Le Banquet. not a musical, not at all.

Comédie philosophique presque musicale, ou l'inverse.

Visuel du projet Le Banquet. not a musical, not at all.
21
Contributeurs
14 jours
Restants
772 €
Sur 3 350 €
23 %
Autoproduction
culturelle

Le Banquet. not a musical, not at all.

Le projet.

À partir du Banquet de Platon et en nourrissant son écriture de textes de Raymond Carver et d’Anne Dufourmontelle, le metteur en scène Matthieu Pastore propose, le temps d’une soirée, d’explorer les interférences entre désir et amour.

"C'est une soirée, une fête. Un banquet, oui. Ils ne se connaissent pas. Pas tous, en tout cas. Et pourtant ils vont parler de ce petit vide abyssal, de cet interstice de l’âme que l'on nomme amour. Que l'on nomme désir. Que Platon nommait Éros. Mais de quoi parlent-ils réellement ?"

Ce ne sera pas une comédie musicale, pas du tout ! Et pourtant, comment parler de désir sans mettre le corps et ses danses au centre du discours ? Comment parler d’amour sans se demander pourquoi la chanson en est l’expression la plus populaire ?"

"Vous le savez, vous, de quoi est-ce que nous parlons, quand on parle d’amour ?"


Les origines du projet.

Le spectacle a été créé dans le cadre du concours de mise en scène du Théâtre 13. Après plusieurs étapes de sélection, nous sommes parmi les cinq projets finalistes - sur les 80 qui ont été reçus au premier tour.

Nous allons présenter le spectacle dans sa forme complète et aboutie devant le public (devant vous !) lors de la finale du concours, qui aura lieu au Théâtre 13 / Seine, à Paris, les 13 & 14 octobre 2020.

C'est une vitrine unique et privilégiée pour montrer notre travail devant les professionnels et les programmateurs, afin de diffuser le spectacle et de nouer des rapports avec des théâtres et des institutions.

Le lauréat du concours obtiendra une bourse, pour l'aider à diffuser son spectacle, ainsi qu'une tournée à Paris et en région parisienne.

 


Nous avons besoin de votre aide !

En cette période difficile pour tous, et plus particulièrement pour le monde de la culture, la création contemporaine a plus que jamais besoin de soutien !

Nous avons besoin d'une aide financière pour faire aboutir notre projet de création, nous présenter à la finale du concours dans les meilleures conditions possibles et mettre toutes les chances de notre côté.

Ce financement nous donnera la possibilité de donner à ce spectacle une scénographie, des costumes et des moyens techniques à la hauteur de ses ambitions. 

Chaque euro compte pour donner vie à cette soirée, à ce Banquet !


L'équipe du Banquet.

Texte & Mise en scène : Matthieu Pastore
Assistante à la mise en scène : Camille Soulerin
Jeu : Victor Assié, Barbara Atlan, Laurie Barthélémy,
Nathalie Bourg, Pierre Cohen, Benjamin Dussud,
Margot Mayette, Valentin Rolland & Camille Soulerin
Chorégraphies : Laura Maria Desideri
Costumes : Amélie Vavernac & Leslie Granger
Création Lumières : Théo Tisseuil 
Ingénieur Son : Clément Hubert
Régie Son : Claire Mahieux
Les compositions musicales et les arrangements
sont de Pierre Cohen, Clément Hubert & Margot Mayette
 


Le metteur en scène.

Matthieu Pastore est né en 1989 à Lyon. Après une prépa littéraire dans sa ville natale, il intègre l’école du Piccolo Teatro de Milan, dirigée par le metteur en scène Luca Ronconi. Après trois ans d’études il obtient son diplôme de comédien, en 2011. En 2012, il reçoit, à Milan, le Prix Hystrio à la vocation théâtrale, comme meilleur acteur de moins de 30 ans.

De 2011 à 2018, il collabore en tant que comédien avec de nombreux metteurs en scène italien, parmi lesquels Damiano Michieletto, Andrea de Rosa, Renato Sarti, Fabrizio Falco, Bruno Fornasari…

En tant que traducteur, il a travaillé, entre autres, sur l’adaptation en italien de George Dandin de Molière, pour la compagnie IdiotSavant, dirigée par Filippo Renda, sur The Great Disaster de Patrick Kermann, pour Renato Sarti, ou bien sur Les 24h de Tina Pools à la recherche de son bonheur, de la dramaturge franco-belge Marie Henry, pour le TeatroDue de Parme.

Il a également assisté plusieurs metteurs en scène, en particulier Fadhel Jaïbi, directeur du Théâtre National de Tunis, de 2012 à 2015, pour un projet de collaboration entre le Piccolo Teatro de Milan et le Théâtre de Chaillot.

Ce sont ces expériences qui l’ont poussé, depuis 2018, depuis son retour en France, à développer des projets d’écriture et de mise en scène. Il travaille actuellement, avec la metteuse en scène franco-italienne Chiara Breci, sur une réécriture pour le jeune public du K de Dino Buzzati et il souhaiterait, après le Banquet, poursuivre une réflexion plus ample, basée sur la littérature grecque, et dont le thème central serait l’identité intime ; qu’y a-t-il à partager de l’intime dans une exploration non pas de la singularité des « moi » mais des traits communs du « nous », dans une démarche peut-être aussi politique : ce que je suis, au fond, au plus profond de mon intime, n’est-il pas également, radicalement, ce que nous sommes ?

Il travaille donc actuellement sur la figure de Tirésias, qu’il souhaite mettre en parallèle avec le concept de non-binarité, au sens large, avant de se pencher sur le mythe d’Orphée, sur le rapport qu’il entretient avec la mort, d’une part, mais aussi paradoxalement avec nos voyages, nos trajectoires vers le bonheur.

À quoi servira la collecte

Le budget.

Nous avons élaboré un projet financier pour la dernière étape de création.

  • Scénographie : 900 euros. Les comédiens évolueront à l'intérieur d'un grand espace blanc, représentant un salon, avec une longue table de banquet, quelques fauteuils, une méridienne et des lampes. Le sol (80 mètres carrés de moquette) représente le budget principal.
  • Costumes : 800 euros. Il y a neuf personnes à habiller sur le plateau (sept comédiens et deux musiciens). C'est donc un projet ambitieux pour une jeune compagnie. Mais il nous semble important de continuer à proposer des spectacles avec de belles distributions - surtout après avoir été isolés pendant longtemps !
  • Salle de répétition : 700 euros. Pour travailler dans de bonnes conditions, il nous faut un lieu de résidence, équipé d'une régie son et lumière. Nous pourrions y travailler pendant 10 jours, afin d'être prêts pour la première !
  • Location matériel son & lumière : 500 euros. Nous avons besoin, pour créer ce spectacle, de composantes techniques assez particulières, notamment en ce qui concerne le son. La musique et le chant en live ont besoin d'être mis en valeur par des équipements adaptés.
  • Logistique : 450 euros. Enfin, nous aurons besoin d'un budget pour couvrir les transports de scénographie et les trajets des comédiens et des membres de l'équipe qui ne vivent pas à Paris.

Choisissez votre contrepartie

Pour 20 €

MERCI !

À partir de 20 euros, nous mettrons votre nom - si vous le souhaitez - dans les remerciements, à la fin de la feuille de salle.
  • Contributeurs : 6

Pour 30 €

Une photo dédicacée

Nous vous remettrons une photo du spectacle (réalisée par le talentueux Olivier Montay), dédicacée par l'ensemble de la compagnie.
  • Contributeurs : 3
  • Livraison Novembre 2020

Pour 50 €

Conférence en ligne sur le Banquet

Anne Weddigen, professeur agrégée de Lettres Classiques vous proposera une conférence en ligne sur Platon, Eros et le Banquet, en résonance avec le spectacle. La conférence sera ensuite disponible sur YouTube en lien privé, pour les contributeurs.
  • Contributeurs : 4
  • Livraison Octobre 2020

Pour 150 €

Un livre de photographies

Nous vous enverrons un livre relié avec les photographies d'Olivier Montay, dédicacé par l'ensemble de la compagnie. + une invitation (13 ou 14 octobre 2020 au Théâtre 13 - Paris)
  • Livraison Novembre 2020

Pour 500 €

Un "vrai" Banquet !

Un banquet organisé pour vous avec des membres de l'équipe ! + une invitation (13 ou 14 octobre 2020 au Théâtre 13 - Paris)

Faire un don

Je donne ce que je veux