L'Investissement

Pour une bonne cotation, il faut soutenir le projet sur KissKissBankBank !

Visuel du projet L'Investissement
Réussi
103
Contributeurs
30/05/2020
Date de fin
5 523 €
Sur 5 000 €
110 %
Autoproduction
culturelle
Éducation

L'Investissement

L’Histoire

Pitch

Dans une dystopie où tout doit être rentable, Rachel Boyer a une cotation négative et doit se reconvertir: travailler dans un abattoir pour gens improductifs.

Synopsis

Les gouvernements démocratiques se nomment marchés et les citoyens se nomment actifs. Ces derniers sont cotés comme une action en bourse et malheur à ceux, comme Rachel Boyer, dont le cours chute. Sa cotation devenue négative, elle doit se rendre dans un centre de revalorisation, où l’on « traite » ceux qui sont jugés improductifs. Va-t-on la faire disparaître ? Non ! Les responsables du centre ont, au contraire, l’intention de lui accorder une chance de reconversion professionnelle. Horrifiée, elle découvre ainsi sa nouvelle fonction : tuer tous les jours des gens à la chaîne, par exsanguination après étourdissement.

 

Note d’intention de réalisation

« L'Investissement » est un court-métrage de science-fiction. Il appartient plus précisément à la catégorie de la fiction spéculative, qui aborde des thèmes politiques, éthiques ou philosophiques. À cette fin, le film fait le choix de la dystopie, le portrait d'une société cauchemardesque. Dans celle-ci, les gouvernements démocratiques se nomment marchés et les citoyens se nomment actifs. Ces derniers sont cotés comme une action en bourse et malheur à ceux dont le cours chute, car ils doivent se rendre dans des abattoirs pour gens improductifs. Un cadre, à priori idéal, pour évoquer l'économie mondialisée telle qu'elle s'articule aujourd'hui, insatiable et déséquilibrée. Cette allégorie illustre notre présent où tout est aisément sacrifiable sur l'autel de la rentabilité. Un conte merveilleux, un conte de comptes, où la seule valeur attribuée aux humains est celle que l'on peut chiffrer. Dans ce contexte, le film a aussi pour but d'exposer la méritocratie. Ce mythe renforce l'idée qu'un individu ne doit être évalué que sur base de critères strictement endogènes. C’est-à-dire que celui-ci ne doit sa place dans la société qu'à ses qualités propres et à rien d'autre. De là se révèle l'attachement profond au mérite, comme un moyen très pratique de justifier toute inégalité sans devoir remettre en question certains fondements de notre démocratie. Pratique, parce que tout le monde adhère librement à cet idéal bien illusoire. Pratique, parce qu'il réduit le respect de l'individu à l'individualité, ce qui permet le détachement des uns et des autres et leur consentement à une compétition acharnée.

Le film raconte l'histoire de Rachel Boyer, dont la cotation est négative et qui doit se rendre dans un de ces lieux de mise à mort, appelés « centre de revalorisation ». Mais elle n'y est pas abattue. Elle doit y abattre. Cette reconversion professionnelle est une seconde chance pour elle, comme la repousse de son foie dévoré est une seconde chance pour Prométhée : c'est le prolongement du supplice. Rachel doit chercher un moyen de se réaliser dans ce monde impitoyable. Elle y parvient finalement en laissant s'échapper une jeune fille et le poids d'une vie de résignation. C'est dans ce geste porteur d'un espoir ténu que le film puise son titre. Car prête à payer le prix de l'anéantissement dans un monde en proie à la financiarisation, elle choisit d'investir dans sa seule humanité. Mais la compassion et le désintéressement sont peut-être déjà en voie de disparition dans cet environnement rongé par la voracité néolibérale, qui cherche à s'imposer comme un horizon indépassable. Or, un horizon de cette nature, on sait qu'il n'en existe qu'un dans l'Univers et il entoure les trous noirs. C'est l'horizon des événements, au-delà duquel il n'y a que l'engloutissement irrémédiable. Ainsi le film souligne ce point : lorsque nous regardons nos enfants, nous sommes tous en droit de nous demander avec anxiété de quel côté de l'horizon nous nous trouvons.

 

Note d’intention de la production

Depuis quelques années, j'avais rangé mes envies de production quelque part dans ma tête, là où l'on remise certains vieux rêves. À vrai dire, j'avais jeté un peu de ma nature au loin. Mais bien sûr, elle m'est revenue comme un boomerang en plein visage. Frédéric et moi étions déjà amis mais nous n'avions jamais vraiment concrétisé nos envies. Et voilà que nous nous retrouvions, un réalisateur avec un projet et un producteur prêt à relever les manches. Nous étions réunis dans un même cheminement, une même envie et un même instant.

Nous avons fait « L'Auxiliaire » sans argent, sans calcul et sans autres objectifs que de le faire, simplement parce qu'on en avait besoin. Ce qui nous semblait être une chouette ballade est devenu, à notre grande stupéfaction, un véritable tour du monde. Les festivals étaient tantôt modestes, tantôt prestigieux (nous avons eu quatre nominations Méliès) et les prix sont parfois tombés, dont deux décernés par des universités. Cette aventure étonnante nous a décidés à nous structurer pour la suite et « Vuelvo films » est né.

Aujourd'hui, nous poursuivons donc notre périple avec « L'Investissement ». Je n'affectionne pas un genre en particulier, ce qui me plaît dans les films que je désire produire, c'est d'y trouver matière à débattre. De pouvoir concilier le divertissement, au sens noble du terme, avec une réflexion sur nous et notre façon d'organiser nos sociétés. Que l'on évoque les fléaux potentiels qui guettent celles-ci et, pourquoi pas, que l'on recherche une prise de conscience du spectateur. À cet égard, la science-fiction est un cadre idéal lorsqu'elle entre dans cette large catégorie qu'est la fiction spéculative, car les tensions sociétales et les problèmes éthiques, écologiques ou philosophiques constituent principalement son champ d'investigation. Tandis que le décalage obtenu par la représentation de mondes inexistants, futuristes ou transfigurés, apporte une dimension poétique et le sentiment de voyager un peu plus loin. Or « L'Investissement » s'inscrit dans cette dynamique. Il questionne la méritocratie, tout en cherchant à créer un univers particulier fait de béton, de brume, de câbles et de serveurs biomimétiques.

Et puis une chose est certaine, je profite des opportunités que m'apporte ce genre de récit. D'abord en matière de repérages. J'aime la patine du temps, le patrimoine et les objets anciens, cela fait entièrement partie de moi. Or jusqu'à présent, j'ai le plaisir d'être en recherche régulière de lieux insolites, parfois même abandonnés, dont l'âme ignorée ne demande qu'à être révélée. Du reste, j'ai la volonté de mettre essentiellement en valeur les trésors que nos contrées recèlent. Ensuite en matière de diversité sur le grand écran. Car je constate qu'il y a une vraie grande envie de science-fiction, autant chez les comédiens que chez les techniciens. Probablement du fait de la curiosité suscitée par la quasi absence de ce genre cinématographique en Belgique.

 

Présentation Frédéric Plasman (Réalisateur)

Né en 1974 à Bruxelles, Frédéric Plasman est réalisateur et motion designer.

Il est diplômé de l’INRACI, école de cinéma belge.

Il travaille sur de nombreux projets comprenant des clips musicaux, des installations, des publicités, des films d’entreprise, des documentaires et des films de fiction.

Il a passé sa jeunesse à dévorer d’innombrables films. Son corps est resté longuement assis sur un siège mais son esprit a navigué sur des mers de sel d’argent où il a rencontré Fellini, Kurosawa, Cassavetes, Scott, Gilliams et bien d’autres.

Il s’efforce de créer un langage personnel  combinant le design, les effets spéciaux, l’animation et la cinématographie.

 

Présentation Nicolas Arias (Producteur)

Né à La Louvière en 1979, Nicolas Arias est producteur, monteur et caméraman.

Il est diplômé de l’INRACI, école de cinéma belge.

Son caractère jovial est issu d’une recette qui conjugue la Belgique aux accents carbonés d’une Espagne venue y creuser la terre.

Enfant, il dévore la télévision et ses émissions comme autant de friandises multicolores, avant de les confectionner à son tour pendant plusieurs années, notamment sous l’impulsion de son oncle.

En 2016, cet amoureux de la coccinelle – celle qui roule – retrouve son péché mignon, la production, après l’avoir laissé mijoter bien sagement.

 

Présentation Vuelvo Films asbl

Vuelvo Films est une société de production belge fondée par Nicolas Arias et Frédéric Plasman.

Elle s’épanouit en un bouquet de chrysocolles et d’émeraudes, gorgée d’une envie perpétuelle d’engendrer, comme le rêve de naissance d’un nouveau-né.

Elle se risque au récit et ses métamorphoses, cultivant avec enthousiasme la fiction, le documentaire, le clip musical et l’animation.

À quoi servira la collecte

Le montant récolté servira à :

la location des moyens techniques de tournage. les décors, accompagnés des habillages et du maquillage.la régie, c’est-à-dire la location des lieux de tournage, le transport de l’équipe technique et artistique, la nourriture sur le tournage, etc.

Tout budget supplémentaire nous permettra d’apporter encore plus de qualité au film, d’avoir du matériel supplémentaire et de rémunérer l’équipe et d’avoir des fonds pour les inscriptions futures en festivals.

Choisissez votre contrepartie

Contrepartie star

Pour 50 €

Pour cette somme, vous pourrez : - Apparaître au générique du film. - Recevoir un lien privé vous permettant de visionner le film - Recevoir une photo de tournage - Être invité à une projection privée du film
  • Contributeurs : 33
  • Livraison Octobre 2021

Pour 5 €

Un grand merci du fond du cœur
  • Contributeurs : 4
  • Livraison Octobre 2021

Pour 10 €

Bienvenue dans l’équipe - Pour cette somme, vous gagnez le droit d’apparaitre au générique du film
  • Contributeurs : 6
  • Livraison Octobre 2021

Pour 20 €

Pour cette somme, vous pourrez : - Apparaître au générique du film. - Recevoir un lien privé vous permettant de visionner le film
  • Contributeurs : 32
  • Livraison Octobre 2021

Pour 30 €

Pour cette somme, vous pourrez : - Apparaître au générique du film. - Recevoir un lien privé vous permettant de visionner le film - Recevoir une photo de tournage
  • Contributeurs : 16
  • Livraison Octobre 2021

Pour 100 €

Pour cette somme, vous pourrez : - Apparaître au générique du film. - Recevoir un lien privé vous permettant de visionner le film - Recevoir une photo de tournage dédicacée - Être invité à une projection privée du film - Recevoir l’affiche du film dédicacée
  • Contributeurs : 13
  • Livraison Octobre 2021

Pour 250 €

Pour cette somme, vous pourrez : - Apparaître au générique du film. - Recevoir un lien privé vous permettant de visionner le film - Recevoir une photo de tournage dédicacée - Être invité à une projection privée du film - Recevoir l’affiche du film - Avoir une rencontre privée avec le réalisateur
  • Contributeur : 1
  • Livraison Octobre 2021

Pour 500 €

Pour cette somme, vous pourrez : - Apparaître au générique du film. - Recevoir un lien privé vous permettant de visionner le film - Recevoir une photo de tournage dédicacée - Être invité à une projection privée du film - Recevoir l’affiche du film - Avoir une rencontre privée avec le réalisateur - Recevoir un élément de décor inédit - Être invité sur le tournage du film - Être figurant lors du tournage, si vous le souhaitez. (Rôle d'un mort sous un drap)
  • Livraison Octobre 2021

Faire un don

Je donne ce que je veux