Le Corps Trahi

Les femmes et leurs corps: soutenez mon projet photo!

Visuel du projet Le Corps Trahi
13
Contributeurs
12 jours
Restants
1 660 €
Sur 3 500 €
47 %
Féminisme
Autoproduction
culturelle
Éducation

Le Corps Trahi

Les difficultés d'être une femme dans la société patriarcale et religieuse iranienne sont le point de départ de mon projet « le Corps Trahi ». Ayant grandi et vécu la plus grande partie de ma vie à Téhéran, pour moi, être une femme, c'est devoir s'effacer, être ignorée et s’ignorer. Être une femme, c'est être condamnée à ne pas être remarquable.

L'Iran, les femmes et moi

L'Iran se classe 140e sur 144 pays en termes d’égalité entre les sexes, selon le Global Gender Gap Report 2017. Les discriminations systématiques envers les femmes sont une réalité ancrée dans tous les aspects de la législation et de la vie quotidienne, en matière familiale, professionnelle, politique ou culturelle. Malgré cela, chaque jour les femmes sont de plus en plus nombreuses à s’opposer à ce système patriarcal et totalitaire. Les femmes, modernes, étouffent sous ces règles absurdes.

Vivre en Europe m'a donné un recul pertinent pour témoigner comme femme, photographe, iranienne et future mère forcée de courir à la recherche de sa vraie nature, perdue dans un passé propre qu’on lui a refusé et dont le vrai visage reste enfoui sous d’innombrables masques de censure.

Mon objectif à travers ce projet artistique personnel est de me découvrir et de connaitre mon corps en tant que femme et, peut-être, d'inspirer et d'aider d'autres jeunes filles et femmes à prendre conscience de la méconnaissance qu'elles ont d'elles mêmes.

Qui suis-je

Photographe et enseignante, je me suis installée de Téhéran à Bruxelles il y a quelques années pour reprendre des études à l’École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre. Redevenue étudiante, j'exerçais en parrallèle comme photographe indépendante pour financer mon cursus. La pandémie de COVID 19 a malheureusement compliqué la poursuite de ces travaux. C'est pourquoi je fais appel à vous.

Remuer les souvenirs

La première partie de ce projet, développée l'année dernière, expose la colère et la tristesse de souvenirs amers du gâchis d’une vie. Cette rage sourde se présente sous la forme d'un recueil de photos et de vidéos performances. A travers l'altération de mes propres photos, brûlées, déchirées, perforées, maltraitées, je cherchais à symboliser le désespoir et la radicalité tout en présentant une mise en abyme du sujet. L’utilisation de différents matériaux et de superpositions ont permis d’obtenir un concept frais et singulier reflétant mes états d’âmes et mes émotions.

Plusieurs contreparties en remerciement de votre soutien sont tirées de cette série de photos.

Je vous présente également deux vidéos performances intitulées "je m'autocensure donc je suis", sur les huits créées pour ce projet (HD, 2mn 45 et 2 mn 18).

La première partie du projet "le Corps Trahi" a retenu l'attention du jury de fin d'année composé d'artistes reconnus et a obtenu la meilleure note de la promotion (18) de la section B3 photographie.

Un projet encore en construction

L'exploration du thème initial de ce projet a élargi mes horizons. Pour la seconde partie de ce projet, actuellement en cours d'élaboration dans le cadre d'un Master 1 d'Arts visuels, je m'intéresse au corps féminin, à sa sexualisation, à son interdit et à leurs conséquences sur la santé.

Cette piste de recherche m'emmène à la rencontre de femmes d'Orient et d'Occident et à m'entretenir avec des spécialistes. J'ai également recours à l'utilisation de nouveaux matériaux tels que des radiographies et des produits chimiques. Cette année encore, je travaille à la création de photograpies accompagnées de vidéos performances.

Vous pouvez découvrir ci-dessous quelques-uns de mes premiers travaux et images de recherche (dont un proposé en contreparties).

Je vous invite à suivre mon compte instagram où je poste régulièrement mes travaux et à ma newsletter, que j'utiliserai pour vous informer de mon actualité.

À quoi servira la collecte

Cette année, la pandémie de COVID 19 m'a empechée de travailler de mon travail de photographe et a rendu le financement de cette année d'étude très compliquée.

Ce projet est developpé dans le cadre d'un Master 1 à l'Ecole nationale supérieure des Arts visuels de la Cambre à Bruxelles. Les frais de scolarité se montent à 2500 euros pour les étudiants étrangers hors UE.

Les sommes reçues serviront à payer l'année d'étude et les frais afférents aux travaux. Le reste servira à rétribuer la plateforme et à financer les contreparties. Les éventuelles sommes restantes paieront le matériel photo et les materiaux.

  • Frais de scolarité 2500€
  • Frais de crowdfunding 280€
  • Frais de contreparties 720€

Choisissez votre contrepartie

photo 13x18

20 €

une photo 13x18 signée et numérotée au choix parmi les quatre proposées envoi postal dans l'UE inclus
  • 2 contributeurs
  • Livraison estimée février 2021

photo 20x30

50 €

une photo 20x30 signée et numérotée au choix parmi les quatre proposées envoi postal dans l'UE inclus
  • 4 contributeurs
  • Livraison estimée février 2021

pack

100 €

une photo 13x18 signée et numérotée au choix parmi les quatre proposées deux photos 20x30 signées et numérotées au choix parmi les quatre proposées envoi postal dans l'UE inclus
  • 3 contributeurs
  • Livraison estimée février 2021

Shooting photo

250 €

shooting photo (portrait) de 2h sur Bruxelles et livraison de 10 photos retouchées
  • 3 contributeurs

photo 50x70

250 €

une photo 50x70 signée et numérotée au choix parmi les quatre proposées deux photos 13x18 signées et numérotées au choix parmi les quatre proposées envoi postal dans l'UE inclus
  • Livraison estimée mars 2021

photo encadrée 100x70

500 €

une photo 100x70 encadrée, signée et numérotée au choix parmi les trois photos proposées - édition spéciale kisskissbankbank limitée à 5 exemplaires par photo
  • Disponibilité : 5/5
  • Livraison estimée mars 2021

Faire un don

Je donne ce que je veux