Aller au contenu

Lieu de l'art

Art & photo, Performance, Installation

Visuel du projet Lieu de l'art
Cross circleÉchoué
12
Contributeurs
Monday, September 23, 2019
Date de fin
711 €
Sur 3 500 €
20 %

Projet collectif avec la participation des artistes, chercheur.euse.s, curator.rice.s et toute personne intéressée

Suivre et partager

Lieu de l'art

Le projet « Lieu de l’art » porté par l’association Marcovaldo, se réalisera de septembre à décembre 2019 à l’Institut national d’histoire de l’art de Paris, dans le cadre de la résidence INHALab.

Il invite à explorer l’art contemporain en Europe à partir des années 1960 par le prisme du lieu, compris comme un espace physique et sémantique dans lequel une pratique artistique s’établie. Quels sont les liens, esthétiques et politiques, entre des formes d’expression plastiques et le lieu dans lesquels elles se réalisent ? A travers la problématique du lieu de l’art, le projet vise à interroger les enjeux socioculturels de l’art contemporain et la façon dont ils interagissent avec la vie courante. Le projet se déploie en trois formats : programmation artistique, ateliers de recherche et rencontres avec plusieurs acteur.rice.s invité.e.s du monde de l’art international.

alt

Július Koller, U.F.O. Universal Fantastic Occupation, 1978

Pour la programmation artistique, Marcovaldo invite des artistes à investir plastiquement le lieu de la résidence - la galerie Colbert -, en y créant des performances et des œuvres in situ. Un site patrimonial accueillant des établissements de recherche et d’éducation, la galerie Colbert est également un lieu de passage ouvert aux divers publics. Se situant au carrefour des multiples flux, qui ne se croisent pas, elle incite à une réflexion sur un potentiel point de convergence entre ces trajectoires quotidiennes. N’étant pas un lieu d’exposition à proprement parler, l’espace de la galerie sera animé, tout au long du projet, par les interventions des artistes : Andrea Acosta, Steven Cohen, Tarek Lakhrissi, Olmo Stuppia, et autres encore.

Le deuxième volet prend la forme d’ateliers de recherche en offrant un espace de réflexion et de discussion théorique autour de la notion du lieu de l’art. Ces ateliers, d’une durée de trois jours, ont pour objectif d’approfondir les connaissances des pratiques artistiques émergées en Europe à partir des années 1960, et d'interroger les approches à l’étude de l’art contemporain. Le problème du lieu de l’art permet d’aborder les pratiques des artistes par leur rapport au système institutionnel ainsi qu’aux valeurs culturelles, sociales et politiques dont celui-ci est porteur. Si de nombreuses pratiques artistiques se trouvent exclues des institutions établies pour des raisons diverses, elles se développent ailleurs - dans les ateliers et appartements, dans la ville et dans la nature en plein air, dans les squats et cafés, dans les zones industrielles désaffectées et dans les institutions alternatives (artistiques et non-artistiques). S’appropriant les caractéristiques spécifiques du lieu, les artistes intègrent leurs œuvres dans les pratiques quotidiennes qui lui sont propres et y produisent des situations nouvelles. L’étude de cette topographie artistique ouvrirait la question de nouveaux espaces sémantiques au sein desquels opère l’art contemporain.

alt

Tarek Lakhrissi, Mes pensées exactement, 2019

Une série de rencontres complète la réflexion autour du lieu de l’art. Artistes, curateur.rice.s, théoricien.ne.s sont invité.e.s à porter témoignage sur leur propre expérience, notamment sur des projets où le lien entre l’action artistique et l’espace dans lequel elle se réalisait constituait l’un des enjeux principaux. Quelques axes thématiques sont envisagés pour les rencontres, notamment : lieux de l’art alternatifs, problématiques d’archivage des pratiques artistiques et curatoriales éphémères, expositions dans des appartements, présentation de l’art dans des espaces commerciaux, et enfin, rapports entre les pratiques performatives corporelles et l’espace.

 

QUI SOMMES-NOUS?

Créée en 2018, l’association « Marcovaldo » réunit des chercheur.e.s, curator.rice.s, critiques d’art et autres professionnel.le.s de l’art contemporain. Faisant écho aux conditions de l’écosystème culturel, elle a pour objectif de soutenir la création contemporaine à travers la mise en place d’une plateforme d’échange et de collaboration internationaux. L’association favorise les projets entre historien.ne.s de l’art, artistes et public, en concevant un espace propice à l’expérimentation, à la discussion et à l’apprentissage dans un esprit de partage et d’entre-aide. 

À quoi servira la collecte

Sélectionné pour la résidence de recherche INHALab, notre projet propose une programmation très riche : rencontres, performances, discussions, projections, groupes de lectures. Nous sommes déjà soutenu.e.s par l’Institut national d’histoire de l’art, le CERCEC-EHESS, les Universités Paris 1 et Paris 8, mais pour pouvoir réaliser tout ce que nous avons imaginé, et cela dans les conditions respectueuses envers les intervenant.e.s, nous avons besoin de votre aide ! La collecte permettrait de vous faire découvrir des performances inédites et des créations in situ, de vous faire rencontrer des artistes, chercheur.euse.s, curator.rice.s venant des pays différents. A travers ces événements, nous désirons explorer les formats de recherche collective, et nourrir la discussion commune à laquelle chacun.e est invité.e à prendre part

Choisissez votre contrepartie

Star
Contrepartie star

Pour 100 € et plus

Artiste invitée à participer au projet pour l’INHALab avec une création in situ, Andrea Acosta créera une œuvre en tirage limité en lien avec sa proposition pour la galerie Colbert (l'image est un exemple du travail de l'artiste)
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 4/5
  • Livraison Octobre 2019

Pour 5 € et plus

Gratitude éternelle
  • Contributeur : 1

Pour 8 € et plus

Tote bag INHA
  • Disponibilité : 40/40

Pour 10 € et plus

Martha Rosler Library. Sous la direction de Zahia Rahmani. INHA, 2007
  • Disponibilité : 15/15
  • Livraison Septembre 2019

Pour 10 € et plus

Performing the city. Actions et performances artistiques dans l'espace public 1960-1980. Sous la direction de Thierry Dufrêne. INHA, 2009
  • Contributeurs : 2
  • Disponibilité : 13/15
  • Livraison Septembre 2019

Pour 10 € et plus

Écrans de papier. Le cinéma chinois et ses magazines (1921-1951). Sous la la direction de Anne Kerlan. INHA, 2011
  • Disponibilité : 15/15
  • Livraison Septembre 2019

Pour 10 € et plus

Silvia Kolbowski, An inadequate history of conceptual art. INHA, 2016
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 14/15
  • Livraison Septembre 2019

Pour 10 € et plus

Critiques d'art et collectionneurs. Roger Marx et Claude Roger-Marx (1859-1977). Sous la direction de Jean-Marc Poinsot. INHA, 2007
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 14/15
  • Livraison Septembre 2019

Pour 10 € et plus

Mémoires croisées / Dérives archivistiques. Archives de la critique d'art. Sous la direction de Jean-Marc Poinsot. INHA, 2015
  • Disponibilité : 20/20
  • Livraison Septembre 2019

Pour 10 € et plus

Pierre Francastel. L'hypothèse même de l'art. Sous la direction de Thierry Dufrêne. INHA, 2010
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 14/15
  • Livraison Septembre 2019

Pour 14 € et plus

Visite guidée “L’art et la ville” mardi 10 septembre à 11h, durée 2h Une promenade thématique en écho avec le thème du projet. De la place Saint-Sulpice jusqu’au boulevard Raspail, l’itinéraire de la promenade propose de suivre les dynamiques urbaines, sociales et artistiques de l’époque moderne. Alors que la ville s’agrandit et la vie sociale change, la création artistique accompagne la transformation des quartiers et des mœurs. La promenade sera l’occasion de redécouvrir certaines oeuvres d’art présentes en ville et de revenir sur les débats et les recherches artistiques dont elles faisaient partie.
  • Contributeurs : 2
  • Disponibilité : 18/20

Pour 14 € et plus

Visite guidée “L’art et la ville” samedi 28 septembre, l'heure à préciser, durée 2h Une promenade thématique en écho avec le thème du projet. De la place Saint-Sulpice jusqu’au boulevard Raspail, l’itinéraire de la promenade propose de suivre les dynamiques urbaines, sociales et artistiques de l’époque moderne. Alors que la ville s’agrandit et la vie sociale change, la création artistique accompagne la transformation des quartiers et des mœurs. La promenade sera l’occasion de redécouvrir certaines oeuvres d’art présentes en ville et de revenir sur les débats et les recherches artistiques dont elles faisaient partie.
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 19/20

Pour 15 € et plus

La Mémoire à l’oeuvre. Les archives d’Antoine Bourdelle

Les archives Antoine Bourdelle (1861-1929) regroupent ses écrits – articles, textes théoriques, proses et poésies, notes personnelles, cours et leçons professés à l'Académie de la Grande Chaumière de 1909 à 1929 –, ses projets, croquis, reproductions photographiques et pièces de correspondance, ainsi que de multiples documents administratifs. Des milliers de lettres éclairent sur le milieu dans lequel Bourdelle évoluait et témoignent de ses relations avec les artistes, écrivains et personnalités de son temps. L'ouvrage rend compte de cet étonnant ensemble enrichi au fil des années, en empruntant quelques-unes des travées de cette exceptionnelle mine d'archives. Sans être un catalogue à proprement parler, il accompagne l'exposition-dossier Antoine Bourdelle (1861 - 1929), d'un siècle l'autre, présentée à Paris, au musée Bourdelle, du 25 juin au 11 octobre 2009. Claire Barbillon et Stéphanie Cantarutti (dir.) © Paris Musées, musée Bourdelle / INHA / Éditions des Cendres, 2009
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 9/10
  • Livraison Septembre 2019

Pour 15 € et plus

La vie des formes. Henri Focillon et les arts. Sous la la direction de Alice Thomine et Christian Briend. INHA / Snoeck, 2004 Henri Focillon (1881-1943) est l'un des grands historiens de l'art que la France a comptés au XXe siècle. L'exposition La vie des formes. Henri Focillon et les arts a mis en évidence la complexité de ce personnage, intellectuel engagé, ainsi que l'originalité de son approche des œuvres.
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 19/20
  • Livraison Septembre 2019

Pour 15 € et plus

Regards de critiques d’art. Autour de Roger Marx (1859-1913). Presses universitaires de Rennes / INHA, 2009 Cet ouvrage engage une réflexion sur la critique et l'histoire de l'art en France entre 1880 et 1914, en prenant appui sur l'œuvre de Roger Marx, dont les travaux abordaient la question de l'art social : l'art à l'école, le solidarisme, le mobilier, l'affiche et l'habitation à bon marché. Les nombreuses contributions traitent également de la critique « émotionnelle » issue du milieu nancéien, de l'impact de l'affaire Dreyfus, du paysage idéaliste, de la sculpture et de la peinture monumentales, de l'ouverture à l'Orient et du cubisme. L'ouvrage souligne au passage l'importance des revues comme la Gazette des Beaux-Arts, le Mercure de France ou Art et décoration, et de certains réseaux (comme celui, méconnu, constitué par le cercle des Têtes de bois).
  • Disponibilité : 5/5
  • Livraison Septembre 2019

Pour 15 € et plus

Livre : L'Aracine & l'art brut

Ce catalogue retrace d'une part, l'histoire de la collection d'art brut de L'Aracine – des années 1970 jusqu'à sa donation en 1999, à la Communauté urbaine de Lille – et d'autre part, l'ensemble des manifestations organisées par le Musée d'art moderne pour sa mise en valeur et son enrichissement. L'exposition de 122 œuvres associées à de rares documents d'archives provenant de la collection de l'Aracine, achève un cycle de huit expositions intitulé Les Chemins de l'art brut. Cet ouvrage permet de mesurer l'importance du travail mené par L'Aracine et de comprendre l'exceptionnel projet du LaM (Lille Métropole Musée d'art moderne), qui présentera l'art brut en permanence à côté de l'art moderne et de l'art contemporain, à partir de septembre 2010. Bernard Chérot, Savine Faupin et Christophe Boulanger (dir.) © LaM / INHA, 2010
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 9/10
  • Livraison Septembre 2019

Pour 18 € et plus

Daniel Arasse historien de l’art. INHA / Éditions des Cendres, 2011 Disparu en 2003, Daniel Arasse fut en France l'une des plus éminentes figures de l'histoire de l'art au cours des dernières décennies. La multiplicité de ses centres d'intérêt, depuis la Renaissance italienne jusqu'à Anselm Kiefer et Cindy Sherman, l'originalité de ses analyses comme son attention portée aux sciences humaines, ses traductions d'ouvrages de référence et sa volonté de toucher un public plus vaste que celui des spécialistes sans renoncer jamais à la nécessaire rigueur scientifique, son enthousiasme communicatif enfin, font que son action et son œuvre ont joué et continuent de jouer aujourd'hui un rôle essentiel dans la défense et l'illustration d'une discipline longtemps négligée dans notre pays. Ce volume réunit les communications prononcées lors du colloque que l'Institut national d'histoire de l'art (INHA) a organisé dans ses locaux, pour lui rendre hommage, les 8, 9 et 10 juin 2006, avec l'École des hautes études en sciences sociales, l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, l'École normale supérieure (Paris) et le Centre d'études supérieures de la Renaissance (université de Tours), avec le soutien de l'Istituto Italiano per gli Studi Filosofici (Naples).
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 2/3
  • Livraison Septembre 2019

Pour 20 € et plus

Le Demi-siècle de Pierre Restany. Sous la la direction Richard Leeman. INHA / Éditions des Cendres, 2009 « Pierre Restany [est] un sujet passionnant, c'est les avant-gardes du XXe siècle, c'est tout l'art contemporain […], non seulement celui du petit milieu des bords de Seine, mais celui du monde entier. Pierre est le seul de tous les critiques à avoir traversé le siècle et à avoir connu l'ensemble du personnel culturel de notre époque. » Jacques Villeglé Le Demi-siècle de Pierre Restany propose des essais de spécialistes internationaux de l'art et de la critique du XXe siècle réunis à l'occasion du colloque organisé par l'INHA en décembre 2006. L'ouvrage examine cette figure hors norme selon quatre facettes caractérisant particulièrement son activité : l'action du critique, qui n'était pas seulement un commentateur mais le soutien et le théoricien des artistes qu'il défendait ; les géographies, Restany ayant tôt conçu, l'un des seuls en France à cette époque, son champ comme international ; les réseaux des galeries, des revues, ou de l'Association internationale des critiques d'art ; l'écriture critique, enfin, mêlant théorie, historiographie et tentation littéraire. Au-delà de l'approche monographique, ces études permettent de restituer, à travers Restany, une histoire de l'art du second XXe siècle. Histoire sans doute partiale, peut-être partielle et certainement fragmentaire, mais assurément inédite et décentrée, aussi bien géographiquement que théoriquement, par rapport aux récits canoniques de la modernité.
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 19/20
  • Livraison Septembre 2019

Pour 25 € et plus

Visite d'un lieu artistique altérnatif à Paris ou en proche banlieu suivie d'un goûter Date à préciser
  • Disponibilité : 20/20

Pour 25 € et plus

Aby Warburg, L’Atlas Mnémosyne. L'écarquillé / INHA, 2012 Si Aby Warburg a été le premier à définir une méthode d'interprétation iconologique, s'il a créé une bibliothèque des sciences de la culture unique au monde, l'innovation décisive qu'il a introduite dans le champ épistémologique de l'histoire de l'art est bien Mnémosyne : œuvre absolument originale et unique, dont l'ambition n'est rien moins, que de poser les fondements d'une grammaire figurative générale, et qui ouvre des perspectives dont la portée n'a pas encore été totalement mesurée. Par la complexité des problèmes auxquels s'est confronté Warburg face à cet immense corpus d'images, c'est l'attention de l'ensemble des sciences humaines qu'il a attirée sur son œuvre. Resté inachevé à la mort de l'auteur, ayant mobilisé l'énergie intellectuelle et physique de ses dernières années, Mnémosyne peut être considéré comme l'aboutissement de toutes ses recherches. Il constitue le plus ambitieux corpus d'images jamais réuni, dont la genèse et l'évolution sont liées à une pratique discursive et à un mode de transmission du savoir que préconisait Warburg, mais qu'il convient aussi d'examiner sous l'angle de ses relations avec le problème de la mémoire et avec sa bibliothèque. L'essai de Roland Recht se propose de replacer ce work in progress dans son contexte intellectuel. Textes traduits de l'allemand par Sacha Zilberfarb. Avec un essai de Roland Recht.
  • Contributeurs : 2
  • Disponibilité : 8/10
  • Livraison Septembre 2019

Pour 25 € et plus

Antoine Desgodets, Les édifices antiques de Rome. Fac-similé d’une édition de Jean-Baptiste Coignard, imprimeur du Roi, Paris 1682. Éditions Picard / INHA, 2008 Missionné par Colbert en 1674 pour faire un relevé des édifices antiques, Desgodets répondit parfaitement aux vœux du surintendant au terme d'un voyage épique. En 1682, le jeune architecte publia à Paris le résultat de ses travaux, Les Édifices antiques de Rome, dont les gravures furent réalisées par les plus grands artistes de son temps, Jean et Pierre Lepautre, Sébastien Leclerc, Daniel Marot, … Si dans cet ouvrage Desgodets reprenait une démarche proche de celle qu'avait pu adopter Palladio ou Serlio, il ne restituait pas les vingt-cinq édifices mais s'intéressait exclusivement à ce qu'il voyait ou savait avec sûreté sur chacun d'eux. Cette démarche scientifique qui annonce celle des archéologues du XIXe siècle explique le grand succès remporté par cet ouvrage réédité en France au XVIIIe siècle et traduit en anglais et en italien aux XVIIIe et XIXe siècles. En effet, y sont analysés finement des édifices aussi célèbres que le Panthéon, les arcs de triomphes, le Colisée et aussi ceux d'interprétation plus complexe comme le « frontispice de Néron » ou le « temple de Vesta ». Cet ouvrage est donc à la fois passionnant pour l'image qu'il donne du forum au XVIIe siècle tout comme pour le jalon historiographique qu'il constitue. Il est aujourd'hui réédité sous forme de fac-similé (édition de Jean-Baptiste Coignard, imprimeur du Roi, Paris 1682) et complété par des notices sur chacun des édifices cités et illustrés par des photos du XIXe siècle, donnant un relief inédit à cette réédition.
  • Disponibilité : 3/3
  • Livraison Septembre 2019

Pour 25 € et plus

Livre : Victor Brauner. Écrits et correspondances (1938-1948)

Les archives de Victor Brauner (1903-1966) sont conservées au Musée national d'art moderne. Cet ouvrage propose une sélection de textes de l'artiste et de correspondances avec ses amis peintres, écrivains ou marchands (René Char, Gherasim Luca, Roberto Matta, Pablo Picasso, Yves Tanguy, Peggy Guggenheim, Julien Levy.), de 1938, lorsque le peintre venu de Roumanie s'installe définitivement en France, à 1948, date de son exclusion du surréalisme par André Breton. Ces manuscrits et ces lettres sont publiés pour la première fois. Ils éclairent d'un jour inédit une période marquée par la guerre. Brauner, surréaliste, juif et Roumain, élabore, dans la clandestinité, un nouveau langage poétique et pictural qui renouvelle profondément le surréalisme.
  • Disponibilité : 30/30
  • Livraison Septembre 2019

Pour 30 € et plus

Conférence-fiasco suivie d'un apéro

Conférence-fiasco donnée par Sasha Pevak 25 septembre 2019, 19h - 21h Récolter un fiasco est honteux. Parler d'un fiasco n'est pas accepté. Lorsqu'on construit son image professionnelle ou un récit de vie, on met en avant des évenements marquants, qui correspondent à ce qu'on définit comme "réussites", on souligne nos atouts et qualités. Tandis que les échecs restent le tabou. Le domaine de l'art, laisse-t-il une place à l'échec ? A travers une série de paroles et d'images, nous allons confronter nos peurs les plus profondes, lors d'une conférence qui fera, peut-être, fiasco elle-même... Image : Richard Serra, Tilted Arc, 1981.
  • Contributeur : 1
  • Disponibilité : 29/30

Pour 200 € et plus

Natalia Smolianskaïa, Sans titre, 1933-2019. Objet photographique, 30x40 cm Œuvre unique de Natalia Smolianskaïa, artiste, commissaire d’expositions, théoricienne de l’art, spécialiste de la théorie et la pratique de l'avant-garde artistique, participante du projet “Lieu de l’art”
  • Disponibilité : 1/1
  • Livraison Octobre 2019

Faire un don

Je donne ce que je veux