La Promesse de l'Aube - spectacle

Soutenez La Promesse de l'Aube au Festival d'Avignon !

Visuel du projet La Promesse de l'Aube - spectacle
Réussi
13
Contributions
10/07/2018
Date de fin
3 545 €
Sur 3 500 €
101 %

La Promesse de l'Aube - spectacle

<p><em><strong>&quot;AVEC L&#39;AMOUR MATERNEL, LA VIE VOUS FAIT A L&#39;AUBE, UNE PROMESSE&nbsp; QU&#39;ELLE NE TIENT JAMAIS&quot;&nbsp;</strong></em></p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/523813/La_danse_KKBB-1528311546.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p>Nous aimons le th&eacute;&acirc;tre. Nous aimons jouer. Nous aimons raconter, partager. Nous aimons les histoires qui nous font rire, celles qui nous &eacute;meuvent. Nous aimons les histoires qui parlent de cette dr&ocirc;le de souche &agrave; partir de laquelle nous nous construisons, par exc&egrave;s, par d&eacute;faut, de travers, en vrac :<strong> L&#39;AMOUR MATERNEL</strong>.</p><p>&nbsp;</p><p><strong>Cette PROMESSE DE L&#39;AUBE </strong>que Romain Gary a choisi pour titre est une double promesse : <strong>promesse que fait la vie au narrateur &agrave; travers une m&egrave;re passionn&eacute;e ; promesse qu&rsquo;il fait tacitement &agrave; cette m&egrave;re d&rsquo;accomplir tout ce qu&rsquo;elle attend de lui dans l&rsquo;ordre de l&rsquo;h&eacute;ro&iuml;sme et de la r&eacute;alisation de soi-m&ecirc;me</strong></p><p>&nbsp;</p><p>Rarement la pi&eacute;t&eacute; filiale s&#39;est exprim&eacute;e avec plus de tendresse, de sensibilit&eacute;, de clairvoyance et d&#39;humour.</p><p>Mettre en spectacle la litt&eacute;rature est un moyen de d&eacute;dramatiser l&rsquo;acte de lire. Nos moyens d&rsquo;acteurs : nos voix, nos corps, nos sensibilit&eacute;s, peuvent donner envie d&rsquo;y go&ucirc;ter davantage. Donner &agrave; entendre, voir, ressentir, questionner, active le d&eacute;sir, la curiosit&eacute; d&rsquo;aller plus loin en poussant les portes des biblioth&egrave;ques ou des salles de spectacle. Notre souhait, notre plaisir sont l&agrave;</p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/523814/Promesse_Aube_CS_revu_KKBB-1528311617.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p>Adaptation et Mise en Sc&egrave;ne : <em><strong>Cyril</strong> <strong>BRISSE</strong></em></p><p>Jeu : <em><strong>C&eacute;line DUPUIS et St&eacute;phane HERVE</strong></em></p><p>Lumi&egrave;res : <strong><em>Nicolas Faucheux</em></strong></p><p>D&eacute;cors : <strong><em>Ettore&nbsp;</em></strong><em><strong>Marchica</strong></em></p><p>Administration : <em><strong>Anne de Br&eacute;chard</strong></em></p><p>Diffusion : <strong><em>Florent Mousset</em></strong></p><p>Photos :<strong><em> Simon Gosselin</em></strong></p><p>&nbsp;</p><p>Production : <em><strong>Des ILS ET DES ELLES</strong></em></p><p>Coproduction : <em><strong>Compagnie FRANCHE CONNEXION</strong></em></p><p><strong>Avec le soutien de la DRAC HAUTS DE FRANCE, SPEDIDAM,&nbsp;La Virgule (Tourcoing</strong>)</p><p>&nbsp;</p><p><em><strong>- L&rsquo;HISTOIRE - </strong></em></p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/523815/Promesse_aube_Sh_KKBB-1528311668.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p>&laquo; C&rsquo;&eacute;tait s&ucirc;r. Mais je ne le savais pas. Ce fut seulement aux abords de la quarantaine que je commen&ccedil;ai &agrave; comprendre. Il n&rsquo;est pas bon d&rsquo;&ecirc;tre tellement aim&eacute;, si jeune, si t&ocirc;t. &Ccedil;a vous donne de mauvaises habitudes. On croit que c&rsquo;est arriv&eacute;. On croit que &ccedil;a existe ailleurs, que &ccedil;a peut se retrouver. On compte l&agrave;-dessus. On regarde, on esp&egrave;re, on attend. Avec l&rsquo;amour maternel, la vie vous fait &agrave; l&rsquo;aube une promesse qu&rsquo;elle ne tient jamais. On est oblig&eacute; ensuite de manger froid jusqu&rsquo;&agrave; la fi n de ses jours. Apr&egrave;s cela, chaque fois qu&rsquo;une femme vous prend dans ses bras et vous serre sur son coeur, ce ne sont plus que des condol&eacute;ances. On revient toujours gueuler sur la tombe de sa m&egrave;re comme un chien abandonn&eacute;. Jamais plus, jamais plus, jamais plus. Des bras adorables se referment autour de votre cou et des l&egrave;vres tr&egrave;s douces vous parlent d&rsquo;amour, mais vous &ecirc;tes au courant. Vous &ecirc;tes pass&eacute; &agrave; la source tr&egrave;s t&ocirc;t et vous avez tout bu. Lorsque la soif vous reprend, vous avez beau vous jeter de tous c&ocirc;t&eacute;s, il n&rsquo;y a plus de puits, il n&rsquo;y a que des mirages. Vous avez fait, d&egrave;s la premi&egrave;re lueur de l&rsquo;aube, une &eacute;tude tr&egrave;s serr&eacute;e de l&rsquo;amour et vous avez sur vous de la documentation. Partout o&ugrave; vous allez, vous portez en vous le poison des comparaisons et vous passez votre temps &agrave; attendre ce que vous avez d&eacute;j&agrave; re&ccedil;u. Je ne dis pas qu&rsquo;il faille emp&ecirc;cher les m&egrave;res d&rsquo;aimer leurs petits. Je dis simplement qu&rsquo;il vaut mieux que les m&egrave;res aient encore quelqu&rsquo;un d&rsquo;autre &agrave; aimer. Si ma m&egrave;re avait eu un amant, je n&rsquo;aurais pas pass&eacute; ma vie &agrave; mourir de soif aupr&egrave;s de chaque fontaine. Malheureusement pour moi, je me connais en vrais diamants. &raquo;</p><p><em><strong>Extrait de &laquo; La promesse de l&rsquo;aube &raquo; Romain Gary</strong></em></p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/523816/la_promesse_de_l_aube-c_line_cigarette_KKBB-1528311732.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>- CRITIQUES - EXTRAITS&nbsp;</strong></p><p>&nbsp;</p><p><strong><em>&quot;L&rsquo;histoire est subtilement d&eacute;coup&eacute;e pour le th&eacute;&acirc;tre et &eacute;voque les folles ambitions de&nbsp; Mina, actrice russe g&eacute;n&eacute;reuse et extravagante, pour son fils. Avec beaucoup de talent, d&rsquo;humour et de tendresse, tout en nuances et retenue pour l&rsquo;un, fantaisie et extravagance pour l&rsquo;autre, les deux acteurs savent transmettre toute l&rsquo;&eacute;nergie, le sel et l&rsquo;&eacute;motion du roman de Romain Gary.&quot;&nbsp; </em></strong><strong><em>La Nouvelle R&eacute;publique du Centre / janvier 2016</em></strong></p><p>&nbsp;</p><p><strong><em>&quot;Dans une mise en sc&egrave;ne &eacute;pur&eacute;e, entre th&eacute;&acirc;tre-r&eacute;cit et dialogues, C&eacute;line Dupuis et St&eacute;phane Herv&eacute; portent la voix d&rsquo;un amour filial hors du commun. Il n&rsquo;est pas ais&eacute; d&rsquo;incarner cette m&egrave;re tyrannique d&rsquo;amour dont on a pu se construire une image &agrave; la lecture du roman mais C&eacute;line Dupuis s&rsquo;en tire avec charme. Voix forte, imp&eacute;tueuse, avec ce petit quelque chose de d&eacute;lirant et d&rsquo;infiniment tendre qui sied si bien au personnage, lui donne corps. De son c&ocirc;t&eacute;, St&eacute;phane Herv&eacute; est tour &agrave; tour l&rsquo;enfant puis le jeune homme, d&eacute;vou&eacute; et sarcastique, fier et honteux. Derri&egrave;re un jeu tout en finesse, on sent que ce r&ocirc;le est tr&egrave;s s&eacute;rieux pour l&rsquo;acteur et son implication se ressent, fait &eacute;cho chez le spectateur.</em></strong></p><p><strong><em>C&rsquo;est une interpr&eacute;tation tr&egrave;s juste pour des passages du roman tr&egrave;s bien choisis : le d&eacute;roul&eacute; de l&rsquo;histoire n&rsquo;est en rien d&eacute;natur&eacute;&quot; La Nouvelle Claque - Avril 18</em></strong></p><p>&nbsp;</p><p><em><strong>- L&rsquo;AUTEUR -</strong></em></p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/523840/Photo_Romain_Gary-1528315254.jpeg" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Romain Gary, de son vrai nom Roman Kacew</strong>, n&eacute; le 8 mai 1914 &agrave; Vilnius (Lituanie) et mort le 2 d&eacute;cembre 1980 &agrave; Paris, est un romancier fran&ccedil;ais d&rsquo;origine russe, unique double laur&eacute;at du Prix Goncourt. Romain Kacew est le fi ls de Arieh Leib Kacew et de Mina Owczynska. Il &eacute;tait juif par ses deux parents. Apr&egrave;s le d&eacute;part de son p&egrave;re, alors qu&rsquo;il est &acirc;g&eacute; de 11 ans, Romain Gary est &eacute;lev&eacute; par sa m&egrave;re. Mina alla s&rsquo;installer dans sa famille &agrave; Varsovie avec son fils. Ils y v&eacute;curent jusqu&rsquo;en 1928.</p><p><strong>Gary arrive en France, &agrave; Nice, &agrave; l&rsquo;&acirc;ge de 14 ans</strong>. Il &eacute;tudie le droit &agrave; Paris. Naturalis&eacute; fran&ccedil;ais en 1935, il est appel&eacute; au service militaire pour servir dans l&rsquo;aviation o&ugrave; il est incorpor&eacute; en 1938. En 1940 il rejoint la France libre o&ugrave; il sert dans les Forces a&eacute;riennes fran&ccedil;aises libres. C&rsquo;est durant cette p&eacute;riode que Romain Kacew choisit le nom de guerre de Gary (signifiant br&ucirc;le ! en russe) qui deviendra son pseudonyme. Il termine la guerre comme capitaine de r&eacute;serve et il est nomm&eacute; compagnon de la Lib&eacute;ration. Apr&egrave;s la fi n des hostilit&eacute;s, il entame une carri&egrave;re de diplomate au service de la France.</p><p>&nbsp;</p><p>Il fut l&rsquo;&eacute;poux de l&rsquo;&eacute;crivaine britannique<em><strong> </strong></em><strong>Lesley Blanch</strong> et de l&rsquo;actrice am&eacute;ricaine <strong>Jean Seberg</strong>, dont il divor&ccedil;a. Un peu plus d&rsquo;un an apr&egrave;s le suicide de celle-ci (septembre 1979), il se donne la mort en se tirant une balle dans la bouche. <strong>Apr&egrave;s sa disparition, on apprit que, sous le pseudonyme d&rsquo;&Eacute;mile Ajar</strong>, il &eacute;tait &eacute;galement l&rsquo;auteur de quatre romans.</p><p>&nbsp;</p><p>Plusieurs de ses livres ont &eacute;t&eacute; adapt&eacute;s au cin&eacute;ma, notamment <em><strong>Clair de Femme</strong></em> (1979) par Costa-Gavras,&nbsp; et&nbsp; <em><strong>La Vie devant Soi</strong></em> (1977) par Mosh&eacute; Mizrahi, qui remporta l&rsquo;Oscar du meilleur fi lm en langue &eacute;trang&egrave;re, et dans le r&ocirc;le de Madame Rosa, Simone Signoret remporta le C&eacute;sar de la meilleure actrice. En 2007/2008, La vie devant soi est adapt&eacute;e au th&eacute;&acirc;tre par Didier Long avec Myriam Boyer, Aymen Sa&iuml;di, Xavier Jaillard et Magid Bouali dans les quatre r&ocirc;les principaux.</p><p>En 2007/2008, Christophe Malavoy incarne au th&eacute;&acirc;tre Romain Gary dans <strong>Gary/Ajar</strong>.</p><p>&nbsp;</p><p><em><strong>- BIOGRAPHIES -</strong></em></p><p>&nbsp;</p><p><em><strong>C&eacute;line DUPUIS est com&eacute;dienne</strong></em></p><p>&nbsp;</p><p><em><strong>Elle suit une formation de com&eacute;dienne au Cours Simon avec Jo&euml;lle Guillaud et Rosine Margat &agrave; Paris (Prix Marcel Achard 1er prix de premi&egrave;re ann&eacute;e). De Paris au bassin minier, de la prose aux vers, depuis 1996, elle joue au th&eacute;&acirc;tre des textes classiques (Moli&egrave;re, Rostand, Shakespeare&hellip;) ou contemporains (D. Fo, C. Fr&eacute;chette, JY Picq, L.Hall, S. Kane&hellip;) sous la direction de Marc Prin, Thomas Piasecki, Nora Granovski, Nicolas Ory, Aline Steiner, Dominique Sarrazin, Pierre Foviau, St&eacute;phane Titelein, Sophie Rousseau, Jean-Claude Giraudon, Brigitte Mounier, Susana Lastreto&hellip; Elle a jou&eacute;, chant&eacute;, port&eacute; des masques, manipul&eacute; des objets avec Claire Dancoisne, Nicolas Ducron, Justine Heynemann, Laurent Hatat, Audrey Chapon.</strong></em></p><p><em><strong>A la t&eacute;l&eacute;vision, elle travaille avec Etienne Dhaene, Alain Vermus, Bruno Bontzolkis, Thierry Binisti, Alexandre Pidoux, Christian Fran&ccedil;ois, Laurent Dussaux, Franck Apprederis&hellip; Elle participe &agrave; des courts-m&eacute;trages ainsi qu&rsquo;&agrave; des lectures publiques.</strong></em></p><p>&nbsp;</p><p><em><strong>St&eacute;phane HERVE est auteur, com&eacute;dien, metteur en sc&egrave;ne et formateur</strong></em></p><p>&nbsp;</p><p><em><strong>Il a &eacute;t&eacute; form&eacute; &agrave; l&rsquo;Ecole Charles Dullin, o&ugrave; il a travaill&eacute; avec Nadine Darmon, Charles Charras, Bernard Pigot, G&eacute;rard Chabanier, Anouch Par&eacute;. Il fait ses premi&egrave;res armes au th&eacute;&acirc;tre au sein de la compagnie D&eacute;cid&eacute;ment, en R&eacute;gion Centre, avec des com&eacute;dies d&rsquo;I. Horovitz ou de B. Vian. A Paris, il a interpr&eacute;t&eacute; des oeuvres tant d&rsquo;auteurs classiques que contemporains. Il joue Feydeau, Racine et Fabrice Melquiot.</strong></em></p><p><em><strong>En 2005, il cr&eacute;e sa compagnie th&eacute;&acirc;trale, Des ils et des elles, dont il est aujourd&rsquo;hui le directeur artistique. Il met en sc&egrave;ne Les sept jours de Simon Labrosse, de Carole Fr&eacute;chette cr&eacute;&eacute;e au Festival OFF d&rsquo;Avignon (th&eacute;&acirc;tre Pr&eacute;sence Pasteur), puis reprise en tourn&eacute;e en province et au Th&eacute;&acirc;tre de la Manufacture des abbesses, &agrave; Paris. Il &eacute;crit pour le th&eacute;&acirc;tre, cr&eacute;e un duo comique de Lanester &agrave; Paris. Il met en sc&egrave;ne et joue depuis 2013, dans L&rsquo;h&eacute;ro&iuml;sme au temps de la grippe aviaire, de Thomas Gunzig, cr&eacute;ation en Avignon, puis tourn&eacute;es en R&eacute;gion Centre et Normandie. Il joue dans Pinocchio, de Lee Hall, adapt&eacute; par Mathieu L&eacute;tuv&eacute;, Caliband Th&eacute;&acirc;tre, en tourn&eacute;e depuis 2 ans, France enti&egrave;re et au Th&eacute;&acirc;tre de Belleville, &agrave; Paris en 2015.</strong></em></p><p><em><strong>Sa pi&egrave;ce, Fuite nuptiale, &eacute;crite en 2013, a re&ccedil;u le soutien du CICLIC et de la DRAC en R&eacute;gion Centre.</strong></em></p><p><em><strong>En parall&egrave;le de son activit&eacute; th&eacute;&acirc;trale, il a cr&eacute;&eacute; en 2006, le Th&eacute;&acirc;tre Outil, au service des individus et des entreprises. Cela lui donne l&rsquo;occasion d&rsquo;&eacute;crire r&eacute;guli&egrave;rement des com&eacute;dies, en r&eacute;ponse &agrave; des commandes d&rsquo;&eacute;coles, d&rsquo;universit&eacute;s, d&rsquo;entreprises &hellip; </strong></em></p><p><em><strong>Pour replacer l&rsquo;humain au centre des pr&eacute;occupations des entreprises et des collectifs. Autant que possible</strong></em></p>

À quoi servira la collecte

<p><strong>La compagnie Des Ils et des Elles percevra l&rsquo;int&eacute;gralit&eacute; de la collecte</strong></p><p><strong>La collecte servira &agrave; financer une partie de nos d&eacute;penses en Communication/Diffusion (charg&eacute;e de diffusion (2200 euros / juillet), conception du visuel (1000 euros), r&eacute;alisation des dossiers de presse + tracts et affiches (300 euros / juin-juillet)&nbsp; / </strong><strong>Co&ucirc;t Total 3500 euros</strong></p><p>Si par bonheur la collecte, d&eacute;passait cette somme, elle servirait &agrave; prolonger l&#39;emploi de notre charg&eacute; de diffusion &agrave; la rentr&eacute;e</p><p><strong>La Compagnie sera &agrave; Avignon &agrave; PRESENCE PASTEUR du 7 au 21 Juillet et jouera &agrave; 17h20 (sauf les 9 et 16/07)</strong></p><p>&nbsp;&nbsp;<img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/523828/Promesse_Aube_C_Drapeau_KKBB-1528314320.jpg" /></p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux