L'hiver, quatre chiens mordent mes pieds et mes mains

Avec la Cie T'Atrium, participez à l'aventure : L'HIVER à Avignon #OFF17

Visuel du projet L'hiver, quatre chiens mordent mes pieds et mes mains
Échoué
12
Contributions
22/06/2017
Date de fin
280 €
Sur 3 500 €
8 %

L'hiver, quatre chiens mordent mes pieds et mes mains

<p> <em>"Dans la vie, il y a au moins un homme, une femme, une table, une chaise, un arbre et souvent deux enfants et parfois deux grands-parents, sauf s'il y en a un des deux qui est mort. Il y a aussi et toujours quatre saisons et le temps qui passe. C'est bien aussi quand il y'a une guitare, mais ce n'est pas souvent. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a d'un côté les gestes et de l'autre les mots, et qu'il faut arriver à mettre tout ça ensemble pour en faire une histoire". </em></p> <p>  </p> <p>                                      <img alt="5f2074_49a33017ae9d4de893c75c73236998f3_mv2-1495299049" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/425814/5f2074_49a33017ae9d4de893c75c73236998f3_mv2-1495299049.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Le spectacle<strong> L'hiver, quatre chiens mordent mes pieds et mes mains</strong> sélectionné par la Région des Pays de la Loire sera joué au Grenier à Sel du 6 au 27 juillet prochain. C'est avec plaisir que nous avons appris cette sélection. </p> <p> Participer à ce prestigieux festival est une chance pour la compagnie, une occasion unique de présenter notre travail aux professionnels, d'aller à la rencontre d'un large public, de renforcer l'intérêt autour de ce spectacle et ainsi lui donner une plus grande visibilité. </p> <p>  </p> <p>        <img alt="5f2074_03c7b02608934398b5babb752bc56090_mv2_d_4449_3171_s_4_2-1495300440" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/425819/5f2074_03c7b02608934398b5babb752bc56090_mv2_d_4449_3171_s_4_2-1495300440.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Philippe Dorin</strong> aime raconter, avec des mots simples, comme dans les contes.</p> <p> Le dramaturge s’inspire d’enfants qui énoncent des règles du jeu sans jouer, passant du coq à l’âne, d’une chose profonde et grave à une chose futile.</p> <p>  " Les gens démunis disent parfois des choses très fortes. Je veux que mes personnages soient très démunis, bien qu’en tant que personnages de théâtre, ils doivent être exemplaires. Je m’inspire beaucoup de <em>En attendant Godot</em>. L’échange de répliques vient d’un surgissement et crée subitement une situation.</p> <p> En très peu de mots, une situation se crée. Les paroles sont très épurées. Une fois que la chose est dite, on passe." </p> <p> Ce que Dorin privilégie, c’est un théâtre de situation, dans lequel les personnages meublent le temps. </p> <p> Et l’auteur de reconnaître que ses personnages échangent beaucoup de banalités, faisant parfois des jeux de mots très mauvais. " L’écriture n’est pas toujours une chose cérébrale, qui se construit d’abord en esprit. Ce sont les mots qui guident l’écrivain et qui construisent le sens au fur et à mesure. Écrire, c’est mettre des mots les uns à la suite des autres et cela crée une singularité. Cela n’a rien à voir avec le langage littéraire. L’écriture n’est pas une chose savante et systématiquement pensée". </p> <p>  </p> <p>       <img alt="5f2074_ff61b2a383c84a8ba0d716064c4fb06e_mv2-1495299175" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/425815/5f2074_ff61b2a383c84a8ba0d716064c4fb06e_mv2-1495299175.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Bertrand Fournier</strong>, <em>metteur-en scène de l'hiver</em></p> <p>  " Ce qui me séduit dans la proposition de Philippe Dorin c’est l’ouverture esthétique et créative. Il me permet d‘exprimer plusieurs enjeux d’ordre artistique et social. Le théâtre, tout d’ abord; il me laisse l‘inventer et me donne la fonction d’auteur. Et l’espace scénique sera pour moi l’endroit où va s’exacerber les actes.</p> <p> L’auteur c’est aussi le spectateur. Dorin nous renvoie à notre image; celle qu’on donne de nous et celle que l’on perçoit de l’autre. Le mime, mise en jeu dans la pièce, me permet en tant que metteur en scène, d’expérimenter «les cellules miroir» et le procéder d’identification et de transfert. Les actes répétés des personnages encrent en nous, spectateur, l’identification aux personnages et aux situations. Nous assistons à la rencontre d’un homme, d’une femme, avec deux enfants, à la construction d’une famille commune.</p> <p> La notion de la parentalité est plutôt fantasmée dans cette pièce. Nous ne s’avons pas qui est le créateur de l’autre. Les personnages sont souvent livrés à leur solitude. Ils existeront dans le regard de l’autre et s’y révèleront. Cette pièce nous confronte aussi à notre propre histoire. Comment se dégager de l’emprise du quotidien!? La pratique de la guitare est vicérale et salutaire pour le personnages masculin. Peut être l’art a une fonction d’apaisement. Le théâtre de Philippe Dorin prend sens dans sa fonction poètique et émotionnelle. C’est pourquoi, le spectateur est au coeur de l’action théâtrale et exposé aux dispositifs artistiques. L’ambition c’est que le son, les images et la matière soient vécus et non regardés ". </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>                                          <img alt="5f2074_cc3997a735ed47d4959fd7d4973241a4_mv2_d_2815_4012_s_4_2-1495300236" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/425818/5f2074_cc3997a735ed47d4959fd7d4973241a4_mv2_d_2815_4012_s_4_2-1495300236.jpg"></p> <p>  </p> <p> <strong>                                                               </strong></p> <p> <strong>                                                 Du 6 au 27 juillet </strong></p> <p> <em>                                              (Relâches : 10, 17, 24) </em></p> <p> <strong>                                                          10h00 </strong></p> <p>  </p> <p> <strong>                                                LE GRENIER À SEL</strong></p> <p>                                        2, rue du Rempart Saint-Lazare </p> <p>                                                     84000 Avignon </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <em>Auteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . </em> Philippe Dorin</p> <p> <em>Mise en scène . . . . . . .</em> . . . . . . . .Bertrand Fournier</p> <p> <em>Scénographe et costumière . . . .</em> Élodie Grondin</p> <p> <em>Création de la machinerie. . . . . .</em> Yannick Thomas</p> <p> <em>Création musicale et sonore. . . . </em>Jean-Philippe Borgogno</p> <p> <em>Création et régie lumière . . . . . . </em>Julien Guenoux </p> <p>  </p> <p> <em>Avec . . . . . . . .</em> . . . . . . . . . . . . . Sandrine Monceau, Denis Monjanel,</p> <p>  </p> <p> <em>et en alternance </em>. . . . . . . . . . . . Angèle Chédotal et Sacha Menez-Allanic,</p> <p>                              . . . . . . . . . . . Noémie Filoche et Julian Le Moigne,</p> <p>                              . . . . . . . . . . . Philomène Hulot et Titouan Olivier. </p> <p>                                        </p> <p>  </p> <p>                                           <img alt="5f2074_4489fc4ebf1e4232b79875acfa9fb809_mv2_d_3264_4928_s_4_2-1495299263" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/425816/5f2074_4489fc4ebf1e4232b79875acfa9fb809_mv2_d_3264_4928_s_4_2-1495299263.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Depuis le début de son existence, <strong>la compagnie T'Atrium</strong> pose la question de l’implication des artistes dans la cité. En dehors de la proposition esthétique et artistique qu'elle peut apporter, il convient aussi d’affirmer qu'elle puise son inspiration dans des questions de politiques sociétales où l’interrogation de ses enjeux demeure perpétuelle.</p> <p> Les artistes qui la composent s’inscrivent dans une relation intelligente avec la cité (inter-ligere, c’est-à-dire faire le lien, pour faire référence à Edgar Morin). Le T'Atrium sera le médiateur privilégié qui va provoquer la réflexion et l'appropriation (en parler, réfléchir, comparer, situer dans le temps, faire le lien avec d’autres acquis, l'histoire individuelle et collective, la science, la philosophie...).</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="5f2074_769e2dd51b91499794b34bf0c46a485a_mv2_d_2633_3166_s_4_2-1495293518" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/425791/5f2074_769e2dd51b91499794b34bf0c46a485a_mv2_d_2633_3166_s_4_2-1495293518.jpeg">                         </p> <p>  </p> <p> <strong>Bertrand Fournier</strong>                                       <strong> </strong>                         </p> <p> Directeur artistique                                                               </p> <p> Metteur-en-scène                                         </p> <p> Comédien</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="5f2074_ebbc07eaa23c4dc39ec8302fec3e54a4_mv2_d_1312_1851_s_2-1495293550" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/425793/5f2074_ebbc07eaa23c4dc39ec8302fec3e54a4_mv2_d_1312_1851_s_2-1495293550.jpg"></p> <p>  </p> <p> <strong>Sandrine Monceau</strong></p> <p> Directrice artistique</p> <p> Comédienne </p> <p>  </p> <p> <em>Crédit Photos : Bruno Fléchard, Le Kiosque, Mayenne.</em></p>

À quoi servira la collecte

<p> Présenter ce spectacle au Grenier à Sel  est une opportunité pour notre jeune compagnie, c'est aussi un investissement important. Bien que nous soyons accompagnés par les institutions (Région des Pays de la Loire, Département de la Mayenne, Ville de St-Berthevin),  il nous manque 3500€ pour boucler notre budget.</p> <p> Concrètement, vos dons serviront à payer une partie des dépenses liées à la diffusion du travail et aux conditions d'hébergement.</p> <p>  </p> <p> L'association T'Atrium percevra l'intégralité de la collecte.  </p> <p> Si l'objectif de cette collecte est dépassé, le surplus servira à financer une attachée de presse. </p> <p>  </p> <p> <strong>Merci de nous aider et nous soutenir. </strong></p> <p>  </p> <p>                          <img alt="Logo_t_atrium-1495301211" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/425821/logo_T_Atrium-1495301211.jpg"></p>

Choisissez votre contrepartie

5 €

Livraison estimée : septembre 2017

Merci !

10 €

Livraison estimée : septembre 2017

Merci, Merci !

20 €

Livraison estimée : septembre 2017

Un grand Merci + 1 carte postale du spectacle.

50 €

Livraison estimée : septembre 2017

UN grand merci + 1 affiche du spectacle.

100 €

Livraison estimée : septembre 2017

Un très grand merci + 1 affiche du spectacle + 1 invitation au Grenier à Sel.

300 €

Livraison estimée : septembre 2017

Un énorme merci + 1 affiche du spectacle + 3 invitations au Grenier à Sel + 1 photo souvenir de l'équipe.

1 000 €

Livraison estimée : septembre 2017

Un grand waouh, un méga giga merci + 1 affiche du spectacle + 3 invitations pour le grenier à Sel + 1 photo souvenir de l’équipe et 1 rencontre avec le metteur en scène après le spectacle.

3 000 €

Livraison estimée : septembre 2017

Un extra-ultra- inter-planétaire merci + 1 affiche du spectacle + 3 invitations pour le grenier à Sel + 1 photo souvenir de l’équipe + 1 rencontre avec le metteur en scène après le spectacle + 1 lecture privée autour de l'oeuvre de DORIN.

Faire un don

Je donne ce que je veux