Rejoignez-nous pour cette alternative musicale, poétique et politique à nos quotidiens abrasifs

Large_dsc02752-1520431364

Présentation détaillée du projet

Tout a commencé par le mariage de Corinne et Philippe et ce repas où nous étions placés côte à côte. Il venait de jouer quelques standards au vin d’honneur et, naturellement, nous discutâmes musiques, chansons, envies, projets...

 

Le lendemain, nous nous revîmes et nous échangeâmes nos 06, nous promettant de nous revoir rapidement, ne serait-ce que pour le plaisir du Savagnin.

 

Je ne vous l'ai pas dit ? Nous étions du côté de Besançon où il fait si bon vivre et Mario, puisqu'il s'agit bien de lui, venait de son Jura, entre Comté et vin jaune, Morbier et Morteau, cancoillotte et poulsard.

 

Sans mentir, les jours suivants, je me suis remis à la guitare, révisant ce répertoire que je traîne depuis les années '80, sans savoir pourquoi.

 

Je lui envoyai quelques textes, il m'envoya une première maquette, puis une seconde, j’enregistrais sur mon dictaphone quelques compos, il me répondait par des arrangements. On s’entendait bien.

 

De tous nos échanges, deux projets pointaient leurs nez : la reprise de mes vieilleries, dépoussiérées des scories attachantes des années '80, et la création d'un album-concept autour des "Suites Espagnoles" que je venais de rééditer chez Edilivre.

 

Pour le premier projet, j'avais le titre et le concept. Ce serait "Les morfals chantent Phifi – 40 ans de chansons inédites". Les morfals étaient d'accord. Du coup, je redécouvre certaines de mes chansons à les entendre interprétées par d'autres. Ce projet continue sa vie, sur mon blog à la rubrique "chansons" avec, par exemple, le titre "reposer ton imper" interprété par Mira :

 

 

 

 

Pour les "Suites espagnoles", c'était différent. Publié pour la première fois en 1995, ce recueil a, pour fil conducteur, cette lutte contre le fascisme, cette lutte au quotidien par des hommes, des femmes morts ou exilés, parfois résignés aussi.

 

Quand j'étais minot, à la fin des années '60, début des '70, nous allions chaque année en Espagne. J'y découvrais la corrida, les plages de la Costa Bianca, le camping sauvage, les taureaux picabiens .... Je ne comprenais pas tout, loin de là, mais je voyais bien la guardia civile, encore à cheval, présente partout ou presque.

 

Plus tard, adolescent, j'ai fêté la mort de Franco en écoutant Ferré, Escudero, Ferrat et tant d'autres. Je prenais peu à peu conscience que nous, touristes, même si je n'étais qu'un gosse, avions cautionné le régime de Franco par nos vacances en dictature.

 

On regardait juste ailleurs. Ce qui se passait en Espagne restait en Espagne. La vie n’y était pas chère et la dictature de Franco n’était pas une « vraie dictature », n’est-ce pas ?

 

Jusqu'au jour où l'invisible devient visible, l'enfance vous quitte, l'innocence disparaît et vous ne pouvez que lutter contre, même si ce ne sont pas vos affaires. Parce que c'est bien au-delà de vos affaires.

 

J'ai écrit les " Suites espagnoles " pour ne pas oublier que les dictatures peuvent revenir au détour d'une élection, d'une déception. L'écho de cette époque n'est pas encore éteint, nous le voyons tous les jours, et, sans mémoire, l'écho du passé deviendra le discours du présent.

 

Aujourd'hui, après 18 mois de travail, la mise en ligne de quelques titre sur mon blog, en version bêta, ou sur YouTube, comme "Machado"

 

 

 

 

ou "Si ce n'est la musique",

 

 

 

 

Nous avons une maquette d'album de 17 titres (dont une reprise "bonus"), une histoire, un spectacle du type "plusieurs en scène poétique et musical" qui ne demandent qu'à voir le jour. Nous avons commencé le travail en studio. C'est la dernière ligne droite, la plus difficile, celle du financement et de la commercialisation.

 

Et nous avons besoin de vous.

 

                                                         Philippe Milbergue

À quoi servira la collecte ?

Votre contribution nous permettra de finaliser les enregistrements et le mixage (4 500 €) des 17 titres de l'album, le mastering et le pressage de la première édition du CD (3 500 €), la réalisation graphique de la pochette et l'édition du livret (1 000 €), la promotion (2 000 €) comprenant l'impression d'un T-Shirt et d'un shooter collector et la réalisation d'un clip pour la diffusion en ligne (1 000 €).

 

Nous vous demandons de soutenir notre projet à hauteur de 50% environ des frais engagés, en sachant que l'objectif de collecte que nous nous sommes fixé est un minima. Si nous dépassons cet objectif de 6 000 €, nous pourrions mieux promouvoir notre travail avec, notamment, la réalisation d'un second clip et l'organisation des premières dates de spectacles.

 

L'Association Les Morfals percevra l'intégralité de la collecte. Si notre objectif est atteint, nous envisageons un lancement prévisionnel du CD en septembre. 

 

Artistes ayant participé à ce projet :

 

Mario BONNY (Arrangements, Guitares, Claviers, Piano, Basse, Harmonica, programmation Batteries), Ibro COULIBALY (Percussions), Mathieu FAIVRE VUILLIN (Accordéon), Bastien GROSSEN (Violon), Philippe MILBERGUE (Chant), Reno STERCHI (Flûte traversière), Adrien ROLET (programmation batteries et percussions)
Avec l’aimable participation de Mira qui est venue poser sa voix sur « La chanson de Pedro » et « Le vent de la terre ».
Les textes sont de Philippe MILBERGUE et les musiques de Philippe MILBERGUE et Mario BONNY. Les illustrations sont de Valérie LAMARRE.
Merci à Cécile JULLIEN pour la maquette du livret des "Suites espagnoles"

 

Mille mercis d'avance pour votre soutien.

Thumb_img_0026-1519916844
Les Morfals

L’association « Les Morfals » a pour but l’accompagnement et le développement des projets artistiques et éditoriaux de ses adhérents. Aujourd'hui, nous vous proposons d'accompagner la finalisation du projet des "Suites espagnoles", CD composé de 17 titres (dont une reprise "bonus") par Philippe MILBERGUE & Mario BONNY.

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Quelle est la différence entre le recueil "Les suites espagnoles" et le livret illustré du CD ?

Le recueil est construit en trois parties (Le vent de la terre / Avant l'exil / Buenos Aires) et décline le thème des "Suites ..." en quelques 70 textes. Ces poèmes n'avaient pas forcément un format "chanson". Je les ai, pour beaucoup, réécrits ou regroupés et j'ai resserré la trame pour construire un concept-album, et un spectacle, homogène.

Derniers commentaires

Thumb_img_0026-1519916844
Reçu de Gaëtan : Hello, la couverture est terrible j'adoooore. Je transmets à Sophie à très bientôt et good luck pour ton super projet j'ai adoré les quelques extraits, il me tarde la suite. Amitiés
Thumb_default
Au top Milbergue !!