MADEMOISELLE ELSE au Lucernaire !

Mademoiselle Else, l'histoire d'une jeune fille tiraillée entre désir et révolte, dégoût et fascination. Aidez-nous à la faire vivre !!!!!

Visuel du projet MADEMOISELLE ELSE au Lucernaire !
Réussi
65
Contributions
03/06/2013
Date de fin
3 715 €
Sur 3 500 €
106 %

MADEMOISELLE ELSE au Lucernaire !

<p> <img alt="Poster2_copie_sans_bandeau" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/18899/poster2_copie_sans_bandeau.jpg"></p> <p> <em>Affiche de <strong>Thomas DEFERT</strong></em></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>MADEMOISELLE ELSE </strong></p> <p>  </p> <p> <strong>Au Lucernaire du 25 Juin au 22 Septembre 2013</strong></p> <p> <strong>21h30 du mardi au samedi</strong></p> <p> 53 rue Notre Dame des champs 75006 Paris</p> <p>  </p> <p> Une pièce d'<strong>Arthur Schnitzler</strong>, traduction <strong>Henri Christophe</strong>.</p> <p> Mise en scène <strong>Francine Walter</strong></p> <p> Assistée de <strong>Alice Fabbri</strong> et <strong>Agnès Hurstel</strong></p> <p> Avec :</p> <p> <strong>Sophie Bricaire</strong></p> <p> <strong>Pauline Gardes </strong></p> <p> <strong>Pauline vaubaillon</strong></p> <p> Et en alternance : <strong>Marion Servole</strong></p> <p>  </p> <p> Scénographie : <strong>Ludovic Hallard</strong></p> <p> Lumières : <strong>Denis Monmarché</strong></p> <p> Costumes : <strong>Julien Toinet</strong></p> <p> Une coproduction de la Compagnie du Marteau, et d'Atelier Premier Acte.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Img_0557" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/18885/IMG_0557.jpg"></p> <p> <em>Photos de répétition par Alejandro Guerrero. Pauline Vaubaillon, Sophie Bricaire et Pauline Gardes</em></p> <p>  </p> <p> <strong><em>Mlle Else</em></strong>, pièce sur le <strong>désir</strong>, est née d’un désir : celui de retravailler avec Sophie et les deux Paulines. Nous nous sommes rencontrées dans mon cours de théâtre, moi la prof, elles les élèves. Nous avons fait beaucoup de choses ensemble, et puis elles sont parties vivre leur vie. Il y a un an, nous avons décidé de nous retrouver sur un nouveau projet. De nous redécouvrir autrement. <em>Mlle Else</em>, cette nouvelle de Schnitzler, depuis longtemps je rêvais de la monter, sans savoir par quel bout la prendre. Un soir, dans un café, en les regardant toutes les 3, blondes, rieuses, complices, mystérieuses, j’ai compris qu’il ne fallait pas chercher plus loin. Je tenais « mon » <strong>Else, unique et démultipliée</strong>. Et quand elles ont l’ont lue, il n’y avait plus de doute : ensemble nous allions monter <em>Mlle Else</em>, d’Arthur Schnitzler.</p> <p>  </p> <p> <strong>L’AUTEUR </strong></p> <p> A.S. est un écrivain viennois (1862-1931). Il a une formation médicale et psychiatrique importante et se lie avec Freud. Après sa mort, les nazis mettent le public en garde contre les « nouvelles de cet auteur juif qui désagrègent et anéantissent le sens des responsabilités » ils brûlent ses romans et interdisent ses pièces, considérées comme sulfureuses. Vienne, d'ailleurs, mettra beaucoup de temps à le reconnaitre et l’accepter. Il est fascinant de voir comment un homme de cette époque, ayant dépassé 60 ans, peut se mettre dans la peau de cette Else de 19 ans, avec quelle justesse et quelle finesse, il sonde son âme et son corps. C’est un écrivain <strong>féministe</strong>, dont l’œuvre avait effectivement de quoi inquiéter les bien-pensants. Et qui est aujourd’hui d’une incroyable modernité.</p> <p>  </p> <p> <strong>L'HISTOIRE</strong></p> <p> Else, 19 ans, jeune fille de la grande bourgeoisie viennoise, est en villégiature avec sa tante dans un palace italien. Elle s’amuse à observer son entourage avec un humour féroce. Une lettre lui apprend que son père, ruiné à la suite de malversations financières, ne peut être sauvé du déshonneur que si elle parvient à soutirer à un riche marchand d’art une somme d’argent importante. Celui-ci accepte, mais à une condition….qui agit comme un révélateur, et déclenche en Else un violent conflit, entre répulsion et fascination, ivresse de vie et pulsion de mort. Dans un emballement vertigineux vers l’hystérie, elle commettra un acte final spectaculaire...</p> <p>  </p> <p> <img alt="Img_0309" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/18886/IMG_0309.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Img_0681" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/18887/IMG_0681.jpg"></p> <p>  </p> <p> <strong>NOTE D'INTENTION</strong></p> <p> <em>Mademoiselle Else</em> est un monologue qui est en fait un dialogue. <strong>Else dialogue</strong> avec tous ceux qu’elle rencontre et qu’elle convoque. Elle les recrée, elle les joue, avec des commentaires savoureux. Je veux donner un plein espace à ce jeu, qui est son théâtre. Et surtout donner tout son prix au dialogue qu’elle entretient avec elle-même ; avec une autre part d’elle-même, voire plusieurs. En se fragmentant, elle se construit, ou se détruit. Ultime contradiction. <strong>Trois comédiennes s'imposaien</strong>t. Chacune en regardant l'autre peut y voir son propre reflet, comme Else sans son miroir, se voit une et plusieurs. </p> <p>  </p> <p> <strong>LE LIEU </strong></p> <p> Else a toute sa place au <strong>Lucernaire</strong>, où Laurent Terzieff, dont nous fûmes les compagnons de route, a si souvent joué. Ludovic Hallard,qui a fait les décors des derniers spectacles de Laurent, (dont l’Habilleur de R. Harwood, 2 Molière en 2010) nous a rejoints. Une famille théâtrale est recomposée…</p> <p>  </p> <p> <strong>L'EQUIPE</strong></p> <p> <strong>Francine WALTER</strong></p> <p> <img alt="Img_0020" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/18890/IMG_0020.jpg"></p> <p>  </p> <p> Originaire de Genève, Francine Walter y commence une carrière de comédienne en jouant dès 17 ans  au théâtre de la Comédie,  à la Radio et la Télévision SUISSE. À Paris, elle entre au Conservatoire National d’Art Dramatique, où elle est profondément marquée par l’enseignement de Fernand Ledoux. Elle garde des liens avec la Suisse où elle retourne souvent jouer.</p> <p> Elle joue aussi bien au Lucernaire qu’au Théâtre du Châtelet, à Edouard VII  qu’aux Athévains, au festival d’Avignon qu’à celui de Ljubjana et de Dubrovnik. Elle a joué aux Etats-Unis, et en Angleterre  (<em>Le Tartuffe</em>, mis en scène par Yves Gasc). Sous la direction d’Edmond Tamiz (<em>Les Estivants</em>) et de Pierre-Etienne Heymann (<em>Le jeu de l’amour et du hasard</em>),  elle trouve de nouvelles formes d’interprétation  des classiques.  Elle crée  <em>Staël : communauté européenne</em>, d’Yves Laplace, mis en scène par Hervé Loichemol. Mais c’est surtout sa collaboration avec Laurent Terzieff qui fut la plus importante. Elle joue de nombreuses pièces sous sa direction, dont <em>Guérison américaine</em> au théâtre La Bruyère<em>, Meurtre dans la cathédrale</em> au théâtre de l’Atelier et <em>Le Regard</em>, au Théâtre Rive Gauche.</p> <p> Parallèlement, elle crée le cours Atelier Premier Acte  au Théâtre La Bruyère.  Avec ses élèves, elle y monte plus d’une vingtaine de pièces, au rythme d’un spectacle par an. </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Sophie BRICAIRE</strong></p> <p> <img alt="Img_0715" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/19042/IMG_0715.jpg"></p> <p>  </p> <p> Formée au Conservatoire du 7e arrondissement puis au cours Atelier Premier Acte de Francine Walter et chez Delphine Eliet à l’Ecole du Jeu, Sophie interprète du Tchekhov, du Goldoni, du Brecht, du Fassbinder, du Claudel, sous la direction de Francine Walter au Théâtre la Bruyère et au théâtre de l’Atelier. Avec la dramaturge et metteur en scène Camille Louis, elle travaille sur une adaptation du conte de Mallarmé, <em>Igitur</em>, à laquelle elle donne voix au Studio Théâtre de Vitry et à la Ferme du Bonheur à Nanterre. Elle incarne Natalia Stépanovna dans <em>La demande en mariage </em> de Tchekhov, présentée à l’Espace Saint-Honoré de novembre 2011 à janvier 2012.</p> <p> De 2008 à 2012, elle travaille au CENTQUATRE en tant que chargée de production.</p> <p> Elle a été l’assistante de Fred Wiseman à la Comédie Française et travaille aujourd’hui aux côtés de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff dont elle est l’administratrice. </p> <p>  </p> <p> <strong>Pauline GARDES</strong></p> <p> <img alt="Img_0517" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/18898/IMG_0517.jpg"></p> <p>  </p> <p> Elle a commencé sous la direction de Francine Walter au Théâtre La Bruyère (Atelier Premier Acte), pour ensuite travailler au sein de la compagnie du Vélo Volé, et enfin intégrer la compagnie de Thibault de Montalembert en 2009.</p> <p> Elle rejoint au théâtre des metteurs en scène tels qu’Antoine Bourseiller, Laurent Ferraro, Anne Rotenberg, Émilie Chesnais, Olga Kokorina, Attica Guedj, Jérémy Buis, avec qui elle a joué au Théâtre La Bruyère, au Théâtre du Lucernaire, au Ciné 13 Théâtre ou encore au Théâtre des Mathurins. Sur scène, elle a également travaillé avec Delphine Elliet (École du Jeu) et Catherine Atlani (technique de la danse vocale). Elle joue en ce moment régulièrement en Allemagne (Schauspielhaus-Stuttgart).</p> <p> Pianiste-compositrice, elle chante sous le pseudonyme Pauline M. pour FACE Le Groupe (rock aquatique-anglais) labellisé par Brea Records, licence Warner Music. </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Pauline VAUBAILLON</strong></p> <p> <img alt="Img_0333" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/18893/IMG_0333.jpg"></p> <p>  </p> <p> Avec Francine Walter (2007-2009) elle a joué dans plusieurs mises en scène au Théâtre La Bruyère et Théâtre de l’Atelier (<em>Les Trois Sœurs</em>, Anton Tchekhov ; <em>Les Aventures de la Villégiature</em>, Carlo Goldoni ; <em>Danser à Lughnasa</em>, Brian Friel). Elle a joué au Festival des Mises en Capsules 2010 au Ciné 13 Théâtre dans une mise en Scène de Clément Thiébault (<em>Le Godemiché Royal</em>, textes libertins du XVIIIème siècle). Elle a par la suite intégré la compagnie du Vélo-Volé, cours dispensés par François Ha Van (2008-2009), suivi un stage avec Jean-Louis Bihoreau (2009) puis a travaillé auprès de Thibault de Montalembert (2009-2011) avec qui elle a joué <em>ADN</em> de Dennis Kelly au théâtre de La Bastille. Sous la direction Jean Louis Jacopin elle joua au Lavoir Moderne Parisien (<em>Une rose lui battait dans la poitrine</em>) puis avec Nicolas Lafitte elle participa au festival Des Arpèges et des Mots en 2012.</p> <p> Elle joue en ce moment une adaptation des contes de Ionesco au théâtre Poche-Montparnasse et reprend le rôle de l’élève dans<em> La Leçon</em> de Ionesco au théâtre de la Huchette. </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Marion SERVOLE (en alternance avec Pauline Gardes)</strong></p> <p> <img alt="Marion-servole-15631" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/19034/marion-servole-15631.jpg"></p> <p>  </p> <p> Marion commence le théâtre à l'université Paris 6. Elle entame dès la fin de sa maitrise une formation de theatre, mise en scène et écriture au conservatoire du 13ème arrondissement de Paris sous la direction de Christine Gagnieux, Gloria Paris et Jean-Louis Bauer. A la fin de sa formation, Marion travaille sous la direction de Rodolphe Sand dans une piece comique en tournée de 8 mois dans toute la France. Elle poursuit sa formation de comédienne à NY au Lee Strasberg Institute pendant 1 an. A son retour en France Marion joue sous la direction de Laurent Ferraro, Stephane Bouby, Regis Ivanov dans des pièces aussi bien classiques que contemporaines. Elle tourne également pour le cinéma pour Richard Ledes (USA), Boim Hwang, Kendy Ty,... Marion partage son temps entre sa passion pour le jeu et celle pour l'écriture et la photographie.</p> <p>  </p> <p> <strong>Agnes HURSTEL</strong></p> <p> <img alt="Photo-1" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/18895/photo-1.jpg"></p> <p>  </p> <p> Agnès travaille avec Francine Walter au Petit théâtre de la Porte Saint Martin depuis 2011. Elle a joué dans ses mises en scène : <em>Le cauchemar d’Armande</em> et <em>Les rêves de l’Infante</em>.</p> <p> Elle crée avec Clément Thiébault, un ancien élève de Francine, le Collectif des Affolés, au sein duquel elle écrit <em>The Gymnasium Project.</em> Ils montent en ce moment une adaptation des <em>Fourberies de Scapin</em> de Molière. </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Alice Fabbri</strong></p> <p> <img alt="Img_0021" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/18896/IMG_0021.jpg"></p> <p>  </p> <p> Alice fait la rencontre de Francine Walter au cours Atelier Premier Acte en 2008, <em>Melle Else</em> est leur premier projet ensemble. </p>

À quoi servira la collecte

<p> Grâce à ces <strong>3500</strong> <strong>euros</strong>, nous pourrons :</p> <p>  </p> <p> - payer une partie du décor : <strong>2000</strong> <strong>euros</strong></p> <p> - payer les costumes : <strong>500 euros </strong></p> <p> - payer les salles de répétition : <strong>300</strong> <strong>euros</strong></p> <p> - les <strong>700</strong> derniers <strong>euros</strong> serviront à payer une partie de la communication ( affiches, tract, attachée de presse)</p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux