia-Prieto, pour la voix off

 

L'équipe technique :

 

Paloma Pineda, directrice de la photo

Anthony La Pia, assistant à l'image

Damien Etchegorry, compositeur de la musique originale

Krystell Morantin, décoratrice

Luna Butez, Maquilleuse     

 

 

Le film est destiné à être diffusé en festival.

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte

Les fonds récoltés serviront à financer le tournage des scènes se déroulant sur l’île de Majorque. Durant les deux semaines de tournage, nous serons autonomes pour ce qui est de l’hébergement et l’équipe technique sera bénévole. Les fonds levés ici permettront d’assurer :

 

- Les déplacements jusqu'à Majorque et à l'intérieur de l'île (1200 euros)

- L'achat et la location de matériel pour les décors et la prise de vue (1500 euros)

- Catering (300 euros)

 

Merci d'avance pour votre aide, qui permettra au film Gabriela de prendre vie  !

 

Choisissez votre contrepartie

Pour 10 €

Remerciements au générique + le film au format numérique
  • Contributeurs : 4

Pour 20 €

Musique originale du film + contreparties précédentes
  • Contributeurs : 3
  • Disponibilité : 27/30

Pour 30 €

Dvd du film dédicacé + 1 tirage photo format A3 d'une scène du film + contreparties précédentes
  • Contributeurs : 9
  • Disponibilité : 11/20

Pour 50 €

Poster du film dédicacé + 5 tirages photo format A3 des scènes du film
 + contreparties précédentes
  • Contributeurs : 6
  • Disponibilité : 4/10

Pour 100 €

Un masque d'animal réalisé spécialement pour le tournage d'une scène de carnaval 
du film + contreparties précédentes
  • Contributeurs : 4
  • Disponibilité : 1/5

Pour 125 €

Un masque d'animal réalisé spécialement pour le tournage d'une scène de carnaval 
du film + contreparties précédentes
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 4/5

Pour 200 €

Un dessin original d'un des personnages du film par la réalisatrice (format A3) + contreparties précédentes
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 3/4

Pour 300 €

Crédité en tant que coproducteur 
+ un scénario dédicacé + contreparties précédentes
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 1/2

Faire un don

Je donne ce que je veux