Une cuisine de coeur, un restaurant conscient, respectueux de l'environnement et de l'humain 

Large_mivida_logo_3_-_copie_2-1528361196

Présentation détaillée du projet

Cuisiner en conscience au plus prés des producteurs, avec des éleveurs bio  de bovins, de volailles et autres. De même favorise un maraîchage qui respecte la nature, les saisons. Servir des vins bio, natures, en biodynamie. Des bières locales et bio , des fromages locaux. Et étendre ce partage fondamental que reste un repas, en le prolongeant par l’échange, les rencontres...

 

 

Je m'appelle Sabine, je cuisine... Tout le temps, avec le cœur, c'est ma vie, mon travail, ma passion. C'est une cuisine du cœur, engagée.  Enrichi par les voyages, les découvertes culinaires et surtout les rencontres,  mon parcours m’a permis d’affiner ma cuisine au fil des années, de respecter le produit….

 

 

J'ai pour projet d'ouvrir un restaurant, MI VIDA en centre ville de Marseille et d'y cuisiner en conscience au plus prés des producteurs.
Je souhaite proposer à mes clients une cuisine créative et originale basée sur le respect du savoir faire de ces producteurs locaux, avec une carte qui change tous les jours en fonction des produits que nous proposent nos partenaires.

 

On y mangera des produits de saisons, issus de l’agriculture biologique et des circuits courts de proximité qui respectent la nature. 


 

 L'idée de MI VIDA c'est aussi un lieu de rencontres où l'on échange. Aussi un lieu guidé par  un engagement éthique éco-responsable.
On y retouvera : 
Tri des déchets & compostage
Utilisation de nettoyants écologiques
Emballages biodégradables et/ou compostables, mais également des bocaux en verre consignés...

 

BIO / Sabine, par le journaliste manu gros 

 

Vingt ans, un peu plus, un peu moins ? Entre les voyages en Asie, Amérique du Sud ou ailleurs et les retours dans le giron provençal, je ne me souviens plus depuis combien de temps je déguste les plats de saison de Sabine , Que j'arpente sa créative cuisine du cœur. toujours  l'impression d'être invité et choyé dans la propre maison de cette "mama" de poche. Le soir, propice à papoter avec elle devant un verre après le service. Et même en pleine bourre du midi.... 
Toujours un sourire, un mot d'accueil, un échange sur tout et rien, la vie, les voyages, les fonds marins, la musique latine, sa dernière trouvaille légumineuse, les petits secrets de la grillade à l'Argentine, ceux de l'émulsion qui fera décoller l'iode des délices de la mer à la plancha. Toujours un mot et un sourire pour moi comme pour tout le monde. Jeunes, vieux, hommes, femmes, enfants,  cadres en costard, ouvriers venus prendre des forces le midi, artistes, sportifs...  
Dans sa maison,  j'y suis allé un jour d'été. Et c'est là que j'ai compris l'air respectueux et complice des producteurs de fruits et légumes bio, quand ils venaient la livrer. D'un côté de la clôture, il y avait ses fleurs, plantes aromatiques, tomates, fraises. 
  Quand j'ai su son intention de pousser ses convictions bio et l'éco-responsabilité, en se lançant dans le projet de MI VIDA à Marseille, je me suis frotté les mains à l'idée de renouer le fil ombilical. Et aussi regretté de ne pas pouvoir plus le financer, qu'avec l'écot d'un modeste salarié de la presse. Chienne de vie!  Pourquoi ne pas avoir l'argent et le pouvoir de l'affreux mafieux du film Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant, prêt à toutes les folies pour continuer à régaler ses sens dans le resto de Richard Bohringer ? Mais bon je ne suis pas le seul inconditionnel de la cuisine de Sabine et n'ai donc guère d'inquiétude pour la destinée du financement participatif qu'elle a lancé...         
 

À quoi servira la collecte ?

C'est une nouvelle aventure et j’ai besoin de votre aide.

 

Comme vous vous en doutez, ouvrir son restaurant engendre beaucoup de frais et je ne suis pas une exception. L'argent récolté aidera pour différentes choses…

 

Dans un premier temps, j’ai besoin de matériels de cuisine d’occasion ; un robot Kitchenaid (400€), une trancheuse à jambon (400€), une hotte aspirante avec caisson à chardon (1600€), une vitrine réfrigérée (700€) et divers ustensiles de cuisine (580€). Et les frais de kisskissbankbank (380€).  J''y consacrerai 4000€ de vos dons.

 

Dans le cas où les dons excèderaient mes objectifs, j’utiliserai l’argent pour l'achat d’un extracteur de jus (800€) et d'un filtre à eau Doulton (1100 €), traitement écologique de l’eau qui élimine les métaux lourds. Il permet de disposer en continu d’une eau pure et saine. Et ainsi de ne pas faire de commerce de bouteilles d’eau. cette eau a disposition gratuitement , l'eau n’étant pas un commerce .  

 

Merci d'avance à tous pour vos contributions petites ou grandes!

 

Sabine

Thumb_b84605aed854a434901e31fcef0cb422-1528482602
Mi Vida

Sabine Zanon, selon le journaliste Manu Gros Vingt ans, un peu plus, un peu moins ? Entre ses voyages en Asie, Amérique du Sud ou ailleurs et ses retours dans le giron provençal, je ne me souviens plus depuis combien de temps je déguste les plats de saison de Sabine Zanon. Que j'arpente sa créative cuisine du cœur et ses portions aussi charnues que la... Voir la suite

Derniers commentaires

Default-4
Cc c'est maman felicitation
Default-5
ca y est tu vois enfin le bout du tunnel, on va bien manger!!! Beaucoup de réussite dans ton nouveau voyage chérie xxx Halima
Default-5
Bonne chance dans ta nouvelle aventure gros bisous lolote