Aller au contenu

MISE AU VERT - Détox familiale dans le Vercors

Long-métrage, Films & vidéo

Visuel du projet MISE AU VERT - Détox familiale dans le Vercors
Checked circleRéussi
64
Contributeurs
Thursday, November 28, 2019
Date de fin
10 550 €
Sur 10 000 €
106 %

Soutenez un long-métrage français 100% indépendant et aidez à faire émerger de nouveau talents.

Suivre et partager

MISE AU VERT - Détox familiale dans le Vercors

alt

MERCI A TOUS LES CONTRIBUTEURS ET COPRODUCTEURS!!!

Grace à vous l'objectif initial de la collecte (10000euros) est atteint et c'est top! Merci de votre générosité.

Mais le chemin est encore long avant que le financement du film soit bouclé... Les nouveaux contributeurs et coproducteurs sont les bienvenus pour atteindre le nouvel objectif de 15000€!!! Merci par avance...

 

Un long-métrage de Yohann Charrin

 


Synopsis


Régis Blondin n’en peut plus.

Père de famille d’une quarantaine d’année, il est dépassé de toutes parts.

Par sa femme Claire avec laquelle il n’arrive plus à communiquer.

Par ses deux enfants : Charlotte, 15 ans et demi, accro à son smartphone et aux réseaux sociaux ; et Benoit, 12 ans, en début de crise d’adolescence, porté lui sur les graisses saturées et les jeux vidéo.

Et par sa vie de banlieusard grise, les trajets interminables en voiture, une carrière dans les assurances qui se révèle sans véritables perspectives… 

Régis reçoit un appel de son vieil oncle Léon (le frère de son père décédé), qui habite encore le petit village familial du Vercors et avec qui il est en froid depuis des années. Celui-ci lui fait part de problèmes de santé.

Régis a alors une idée lumineuse susceptible d’atténuer tous ses problèmes :

emmener femme et enfants passer des vacances surprise et insolites au pays !

Lorsque Régis et les siens arrivent finalement à destination (un gite qui lui appartient perdu en pleine forêt sans eau, sans électricité, sans réseaux), une surprise de taille attend la famille Blondin : un groupe de marginaux « néo-ruraux » occupe les lieux avec l’accord plus ou moins tacite du vieux Léon.

Plus charismatique que les autres, Jicé s’impose d’entrée comme leur leader, et comme un obstacle majeur aux rêves de vacances tranquilles de Régis. Ces gens vantent la décroissance, la résistance au système et le retour à la nature…

Régis comprend que son oncle lui a joué un sale tour !

La cohabitation forcée entre la famille de bobos parisiens et le groupe de marginaux est tout de suite explosive. Alors que Claire sympathise outrageusement avec ces gens d’un autre monde et que Charlotte tombe sous le charme de Tom, le fils de Jicé, l’envie d’imprévu de Régis atteint rapidement ses limites.

Sûr de son droit, Régis finit par se débarrasser de la bande de chevelus. La place est alors enfin libre pour la famille Blondin, les vacances vont pouvoir commencer…

Mais livrés à eux même dans la vieille bâtisse, la famille Parisienne peine à trouver ses marques sans électricité ni écrans, les journées sont longues, les distractions rares, et au bout de quelques jour…

Charlotte disparait…

A l’origine de cette vaste plaisanterie, l’oncle Léon souhaitait seulement faire revenir Régis au pays pour le confronter à ses responsabilités… Il va en fait le révéler à lui-même et à sa famille toute entière…

alt

Note d'intention


Une famille parisienne à bout de souffle, qui part dans l’inconnu.

Il y a Régis Blondin, notre héros. Ou notre anti-héros ? Un personnage en pleine crise, aux contradictions multiples qui cherche par cette mise au vert à renouer les liens familiaux, en particulier avec sa femme qui le trompe, à désintoxiquer ses enfants de leurs addictions numériques, à combler le manque dû à la mort de son père et sa longue séparation avec la région de ses origines. 

Avec lui, il y a sa famille. Claire et les enfants, qui vont chacun se révéler beaucoup de surprises. Et il y a le vieux Léon, à l’origine de l’histoire et qui en détient la clef !

Et puis il y a les autres. Ceux que l’on n’attend pas mais qui vont peu à peu composer les différents éléments de la comédie :

Jicé, Léa, Tom, Jacob et la bande de marginaux néo-ruraux d’une part, qui amènent un coté original et décalé à l’aventure tout en illustrant des phénomènes sociaux actuels (le retour à la nature aidé par la crise, la décroissance, l’écologie...).

Et d’autre part, les gens du « cru », ces gens de village, simples, âpres, qui paraissent vivre avec quelques décennies de décalage ; et dont certains ne voient pas d’un très bon œil l’arrivée d’étrangers et sont prêt à se laisser tenter par des solutions extrêmes...

A cette galerie de personnages hauts en couleur, s’ajoute un élément primordial : un univers fort, méconnu, et véritablement cinématographique, celui des plateaux du Vercors.

En termes de scénario,

l’idée est donc, autour de Régis et de sa famille, véritable socle de l’histoire, de confronter ces différents groupes dans cet espace unique afin de faire naitre des situations de drôles et inattendues. En partant du comique de situation initial, nous glissons au fur et à mesure vers des sphères plus sociales, plus intimes, plus inattendues, sans jamais quitter Régis dans sa quête identitaire et familiale.

Pour ce qui est du casting,

l’idée est de proposer aux spectateurs de nouvelles têtes, faire émerger de nouveau talents, de nouvelles énergies. Proposer dans ce domaine-là aussi quelque-chose de différent.

Les rôles de Régis, Claire et Jicé étant primordiaux, ils seront interprétés par des comédiens professionnels, mais autres que ceux qui se partagent habituellement les premiers rôles du cinéma en France. Autour d’eux, nous ferons appels à des comédiens d’horizons divers, certains à contre-emploi, certains originaires de la région du Vercors (professionnels ou non) afin de profiter de leur accent, de leur «gueules» pour accentuer décalage et crédibiliser la situation.

Et puis viendra le tournage. Et la mise au vert sera aussi celle de l’équipe !

Cette équipe sera réduite au minimum, une dizaine de personnes environ. Nous tournerons de manière très légère, souvent à l’épaule, souvent en extérieur jour avec comme seul éclairage la plus belle lumière qui soit, le soleil.  Nous pourrons ainsi profiter de chaque instant, chaque imprévu, essayer des choses, peut-être en improviser certaines.

La caméra sera toujours proche des personnages et surtout de Régis, notre véritable guide dans cette aventure et par les yeux duquel tout se déroulera.

Après vingt ans passés à exercer le métier de directeur de la photographie, j‘accorderai beaucoup de soin à la beauté des images (pensées pour la salle, filmées en cinémascope) et du son, mais mon attention de chaque instant sera pour les comédiens et leur mise en scène afin d’aller chercher ce qui compte le plus pour raconter cette histoire : l’émotion et la comédie.

Et puis je n’oublierai pas filmer l’autre personnage du film qui m’est cher, le Vercors.

J’utiliserai pour cela des plans très larges, des prises de vues aériennes ainsi que des plans filmés en mode documentaire (matières, animaux, villages, fêtes) afin de situer la comédie dans un écrin d’authenticité.

Le tournage sera court et intense, car c’est comme cela que j’aime et que je sais travailler. Je tiens aussi à ce que cela soit un moment de plaisir et de partage pour tout le monde car je suis convaincu que cela se ressent à l’image.

Ma parfaite connaissance de tous les décors où j’ai passé les vacances de mon enfance et le fait d’être entouré de proches collaborateurs, dont certains sont aussi des amis, rendront cela possible.

Ainsi, niché au milieu de ces montagnes, dans cette atmosphère majestueuse et sans artifice, j’envisage cette « mise au vert » comme une aventure familiale aux multiples facettes, ambitieuse sans être prétentieuse, et surtout originale et déconnectée.

 

alt

 

 

 

À quoi servira la collecte

Mise au vert est un projet que je porte depuis de nombreuses années et auquel je suis intimement attaché.

J’ai dans un premier temps développé ce projet avec une société de production avec laquelle nous avons suivi le chemin classique de production d’un premier long-métrage en France : trouver un casting « banquable » , puis chercher un distributeur ainsi que des chaines de TV pour financer la production. Nous avons réussi à avoir l’accord de comédiens renommés et suscité l’intérêt de distributeurs de premier plan. Mais nous n’avons finalement pas réussi à financer le film.

Après avoir récupéré les droits du scénario et après une longue réflexion, j’ai décidé de monter ma propre société de production (Yo films) et de produire moi-même le film dans une optique radicalement différente qui, j’en suis convaincu, est beaucoup plus adaptée aux spécificités du projet et à la manière dont je souhaite le tourner.

Pour le casting, j’ai décidé de faire appel à des comédiens évidement professionnels et talentueux, mais qui seront de nouvelles têtes pour les spectateurs, dont beaucoup sont comme moi lassés de voir toujours les mêmes comédiens dans les mêmes types de rôles.

L’idée est donc de produire « Mise au vert » d’une manière  totalement indépendante,

avec une liberté artistique totale et avec « un micro-budget » pratiquement 10 fois inférieur au budget initial.

Pour arriver à ce budget, le tournage sera resserré sur 3 semaines, l'équipe réduite au minimum et surtout chaque participant au projet en devient partenaire!

Acteurs et techniciens seront là par intérêt pour le projet, ils seront payés « en participation » : salaire minimum lors du tournage (tout en restant dans un cadre légal) mais régularisation lors des ventes du film et intéressement si bénéfice. J'ai la chance d'avoir d'ores et déjà une bonne partie de l'équipe disposée à se mettre au vert cet été!

Devenez vous aussi partenaire du film, que ce soit comme contributeur ou comme co-producteur!


Le financement du film

  • Une part de fonds propres amenés par Yo films. Par ailleurs mes droits d’auteur du scénario et mon salaire de réalisateur et de producteur ne seront touchés qu’en cas de vente du film.
  • Cette collecte  KissKissBankBank qui est est primordiale car d'elle dépendra la crédibilité du projet auprès des autres partenaires! La somme de 10000 euros demandée est vraiment un minimum! Plus elle sera élevée, plus le film verra le jour facilement.
  • La coproduction avec une ou plusieurs sociétés de productions qui croient au projet et ont envie de le soutenir.
  • L’apport en industrie de sociétés partenaires pour le matériel et la post-production (qui deviennent aussi coproducteurs)

Le cinéma n’est pour moi qu’un métier de passion, de rencontres, d’aventure humaine.

Le choix de produire Mise au vert de cette manière, n’est pas une utopie, ni un choix de dépit. C’est juste l’intime conviction que c’est de cette manière que ce film doit se tourner, de cette manière que ce projet qui me tient tant à cœur va exister.


Des précisions

  • L'intégralité des fonds issus de la collecte servira aux nécessités de base du tournage (transport, hébergement, défraiements).
  • Si, pour une raison quelquonque, la production du film devait être annulée, je m'engage à rembourser chaque contributeur.
  • Pour toute question sur le film, la coproduction etc:  yofilmsprod@gmail.com

 

alt

PLANNING PREVISIONNEL


-           Octobre-décembre 2019 : recherche de partenaires et de financement

-           Janvier-Mars 2020 : Casting

-          Avril-Juin 2020 : Pré-prépa, répétitions, repérages

-          Juillet 2020 : Prépa

-          Aout 2020 : Tournage dans le Vercors (3 semaines)

-          Septembre 2020 : Tournage Paris (2 jours)

-          Octobre 2020-Mars 2021 : Post-production

-          Printemps 2021: sortie du film

alt

BIO Yohann CHARRIN


Après des études de cinéma, je commence à travailler sur les plateaux en 1997 et expérimente la plupart des métiers de l’image.

En 2003, je tourne mon premier long-métrage comme directeur de la photographie « La symphonie marocaine », film musical ambitieux tourné en 35mm et repéré dans de nombreux festivals internationaux. C’est le début d’une longue collaboration avec le cinéma marocain.

Jusqu’en 2012, je travaille comme directeur de la photographie sur toutes sortes de productions et collabore avec des réalisateurs de tous bords et aux influences très variées :

( Long-métrage Matéo Falcone avec Eric Vuillard, clips avec Xavier Gens, François Goetghebeur… Fictions TV avec Didier Le Pécheur, Ludovic Colbeau-Justin, Julien Weill… entre autres)

En 2012, j’écris et réalise mon premier Court-métrage 20% puis commence à travailler en parallèle comme réalisateur de films de commande (Corporate, web, pub).

J’ai écrit depuis 3 scénarios de long-métrages dont Mise au vert qui sera le premier porté à l’écran.

En 2019, je crée ma société de production Yo films dans le but de produire mes films de manière indépendante. Mise au vert sera la première production de fiction de Yo Films

Mes court-métrages :

Premier Jour, Court-métrage de fiction, Bridges / Boburst (2016, 15mn)

Prix du meilleur court-métrage au festival Polar de Cognac 2016

Prix du finaliste au festival Sundance Channel Short 2016

Coup de cœur Short film corner 2016 Cannes

Prix du cinéma Le régent, Nuit méditerranéennes 2017

Et 15 Sélections internationales

Voir : https://vimeo.com/159484955

 

20% , Court-métrage de fiction (auteur / réalisateur), Bridges (2012 / 11mn)

15 sélections en Festival

+ de 700 000 vues sur Youtube

Voir : https://vimeo.com/54183255

 

Je suis Con-necté, Court-métrage pour le concours Nikon, 2016

Voir : https://vimeo.com/213508614

 

 

Choisissez votre contrepartie

Pour 20 €

Un grand MERCI Mon infinie reconnaissance Votre nom au générique comme contributeur
  • Contributeurs : 13

Pour 50 €

Un grand MERCI Mon infinie reconnaissance Votre nom au générique comme contributeur Un lien privé pour voir le film en avant-première
  • Contributeurs : 20

Pour 100 €

Un grand MERCI Mon infinie reconnaissance Votre nom au générique comme contributeur Un lien privé pour voir le film en avant-première Une affiche dédicassée du film
  • Contributeurs : 14

Pour 200 €

Un grand MERCI Mon infinie reconnaissance Votre nom au générique comme contributeur Une affiche dédicassée du film Une invitation pour 2 personnes à une avant-première du film ainsi qu'au coctail qui suivra
  • Contributeurs : 8

Pour 500 €

Un grand MERCI Mon infinie reconnaissance Votre nom au générique comme contributeur Une affiche dédicassée du film Une invitation pour 2 personnes à une avant-première du film ainsi qu'au coctail qui suivra Un invitation à passer une journée sur le tournage (et déjeuner avec l'équipe)
  • Contributeurs : 2
  • Disponibilité : 8/10

Pour 2 000 €

Un grand MERCI Mon infinie reconnaissance Votre nom au générique comme co-producteur! En effet, vous devennez officielement co-producteur du film ! (plus de précisions sur demande)
  • Contributeurs : 2

Faire un don

Je donne ce que je veux