Om Layoun

L'accès à l'eau est un droit humain fondamental qui ne peut souffrir aucune condition ou limitation...

Visuel du projet Om Layoun
Réussi
145
Contributions
07/02/2020
Date de fin
11 985 €
Sur 11 800 €
102 %
Autoproduction
culturelle

Om Layoun

<p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/638026/oum-layoun-fr540px-1576487742.png" width="100%" /></p> <p><strong><em>Om Layoun</em></strong>, ou La <strong><em>M&egrave;re des Sources</em></strong>, est un film documentaire (long m&eacute;trage) qui vise &agrave; ouvrir un d&eacute;bat de soci&eacute;t&eacute;, en Tunisie et ailleurs, sur la n&eacute;cessit&eacute; absolue et urgente de mieux g&eacute;rer les ressources en eau disponibles, &agrave; travers l&#39;adoption de nouveaux mod&egrave;les &eacute;conomiques orient&eacute;s vers plus de justice hydrique, &eacute;cologique, sociale, interg&eacute;n&eacute;rationnelle et &eacute;conomique.</p> <p>Le film <strong><em>Om Layoun</em></strong> est construit sur une id&eacute;e simple&nbsp;: <strong>L&rsquo;eau est un bien commun &agrave; l&rsquo;ensemble de l&rsquo;humanit&eacute; dont l&rsquo;acc&egrave;s, &agrave; hauteur des besoins, est un droit humain fondamental qui ne devrait souffrir d&rsquo;aucune condition pr&eacute;alable</strong>. Condition n&eacute;cessaire &agrave; la vie biologique et sociale, l&rsquo;eau ne doit en aucune mani&egrave;re &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute;e comme une marchandise commercialisable, comme c&rsquo;est le cas aujourd&rsquo;hui.</p> <p>C&rsquo;est ce que <strong><em>Om Layoun</em></strong> tentera de d&eacute;montrer, de discuter et de d&eacute;fendre en montrant des situations de gaspillages scandaleux et/ou de privations choquantes induites par les m&eacute;canismes internes du march&eacute; de l&rsquo;eau et, plus g&eacute;n&eacute;ralement, par le mod&egrave;le &eacute;conomique extractiviste dominant.</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/638043/inside-07-540px-1576490679.jpg" width="100%" /></p> <p>Par ailleurs, le film <strong><em>Om Layoun</em></strong> vise &agrave; faire la d&eacute;monstration que si toute l&rsquo;eau de la terre ne suffira jamais &agrave; faire fleurir tous les d&eacute;serts du monde, l&rsquo;eau disponible suffirait largement &agrave; couvrir l&rsquo;ensemble des besoins humains et &eacute;conomiques, pourvu qu&rsquo;on cesse de la consid&eacute;rer comme une marchandise objet d&rsquo;accumulation, de privatisation et de commercialisation. Ainsi, le film d&eacute;fendra l&rsquo;id&eacute;e que la raret&eacute; de l&rsquo;eau, souvent avanc&eacute;e comme un argument de gouvernance n&eacute;olib&eacute;rale, est induite par le mod&egrave;le &eacute;conomique dominant et non une donn&eacute;e naturelle&hellip;</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/638041/int540px-1576490566.jpg" width="100%" /></p> <p>La privation, la soif, la raret&eacute;, le manque&hellip; ne rel&egrave;vent, en aucune mani&egrave;re, des faits du ciel mais de la volont&eacute; des &laquo; princes &raquo; qui sont les d&eacute;tenteurs des ressources hydrauliques et qui s&rsquo;en servent comme moyen d&rsquo;enrichissement ici ou comme outil de pouvoir l&agrave;-bas.</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/638044/eau-cach_-540px-1576491104.jpg" width="100%" /></p> <p>Par ailleurs, la probl&eacute;matique de l&rsquo;eau n&rsquo;est pas sans lien avec celle, beaucoup plus globale, du d&eacute;r&egrave;glement climatique dont on voit d&eacute;j&agrave; les effets directs sur les rythmes des pluviom&eacute;tries et des s&eacute;cheresses. A des s&eacute;cheresses prolong&eacute;es succ&egrave;dent des &eacute;pisodes violemment pluvieux. Dans les deux cas, les conditions d&rsquo;acc&egrave;s &agrave; l&rsquo;eau pour la consommation humaine ou la production s&rsquo;en trouvent perturb&eacute;es.</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/638050/eau540px-1576492854.png" width="100%" /></p> <p>C&rsquo;est cet ensemble complexe de repr&eacute;sentations et d&rsquo;&eacute;vidences (factuelles) que <strong><em>Om Layoun</em></strong> ambitionne de porter, de d&eacute;fendre et de diffuser. Tourn&eacute; en Tunisie, pour des raisons pratiques, <strong><em>Om Layoun</em></strong> partira du local pour aborder le global et se servira de nombreuses situations &laquo; tunisiennes &raquo; pour discuter la probl&eacute;matique dans sa diversit&eacute; et sa complexit&eacute; qui d&eacute;passent largement les fronti&egrave;res nationales.</p> <p>&nbsp;</p> <hr /> <p><strong>R&eacute;alisateur : Habib Ayeb</strong></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/638033/Ma_Gueule-Cre_dit_Aziz_Ben_Achour-1576418804-540px-1576488478.jpg" width="100%" /></p> <p>Je m&#39;appelle Habib Ayeb et je suis n&eacute; dans un petit village troglodyte&nbsp; appel&eacute; Demmer et situ&eacute; sur les montagnes arides de Jebel Demmer, dans le Sud Est Tunisien. Dans ce village, les habitants avaient accumul&eacute; depuis des g&eacute;n&eacute;rations un ensemble extraordinairement riche et vari&eacute; de savoirs-faire qui leur avait permis d&#39;exploiter des ressources naturelles extr&ecirc;mement rares (moins de 100 mm de pluies par an) et de vivre sur place dans une &eacute;vidente harmonie avec le milieu, le climat et les rares ressources. L&rsquo;olivier en constitue la richesse principale et certains oliviers, parfois &acirc;g&eacute;s de plusieurs si&egrave;cles, peuvent encore produire jusqu&rsquo;&agrave; 500 litres d&rsquo;huile par an.</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/638051/resilience540px-1576492978.jpg" width="100%" /></p> <p>C&#39;est dans ce village que j&#39;ai grandi dans une famille tr&egrave;s pauvre. Les hasards de la vie et &eacute;norm&eacute;ment de chances m&#39;ont permis de sortir de la pauvret&eacute; et d&#39;avoir un itin&eacute;raire tr&egrave;s riche.</p> <p>Technicien agricole, ing&eacute;nieur hydrologue et socio-g&eacute;ographe sp&eacute;cialis&eacute; en th&eacute;matiques rurales et environnementales, j&#39;ai toujours &eacute;t&eacute; politiquement engag&eacute; pour la justice sociale, environnementale, climatique et &eacute;conomique. Parmi de nombreuses initiatives et actions, mon engagement politique a &eacute;t&eacute; &agrave; l&#39;origine de la fondation en 2017, avec d&#39;autres activistes, de l&#39;Observatoire de la Souverainet&eacute; Alimentaire et de l&#39;Environnement OSAE (association tunisienne : www.osae-marsad.org )</p> <p>Parmi de nombreux autres moyens et en plus des publications acad&eacute;miques, j&#39;utilise l&#39;image et la vid&eacute;o pour porter et d&eacute;fendre les causes auxquelles je crois. Om-Layoun que je r&eacute;alise actuellement est mon sixi&egrave;me film documentaire apr&egrave;s cinq autres dont quatre sont en libre acc&egrave;s sur internet :</p> <p>Ayeb H., (2017) Couscous : Les Graines de la Dignit&eacute;. 62 minutes.&nbsp;</p> <p>Accessible en ligne :</p> <p>FR -&gt; <a href="https://osae-marsad.org/2020/01/24/couscous-les-graines-de-la-dignite/" target="_blank">https://osae-marsad.org/2020/01/24/couscous-les-graines-de-la-dignite/</a><br /> EN -&gt; <a href="https://osae-marsad.org/2020/01/24/couscous-seeds-of-dignity/" target="_blank">https://osae-marsad.org/2020/01/24/couscous-seeds-of-dignity/</a><br /> IT -&gt; <a href="https://osae-marsad.org/2020/01/27/couscous-i-semi-della-dignita/" target="_blank">https://osae-marsad.org/2020/01/27/couscous-i-semi-della-dignita/</a></p> <p>Ayeb H., Bush R., (2014) Fellahin (Paysans). 39 minutes : <a href="http://athimar.org/articles/details/fellahin">http://athimar.org/articles/details/fellahin</a></p> <p>Ayeb H., (2014) Gabes Labess. 47 Minutes : <a href="http://athimar.org/articles/details/gabes-labess-all-is-well-in-gabes">http://athimar.org/articles/details/gabes-labess-all-is-well-in-gabes</a></p> <p>Ayeb H., Kamel N., (2012) Mirages Verts. 45 minutes : <a href="http://athimar.org/articles/details/green-mirage-mirages-verts">http://athimar.org/articles/details/green-mirage-mirages-verts</a></p> <p>Ayeb H., Archambeau O., (2003) Sur les bords du Nil; l&rsquo;eau en partage. Documentary. 46 minutes :&nbsp; <a href="http://www.doc2geo.fr/visionner/sur-les-bords-du-nil-l-eau-en-partage">http://www.doc2geo.fr/visionner/sur-les-bords-du-nil-l-eau-en-partage</a></p>

À quoi servira la collecte

<p>La premi&egrave;re &eacute;tape de r&eacute;alisation du film est pratiquement termin&eacute;e, apr&egrave;s presque une ann&eacute;e de tournage et plus de 10.000 kilom&egrave;tres parcourus &agrave; travers la totalit&eacute; du pays. Avec plusieurs dizaines d&#39;heures de mat&eacute;riaux enregistr&eacute;s/film&eacute;s, la r&eacute;colte s&#39;av&egrave;re tr&egrave;s prometteuse. Ceci nous permet de passer &agrave; la phase de post-production, qui comprend le montage vid&eacute;o, l&#39;illustration, l&#39;animation la composition musicale originale, le montage sonore, la correction des couleurs, les conceptions, les cr&eacute;dits et quelques autres d&eacute;tails.</p> <p><strong>Afin de pouvoir achever la post-production et partager ce documentaire, nous essayons de r&eacute;colter 11 800 &euro;.</strong></p> <p>Le budget global du documentaire est d&#39;<strong>environ 35 000 &euro;. </strong>Il est compos&eacute; de quatre phases diff&eacute;rentes :</p> <p>- Pr&eacute;paration (recherches, &eacute;criture, pr&eacute;paration, petits &eacute;quipements...) : 6 000&euro;</p> <p>- Tournage (interviews, vid&eacute;os de paysages, photos, enregistrements audio, archives) : 12 000&euro;</p> <p><strong>- Post-Production : 11 800&euro;</strong></p> <p>- Premi&egrave;res projections, festivals nationaux et internationaux... : 5000 &euro;</p> <p>Les deux premi&egrave;res phases ont (pr&eacute;paration et tournage) ont &eacute;t&eacute; financ&eacute;es par le r&eacute;alisateur, des contributions individuelles directes, et OSAE** (Observatoire de la Souverainet&eacute; Alimentaire et de l&#39;Environnement) : Un total d&#39;environ 18 000&euro;</p> <p><strong>La phase 3 (Post-Prod)&nbsp;: la collecte en cours&nbsp;: 11800 &euro;</strong></p> <p>La phase 4 sera prise en charge par Inside Prod*** et OSAE**.</p> <p><strong>**OSAE: <a href="http://www.osae-marsad.org" target="_blank">www.osae-marsad.org</a></strong></p> <p><strong>***Inside Prod: <a href="http://www.inside-prod.com/couscous/" target="_blank">www.inside-prod.com/couscous/</a></strong></p>

Contreparties

Contrepartie star

Contribution de 100 € et plus

100 €

  • 15 contributions
Vous recevrez une collection de 1 affiche officielle signée par le réalisateur + une photo 20X30 Cm du documentaire (+ crédit et mot de passe personnel)

Contribution de 10 € et plus

10 €

  • 30 contributions
Votre nom apparaîtra dans les crédits documentaires

Contribution de 25 € et plus

25 €

  • 32 contributions
Votre nom apparaîtra dans le générique du documentaire + Vous recevrez une photo 10x15 cm du film.

Contribution de 50 € et plus

50 €

  • 35 contributions
Vous obtiendrez un mot de passe personnel pour regarder le documentaire en ligne (+ crédits + une photo 10x15 cm du film.)

Contribution de 75 € et plus

75 €

  • 6 contributions
Vous obtiendrez un mot de passe personnel pour regarder le documentaire en ligne (+ crédits + 1 photos 20x30cm du film.)

Contribution de 150 € et plus

150 €

  • 6 contributions
Vous recevrez 1 DVD (+ 1 affiche officielle signée par le réalisateur + une photo 20X30 Cm du documentaire + crédit et mot de passe personnel)

Contribution de 250 € et plus

250 €

  • 3 contributions
Vous recevrez 1 Blue Ray (+ 1 DVD + 1 affiche officielle signée par le réalisateur + Deux photo 20X30 Cm du documentaire + crédit et mot de passe personnel + 1DVD du documentaire : Couscous : Les Graines de la Dignité, Ayeb H., (2017) )

Contribution de 250 € et plus

500 €

Invitation à une avant première (+ 1 Blue Ray + 1 affiche officielle signée par le réalisateur + Deux photo 20X30 Cm du documentaire + crédit et mot de passe personnel + 1DVD du documentaire : Couscous : Les Graines de la Dignité, Ayeb H., (2017) )

Faire un don

Je donne ce que je veux