Le Salon des refusés

Long métrage "docu-fiction" sur le travail d'une compagnie de théâtre à Bruxelles. Deuxième partie du diptyque !

Visuel du projet Le Salon des refusés
Réussi
14
Contributions
07/07/2015
Date de fin
1 005 €
Sur 1 000 €
100 %

Technikart vous soutient sur KissKissBankBank

Technikart

Le Salon des refusés

<p> "Le Salon des refusés" est un <strong>long métrage de 75 minutes dont le tournage a lieu du 13 juin au 10 juillet 2015</strong> à Bruxelles. Il s'agit du deuxième volet du diptyque "docu-fiction", commencé en avril dernier avec le court métrage "Théâtres" : <a href="http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/theatres" target="_blank">http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/theatres</a>.</p> <p>  </p> <p> Le tournage de "Théâtres" s'est très bien passé, le film sera monté en août prochain, en même temps que "Le Salon des refusés". Nous remercions encore tous les Kissbankers d'avoir contribué à la réussite du projet !</p> <p>  </p> <p> Nous avons choisi de lancer la collecte  du "Salon..." pendant la période de tournage, dans l'idée de l'illustrer davantage et donner aux KissBankers des détails plus concrets et directs sur le tournage même !</p> <p>  </p> <p> "Le Salon des refusés" c’est une compagnie de théâtre en répétition de son nouveau spectacle. On suit le parcours d’un des comédiens à l’intérieur et hors de la compagnie. Ce dispositif instaure un jeu de miroir entre l’œuvre travaillée par les acteurs et leurs vies privées. <strong>Le titre fait référence au Salon des refusés, ouvert à Paris en 1863 en marge du Salon officiel de l’Académie des Beaux-Arts</strong>, où furent exposés entre autres Manet, Chintreuil, Pissaro…</p> <p>  </p> <p> <strong>Dans notre film nous parlons avant tout de l’être humain.</strong> Le metteur en scène, le dramaturge, les comédiens, l’administratrice et les techniciens portent dans leurs corps l’empreinte de combats existentiels. Nous parlons d’amour, de solitude, de mort.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Quelle est la particularité du « Salon des refusés » ?</strong></p> <p>  </p> <p> Il y a peu de films qui montrent l’arrière-scène d’une troupe de théâtre belge. <strong>Notre long métrage se situe à la fragile frontière entre le documentaire et la fiction.</strong> Le scénario s’inspire directement des expériences et anecdotes que nous avons vécues tout au long de nos 9 ans de travail. Dans la même ligne que Fassbinder, notre diptyque est une adaptation cinématographique d’une pièce de théâtre que nous avons jouée en 2014 : Utopie.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Dsc_0208_-_copie-1432817290" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/203739/DSC_0208_-_copie-1432817290.jpg"></p> <p>  </p> <p> <strong>Comment filmerons-nous "Le Salon des refusés" ?</strong></p> <p>  </p> <p> Nous voulons que tout <strong>l’accent soit mis sur le jeu d’acteurs</strong>. Nous travaillerons en intimité avec l’équipe d’acteurs et une équipe technique réduite. Nous laisserons derrière nous tout artifice ou grand effet technologique et avancerons coude à coude afin d’<strong>explorer un jeu d’acteur spontané qui laisse une place à l’improvisation</strong>. Le spectateur verra comment travaille une troupe professionnelle et leurs questionnements. Grâce à des choix sonores et visuels minutieux le spectateur aura accès dans sa perception à l’imagination ou aux fantasmes des personnages.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Synopsis</strong></p> <p>  </p> <p> Une compagnie de théâtre est en représentations de son dernier spectacle et s’apprête à se lancer dans les répétitions d’une nouvelle création. Les acteurs et le metteur en scène retrouvent dans le texte du spectacle un reflet de leurs vies privées. Andrés débute une relation avec Michel, jeune dramaturge, tout en ayant une liaison avec un autre homme, marié. Lucie quitte la compagnie pour s’engager dans un groupe révolutionnaire. Le metteur en scène se bat pour continuer à travailler tandis qu’il vient de perdre le subside qui lui permettait de faire fonctionner son théâtre…</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Les trois lieux choisis du tournage :</strong></p> <p>  </p> <p> - la salle de spectacle où la compagnie présente son spectacle et répète sa nouvelle création</p> <p>  </p> <p> <img alt="Dsc_0748---copie-re_duite-1432817414" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/203740/DSC_0748---copie-re_duite-1432817414.jpg"></p> <p>  </p> <p> <img alt="Dsc_0076---copie-re_duite-1432817453" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/203742/DSC_0076---copie-re_duite-1432817453.jpg"></p> <p>  </p> <p> - une chambre d'hôtel où se retrouvent le comédien et l'homme marié</p> <p>  </p> <p> <img alt="Hotel-le-berger-brussels-4-1432817577" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/203744/hotel-le-berger-brussels-4-1432817577.jpg"></p> <p>  </p> <p> - la mer du Nord</p> <p>  </p> <p> <img alt="Immo-bredene-1432817639" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/203747/immo-bredene-1432817639.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Central Dogma, c’est quoi ?</strong></p> <p>  </p> <p> Dirigée depuis 2006 par Andrés Cifuentes, en collaboration avec Linda Jousset (administratrice) et Jérôme Dubois (créateur vidéos, acteur), Central Dogma est une compagnie belge regroupant comédiens, vidéastes, photographes, musiciens, décorateurs et créateurs lumières. Ses créations interrogent particulièrement la place de l’homme dans le monde et la société qui l’entourent.</p> <p>  </p> <p> Central Dogma fait du théâtre indépendant. Par des mises en scène engagées, sa mission est de présenter des œuvres complexes, non commerciales qui ont un rapport avec notre aujourd’hui. Elle oriente son travail de création autour d’auteurs avant-gardistes (Copi, Sarah Kane…) ainsi qu’Ovide, Antonin Artaud, de Ghelderode, Sénèque, Euripide… et s’interroge autour de l’écriture scénique : « Utopie », « Hippolyte ».</p> <p>  </p> <p> Le diptyque "Théâtres" et "Le Salon des refusés" est le premier projet cinématographique de la compagnie.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Les porteurs du projet</strong></p> <p>  </p> <p> <u>Andrés Cifuentes</u></p> <p> Directeur artistique et metteur en scène de Central Dogma. Etudie au Conservatoire Royal de Mons de 2004 à 2008 dans la classe de Frédéric Dussenne.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Andre_s-1432817844" height="179" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/203749/Andre_s-1432817844.jpg" width="156"></p> <p>  </p> <p> <u>Linda Jousset</u> Administratrice de Central Dogma. Etudie à la Kleine Academie de 2004 à 2007. </p> <p>  </p> <p> <img alt="Linda-1432817876" height="160" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/203750/Linda-1432817876.jpg" width="158"></p> <p>  </p> <p> <u>Jérôme Dubois</u> Webmaster et créateur multimédia de Central Dogma. Etudie à la Kleine Academie de 2003 à 2006.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Je_ro_me-1432817913" height="196" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/203752/Je_ro_me-1432817913.jpg" width="161"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>L'équipe</strong></p> <p>  </p> <p> Réalisateur : Andrés Cifuentes</p> <p> Scénario : Emilio Del Bosque</p> <p> Assistants réalisateur : Linda Jousset et Jérôme Dubois</p> <p> Acteurs : Gérard Thomas, Jérôme Dubois, Johanne Pastor, Marceau Van Der Bijl, Alexandre Hérault, Alicia Destiné, Ludovic Michaux, Mazarine Haarscher, Claudia Bruno, Renaud Leclercq, Nouha Hamri</p> <p> Ingénieurs du son : Kévin Seignan, Vincent De Gheyndt</p> <p> Cameramen : Thierry Baivier, Robin Montrau</p> <p> Stagiaires : Pauline Daubie, Vincenzo Castellana</p> <p>  </p>

À quoi servira la collecte

<p> <strong>"Le Salon des refusés" est un projet indépendant que nous finançons par nos propres moyens.</strong> La collecte est destinée au catering, frais de déplacement et location de matériel technique.</p> <p>  </p> <p> Le budget du tournage se situe autour des 20 000 euros (location des différents espaces, matériel technique, nourriture, déplacements, décoration, costumes...). La collecte que nous lançons nous aiderait à rembourser une petite partie des frais. Nous avons préféré rester réalistes quant au montant de la collecte, afin d’avoir plus de chances de l’atteindre.</p> <p>  </p> <p> <strong>Les 1000 euros seront répartis ainsi : </strong></p> <p> Catering : 300 euros</p> <p> Frais de déplacement : 150 euros</p> <p> Location matériel technique (caméra, éclairage, son…) : 450 euros</p> <p> Location chambre d’hôtel : 100 euros</p> <p>  </p> <p> <u><strong>Et si l'objectif de la collecte est dépassé ?</strong></u></p> <p>  </p> <p> <strong>Si le résultat de la collecte se situe entre 1000 et 1500 euros : </strong></p> <p> Les 500 euros supplémentaires serviront à rembourser la totalité du matériel technique et du catering.</p> <p>  </p> <p> <strong>Si la collecte dépasse 1500 euros </strong>:</p> <p> Le montant au-delà de 1500 euros servira à défrayer l’équipe (acteurs, techniciens…). Tous les membres de l’équipe travaillent en effet bénévolement sur le projet.</p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux