Guigoul - Métamorphose d'un nom

Habiter son nom !

Visuel du projet Guigoul - Métamorphose d'un nom
Échoué
2
Contributions
02/05/2021
Date de fin
110 €
Sur 2 500 €
4 %
Autoproduction
culturelle

Guigoul - Métamorphose d'un nom

<p><br /> <strong>En raison de la situation sanitaire li&eacute;e &agrave; la Covid-19 nous avons d&ucirc; reporter les repr&eacute;sentations pr&eacute;vues en Avril au mois d&#39;octobre 2021.</strong></p> <p><strong>Aidez-nous &agrave; soutenir les artistes pour cette nouvelle aventure de spectacle vivant </strong></p> <p><strong>En cliquant sur ce lien et en faisant un don&nbsp;(re&ccedil;u lib&eacute;ratoire possible)</strong></p> <p><strong>Et en diffusant notre appel.</strong></p> <p><strong>Un grand merci</strong></p> <p><br /> Apr&egrave;s un franc succ&egrave;s au MahJ pour la performance <em>Pilpoul, </em>C&eacute;line Masson et son &eacute;quipe vont produire une nouvelle forme de spectacle in&eacute;dite, Guilgoul/m&eacute;tamorphose d&#39;un nom. Au th&eacute;&acirc;tre du Gymnase-Marie Bell (mais aussi au Mus&eacute;e d&#39;art et d&#39;histoire du Juda&iuml;sme pour certaines interventions)</p> <p><br /> <strong>Le projet en d&eacute;tails</strong></p> <p><strong>Nom de famille</strong></p> <p>Ce vocable renvoie aux origines souvent r&ecirc;v&eacute;es, reconstruites. Ce rappel r&eacute;sonne pour les noms juifs de famille d&rsquo;une troublante mani&egrave;re.</p> <p>Le nom &agrave; l&rsquo;appel, fait souvent tache, et en d&rsquo;autres temps, certainement : pas fran&ccedil;ais !</p> <p>Pour &eacute;chapper &agrave; la d&eacute;signation, ces noms de famille ont &eacute;t&eacute; souvent estropi&eacute;s, rabot&eacute;s, liss&eacute;s, francis&eacute;s.</p> <p>Ici, nous serons attentifs aux asp&eacute;rit&eacute;s retrouv&eacute;es : voyage &agrave; rebours de ce qui fut perdu, identit&eacute;s tremblantes, voire troublantes, retours des absents.</p> <p>Ces &eacute;chos se r&eacute;percuteront en sc&egrave;nes de th&eacute;&acirc;tre, r&eacute;cits de vie, vues anim&eacute;es, &eacute;clats de rire, chor&eacute;graphies, langues retrouv&eacute;es, m&eacute;lodies, musiques&hellip;</p> <p>Ainsi, com&eacute;diens, chanteurs, musiciens, &eacute;crivain, danseurs, r&eacute;alisateurs, mais aussi chercheurs seront convoqu&eacute;s dans ce p&eacute;riple tumultueux qui &eacute;voque un guilgoul des noms, une renomm&eacute;e&hellip;</p> <p>Jusqu&rsquo;en 2011, il &eacute;tait impossible de revenir &agrave; un nom qui avait &eacute;t&eacute; francis&eacute;. Les requ&eacute;rants &eacute;taient d&eacute;bout&eacute;s quasi syst&eacute;matiquement au motif, entre autres, de la consonance &eacute;trang&egrave;re de leurs noms : on ne change pas un nom qui a &eacute;t&eacute; francis&eacute;. Telle &eacute;tait la position du Conseil d&rsquo;&Eacute;tat.</p> <p>Des demandes de &laquo; changement de nom &raquo; (c&rsquo;est l&rsquo;expression juridique pour d&eacute;signer le retour au nom) d&eacute;pos&eacute;es par le collectif &laquo; la force du nom &raquo; apr&egrave;s 2011 ont &eacute;t&eacute; accept&eacute;es. Cela signifie un revirement de jurisprudence. Certaines familles voulaient retrouver le nom &laquo; perdu &raquo; de leur p&egrave;re afin de le &laquo; sauver &raquo; de la disparition et le porter comme <em>reste</em> d&rsquo;une histoire meurtrie. Le nom t&eacute;moignerait alors du monde des disparus, de la <em>yiddishkayt </em>lorsqu&rsquo;il s&rsquo;agit de Juifs ashk&eacute;nazes.</p> <p>Comme si ce combat pour le nom visait &agrave; relever le nom d&rsquo;une famille inscrit dans l&rsquo;Histoire de France, un nom francis&eacute; par la n&eacute;cessit&eacute; de ne plus faire sonner la &laquo; consonance isra&eacute;lite &raquo; (&laquo; c&rsquo;&eacute;tait comme un faux nez &raquo; &eacute;non&ccedil;ait Olivier Rubinstein ). &laquo; Rendez-nous nos noms, nous Juifs qui avons &eacute;t&eacute; fid&egrave;les &agrave; la France et que la France a trahis sous le r&eacute;gime de Vichy &raquo;. On sent bien que la tournure que prenaient ces d&eacute;marches faisait valoir un combat en r&eacute;paration.</p> <p>La structure musicale de &quot;Guilgoul la renomm&eacute;e&quot; adoptera le style op&eacute;ratique : Laurent Grynszpan, compositeur et pianiste, a l&rsquo;intention de composer une &oelig;uvre musicale pour noms chantants, inspir&eacute;e de l&rsquo;esprit des op&eacute;ras antiques o&ugrave; noms retrouv&eacute;s, renomm&eacute;s, &eacute;nigmatiques ou non, se m&eacute;tamorphoseront en personnages dont les noms hanteront alors in&eacute;luctablement nos m&eacute;moires.</p> <p>Pour lui, composer de la musique, cr&eacute;er, &eacute;crire, c&rsquo;est r&eacute;sister &agrave; ce qui nous arrive. La cr&eacute;ation musicale est un acte de responsabilit&eacute;, &eacute;thique m&ecirc;me, puisqu&rsquo;une fois &eacute;crite, &eacute;cout&eacute;e, interpr&eacute;t&eacute;e, reconnue ou connue, la musique s&rsquo;ancre dans nos m&eacute;moires, pour ne plus jamais compl&egrave;tement dispara&icirc;tre, comme un refrain qu&rsquo;on chanterait dans la rue. Pourtant si fragile, impalpable, la musique existe dans un temps po&eacute;tique ineffable et oscille, perp&eacute;tuellement, comme le fl&eacute;au de la balance entre un &laquo; rien d&rsquo;&eacute;motion &raquo;, un sourire, une larme, quelques souvenirs, des impressions ou une trag&eacute;die.</p> <p>&nbsp;</p> <p>3 heures de spectacle les&nbsp; Dimanche 10 - Mardi 12 et Mercredi 13 Octobre 2021 au Th&eacute;&acirc;tre du Gymnase-Marie Bell</p> <p>Dimanche 3 octobre projection du film de C&eacute;line Masson&nbsp;<em>Habiter son nom, une histoire fran&ccedil;aise</em>&nbsp;et d&eacute;bat, au Mus&eacute;e d&#39;art et d&#39;histoire du Juda&iuml;sme, Le MahJ&nbsp;&eacute;tant partenaire du spectacle au Th&eacute;&acirc;tre.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Soutenu par Annie Rapoport Rayski, Anima &amp; Cie</p> <p>&nbsp;</p> <h3><strong>Distribution&nbsp;</strong></h3> <h3>&nbsp;</h3> <p><strong>Dramaturgie</strong> : C&eacute;line Masson, Georges Perla,</p> <p><strong>Mise en sc&egrave;ne et sc&eacute;nario </strong>: Georges Perla, C&eacute;line Masson</p> <p><strong>Composition musicale</strong> : Laurent Grynszpan</p> <p><strong>Conseillers&nbsp;artistiques</strong> : David Burzstein et Betsy Schlesinger</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Musiciens :</strong></p> <p>&nbsp;</p> <p>Pianistes : Laurent Grynszpan et Betsy Schlesinger</p> <p>Violon : William Grynszpan</p> <p>Violoncelle : Benjamin Grynszpan</p> <p>Hautbois : Herbert Lashner</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Com&eacute;dien et chanteur</strong> : David Bursztein</p> <p><strong>Com&eacute;dienne et chanteuse</strong> : Talila</p> <p><strong>Com&eacute;dien </strong>: Georges Perla</p> <p><strong>Chanteuse </strong>: Mich&egrave;le Tauber</p> <p><strong>Cantor</strong>&nbsp; : Sofia Falkovitch</p> <p><strong>Danseuses</strong> : No&eacute;mie Defossez, Julia Vercelli</p> <p><strong>R&eacute;alisation filmique et mise en images</strong> : C&eacute;line Masson</p> <p><strong>Montage</strong> : Th&eacute;o Semet</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Chercheurs :</strong></p> <p>Jo&euml;lle Allouche-Benayoun, sociologue</p> <p>Alexandre Beider, linguiste, onomasticien</p> <p>Judith Cohen-Solal, psychanalyste</p> <p>Natalie Felzenszwalbe, avocate</p> <p>Francine Kaufmann, professeure de traductologie, ex&eacute;g&egrave;te</p> <p>R&eacute;gine Waintrater, psychanalyste</p> <p>Annette Wieviorka, historienne</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Cr&eacute;ateur des objets de sc&egrave;ne </strong>: Olivier Riou</p>

À quoi servira la collecte

<p>&nbsp;</p> <p>Nous aurons, outre les com&eacute;diens,&nbsp;musiciens, danseuses&nbsp;et chanteuses, &agrave; payer les techniciens,&nbsp;la communication etc...</p>

Contreparties

une place de spectacle

80 €

Une place de spectacle au théâtre du Gymnase

Livraison estimée : septembre 2021

Faire un don

Je donne ce que je veux