Un projet alternatif pour La Grave

Une étude pour un projet alternatif au 3ème tronçon du téléphérique

Visuel du projet Un projet alternatif pour La Grave
275
Contributeurs
17 jours
Restants
14 815 €
Sur 25 000 €
59 %
Changer
de vie

Un projet alternatif pour La Grave

A La Grave, à 3600 mètres d’altitude sur le glacier de la Girose, un projet de construction d’un nouveau téléphérique démarre à l’été 2021. Le collectif « La Grave Autrement » veut préserver le glacier, en proposant un autre projet plus adapté à l’économie locale, sans construire ce troisième tronçon. Le Collectif a besoin de vous pour financer cette étude, pour construire un nouveau modèle de développement pour nos montagnes !

Qui sommes-nous ?

Le Collectif La Grave Autrement est un collectif de citoyens qui s’est créé début 2020. Il a pour but de générer un débat d’idées, afin de soulever des questions essentielles quant à l’avenir et au développement de notre territoire du Pays de la Meije. Il compte plus de 800 adhérents et 5000 personnes le suivent sur les réseaux sociaux.

Qu'est-ce que le projet de construction d'un 3ème tronçon de téléphérique ?

La commune de la Grave compte une population de 482 habitants. La commune de la Grave a délégué à la Société d’aménagement touristique de la Grave (SATG) l’exploitation de l’ensemble des remontées mécaniques du domaine skiable (hors pistes) des vallons des glaciers de la Meije, comportant le téléphérique actuel (composé de 2 tronçons entre le village et le col des Ruillans) et le téléski existant de la Girose qui permet de monter les skieurs à l’est du domaine de la Lauze par le glacier de la Girose, jusqu’à 3 550 m d’altitude.

La SATG envisage la construction d’un 3ème tronçon de téléphérique en remplacement du téléski, comportant les aménagements suivants :

• le démantèlement du téléski de la Girose,

• la construction de la gare amont d’arrivée du téléphérique de la Girose implantée à 3 535 m d’altitude en bordure nord du Dôme de la Lauze,

• l’installation de la ligne du téléphérique de la Girose avec la construction d’un pylône relais,

• la construction d’un bâtiment unique dénommé « Gare 3200 », au col de Ruillans, intégrant la gare aval du nouveau téléphérique, le restaurant d’altitude et un espace d’exposition,

• l’aménagement de pistes de ski, notamment la création d’une piste de raccordement entre la gare amont du téléphérique et la piste existante qui descend sur le glacier depuis le sommet du téléski de la Girose et le col de Ruillans.

Source: http://www.mrae.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/2021appaca18.pdf 

Est-ce vraiment nécessaire ?

Le Collectif La Grave Autrement questionne fortement la pertinence de ce projet, pour trois raisons principales :

1. ECONOMIQUE: L’investissement de 12 millions d'euros (dont 4 millions d'euros d'argent public, pour un village de 500 habitants !) nous semble disproportionné au regard des retombées attendues pour le développement local. Nous pensons qu’avec un réaménagement intelligent de l’espace sommital actuel à 3200m les effets levier pourraient être identiques pour un investissement sans commune mesure. Le prix du forfait va gonfler, d'autant plus avec la liaison sur les Deux Alpes qui se profile clairement à l'horizon. Le public habituel de fréquentation de La Grave, été et hiver, ne pourra plus venir. Les infrastructures du village ne sont pas adaptés pour accueillir des populations plus aisées. Faut-il aussi reconstruire le village? Ou est-ce que les clients resteront aux Deux Alpes? Dans ce cas où sont les retombées économiques? Nous pensons qu'il serait plus judicieux de miser sur d'autres économies que le tout tourisme: salle d'escalade, salle de musculation, pastoralisme, artisans et artisanat...

2. ECOLOGIQUE: A l’heure des problématiques de dérèglement climatique, de crise économique dans le secteur touristique due au Covid19 et du classement de l’alpinisme au patrimoine immatériel de l’UNESCO, ce projet nous paraît clairement désuet. L’aménagement et l'entretien d’une nouvelle piste de ski n'est pas en phase avec la protection des glaciers. Tandis que la développement de l'activité alpinisme sur LE glacier le plus accessible en France est d'actualité. Le 3ème tronçon empêchera l'activité alpinisme. 

3. DEMOCRATIQUE: La concertation avec la population sur ce projet impactant a été pratiquement inexistante ! L'étude d'un projet alternatif pourra permettre d'organiser un vrai débat citoyen, enfin!

 

 

À quoi servira la collecte

Le projet alternatif sera étudié par un cabinet spécialisé, pour un coût de 52 704 €. Nous avons réuni les meilleurs consultants spécialisés, très reconnus sur le sujet des projets de développement en station et en montagne. Cela correspond à 90 jours de travail, de février à septembre 2021. Le montant du crowfunding (25 000 €) nous permettra de lancer l'étude !

Leur travail va s’articuler en deux phases : réalisation d’un diagnostic complet du territoire (économique et touristique, social, environnemental, et démographique), choix et approfondissement d’un scénario.

Chaque personne intéressée pourra s’informer sur un site web dédié, où l’état d’avancement y sera transcrit au fur et à mesure de manière transparente.

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux