Peplum Jakarta

Une approche photographique de la mégapole par l'intime avec les outils les plus primitifs et raffinés qui soient : les liens, le temps.

Visuel du projet Peplum Jakarta
Échoué
20
Contributeurs
16/05/2013
Date de fin
1 130 €
Sur 2 290 €
49 %

Peplum Jakarta

Peplum Jakarta est le second opus d'un projet initié à Yaoundé, au Cameroun, en 2009.

 

Flashback : Cameroun, 2009.

 

 

Kisskissbankbank_image2

extrait du projet Peplum Kongossa (pour plus de détails > www.peplums.org)

 

Kisskissbankbank_image1

extrait du projet Peplum Kongossa (pour plus de détails > www.peplums.org)

 

En 2009, Au terme d'une expatriation d'un peu plus d'une année, j'avais tissé des liens intimes avec plusieurs camerounais, tous issus de la classe populaire ou moyenne émergente. Cette nébuleuse de trentenaires, dépareillés de prime abord, avaient quelque chose qui les réunissaient en dehors de moi, une épaisseur faite de paradoxes et de complexité.

 

Dans un contexte où la pression économique et celle de la communauté se confondent parfois, une energie les poussait à définir leurs propres modèles, à expérimenter de nouvelles façon d'exister, loin des  clichés et autres considérations exotiques relatifs au pays.

 

Quelques semaines avant de quitter le Cameroun, l'imminence du départ a agit comme un catalyseur sur les liens crées avec cette communauté. J'ai ressenti le besoin de révéler la cartographie intérieure qui s'était dessinée entre le territoire et ceux qui l'avaient fait naître en moi. La photographie intervient à ce moment précis, tentant de rendre compte de ces nœuds invisibles.

 

Kisskissbankbank_image3

extrait du projet Peplum Kongossa (pour plus de détails > www.peplums.org)

 

Kisskissbankbank_3

extrait du projet Peplum Kongossa (pour plus de détails > www.peplums.org)

 

Pour ce premier opus, j'avais utilisé un appareil d'emprunt, la lumière naturelle des lieux choisis et aucune instruction préalable n'avait été donnée aux sujets photographiés. J'ai ensuite circonscrit la retouche des images au strict minimum, pour me rapprocher le plus possible du processus de développement argentique.

 

Paris, 2010-2012.

 

Même si je peux aujourd'hui verbaliser ce travail, j'ai mis un certain temps avant de comprendre ce que j'avais voulu exprimer à travers cette série de photographies. J'ai alors décidé de formuler ce premier essai en un projet intitulé Péplums, visible sur le site Internet www.peplums.org, que je vous invite à découvrir.

 

Il ne me restait plus qu'à éprouver ces nouvelles fondations sur un nouveau territoire.

 

Jakarta, 2013.

 

756 langues répertoriées, disséminées sur 13 466 îles. Sur l’île de Java, la mégapole de Jakarta se pose en accélérateur de particules, magnétisant presque 9 millions de personnes. Comment approcher ce monstre hétérogène en évitant de le découper, de le cartographier, de le quantifier ? Comment éviter de ne pas le rencontrer ?

 

Il s’agira d’approcher le gigantesque par l’intime. Le système par la diagonale : devenir, une nouvelle fois, perméable. Travailler avec les outils les plus primitifs et raffinés qui soient : les liens, le temps.

 

L’objectif, comme pour le premier essai au Cameroun (voir ci-dessus), sera de rendre compte d’une réalité au travers d’une série de présences, c’est-à-dire de personnes en résonance avec un lieu. Le medium reste la photographie mais un matériau sonore sera également collecté, afin de proposer une version plus aboutie du projet initial.

 

Il n’est pas question de photographier des inconnus dans des lieux arbitraires. La photographie n’interviendra qu’en fin de processus, pour capter des êtres avec qui j’aurai partagé des transformations, des fragilités, des paysages intérieurs. Ce dernier point concentre à la fois toute la difficulté et l’intérêt du projet : il n’y a pas de méthode. Aucun systématisme n’est valable car il risquerait d’endommager la qualité des liens créés. Il existe en revanche une méthode d’apprentissage de l’indonésien, qui fait désormais partie de mes livres de chevet. J’ai également une liste de contacts sur place, indonésiens et expatriés, pour me permettre d’amorcer mon travail.

 

L’expérience durera trois mois pleins. Envol programmé à la mi-mai : un blog relatant les avancées – & égarements éventuels – sera alimenté régulièrement sur le site Internet.

 

 

 

 

À quoi servira la collecte

Items

 

Le voyage (transport, logement, & subsistances diverses !) étant par définition d'un montant très variable, il est entièrement à ma charge. La collecte porte uniquement sur la partie quantifiable nécessaire à la réalisation du projet :

 

Appareil photo Pentax .................... 1150.00 €

-- > La marque Pentax est réputée pour la "tropicalisation" de ses produits, c'est à dire qu'ils sont particulièrement adaptés aux conditions induites par ce type de climat. Et Jakarta ne déroge pas à la règle : le taux d'humidité avoisine les 80% (!).

 

Objectif grand angle Sygma .......... 850.00 €

-- > J'ai choisi le grand angle car le lieu et la personne sont deux éléments que je souhaite mettre en perspective, et j'ai tendance à favoriser les espaces clos.

 

Micro usb Audio Technica .............. 150.00 €

-- > Après quelques recherches il semblerait que cet équipement soit tout à fait satisfaisant pour recueillir des témoignages.

 

Assimil indonésien .......................... 60.00 €

-- > Bisa biccara bahasa indonesia penting untunk proyek ini !

 

Visa ..................................................... 80.00 €

-- > Le visa dispensé par l'ambassade d'Indonésie en France est de 60 jours maximum. Il est ensuite possible de le faire renouveller une fois pour 30 jours supplémentaires, sur place, ce que je projette de faire.

 

 

Choisissez votre contrepartie

Pour 5 €

Un grand merci ! Si vous le souhaitez, votre nom figurera sur toutes les émanations du projet : - Livre (conception & édition prévue pour cette année) ; - Expositions (vous serez naturellement conviés au vernissage) ; - Site Internet (une page dédiée aux contributeurs sera créée à l'issue de cette collecte) ; - Ma reconnaissance sur 45 années (c'est le temps qui me reste à vivre si l'on en croit l'INSEE) ; Vous recevrez également une carte postale consistant en un petit tirage d'un des portraits de la série Peplum Kongossa, mais depuis Jakarta ! Ou, si vous préférez attendre un peu plus, un tirage du même format du projet en cours ! Le tirage sera évidemment expédié à l'adresse de votre choix.

Pour 20 €

Merci infiniment pour votre soutien ! En plus des rétributions précédentes, vous pourrez sélectionner un tirage 21 x 30 d'une des photographies de votre choix, du premier opus(Peplum Kongossa)... Ou, si vous préférez attendre un peu plus, un tirage du même format du projet en cours ! Le tirage sera évidemment expédié à l'adresse de votre choix.
  • Contributeurs : 6

Pour 50 €

OK... Ce n'est plus un soutien, c'est un engagement ! Merci beaucoup. Je vous propose, en plus des rétributions précédentes, un second tirage de votre choix au format 21 x 30, expédié à l'adresse de votre choix !
  • Contributeurs : 9

Pour 100 €

Vous avez l'âme d'un mécène ! Je ne peux que vous en féliciter ! Merci de croire en ce projet. Donc, tout ce qui précède est acquis, nous sommes d'accord. A grande contribution, grand format : le tirage de votre choix sera une photographie de 40 x 60, expédiée à l'adresse de votre choix !
  • Contributeurs : 2

Pour 200 €

Vous repoussez les limites. Et vous me mettez une pression salutaire pour la réalisation de ce projet ! Mille fois merci. J'espère que vous tenez la liste des rétributions à jours, c'est à dire toutes celles qui précèdent. Vous aurez un choix à faire : soit vous voulez un tirage, tout de suite, d'une des photographie de votre choix de la série Peplum kongossa au format 60 x 90, soit vous préférez attendre... Et recevoir, en avant-première, un livre au format 20 x 25, couverture rigide et imprimée, confrontant les deux premiers opus Peplum Kongossa & Peplum Jakarta au travers des deux séries de photographies et de textes choisis. Up to you !

Faire un don

Je donne ce que je veux