Aller au contenu

Misses Jones

Art & photo, Photo d'art, Livre d'art

Visuel du projet Misses Jones
Checked circleRéussi
73
Contributeurs
Friday, November 01, 2019
Date de fin
6 014 €
Sur 6 000 €
100 %

MISSES JONES, portraits de femmes en prison. Soutenez le livre MISSES JONES - Malika Mihoubi & Loïc Xavier - chez André Frère Éditions.

Suivre et partager

Misses Jones

Ces portraits de femmes en prison proposent une réflexion sur le paraître et sa relation à l’identité.

Grâce à notre éditeur André Frère Éditions et à votre aide précieuse le projet de publication « MISSES JONES » sortira en novembre 2019 !

altOuvrage 80 pages quadri, format 21 x 31,5 cm, relié couverture rigide

Photographies : Malika Mihoubi et Loïc Xavier

Textes : Laurence Loutre Barbier, Claudia Stavisky, Malika Mihoubi et Loïc Xavier

Le lancement du livre aura lieu début novembre à Paris Photo Grand Palais, puis nous organiserons à Lyon, des rencontres / signatures à La Librairie du Musée des Confluences, et au Théâtre du Point du Jour où ces portraits seront exposés en novembre 2019.

alt

 

altLes femmes en prison ?

N'a-t-on pas déjà suffisamment compris leurs peines ?

Comment nous y prendre et comment montrer d’autres représentations de personnes incarcérées ? Notre balise : donner à voir la seule humanité. Facile à dire, facile à vouloir, notre sincérité sera-t-elle suffisante ? 

Et puis arrivent d’autres questions, sitôt avancée une réponse, il ne s’agit pas de fabriquer du «tout beau tout rose» et des «prisons dorées.»

Comment révéler l’envie, le désir, la lutte, pas pour «s’auto» survivre, mais vouloir vivre  après. 

La solidarité, l’entraide, l’envie d’après, qu’est-ce qui est bon ou mauvais ? Qu’est-ce que veut dire se laver, s’habiller (de passer du jogging au vêtement) de passer de l’enfermement mental et physique à l’après ? 

De la dévalorisation à l’acceptation, retrouve- t-on la dignité ?

alt

Durant quatre années nous sommes allés en centre de détention et maison d’arrêts de notre région, bien sûr, le résultat de nos rencontres, de nos rires, de nos conversations avec près de 90 femmes, ne change rien à leurs peines, ni à leurs conditions, mais le temps des prises de vues « on y croit ». 

Ensemble utopiste, on se fabrique des images d’ailleurs.

On ne révèle rien de leurs réalités sordides, de la taule, des barreaux, des cris, du sexe ou du manque de sexe, du manque tout court, de la violence, des toxs, de la solitude, du pouvoir de l'argent et de l'abus de pouvoir, de l'infantilisation, de l'injustice et de la pauvreté.

alt

Des 7 ou 9m² nous mettons en avant, le seul territoire qui soient à elles, leurs corps. Peut-être mutilés, sûrement cachetonnés, en dessous des dentelles et des bras scarifiés, cette fourrure blanche, de ces bijoux, ces robes et de ces falbalas, leurs corps parés révèlent plutôt qu'ils ne cachent, leur humanité.

En permutant les codes de la représentation du portrait, et à travers le livre, nous proposons de voir ces femmes autrement.

En centre de détention, lieu voué à l’enfermement et à l’exclusion il existe malgré tout des espaces de liberté relative pour l’expression des individualités. Il y a les espaces «soupapes» qui font partie du système carcéral qui en réglemente l’accès et l’usage, comme ce salon de coiffure, et ceux plus éphémères, comme celui fabriqué le temps des prises de vues et des portraits. Ces portraits, croulent sous l’artifice et la parure.

alt

Au théâtre, le costume est, avec le décor, le premier signe visible pour le spectateur. Il relève à la fois du réel (volume, matière, couleur) et du fictif à travers les codes de représentation qu’il véhicule. Seconde peau du comédien, le costume caractérise le personnage, l’inscrit dans une référence historique, sociale, participe à sa gestuelle et, plus largement, à la dramaturgie.

alt

En milieu carcéral, le costume de scène introduit tout un champ esthétique, poétique et symbolique qui rend possible une nouvelle apparence aux antipodes des stéréotypes de la femme détenue.

Dans une perspective critique de l’ordre et des codes établis par les schémas de mise à l’écart, la parure permet de créer une position d’émancipation et de subversion.

alt

La mise en scène volontairement valorisante crée des images avatars qui interrogent la représentation et sa relation à l’identité. Elles déçoivent les attentes de l’imagerie collective des femmes détenues. En jouant avec l’apparence, s’installe une tension entre l’exigence de la reconnaissance et la nécessité du paraître. Il s’agit de brosser un portrait codifié selon des normes historiques et sociales considérées comme inaccessibles. La magnificence du costume permet cette transformation et désigne, à proprement parler, le personnage dont la fausse identité sociale est reconnue au premier coup d’œil. 

Elles quittent leurs habits de non-personnes, de non vie sociale, elles brouillent les cartes et révèlent un autre possible.

alt

 

La lettre de Claudia Stavisky

C’est en prison que j’ai découvert chacune de ces trois séries de photographies. Dans deux prisons différentes, mais à chaque fois dans des espaces étrangement similaires, des salles communes et neutres, transformées le temps d’une exposition éphémère.

À chaque fois, j’y ai rencontré les femmes qui avaient participé aux séances de prises de vues.

Et à chaque fois, dans la confrontation directe de ces images et de leur «modèle», ce qui m’a frappée était que ces femmes n’étaient justement pas des modèles. Elles n’étaient pas simplement des corps qui s’étaient prêtés aux consignes de photographes, mais des femmes qui avaient réappris à se regarder, des sujets qui avaient imaginé et fabriqué leur propre image. Une reine, une danseuse de cabaret, une figure mythologique, un personnage de western… de toutes les époques et de tous les continents, chacune a façonné l’image d’un autre possible, d’une autre version d’elle-même.

J’ai été saisie par cette évidence que je connais pourtant bien en tant que metteure en scène de théâtre mais que je ne m’attendais pas à éprouver au cœur de l’univers carcéral : l’artifice du costume révèle la vérité du personnage.

Ne nous y trompons pas : cette expérience, si ludique soit-elle, de jouer avec son apparence et de transformer les regards, n’est pas un simple et fugace divertissement pour échapper à la réalité. C’est avant tout une conquête de soi car notre corps est notre premier pays.

Ces femmes, apatrides d’elles-mêmes dans l’univers dépersonnalisé de la prison, ont ainsi retrouvé grâce à cette pause photographique, un passeport pour enfin rentrer chez elles.

Claudia Stavisky, Metteure en scène et directrice des Célestins, Théâtre de Lyon

alt

Un très grand Merci à toutes les femmes rencontrées, qui se sont prêtées au jeu, données à la mise en œuvre, serait plus juste, et à la fabrication de ces images. Depuis la première rencontre et prise de vue avec elles, toutes, savent et attendent la réalisation de ce livre.

Merci à, Morgan - Jennifer - Virginie - Aline - Prescilia - Diane - Andrée - Nath’ - Babouchka - Cécile - Samah Tolérance - Pricillia - Casa Negra - Samy - Cindy - Deborah Kenza - Bagdad - Monique Marseillaise - Lidia - Fabienne - Kyra - Ytimed - Coco - Tian Ying - Ma P’tite - Gisela - Elin - Youssra - Patricia - Mini Kardashian.

 

altLa série MISSES JONES (36 images) a été exposée au Palais Épiscopale - bibliothèque du 5ème à Lyon. Elle a été projetée en juillet 2019 pour La nuit de l’année, aux Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles. MISSES JONES sera présentée et exposée en novembre 2019 au Théâtre du Point du Jour - Lyon, dans le cadre de l’évènement "Libre de corps et d’esprit", organisé par la mairie du 5ème - Lyon. Simultanément les auteurs sont invités au colloque "les arts visuels en prison", dans le cadre de l’exposition temporaire "Prison, au delà des murs" au Musée des Confluences - Lyon.

À quoi servira la collecte

Il est devenu extrêmement difficile de financer un livre de photos, sans doute encore plus quand il s'agit des prisons...

Nous croyons à cette proposition, « détournement » à la photographie-documentaire et à votre intérêt pour notre travail. Nous collectons la somme de 6000 €. 

Cette collecte permettra de financer une partie des coûts de production de l’ouvrage, la participation de la Région Sud, Provences-Alpes-Côte d’Azur et la vente en librairie couvriront le différentiel. Si nous dépassons la somme à collecter, le surplus nous permettra de donner des livres dans aux bibliothèques des centres de détentions et maisons d'arrêt.

Le budget global de la réalisation de l’ouvrage est de 16 760 €

Editorial, relecture et corrections 1 700 €

Design et maquette 2 300€

Photogravure/prepresse 1 080 €

Fabrication, suivi, impression, façonnage 9 500 €

Transport 700 €

Envois et gestion des contreparties 1000€

Gestion KKBB 8%

MERCI à vous qui soutenez ce travail! 

Choisissez votre contrepartie

Star
Contrepartie star

Pour 45 €

Le livre signé par Malika et Loïc + 3 cartes postales

Recevez chez vous votre exemplaire du livre « Misses Jones » signé + 3 cartes postales + un grand MERCI ! Livraison : novembre 2019
  • Contributeurs : 34

Pour 15 €

3 cartes postales Misses Jones

Un grand MERCI ! + 3 cartes postales Misses Jones Livraison : novembre 2019
  • Contributeurs : 8

Pour 32 €

Le livre signé par Malika et Loïc

Venez récupérer votre exemplaire signé du livre « Misses Jones » (soit au théâtre du Point du jour à Lyon en novembre ou à Paris Photo Grand Palais du 6 au 10 novembre) + un grand MERCI ! Livraison : novembre 2019
  • Contributeurs : 21

Pour 130 €

Livre signé par Malika et Loïc + 1 tirage numéroté et signé (4 images au choix)

Recevez votre exemplaire du livre « Misses Jones » signé + Un tirage, au choix parmi 4 photos, format 13 x 19 cm signé et numéroté sur 20, sur papier Hahnemühle Rag Bright Mat 310 g/m² + un grand MERCI ! Livraison : novembre 2019
  • Contributeur : 1

Pour 250 €

Livre signé par Malika et Loïc + 1 tirage numéroté et signé (4 images au choix)

Recevez votre exemplaire du livre « Misses Jones » signé + Un tirage, au choix parmi 4 photos, format 21 x 31,5 cm signé et numéroté sur 9, sur papier Hahnemühle Rag Bright Mat 310 g/m² + un grand MERCI ! Livraison : novembre 2019
  • Contributeurs : 2

Pour 750 €

Livre signé par Malika et Loïc + 1 tirage de votre choix numéroté et signé

Recevez chez vous ou venez retirer votre livre « Misses Jones » signé + le tirage de votre choix parmi les images du livre, format 60 x 80 cm signé et numéroté sur 3, sur papier Hahnemühle Rag Bright Mat 310 g/m² + un grand MERCI ! Livraison : novemnre 2019

Faire un don

Je donne ce que je veux

Épuisé

Pour 75 €

Livre signé par Malika et Loïc + 1 invit VIP pour 2 à Paris Photo Grand Palais

Recevez votre invitation VIP pour une journée (2 personnes) à Paris Photo Grand Palais (du 7 au 10 novembre 2019) et à cette occasion venez retirer votre ouvrage + 3 cartes postales sur le stand de l’éditeur + un grand MERCI ! Livraison : novembre 2019
  • Contributeurs : 5
  • Disponibilité : 0/5