GMoreau19 présente

LaRGA

Soutenir le LaRGA c'est renforcer la valorisation de l'apprentissage, encourager l'innovation pédagogique et favoriser les transmissions.

Large_couverture_ok-1514882922

Présentation détaillée du projet

Le LaRGA (Laboratoire de Recherche du Geste Artisanal) se compose de deux volets :  

 

- une expérimentation scientifique fournissant des données afin de mieux connaître les figures du formateur et de l’apprenti en formation professionnelle métiers d’art dans le but d’imaginer et de construire de nouveaux outils de transmission des métiers.

 

- des vidéos et un documentaire portés par l'Association Apprendre par corps pour la valorisation des métiers d'art et de l'apprentissage.

 

 

 

 

Le LaRGA, imaginé dans le cadre d'une recherche doctorale en sociologie (Université Paris 3 - Laboratoire CERLIS) fait suite à un travail de terrain entamé en septembre 2016 dans un établissement pilote : L'Ecole La Bonne Graine.

 

Le LaRGA répond à un besoin : aborder la question de la formation professionnelle, en y intégrant, ce qui manquait jusqu’à présent, la question de la valorisation du corps.

 

Le secteur d’activité interrogé a souffert, jusqu’à ces dernières années, d’un manque de reconnaissance, notamment par un déni fait dans notre société à l’intelligence de la main et l’apprentissage.

 

Ce projet, en intégrant métiers d’art et art corporel, s’inscrit dans une nouvelle dynamique plus large, ouverte au monde et aux acteurs sociaux, qui doit faire une place plus importante et plus naturelle à la création par le geste.

 

 

 

 

Le LaRGA a pour but de mener une réflexion et une série d'expérimentations autour du geste technique en artisanat d'art, avec les formateurs et apprentis en formation CAP en Ile-de-France.

 

Un travail important sera réalisé autour de la main, à travers le « geste », essentiel dans le travail de l'artisan d'art ; mais le LaRGA a surtout vocation à pousser cette réflexion de « l'intelligence de la main » encore plus loin en questionnant la notion d'« intelligence du corps ».

 

Dans l'artisanat d'art, plus que des métiers manuels, ce sont des métiers corporels qui sont transmis et appris. C'est donc une réflexion globale, qui touche nécessairement à d'autres problématiques : celle de l'engagement corporel, de l'action, de la posture et, non loin, des éventuelles douleurs.

 

 

 

 

La question de départ du LaRGA est la suivante : Quelles représentations les formateurs et apprentis ont de leur métier et de leur pratique professionnelle ?

L'hypothèse principale étant : acquérir une meilleure conscience du corps au travail permet d’améliorer la transmission et l’apprentissage d’une technique artisanale.

 

Cinq CFA d'Ile-de-France participeront au LaRGA : 

- Ecole La Bonne Graine

- Ecole La Fabrique

- L'INFA 

- L'Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne

- La Maison des Compagnons d'Epône (à confirmer)

 

 

Une équipe composée de 14 personnes soutient et aide au développement du LaRGA.

 

Le comité de pilotage LaRGA :

 

- Ivan Bacciocchi, Directeur Ecole Internationale Mime Corporel Dramatique, Montreuil
- Marc Bayard, Conseiller développement culturel et scientifique, Mobilier National
- Arnaud Dubois, Chargé de recherche, Musée des Arts et Métiers
- Nicolas Fusz, Formateur Ebénisterie, La Bonne Graine 
- Michelle Goutagny, Chef de projet Innovation et Prospective, Ecole La Fabrique
- Marie-Eugénie Grelaud, Apprentie Chargée d'Étude, La Fabrique
- Géraldine Moreau, Chef de Projet LaRGA, Doctorante Sociologie, Apprendre par corps
- Nicolas Rizzo, Responsable du Pôle Développement et Communication, INMA
- Carole Szwarc, Artiste Marqueteur  
- Jérôme Théveny, Directeur La Bonne Graine

 

Le comité scientifique LaRGA : 

 

- Nicolas Adell, Maître de conférences Anthropologie, Université de Toulouse 2 - J.Jaurès
- Rémi Goasdoué, Maître de conférences Sciences de l'Éducation, Université Paris-Descartes
- Bruno Péquignot, Professeur Émérite Sociologie des Arts et de la Culture, Université Paris 3
- Virginie Desfloquet, Diplômée en Psychomotricité, Paris

 

 

 

 

Qui participe au LaRGA?

 

Le choix méthodologique qui a été fait porte sur le duo : formateur / apprenti. 

 


Face à des transmissions et des reprises d'activité toujours plus difficiles, face à des jeunes parfois réticents à l'idée de choisir l'apprentissage, le duo formateur/apprenti permet de dresser un bilan de la situation actuelle au sein des formations métiers d'art en apprentissage. 

 

Sur un même niveau, prendre en compte le point de vue du formateur et le point de vue de l'apprenti permet de mieux les connaître et les comprendre, pour imaginer des solutions pour l'avenir. C'est aussi l'occasion de renforcer et valoriser le lien intergénérationnel entre ceux qui forment et ceux qui se forment aux métiers d'art. 

 


Enfin, peu de projets jusqu'à aujourd'hui se sont intéressés à la parole des apprentis des métiers d'art, valorisant souvent plutôt les maîtres d'art. Le LaRGA s'intéresse à ces jeunes adultes qui décident d'intégrer une école pour se former aux métiers d'art et en particulier à un « diplôme du peuple » (Brucy, 2013) : le CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle).

 

Au total, à partir des données du catalogue de formation (formation initiale en apprentissage) mis en ligne par l'INMA, un échantillon test de 6 duos formateur/apprenti, soit 12 personnes, sera réalisé en Ile-de-France.

 

 

 

 

 

Comment se déroule une journée d'expérimentation?

 

Pour chaque CFA sélectionné (6 en Ile-de-France), 1 journée est dédiée au LaRGA, soit 6 journées d'expérimentation/tournage au total.

 

Chaque journée s'organise comme suit : 

 

MATIN : L’EXPERIMENTATION (3h) 
- Accueil des participants, mise en place ;
- Atelier de pratique expérimental autour du geste : 1h30
(Les images vidéos et photographies sont réalisées ‘sur le vif’ pendant cet atelier expérimental).

 

APRES-MIDI : LES ENTRETIENS (4h) 
- Auto-confrontation filmée : visionnage avec le formateur et l’apprenti des images réalisées le matin (1h30) ;
- Entretien sociologique filmé avec le formateur (1h15) ;
- Entretien sociologique filmé avec l’apprenti (1h15).

L’expérimentation se déroule à l’endroit habituel du travail en atelier. Autour de cet espace, prennent place le caméraman et les photographes (si la collecte le permet), en retrait pour saisir les images sur le vif. 
Les indications (les variables) seront données à haute voix, par Géraldine Moreau, au fur et à mesure de l’expérimentation. L’expérimentation part du plus connu pour les participants (outils, matière, situation classique) au plus inconnu voire ‘incongru’ (modification de variables telles que la vitesse, l’outil, la matière, la posture, le verbal/la démonstration, etc.).

 

 

​​​​​​

 

Les livrables du LaRGA

 

Pour chaque formation, nous réaliserons : 
- un atelier de pratique expérimental ;
- un entretien du formateur, filmé ;
- un entretien de l'apprenti, filmé ;

 

Et si la collecte le permet...


- une série de photographies des gestes professionnels avec et sans l'outil réalisée par les photographes Gianni et Tiziana Baldizzone.

- un carnet de gestes réalisé sous forme d’illustrations par Sébastien Laudenbach.

 

Ces matériaux donneront lieu à : 


- 6 films format court valorisant chaque formation (2017) ;

- 1 documentaire (2019)

- 1 rapport de recherche sociologique (2019) : les représentations de la formation et du geste professionnels chez les formateurs et apprentis des métiers d'art en France, qui servira de base scientifique pour construire de nouveaux outils de transmission/apprentissage.

 

Et si la collecte le permet...


- 1 exposition des photographies et illustrations;
- 1 livre présentant les photographies, illustrations et extraits d'entretiens.

 

 

 

L'équipe artistique du LaRGA

 

Gestion complète du projet 
- 1 chef de projet (G.Moreau)

Tournage 
- 1 cameraman (R.Rabito)

Post production 
- 1 monteur vidéo (R.Rabito)


Photographes 
- 2 photographes (T. et G.Baldizzone)

Ilustrations
- 1 illustrateur (S. Laudenbach)

Livre - 1 maquettiste-graphiste

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte sert à à couvrir les frais engendrés par le matériel vidéo nécessaire.

 

La vidéo étant le principal outil utilisé pour réaliser l'expérimentation du LaRGA, elle est indispensable à la fois comme outil de recherche (images analysées après l'expérimentation de terrain) et comme outil de récolte des matériaux constituant le documentaire.

 

La collecte permet donc de financer : 

 

- 2 caméras Go Pro, 450€ ;

 

- 2 enregistreurs Zoom H1, reliés à deux micro cravates, 250€ ; 

 

- 5 cartes SD et micro SD, 143€ ;

 

- 1 objectif Panasonic, 800€ ;

 

- 1 trépied, 70€ ;

 

- 6 disques durs externes pour sauvegarde des images, 420€.

 

Soit 2 133€ de matériel technique.

 

 

Enfin, l'équipe de tournage (deux personnes) étant bénévole sur ce projet, la collecte permettra de défrayer l'équipe pour reprendre des forces grâce à un super déjeuner-sandwich chaque jour de tournage.

Soit un forfait repas+transport de 15€ par personne pour cinq jours de tournage = 75€.

 

Soit 2208€ au total. Sans oublier les 5% retenus par Kisskissbankbank sur la collecte réussie, et les 3% de frais bancaire, soit : 192€.

 

Au total, la collecte doit donc atteindre 2 400€. L'Association Apprendre par corps percevra l'intégralité de la collecte.

 

Et si la collecte explose?

 

Souhaitons-le ! Si vous faites arriver la collecte jusque sur la Lune, alors nous pourrons peut-être : 

 

- rappeler les talentueux artistes (G. et T. Baldizzone et S. Laudenbach) très intéressés par le projet et leur proposer une rémunération ; 

 

- organiser une soirée-événement avec projection des vidéos et débat en présence des participants ;

 

- éditer le rapport de recherche afin d'en faire un ouvrage distribué aux principaux acteurs du secteur des métiers d'art.

 

Calendrier

 

L'équipe se rendra dans les cinq CFA participants à l'expérimentation LaRGA dès que la collecte sera réussie, à raison d'un CFA par semaine. Tous les CFA auront été visités avant le 20 avril 2018. 

 

Les valorisations (vidéos, exposition, etc.) seront réalisées entre avril 2018 et novembre 2019.

 

Merci d'avance à toutes et à tous, de permettre à ce projet de voir le jour.

 

 

Derniers commentaires

Default-2
Un petit souffle de vent d'autan bienveillant pour ce beau projet ! Bises, Les voisins des toulousains
Default-3
J'ai eu le plaisir d'accueillir il y a 2 ans Géraldine Moreau qui m'a présenté son projet avec passion et détermination. Je suis ravie de soutenir aujourd'hui ce projet qui permettra au monde de la recherche et des métiers de se côtoyer.
Default-3
J'ai eu le plaisir d'accueillir il y a 2 ans Géraldine Moreau qui m'a présenté son projet avec passion et détermination. Je suis ravie de soutenir aujourd'hui ce projet qui permettra au monde de la recherche et des métiers de se côtoyer.