"La pitié dangereuse" de Stefan Zweig

Adaptation théâtrale du roman "La pitié dangereuse" de Stefan Zweig, une histoire d'amour poignante et bouleversante!

Visuel du projet "La pitié dangereuse" de Stefan Zweig
Réussi
37
Contributions
28/05/2013
Date de fin
3 025 €
Sur 3 000 €
101 %

"La pitié dangereuse" de Stefan Zweig

<p> Le spectacle "<strong><em>La pitié dangereuse</em>" de Stefan Zweig, a été créée en 2011</strong> au <em>Festival d'Avignon</em> et connu un franc <strong>succès</strong>.</p> <p>  </p> <p> Suite à cette programmation estivale, il fut repris <strong>4 mois</strong> au théâtre Le <strong>Lucernaire à Paris</strong> puis en <strong>tournée</strong>, et là encore, le public fut au rendez-vous ainsi que la presse. (voir plus bas).Aujourd'hui, il atteint les 114 représentations et repart une nouvelle fois au Festival d'Avignon 2013.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Dsc_3068" height="186" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/16365/DSC_3068.JPG" width="307"><em> Arnaud Denissel et Elodie Menant</em></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u><strong>Résumé de l‘histoire</strong></u></p> <p> "1913, dans une ville de garnison autrichienne, le riche Monsieur Kekesfalva organise un bal costumé en l’honneur de sa fille, Edith, paralysée. Lors de cette soirée, la demoiselle au surnom d’hirondelle, rencontre Anton Hofmiller, jeune lieutenant de cavalerie. Pris de compassion pour elle, l’officier lui tient compagnie et les visites se succèdent. Edith en tombe follement amoureuse. Comment réagir face à cet amour? Quels sont les limites et les dangers de la pitié? Non-dits, réparties cinglantes, pointes d’humour, le génie de Stefan Zweig se retrouve une nouvelle fois dans cette sublime histoire d’amour touchante et captivante."</p> <p>  </p> <p> <img alt="Anton_edith" height="296" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/16389/anton_edith.jpg" width="190"></p> <p>  </p> <p> <u><strong>L'équipe artistique: </strong></u></p> <p> <strong>Mise en scène</strong> : Stéphane Olivié Bisson assisté de Fanny Zeller</p> <p> <strong>Adaptation</strong>: Elodie Menant</p> <p> <strong>Comédiens</strong>: </p> <p> <em>Lieutenant Hoffmiller</em>: Maxime Bailleul en alternance avec Arnaud Denissel</p> <p> <em>Edith</em>: Elodie Menant</p> <p> <em>Docteur Condor</em>: Philippe Risler</p> <p> <em>M. Kekesfalva</em> : Jean-Charles Rieznikoff</p> <p> <em>Ilona</em>: Alice Pehlivanyan en alternance avec Salima Glamine</p> <p> <strong>Costumes</strong>: Cécile Choumiloff,Charlotte Winter</p> <p> <strong>Décors</strong>: Linda Pérez</p> <p> <strong>Régisseurs</strong>: Serge Vaiti, Christophe.</p> <p> <strong>Photos</strong>: Olivier Brajon</p> <p> <strong>Co-producteurs : </strong>La compagnie Carinae et Atelier théâtre actuel</p> <p> <strong>Tourneur</strong>: Atelier Théâtre Actuel.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="5" height="258" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/16366/5.jpg" width="390"></p> <p> <em>Salima Glamine et Arnaud Denissel</em></p> <p>  </p> <p> <u><strong>Les éloges de la presse suite au festival d'Avignon 2011 :</strong></u></p> <p>  </p> <p> <strong>Le JDD</strong> : Stéphane Olivié Bisson met en scène une efficace adaptation du livre de Stefan Zweig. Elodie Menant, superbe dans le rôle d’Edith, a découpé le roman en une quantité de scènes courtes.</p> <p>  </p> <p> <strong>Marianne 2</strong> :  La pièce est emmenée par une Elodie Menant fort émouvante dans le rôle délicat de la petite hirondelle clouée dans son nid de douleur.</p> <p>  </p> <p> <strong>La Marseillaise</strong> : Elodie Menant incarne à merveille le personnage d’Edith et lui donne une véracité qui nous emporte. Arnaud Denissel est un superbe lieutenant. […] Un roman devenu pièce de théâtre grâce à un très beau travail d’adaptation que l’on voit avec un réel plaisir.</p> <p>  </p> <p> <strong>La provence.com</strong> : L'adaptation du texte au théâtre est audacieuse puisqu’elle exclut le déballage des sentiments, par opposition à un texte original très narratif. Et le résultat est réussi! […] [Le jeu des comédiens] contribue à donner l’image d’une société autrichienne paralysée par les conventions sociales.</p> <p>  </p> <p> <strong>Le midi libre</strong>: Un puissant drame amoureux adapté de Stefan Zweig. […] Il faut saluer l’interprétation d’Elodie Menant, sensible et émouvante Edith, Arnaud Denissel (Anton) monte en puissance tout au long de la pièce et vit son rôle avec justesse, Docteur Condor (David Salles) est extraordinaire. Une adaptation réussie qui révèle toutes les « facettes de l'âme humaine».</p> <p>  </p> <p> <strong>Vaucluse Hebdo</strong> : Théâtre et littérature ne font pas obligatoirement bon ménage. Mais quand c’est le cas, quel bonheur! Par la grâce d’une adaptation très réussie d’Elodie Menant, (qui joue Edith), on retrouve complètement le 1er roman de Zweig.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Dsc_3188" height="225" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/16367/DSC_3188.JPG" width="342"></p> <p>  </p> <p> <strong><u>La presse toujours aussi louangeuse suite au Lucernaire : </u></strong></p> <p>  </p> <p> <strong>Télérama TT</strong> : Elodie Menant est formidable de désir de vivre et d'enthousiasme dans ce personnage qui doit faire face à l'inertie d'une société au bord du désastre.</p> <p>  </p> <p> <strong>Le monde.fr</strong>: Un spectacle réussi, où tout concourt, la mise en scène, le jeu des interprètes.</p> <p>  </p> <p> <strong>L'express</strong> : La troupe parvient à opérer le retournement passionnant du roman. Ingénieuse adaptation. Elodie Menant, dans le rôle de la malade, est déchirante.</p> <p>  </p> <p> <strong>La vie </strong>: Avec subtilité l’adaptation et l’interprétation d’Elodie Menant restitue la tension tragique de ce chef-d’œuvre de Stefan Zweig. A travers une mise en scène sobre et gracieuse.</p> <p>  </p> <p> <strong>A nous Paris</strong> : La mise en scène de Stéphane Olivié Bisson tient une note de tension sur tous les tableaux et révèle une poignée d’acteurs au jeu subtilement grotesque. Quant à Elodie Menant elle embarque tout, ne s’épargnant pas, avec une sorte de rage bienvenue. Un voyage sans retour du côté de notre face cachée, inavouée, ténébreuse.</p> <p>  </p> <p> <strong>Pariscope</strong> : L’ensemble des comédiens porte ce drame avec conviction. Et l’on sort touchés de la salle.</p> <p>  </p> <p> <strong>Théâtral magasine </strong>:<strong> Un pari réussi</strong>. Texte coupé dans le vif, répliquent qui claquent, silences justes qui expliquent la complexité des sentiments et la vérité qui peine à affleurer. L'adaptatrice incarne également Edith, jeune oiseau fragile et ultra sensible dont on a coupé les ailes. Il faut la voir corsetées dans sa robe, douée dans un fauteuil colossal aux allures de trône, sa prison dorée. Elle est <strong>poignante</strong>. Ce ballet, orchestré par Stéphane Olivié Bisson est <strong>prenant, émouvant</strong>.</p> <p>  </p> <p> <strong>even.fr 4*</strong>: Elodie Menant s’est attaquée à un vrai défi : réduire les presque 400 pages du roman de Stefan Zweig et les transformer en une pièce d’une heure capable de rendre vivante et palpable l’histoire poignante d’Edith et du lieutenant Hofmiller. <strong>La mise en scène sobre s’appuie entièrement sur le jeu des comédiens</strong> : Elodie Menant est excellente en Edith dont la passion s’exprime tout en retenue avant d’exploser jusqu’à la colère. Le défi est donc relevé avec brio dans cette pièce où la pitié finit par nous étreindre face au destin tragique des personnages.</p> <p>  </p> <p> <strong>Allegro théâtre</strong>: "On ne peut qu'applaudir à l'adaptation théâtrale qu'a réalisé à partir du volumineux roman de Zweig Elodie Menant qui incarne aussi l'amoureuse transie."</p> <p>  </p> <p> <img alt="P1050872" height="303" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/16395/P1050872.JPG" width="228"><em>  Maxime Bailleul et Elodie Menant</em></p> <p>  </p> <p> <u><strong>Avignon 2013 : Un théâtre sublime "Le petit Louvre" à 16h20! Du 6 au 29 juillet !</strong></u></p> <p>  </p> <p> <strong>Monument classé du XIIIème siècle</strong>, situé en plein centre d’Avignon, cette <strong>chapelle devenue théâtre </strong>peut accueillir <strong>225 spectateurs</strong>.</p> <p> Théâtre réputé, il  a accueilli des comédiens tels que Richard Bohringer ou Rufus.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Petit_louvre" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/16388/petit_louvre.jpg"><em>La Chapelle des Templiers, 225 places</em></p> <p>  </p> <p> <u><strong>Pourquoi  reprendre à Avignon?</strong></u></p> <p>  </p> <p> On dit toujours que « le deuxième Avignon est meilleur que le premier ». Notre premier Avignon avec « La pitié dangereuse » ayant été une belle réussite, un deuxième ne peut qu’être positif. Forts des nombreuses critiques de presse, d’un spectacle joué plus de 110 fois, d’un auteur dont on vient de célébrer le 70ème anniversaire de sa mort, nous sommes convaincus que nous pouvons  encore toucher un très large public et connaître un nouveau succès.  L’objectif est de faire vivre ce spectacle que nous aimons tant, de lui permettre de se jouer partout en France grâce aux nombreux programmateurs présents au Festival.</p> <p> <a href="http://www.le-petitlouvre.com/location-salle-avignon.html" target="_blank">Lien vers le site du théâtre Le petit louvre.</a></p> <p>  </p> <p> <u><strong>Tourneur</strong></u> : Atelier théâtre actuel.</p> <p>  </p> <p> <img alt="3b" height="287" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/16400/3b.jpg" width="270"></p> <p> <em>Arnaud Denissel, Jean-Charles Rieznikoff, Alice Pehlivanyan, Fanny Zeller, Elodie Menant</em></p>

À quoi servira la collecte

<p> <u><strong>Une reprise a toujours un coût, surtout au Festival d'Avignon </strong>!!!.</u></p> <p>  </p> <p> <strong>Notre budget prévisionnel s'élève à 46 000€</strong> répartis comme suit:</p> <p>  </p> <p> Location salle: 13 400€ HT</p> <p> Logement : 5000€</p> <p> Salaires: 21 600€</p> <p> Communication (affiches, tracts, etc): 700€</p> <p> Transports : 500€</p> <p> Transports décor: 800 €</p> <p> Costumes: 1000€</p> <p> Assurance, inscription Off, tractage : 1000€</p> <p> Imprévu : 2000€</p> <p>  </p> <p> <strong>TOTAL : 46 000€.</strong></p> <p>  </p> <p> Les recettes prévisionnels sont estimées sur la base de celles du 1er Avignon: soit 26 000€. Cela représente à la fin du Festival, <strong>une perte potentiel de 28 000€</strong> environ.</p> <p>  </p> <p> <strong>Obtenir une aide, permettrait de limiter ce déficit important et de continuer de travailler dans des conditions professionnels honorables.Il est rare que les comédiens soient rémunérés au Festival, nous tenons à le faire!!! </strong></p> <p>  </p> <p> <strong>DONC, PLUS NOUS AURONS DE SOUS, MOINS NOUS PERDRONS D'ARGENT ! Nous pourrons ainsi envisager d'autres projets et continuer notre engagement artistique.</strong></p> <p>  </p> <p> <img alt="19" height="259" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/16387/19.JPG" width="391">   </p> <p>  </p> <p> <strong><u>Nos objectifs: </u></strong></p> <p>  </p> <p> Sensibiliser les jeunes au théâtre, mais également les plus démunis ou les personnes âgées en pratiquant des tarifs préférentiels. Ouvrir des débats sur le handicap, la compassion ou le jugement. Rencontrer dès que possible le public, créer une interactivité, <strong>rendre le théâtre utile</strong>.</p> <p>  </p> <p> <img alt="P1050873" height="291" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/16396/P1050873.JPG" width="217"><em> Philippe Risler</em></p> <p>  </p>

Choisissez votre contrepartie

5 €

Un marque-page de "La pitié dangereuse"
  • 1 contribution

10 €

Une affiche dédicacée par l'équipe
  • 5 contributions

25 €

Une affiche dédicacée et une photo de la pièce en format A5
  • 5 contributions

50 €

Une affiche dédicacée de la pièce,une invitation au spectacle
  • 3 contributions

70 €

Un marque-page, une affiche dédicacée, une photo du spectacle format A5 et une invitation
  • 1 contribution

100 €

Tout ce qui précède ainsi que le texte de la pièce édité aux editions l'harmattan.
  • 4 contributions

200 €

Vous en rêviez, cela est possible! Tous les cadeaux précédents plus un verre offert avec l'équipe du spectacle.

300 €

On ne se contente plus d'un verre... Un diner offert avec toute l'équipe du spectacle! Ainsi que tous les cadeaux précédents.
  • 1 contribution

Faire un don

Je donne ce que je veux