MOTHER NATURE le film environnemental d'Angélique Kidjo et Yann Arthus-Bertrand

Agissez pour la protection de la planète en participant au financement du film environnemental d’Angélique Kidjo & Yann Arthus-Bertrand !

Visuel du projet MOTHER NATURE le film environnemental d'Angélique Kidjo et Yann Arthus-Bertrand
26
Contributeurs
21 jours
Restants
974 €
Sur 50 000 €
2 %
Biodiversité
Autoproduction
culturelle

MOTHER NATURE le film environnemental d'Angélique Kidjo et Yann Arthus-Bertrand

Yann Arthus-Bertrand et la Fondation GoodPlanet s’associent à Angélique Kidjo pour porter un message mondial en faveur de la sauvegarde de la planète et la protection de l’environnement avec le film court « MOTHER NATURE ».

Véritable hymne à la Terre ce film engagé réalisé par Yann Arthus-Bertrand & Baptiste Rouget-Luchaire se veut esthétique, fort et percutant.

L’ensemble des royalties d’Angélique Kidjo et des droits générés par la chanson MOTHER NATURE ainsi que les bénéfices additionnels de la campagne seront intégralement reversés à la Fondation de Yann Arthus-Bertrand : GoodPlanet. Son but : préserver la planète, sensibiliser le plus grand nombre aux causes écologiques et accompagner les projets environnementaux dans le monde entier.


Lauréate de quatre Grammy Awards, l’interprète de Batonga, d’Agolo ou de Mama Africa s’est installée aux Etats-Unis à la fin des années 1990, après avoir rejoint la France en 1983 pour échapper au régime dictatorial et marxiste de Matthieu Kérékou. Cette femme énergique et percutante est l’héritière de l’opposante anti-apartheid Myriam Makeba longtemps réfugiée aux Etats-Unis, et de la militante de la cause noire Nina Simone.

Angélique Kidjo, née à Cotonou au Bénin. De cette enfance parsemée de forêt sacrée, de plantes médicinales et de respect des éléments naturels, Angélique a gardé un profond amour de la Nature.

Energique, volubile, volontaire, elle est logiquement à Copenhague en 2009, où 100 000 manifestants défilent devant le Parlement danois en marge de la COP15, en scandant : « Il n’y a pas de planète B ». Elle viendra évidemment en guest-star à la COP21, en 2015 à Paris, parce que, explique-t-elle alors, les dégâts collatéraux sont immenses : « Sur mon continent, ce sont les enfants qui font les frais de cette crise du changement climatique. C'est la génération future qui va payer le plus lourd tribut au changement climatique ».

Héritière des combats artistiques de Myriam Makeba ou de Nina Simone, l’artiste à la voix exceptionnelle parcourt les grandes scènes mondiales (Carnegie Hall, Philharmonie de Paris, Opéra de Sydney, Cours d’honneur au festival d’Avignon …). Elle porte sa musique, celle de l’Afrique ou encore celle de Philip Glass, des Talking Heads ou de Celia Cruz, sans jamais cesser de participer aux campagnes du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, d’Oxfam ou de l’Unicef.

 

Né en 1946, Yann Arthus-Bertrand s’est toujours passionné pour le monde animal et les espaces naturels. Très vite, il utilise l’appareil photo pour consigner ses observations en complément de l’écriture.
En 1992, Yann lance le projet photographique sur l’état du monde et de ses habitants : La Terre vue du Ciel

Prolongeant son engagement pour la cause environnementale, Yann crée alors la fondation GoodPlanet. En mai 2017, il ouvre avec sa fondation le premier lieu dédié à l’écologie et à l’humanisme à Paris, le Domaine de Longchamp situé au cœur du Bois de Boulogne. Le Domaine offre gratuitement un espace d'expérimentation fait d'œuvres engagées, de rencontres et de partage, pour vivre l'expérience d'une écologie généreuse.
C’est cet engagement qui lui vaut d’être nommé en 2009 « Ambassadeur de bonne volonté » du Programme des Nations Unies pour l’Environnement.

Il commence alors la réalisation de plusieurs documentaires sur l’environnement et l’humanisme : Home en 2009, Planète Océan en coréalisation avec Michael Pitiot en 2011, La soif du monde en 2012, Human en 2015 et Terra la même année.
Yann Arthus-Bertrand s’est lancé dans un nouveau défi en co-réalisant avec Anastasia Mikova Woman qui a vu le jour le 4 mars 2020. Ce film est entièrement consacré aux femmes du monde entier, a suscité plus de 3 ans de tournage, 60 pays visités, et des milliers d'interviews. 

 

Après la sortie du film Legacy en janvier 2021, il travaille actuellement sur un nouveau projet : France, une histoire d'amour.


Formé aux techniques du cinéma à l’Université de New-York puis à l’écriture de scénarios à la Femis, Baptiste Rouget-Luchaire est auteur et réalisateur de film depuis 20 ans. 

En 2000, à la sortie du livre de Yann Arthus-Bertrand La Terre vue du Ciel, il réalise son premier documentaire sur la naissance d’une conscience écologique. Par la suite, il dirige pendant 5 ans le projet documentaire 6 milliards d'autres qu’il achève par la création d’une magistrale exposition vidéo au Grand Palais en 2009.  

Il continue sa carrière en tournant un film à l’occasion de la COP15 de Copenhague dans lequel il rencontre les premiers migrants climatiques à travers le monde. Il réalise ensuite le long-métrage documentaire La Soif du monde pour France 2, couvrant les enjeux mondiaux liés à l’eau douce. Son association avec Yann Arthus-Bertrand se prolonge en particulier sur les projets documentaires Human puis Woman sorti au cinéma en mars 2020. En parallèle à sa carrière de documentariste, Baptiste Rouget-Luchaire réalise de nombreux courts métrages pour des artistes, des entreprises et des fondations, sans jamais renier ce qui sous-tend l’ensemble de son travail :  ses engagements environnementaux et humanistes.

Il travaille actuellement sur deux nouveaux projets : un film documentaire sur les 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le Climat et sur un long-métrage de fiction qu’il a écrit et pour lequel il est en casting : On ne meurt plus d’amour.


MOTHER NATURE est le titre du nouvel album d’Angélique Kidjo à paraitre en mai 2021 ainsi que celui de sa nouvelle tournée mondiale. 

C’est aussi le titre de l’un de ces morceaux les plus forts qui s’impose comme un single dansant, au groove afro-beat, conçu comme un coup de poing, chanté en anglais et en langue fon : « Mother Nature has a way of warning us/ A time bomb set on a lost countdown/ Will you find it, will you stop it, will you listen? ». Pourquoi ne pas accepter les cadeaux que la « terre-mère » nous offre, sans la blesser en permanence ? 

MOTHER NATURE donne le ton d’un album assurant le passage de témoin entre Angélique Kidjo l’une des héroïnes de la fierté africaine et la jeune et turbulente génération d’artistes, notamment nigérians, tels que Burna Boy, Yemi Alade ou Mr Easi, partis à la conquête des charts mondiaux. 

C’est en 2009, pour illustrer la campagne des Nations Unies « Seal The Deal », qu’Angélique Kidjo et Yann Arthus-Bertrand se rencontrent : la voix d’Angélique est jointe aux images de Yann Arthus. Signal d’alerte festif, le clip, solaire, faisait danser des enfants du monde entier, autour des mots de paix et de partage de la chanson Agolo.

En 2021, MOTHER NATURE doit s’illustrer par un film court, mondial, engagé, trans-générationnel, musicalement énergique et plastiquement inspirant pour porter fort et loin son message. 
C’est donc tout naturellement qu’Angélique Kidjo s’est tournée vers Yann Arthus-Bertrand. Passionné d’écologie et humaniste, le photographe et cinéaste est également le créateur de la fondation GoodPlanet.

Reconnue d’utilité publique, la Fondation a pour objectifs de placer l'écologie et l'humanisme au cœur des consciences et de susciter l'envie d'agir concrètement pour la terre et ses habitants.


Le film MOTHER NATURE – réalisé par Yann Arthus Bertrand et Baptiste Rouget-Luchaire qui travaille à ses côtés depuis de nombreuses années – sera un hymne chanté et dansé à mère nature ; en mettant en scène l’artiste et des citoyens (fans) venus de trois continents dansant d’un même élan pour la célébrer et appeler à sa protection.

Ce film sera tourné en France, au Bénin et dans un troisième pays qui sera choisi en fonction de l’évolution de la situation sanitaire : New-York pour les USA ou Lagos pour le Nigeria

Il reprendra l'esthétique des portraits sur fond de bâche en extérieur chère à Yann Arthus-Bertrand. Cette écriture visuelle très épurée est devenue une des marques de fabrique du réalisateur-photographe dans ses projets photo comme « Les Chevaux » tout comme dans ses derniers films dont « Woman ».
Nous souhaitons associer à ces portraits sur fond de bâche, des décadrages qui laissent découvrir des paysages spectaculaires, urbains et naturels.

Angélique Kidjo et certains citoyens (fans) choisis pour leur diversité dans les trois pays exécuteront une même chorégraphie au rythme de la musique. Ils se tiendront tous devant la bâche montée dans des extérieurs majestueux qui seront dévoilés dans les plans larges. L’alternance entre les plans serrés en mode portrait et les plans larges rythmera le montage du film.


Avec le soutien de la SACEM 

 

À quoi servira la collecte


Actuellement, les moyens financiers dont nous disposons permettent de couvrir les frais du tournage en France (15000 Euros). 
C’est pour pouvoir réaliser les images au Bénin et dans le troisième pays que nous faisons appel au financement participatif. 
L’objectif de la campagne est d’atteindre les 50000 Euros pour couvrir l’ensemble des frais de production à l’étranger : transport et logement des équipes, location de matériel technique, organisation des tournages, frais administratifs, etc. 

Rejoignez nous et aidez nous à atteindre notre objectif !

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux