Les Oeillets

Aidez-nous à financer le film Les Oeillets ! En phase de post-production, il ne manque plus que vous pour qu'il puisse exister !

Visuel du projet Les Oeillets
Réussi
77
Contributions
11/12/2017
Date de fin
3 115 €
Sur 2 600 €
119 %

A Nous KissKiss

A NOUS Paris

Les Oeillets

<p><img alt="Affiche_finalenovpetite-1509292054" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/462074/AFFICHE_finalenovpetite-1509292054.jpg"></p><p> </p><p> </p><p><iframe src="//cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fembed%2FLUEGsR6pSpk%3Fwmode%3Dopaque%26feature%3Doembed&amp;wmode=opaque&amp;url=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DLUEGsR6pSpk&amp;image=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2FLUEGsR6pSpk%2Fhqdefault.jpg&amp;key=cb39d84f05d8439bbe96012f078e02b0&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=youtube" width="540" height="304" frameborder="0" allowfullscreen=""></iframe></p><p> </p><p> </p><p><u><strong>LA GENÈSE</strong></u></p><p> </p><p><strong>Nous voulions relever ce défi :</strong> écrire et réaliser un court métrage exigeant dans un délai de trois mois, à l'été 2017. De sa conception à sa réalisation, nous étions six. Six à écrire, préparer, tourner, faire les lumières, la régie et produire le tournage. Trois comédiens (Claire Amédro-Baillon / Philippe Araud / Baptiste Martin), un réalisateur (Gaëtan Trovato), un pianiste (Gaspard Martin), et une équipe dévouée au son et au bon déroulement du tournage (Felix Barnaud / Elise Amédro).</p><p> </p><p> </p><p><strong>Nous avions besoin d'un lieu </strong>et ce fut cette maison appelée <strong>"Les Œillets". </strong>Majestueuse et laissée à l'abandon dans les hauteurs de Toulon, elle est le personnage central du court métrage.</p><p> </p><p> </p><p><img alt="25-1505320725" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/450501/25-1505320725.jpg"></p><p> </p><p> </p><p><strong>Le tournage a eu lieu du 1er au 6 août. Nous avons réussi à donner vie à ce projet</strong>. La première partie du défi est relevée, le film est en boite et nous sommes confiants quant à sa qualité.</p><p> </p><p> </p><p><img alt="20819704_10155555689594909_7443346728827987071_o-1505479595" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451045/20819704_10155555689594909_7443346728827987071_o-1505479595.jpg"></p><p> </p><p> </p><p><strong>Il nous faut maintenant poursuivre la seconde partie de notre challenge, <u>la post production du film</u></strong><u>.</u> Après le montage, il s'agit à présent d'étalonner le film et d'en mixer le son afin de pouvoir le terminer et le présenter à de nombreux festivals. </p><p> </p><p><strong><em><u>C'est pourquoi nous sollicitons votre aide. C'est grâce à votre soutien précieux que nous pourrons finaliser le court métrage !</u></em></strong></p><p> </p><p> </p><p><img alt="Empty_vintage_photo_frame_background-1505775440" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451693/empty_vintage_photo_frame_background-1505775440.jpg"></p><p> </p><p> </p><p><u><strong>LE FILM</strong></u></p><p> </p><p><em>Au gré de sa convalescence, une femme évoque des souvenirs incertains et sublimés à deux hommes dont on ignore tout dans une imposante maison laissée à l’abandon, "Les Œillets".</em></p><p> </p><p><em>Les Œillets</em> est une tentative de résilience, un dialogue sur la mémoire d’un lieu et de ses habitants.</p><p> </p><p> </p><p><img alt="19-1505320589" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/450497/19-1505320589.jpg"></p><p> </p><p> </p><p><u><strong>A PROPOS DE LA RÉALISATION <em>(extrait)</em></strong></u><strong> :</strong></p><p><strong>par Gaëtan Trovato</strong></p><p> </p><p>[...] <em>Les Œillets</em>, sera doux, chaud et coloré dans sa frontalité, sa mise en tableaux et en théâtralité comme au temps des films muets. Des trucages simples et assumés. Une lumière souvent tranchée, ambrée clair-obscur évoquant les tableaux du Caravage ou l’expressionnisme allemand que je chéris tant. Il faudra d’abord respecter ce lieu, cette masse de béton et de temps blessée et fragile. Se réveiller, se lever, penser et danser. Capturer l'image à tout prix. Les corps, les nuques, comme le premier endroit où la main se pose pour réconforter l’être aimé. Il faudra une caméra simple, libre, envolée qui observe avec pudeur les personnages car c’est le regard doux que porte la maison sur ses nouveaux habitants. J’utiliserai l'ensemble des outils à ma disposition pour retranscrire le lien de cette rencontre jusqu’à la réunion réconfortante des corps endormis sur un désastre de pierre. J’écrirai l’image par l’utilisation du drone et la création de dispositifs vidéos in situ dans lequel la narration pourra prendre corps en réactivant les espaces laissés à l’abandon. Il faudra cultiver les silences, les regards, les voix douces et la justesse des gestes, des mots. Jouer avec les rythmes et les respirations comme des strates qui conduiraient crescendo vers l’imaginaire.  [...]  </p><p> </p><p> </p><p><img alt="20818923_10155555691449909_1573467995449167419_o-1505485148" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451092/20818923_10155555691449909_1573467995449167419_o-1505485148.jpg"></p><p> </p><p> </p><p><strong><u>A PROPOS DU SCÉNARIO</u> :</strong></p><p><strong>par Claire Amédro-Baillon</strong></p><p> </p><p>Ecrire, c’est mettre en mots une idée. Lorsque six personnes s’attellent à créer un imaginaire, il faut se concerter, écouter beaucoup, se mettre d’accord, faire des choix, et fatalement, rédiger. Face à la page, l’univers tourbillonne. Ce qui paraissait évident ne l’est plus, les personnages nous échappent et pourtant il faut en dessiner les contours. Les faire sortir de l’oubli, leur donner un corps, un langage, il s’agit presque de donner la vie. Le point de départ a été la maison. Témoin de mille existences qui se sont déroulées entre ses murs, elle porte en elle la mémoire. La femme qui vit à l'intérieur pourrait être son alter ego. Elle seule se souvient. L'arrivée de ces hommes altère sa solitude, ravive ces instants perdus. Le passé se mélange au réel comme dans un rêve, les souvenirs se modifient et modèlent un présent toujours incertain. Pour mettre en mots cet univers, nous avons fait le choix de dialogues épurés, presque laconiques. Avec l'idée que si les corps parviennent à transmettre une situation, alors les mots ne sont pas nécessaires. La parole est un événement. Elle ne survient que lorsque les personnages y sont contraints. Ecrire un scénario c’est comme développer une photographie. Au départ tout est flou, puis à force de patience, on distingue les formes et les couleurs. Et lorsque l’image est enfin nette, c’est une expérience extraordinaire. Cet univers qui quelques mois plus tôt n’était qu’une vague idée, est devenu tangible. A nous maintenant de le faire exister.</p><p> </p><p> </p><p><img alt="Img_1610-1505740136" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451576/IMG_1610-1505740136.jpg"></p><p> </p><p> </p><p> </p><p><u><strong>LA RÉALISATION</strong></u></p><p> </p><p> </p><p><strong>GAËTAN TROVATO</strong></p><p> </p><p><img alt="Gaetan6-1509884879" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/463995/gaetan6-1509884879.jpg">   </p><p> </p><p>Gaëtan Trovato est né en 1987 à Aix-en-Provence. Diplômé de l’école Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence, ses recherches questionnent la force visuelle de l’image en mouvement et son pouvoir symbolique par le biais du médium vidéo. Ses réalisations tentent d’utiliser le cinéma comme le flux tangible d’une mémoire qui remettrait en cause le dispositif de diffusion du cinématographe. En interrogeant la sacralité de l’image, il se joue des techniques (anciennes et actuelles) et les outils à l’origine de sa mise en forme. Des techniques mixtes sont alors convoquées, tel que la récupération de plans sur pellicule 35mm, le found footage, ou la spatialisation d’images cinématographiques… Grâce à celles-ci, le vidéaste recréé des récits, souvent abstraits et matières, où des « images errantes » de films anciens viennent rencontrer de nouvelles prises de vue qu’il capture lui-même. Le spectateur est alors invité à explorer librement différents dispositifs et espaces qui mettent en jeu les strates d’une mémoire imagée. Ses différentes oeuvres tentent de poétiser la notion d’ « image amorce » et de « photogénie » (au sens si cher à Jean Epstein) comme image qui précède le film. Il s’agit aussi d’investir le champ du soudain. Le soudain basculement des temps, des «époques ». Saisir et sublimer les contradictions pour comprendre l’injustice d’une image en modelant son souvenir. Mettre en espace la fabrication de la mise en scène du souvenir permet pour l’artiste d’interroger le rôle de la mémoire et le rôle de ces nouveaux récits créés par notre esprit.</p><p> </p><p><a target="_blank" href="http://">www.gaetantrovato.com</a></p><p> </p><p> </p><p> </p><p><u><strong>LE TOURNAGE</strong></u></p><p> </p><p> </p><p><img alt="Img_1402-1505774244" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451689/IMG_1402-1505774244.jpg"></p><p> </p><p> </p><p>Le tournage s'est déroulé du 1er au 6 Aout à Toulon dans le quartier des Oeillets. Outre les rôles déjà désignés (acteurs, réalisateur, régie, son...) nous avons collectivement travaillé sur les autres postes (décors, lumières, logistique). </p><p> </p><p> </p><p><img alt="Img_1399-1505740796" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451578/IMG_1399-1505740796.jpg"></p><p> </p><p> </p><p> </p><p><strong><u>LES DÉCORS</u></strong></p><p> </p><p>Inhabitée depuis trois ans, la maison et son jardin nous ont offert un véritable terrain de jeu pour construire le décor. Nous avons tenté de nous servir au maximum des objets déjà sur place, pour qu'ils racontent une dernière histoire, la notre. Pour nous, redonner vie à cette maison, c'était lui rendre un dernier hommage.</p><p> </p><p> </p><p><img alt="Img_1490-1505740900" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451579/IMG_1490-1505740900.jpg"></p><p> </p><p><img alt="Img_1516-1505741386" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451582/IMG_1516-1505741386.jpg"></p><p> </p><p><img alt="Img_1491-1505741720" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451585/IMG_1491-1505741720.jpg"></p><p>`<img alt="Img_1517-1505741485" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451583/IMG_1517-1505741485.jpg"></p><p> </p><p> </p><p> </p><p><u><strong>LE CASTING</strong></u></p><p> </p><p><strong>CLAIRE AMEDRO BAILLON (La femme)</strong></p><p> </p><p><img alt="20-1505320623" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/450499/20-1505320623.jpg"></p><p> </p><p>Passionnée de théâtre et de musique depuis l'enfance, Claire Amédro-Baillon intègre la Maîtrise des Bouches du Rhône - choeur d'enfants professionnel - à l'âge de quatorze ans.  Après un lycée option musique et deux ans de faculté de musicologie, elle est reçue au Conservatoire d'Art Dramatique de Marseille dont elle sort diplômée en 2013. Avec deux comédiens de sa promotion, Philippe Araud et Juliette Louedec, elle fonde la compagnie <em>Ekho.</em> Elle occupe ensuite pendant deux ans le poste de Responsable Spectacle Vivant à la <em>Ligue de l’enseignement de Paris </em>pour laquelle elle organise de nombreux spectacles et projets théâtraux en direction du jeune public. En 2014, elle rejoint la <em>compagnie des Treizièmes</em> où elle assiste à la mise en scène l’auteur, metteur en scène et comédien Thibault Amorfini. Au cours de l’année 2015, elle écrit et monte le spectacle jeune public <em>Lola et Léon</em> adapté de l’album éponyme de Anna Höglund. C’est en 2016 qu’elle décide de rejoindre enfin le cinéma, jouant dans de multiples courts métrages. Forte de sa rencontre avec l’artiste et réalisateur Gaëtan Trovato et poursuivant son partenariat de toujours avec le comédien Philippe Araud, elle écrit d'après une idée originale collective le scénario du film <em>Les Œillets </em>dans lequel elle interprète le rôle de La femme.</p><p> </p><p><a target="_blank" href="https://claire-amedro-baillon.book.fr/">https://claire-amedro-baillon.book.fr/</a></p><p> </p><p> </p><p><strong>PHILIPPE ARAUD (Marius)</strong></p><p> </p><p><img alt="21-1505320607" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/450498/21-1505320607.jpg"></p><p> </p><p>Philippe Araud est un comédien et écrivain français né en 1989 à Marseille. Après de brèves études de droit, il entre en 2009 au Conservatoire d’Art Dramatique de Marseille dirigé par Jean-Pierre Raffaelli et Pilar Anthony. Il participe à de nombreux projets dont des représentations aux Etats-Unis. Il y fait aussi sa première expérience en tant que dramaturge, en écrivant la pièce <em>Révolution Mercure</em>, qui est jouée en 2011 au Théâtre de la Minoterie à Marseille. En 2012 il crée la compagnie <em>Ekho</em> avec laquelle il produit et joue sa seconde pièce <em>Le premier hiver du tout dernier roi</em>. En 2013 il fait ses débuts au cinéma dans un long métrage réalisé par Viviane Candas intitulé <em>Le voile brulé</em>. S’en suivront de nombreuses autres expériences cinématographiques. En 2015 il rejoint la compagnie <em>L’officine théâtrale</em> pour laquelle il interprète le rôle de Puck dans <em>Le songe d’une nuit d’été,</em> pièce qui remporte un franc succès à Marseille. En 2016, il assiste à la mise en scène Christelle Harbonn dans la création <em>La gentillesse</em>, pièce produite et jouée au Théâtre National de Marseille/Théâtre de Bagnolet/Paris-Villette. En 2017, il interprète le rôle de Marius dans le court métrage intitulé <em>Les Œillets</em>, réalisé par Gaëtan Trovato. Il vit actuellement entre Paris et Marseille et poursuit ses recherches artistiques.</p><p> </p><p><a target="_blank" href="https://philippe-araud.book.fr/">https://philippe-araud.book.fr/</a></p><p> </p><p> </p><p><strong>BAPTISTE MARTIN (Pierre)</strong></p><p> </p><p><img alt="20819657_10155555691729909_5743239517458577788_o-1505485104" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451090/20819657_10155555691729909_5743239517458577788_o-1505485104.jpg"></p><p> </p><p>Après avoir fréquenté de nombreuses troupes de théâtre depuis son enfance, Baptiste Martin décide de poursuivre cette voie en tant que professionnel. C'est ainsi qu'il participe au festival de théâtre d'Agadir lors de la représentation de <em>La farce de Maître Pathelin</em> sous la direction d'Agnès Regolo. Cette même année il joue dans <em>Salomé</em>, production d'un jeune metteur en scène, Florian Onnein, lors du festival <em>Trois jours et plus</em> au théâtre Antoine Vitez à Aix en Provence. Agé d'une vingtaine d'années, le jeune acteur décide de changer de projet professionnel en intégrant une école de design produit. Il sort diplômé de cette école et enchaîne différents travaux comme la réalisation d'expositions, de vitrines, de partenariats avec des créateurs et enfin la participation à des concours de création. Inconsciemment, le désir de jouer est toujours présent. C'est pourquoi en 2016 il participe à des courts métrages pour l'école de cinéma de Montpellier. Enfin cette envie l'emmène jusqu'à Paris, où il fait très vite la rencontre du réalisateur Gaëtan Trovato ainsi que de Claire Amédro-Baillon et Philippe Araud, tous deux acteurs et amis de longue date. </p><p> </p><p> </p><p> </p><p><u><strong>FICHE TECHNIQUE</strong></u><strong> :</strong> </p><p> </p><p><img alt="Dsc_9189-1505740676" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/451577/DSC_9189-1505740676.jpg"></p><p> </p><p> </p><p><strong>Un film de</strong> : GAËTAN TROVATO</p><p><strong>Écrit par</strong> : CLAIRE AMÉDRO-BAILLON</p><p><strong>Dialogues</strong> : CLAIRE AMÉDRO-BAILLON - FÉLIX BARNAUD</p><p><strong>Sur une idée originale de</strong> : CLAIRE AMÉDRO-BAILLON / PHILIPPE ARAUD / FÉLIX BARNAUD / BAPTISTE MARTIN / GAËTAN TROVATO</p><p><strong>Avec </strong>: CLAIRE AMÉDRO-BAILLON - PHILIPPE ARAUD - BAPTISTE MARTIN</p><p>ELISE AMÉDRO - FÉLIX BARNAUD et GASPARD MARTIN (le pianiste)</p><p><strong>Cadre/montage</strong> :  GAËTAN TROVATO</p><p><strong>Son</strong> : FÉLIX BARNAUD - ELISE AMÉDRO</p><p><strong>Lumières </strong>:  PHILIPPE ARAUD - FÉLIX BARNAUD - BAPTISTE MARTIN - GAËTAN TROVATO</p><p><strong>Régie générale</strong> : ELISE AMÉDRO - FÉLIX BARNAUD</p><p><strong>Décors</strong> : CLAIRE AMÉDRO-BAILLON</p><p><strong>Musiques additionnelles</strong> :   Carlos d’Alessio « Valse de l'Eden » / Rosa Anton « Blue » / «Valse d’Eden » interprétée par : GASPARD MARTIN</p><p> </p>

À quoi servira la collecte

<p>Ayant nous-même financé la première partie du projet (préparation, location du matériel de tournage), <strong>cette collecte a pour but de financer la seconde partie du projet</strong>, et non des moindres, <strong>la post-production</strong>.</p><p> </p><p>Si la cagnotte que nous avons fixée à <strong>2600€ </strong>est atteinte, <strong>nous pourrons financer</strong> :</p><p> </p><p><em><strong>L'étalonnage</strong></em> (c'est-à-dire la correction et l'unification de la couleur du film) + fichier DCP (format à établir pour l'envoi en festival) estimé à <strong><u>1000€</u></strong></p><p> </p><p><em><strong>Le mixage du son</strong></em> (qui consiste à unifier les différentes ambiances sonores) estimé à <u><strong>700€ </strong></u></p><p> </p><p><strong><em>La musique </em></strong>(obtention des droits d'auteur et enregistrement studio) estimée à <u><strong>4</strong></u><u><strong>00€</strong></u></p><p> </p><p>Enfin la <em><strong>communication</strong> </em>autour du projet, qui comprend la réalisation des dossiers de presse, les visuels (affiches, carte postales,...), l'<em><strong>organisation d'une projection</strong></em> ainsi que l<em><strong>'envoi des lots aux donateurs</strong></em> et le <em><strong>financement de la campagne </strong></em>(8% de l'argent récolté), estimée à <u><strong>500€.</strong></u></p><p> </p><p>Les Films de Jeanne percevra l'intégralité de la collecte.</p><p> </p><p>Si la cagnotte dépasse nos espérances nous serons en mesure de pouvoir diffuser le film à plus grande échelle (en multipliant les supports de diffusion) et amorcer dès à présent un nouveau projet déjà dans les tiroirs...</p><p> </p><p>Pour plus d'infos sur le film, rendez-vous sur notre page <a target="_blank" href="https://www.facebook.com/lesoeillets.lefilm/">Facebook</a></p><p> </p><p>Nous comptons sur vous !!</p><p> </p><p> </p><p> </p>

Choisissez votre contrepartie

10 €

Nos remerciements éternels + Un bisou de la part du membre de l'équipe de votre choix !
  • 11 contributions

20 €

Livraison estimée : février 2018

Les contreparties précédentes + Une carte postale du film dédicacée par l'équipe
  • 15 contributions
  • 85/100 disponibles

30 €

Livraison estimée : février 2018

Les contreparties précédentes + Une affiche du film (format A3)
  • 15 contributions
  • 85/100 disponibles

50 €

Livraison estimée : février 2018

Les contreparties précédentes + Votre nom au générique
  • 18 contributions

80 €

Livraison estimée : février 2018

Les contreparties précédentes + Une invitation à la soirée de projection
  • 3 contributions

100 €

Les contreparties précédentes + Un lien pour visionner le film en avant première
  • 6 contributions

250 €

Les contreparties précédentes + Projection privée et rencontre avec l'équipe du film
  • 1 contribution

Faire un don

Je donne ce que je veux