Madame rêve… Les BONNES à Avignon, par Le Groupe Manifeste

Madame rêve…Les Bonnes de Genet par Le Groupe Manifeste, à La Fabrik’ Théâtre, au festival Off d’Avignon 2014. Aidez-nous à réaliser ce rêve

Visuel du projet Madame rêve… Les BONNES à Avignon, par Le Groupe Manifeste
Réussi
36
Contributions
21/06/2014
Date de fin
3 035 €
Sur 3 000 €
101 %

Madame rêve… Les BONNES à Avignon, par Le Groupe Manifeste

<p> <strong>Histoire du Groupe Manifeste</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>Le Groupe Manifeste </strong>est issu d’un « laboratoire » de recherche théâtrale dirigé par Francine Eymery et Jean-Pierre Girard, eux-mêmes fondateurs de la Compagnie <strong>Aurige Théâtre</strong>.</p> <p> Francine Eymery et Jean-Pierre Girard arrivent à Marseille en 2001 après un long parcours artistique, au départ bordelais, puis à Paris sur une période d’environ 15 ans, et enfin Marseille où ils posent bagages au <strong>Théâtre Les Argonautes</strong>.</p> <p> Très vite ce nouveau théâtre devient un lieu organique et turbulent pour de jeunes acteurs en devenir, ou confirmés.</p> <p> Un laboratoire donc, où l’on mêle tous les arts de la scène, danse contemporaine, danse butô, musique, chant, Tragédie et Modernité.</p> <p> Le Groupe Manifeste se fédère alors autour d’auteurs tels que Didier-Georges <strong>Gabily</strong>, Bernard-Marie <strong>Koltès</strong>, Edward <strong>Bond</strong>, de nouvelles écritures pour la création cannibale : <i>Atrides-Paysages tremblés</i> sous la direction de Francine Eymery, elle-même auteur de plusieurs pièce : <i>Le Collectionneur</i>, <i>Médée-c’est moi qui</i>, <i>Chienne, Thésée-la porte des regrets</i>, et enfin Jean Genet avec <i>Les Bonnes</i>.</p> <p> A noter que <strong>Genet</strong> ainsi que <strong>Bataille</strong>, <strong>Artaud </strong>etc, ont eux-mêmes inspiré les fondateurs du mouvement butô : Tatsuni <strong>Hijikata</strong> et Kazuo <strong>Ôno</strong> lequel a dansé « Divine » de <i>Notre Dame des fleurs</i> (de Genet).</p> <p> Et c’est ainsi que pour le Groupe Manifeste pratiquant le butô de manière assidue s’est imposée tout naturellement l’idée que le personnage de « Madame » serait joué par un homme, en hommage à Kazuo Ôno.</p> <p>  </p> <p> Bien entendu de nouvelles créations téméraires sont en cours dans la compagnie.</p> <p>  </p> <p> La <strong>Cie Aurige Théâtre et le Groupe Manifeste</strong>, association loi 1901 (<i>Aurige Forever</i>)</p> <p>  </p> <p> <em>Les créations du Groupe:</em></p> <p> <strong>Gibiers du Temps</strong> de Didier Georges Gabily 2007</p> <p> <strong>Existence</strong> de Edward Bond 2008</p> <p> <strong>11 débardeurs</strong> de Edward Bond 2009</p> <p> <strong>Mardi</strong> de Edward Bond 2009</p> <p> <strong>Jackets</strong> de Edward Bond 2009</p> <p> <strong>Le Numéro d’équilibre</strong> de Edward Bond 2009</p> <p> <strong>Médée, c'est moi qui</strong>...de Francine Eymery 2010</p> <p> <strong>Sallinger</strong>, de Bernard-Marie Koltès 2010                                                          </p> <p> <strong>Atrides-Paysages tremblés</strong> de Francine Eymery 2011</p> <p> <strong>Les Bonnes</strong> de Jean Genet 2012/2013</p> <p> <strong>Chienne</strong> de Francine Eymery 2012/2013</p> <p> <strong>Thésée–la porte des regrets</strong> de Francine Eymery, décembre 2014</p> <p>  </p> <p> <img alt="2013_10_09_les_bonnes_8993_bis-1" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/88278/2013_10_09_Les_Bonnes_8993_bis-1.jpg"></p> <p> <strong><em>L’équipe des Bonnes:</em></strong></p> <p> Mise en scène: Francine Eymery</p> <p> Comédienne : Virginie Comte (Claire)</p> <p> Comédienne : Nancy Robert (Solange)</p> <p> Comédien : Antoine Palazy  (Madame)</p> <p> Scénographie: Jean-Pierre Girard</p> <p> Communication: Elodie Cnockaert</p> <p> Photos plateau: Sandrine Mahé</p> <p>  </p> <p> <img alt="2012_11_30_les_bonnes_repet_2808_bis" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/88174/2012_11_30_les_bonnes_repet_2808_bis.jpg"></p> <p> <em><strong>Les Bonnes de Jean Genet</strong></em></p> <p> <em>Historique</em></p> <p> La pièce est basée sur un fait divers réel : le crime des soeurs Papin.</p> <p> Ce crime a fasciné les auteurs surréalistes. Instruments et martyres, les deux soeurs s'aimaient d'un amour incestueux.</p> <p> En 1947, dans Les Bonnes, Genet ne prend en compte ni l'aspect social ni la folie explosive du meurtre. La pièce est le contraire d'un mélodrame sanglant. C'est un rite cérébral qui débouche sur le mythe et rejoint la tragédie. Madame ne meurt pas. Ce sont les Bonnes qui s'autodétruisent.</p> <p> Donc Genet détourne le fait divers et le retourne comme un gant. Chaque agression contre Madame est fantasmée ou avortée, et si elle devait mourir ce serait par le poison, la strangulation ou l'asphyxie, comme chez Racine.</p> <p> L'unité d'action des Bonnes se résume en un mot : "tuer Madame".</p> <p> Dans la première partie de la pièce, les deux soeurs jouent à mimer ce meurtre qu'elles n'ont pu accomplir dans la réalité. Dans la seconde partie, nouvel échec. Madame refuse de boire le tilleul empoisonné.</p> <p> Dans la dernière partie, c'est Claire qui, dans le rôle de Madame, boit le poison. de façon symbolique, Madame est morte, mais concrètement elle est vivante. Il y a donc du classicisme dans cette composition. C'est à dire : Solange est incapable d'étrangler Madame, Claire est incapable de l'empoisonner et Claire force Solange à lui administrer le breuvage mortel.</p> <p> <img alt="09102013-img_8852_bis" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/88219/09102013-IMG_8852_bis.jpg"></p> <p>  </p> <p> <strong>Intuition, intentions, cible et mise en scène</strong></p> <p>  </p> <p> Dans cette pièce <strong>Jean Genet</strong> nous dévoile les faces les plus sombres de l’être humain, nous obligeant en quelque sorte à regarder l’envers de nos “bons” sentiments, et dans le même temps nous voilà tout proche de notre humanité la plus intime.</p> <p>  </p> <p> Les Bonnes et Madame sont pour moi des « figures »,  des « créatures », des « furies », de celles que l’on trouve dans le théâtre d<strong>’Eschyle</strong>, de <strong>Sénèque</strong>, proches de l’épouvante donc. Des monstres ?</p> <p>  </p> <p> A propos des corps, les corps des Bonnes, le corps de Madame :</p> <p> Pas de caricatures de « boniches» ou de « bourgeoise » pour ce qui nous concerne.</p> <p> Madame est au centre, Madame glisse, chuchote, corps brisé, voie brisée proche du chant, une sorte de <i>Madame Butterfly, </i>qui danserait dans les ténèbres, une danse <strong>butô</strong>.</p> <p> Quant aux Bonnes,  les sœurs, les voilà titubantes, elles vont trembler, vibrer, s’étreindre, se heurter, s’emboiter, s’épuiser, jusqu’à la transe, jusqu’au cri, jusqu’à l’ultime sacrifice.</p> <p> <img alt="09102013-img_8950_bis" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/88227/09102013-IMG_8950_bis.jpg"></p> <p> Trois corps « dansant » donc, sur un tapis de fleurs artificielles : Le lieu de la cérémonie, l’univers magique du conte, le monde mental de celles qui le hantent : l’âme des Bonnes.</p> <p>  </p> <p> <em>Francine Eymery</em></p> <p>  </p> <p>  </p>

À quoi servira la collecte

<p>  </p> <p> Partir à Avignon, c’est une belle et grande aventure mais ça coûte cher !</p> <p> La collecte nous permettra de couvrir les frais pour la période du festival :</p> <p> A savoir : Louer le théâtre dans lequel nous jouerons, loger les 6 personnes de la Cie, les frais divers : nourriture, communication, assurances, déplacements, costumes, …</p> <p> <img alt="Croquis_sceno_les_bonnes.qxp_jpg" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/88399/croquis_sceno_les_bonnes.qxp_JPG.jpg"></p> <p> Et si on dépasse les <strong>3000€</strong>, cela nous permettra de couvrir les frais supplémentaires.</p> <p>  </p> <p> <strong><em>Budget de fonctionnement estimé:</em></strong></p> <p> <strong>Dépenses</strong>: location de la salle: 4000€ HT = 4800 €</p> <p> inscription journal «avignon off»: 313 €</p> <p> droits d’auteur: 12% de la billetterie: 594 €</p> <p> pub (affiches et fyers): 400 €</p> <p> secrétariat &amp; dossiers de presse: 150 €</p> <p> déplacement (train AR Marseille/Avignon): 252 €</p> <p> provisions repas pour 17 jours: 850 €</p> <p> assurances RC et matériel: 150 €</p> <p> entretien costumes &amp; matériel: 100 €</p> <p> achat fleurs suplémentaires: 150 €</p> <p> hébergement pour 6: 1800 €</p> <p> TOTAL DEPENSES:<strong> 9559 €</strong></p> <p>                    </p> <p> <strong>Recettes</strong>: <em>billetterie pour 15 représentations</em>:</p> <p> moyenne 11€ X 30 spectateurs X 15 = 4950 €</p> <p> apport banque Aurige: 250 €</p> <p> apport billetterie «Argonautes»: 550 €</p> <p> TOTAL RECETTES: <strong>5750 €</strong></p> <p>  </p> <p> Déficit prévu: <strong>3809 €</strong></p> <p> <em>(les cachets des artistes sont prévus par le Théâtre des Argonautes)</em></p> <p>  </p>

Choisissez votre contrepartie

5 €

Remerciements de toute l’équipe !

10 €

Livraison estimée : juin 2014

Remerciements de toute l’équipe ! + 1 Affiche du spectacle
  • 6 contributions

20 €

Livraison estimée : juillet 2014

1 entrée spectacle + 1 Affiche du spectacle
  • 7 contributions

30 €

Livraison estimée : juillet 2014

1 entrée spectacle + 1 Affiche du spectacle + rencontre avec les comédiens
  • 2 contributions

50 €

Livraison estimée : juillet 2014

2 entrées spectacles + 1 Affiche du spectacle + rencontre avec les comédiens
  • 5 contributions

100 €

Livraison estimée : juillet 2014

2 adhésions pour un an au Théâtre Les Argonautes (Marseille) + 1 Affiche du spectacle +2 entrées spectacles + rencontre avec les comédiens

200 €

Livraison estimée : juillet 2014

2 adhésions pour un an au Théâtre Les Argonautes (Marseille) + 1 Affiche du spectacle + 4 entrées spectacles + rencontre avec les comédiens et un grand merci de toute l’équipe !

Faire un don

Je donne ce que je veux