PLAGUE

À l'aide ! C'est la fin du monde et on a besoin de TOI !

Visuel du projet PLAGUE
Échoué
38
Contributeurs
28/11/2018
Date de fin
1 055 €
Sur 4 000 €
26 %

PLAGUE

Fiction pré-apocalyptique sur 7 jours ! 

 


SYNOPSIS

Il y a quelque chose de pesant en ville, les gens semblent agités, les coupures de courant se font de plus en plus régulières, une étrange chaleur émane du sol, les rats et les champignons prolifèrent, un bruit sourd résonne au loin. Il va se passer quelque chose, c'est le calme avant la tempête. Pour certains, cette attente est insoutenable, d'autres y voient une douce léthargie.

Plague est un jeu vidéo dont la première partie du développement a été produite par Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains.

Cette version du jeu est accessible sous la forme d'une installation à l'exposition PANORAMA20 jusqu'à mi-décembre.

Nous avons besoin de toi pour continuer le développement !


Ces petits personnages pixelisés sont des nihilistes de la pire espèce, car à force de ne croire en rien, même la fin du monde leur est refusée. Cette ville virtuelle dans laquelle ils évoluent est un prétexte à les voir se débattre et s'ennuyer éternellement. Rien de ce qui est dit dans ces histoires n'est à prendre au sérieux, car un nihiliste ne doit jamais être pris au sérieux même lorsque l'apocalypse semble proche.

 

DESCRIPTION

L'idée est d'aborder une narration éclatée grâce au temps réel. La forme est un jeu vidéo sur smartphone, style Point and Click des années 90 et synchronisé sur le fuseau horaire local. On y incarne un personnage dans son quotidien citadin, de son appartement à son lieu de travail, en passant par un bar, un parc, un hôtel ou encore des égouts et un cimetière, etc. Le style est emprunté au pixel art, à cette esthétique des jeux vidéos des années 90 (Monkey Island, Broken Sword), les décors sont des plans fixes et animés (changement d'ambiance couleur en fonction de l'heure, cycle jour/nuit).

Le scénario est rempli d'une multitude de rendez-vous (150 environ), donnés par les protagonistes au cours d'une semaine, de jour comme de nuit. Ainsi, il faut se rendre au lieu dit et à l'heure dite pour avancer dans la compréhension des histoires. Les dialogues sont textuels, agrémentés de quelques intonations sonores et de voix yaourt ; le choix du texte répondant mieux à la proximité du smartphone, et permettant également un plus grand nombre de dialogues.

 

L'histoire a demandé une écriture rigoureuse. Elle devait prendre en compte le principe de boucle (pas de fin ni de début mais une attente infinie), la passivité du héros, et son absence d’influence (que le joueur se soit rendu ou non a un rendez-vous proposé par un personnage ne doit pas influencer les prochaines rencontres qu'il fera avec ce même personnage).
Il y a une très grande quantité de textes pour rendre l'univers cohérent et vivant, que l'on puisse croire à sa propre autonomie. Des dizaines de rendez-vous sont proposés au joueur à chacune de ses sessions. Cela implique une multitude de personnages et d'histoires, contribuant à faire vivre cette ville en alimentant des légendes urbaines et autres rumeurs. Le ton général de l'histoire est fou, absurde et quelque peu cynique.

PERSONNAGES

La jeune femme fantôme / le double maléfique / le balayeur / le tueur / le vieux jardinier / l'écrivain / le boss / les deux collègues / la petite collègue / le businessman / l'escroc / le prof d'Histoire / la psychiatre / les diablotins / le diable / le chat de gouttière / la prostituée / le SDF / la fillette / la mère du héros / le beau-père du héros / l'ivrogne / le livreur de lait / les prôneurs de la fin du monde / les voyous / les nazis / le général / le paysan / le preux chevalier / l'homme au masque de singe / la grand-mère / les gosses / le monstre / la gothique / l'inspecteur / les policiers / l'ami nazi / le prêtre / le vendeur de hot-dogs / la barmaid / le bibliothécaire / le réceptionniste de l’hôtel / le fou / les musiciens / le fossoyeur / la femme de ménage

 

CONCERTS

L'un des lieux de cette ville est l'Under bar, il y aura chaque soir de la semaine, à 21h et pendant environ 45min / 1h, un concert différent (soit 7 concerts par semaine). Ces concerts seront donnés par des artistes musiciens et des groupes (les morceaux studio seront diffusés, et de petits avatars pixelisés à l’effigie des musiciens joueront sur la scène). Il ne s'agit pas d'un vrai live, juste d'un enregistrement pour donner l'illusion dans le jeu.

Les groupes et artistes ayant répondu à l'invitation (sous réserve de leur accord définitif)

 

Pauwels

Morning Drops

Hassan K

Lëster

Mansfield TYA

Anne Laplantine

Locust Toybox

L'EQUIPE

Une brève présentation du noyau centrale de l'équipe du jeu :

 

Alexis Hallaert est le développeur, c'est un peu l'architecte du projet, il a construit ce mécanisme d'horlogerie qui compose la ville et y a sans doute caché pleins de conneries et d'easter eggs qu'on découvrira quand il sera trop tard pour les retirer !

Jason Huvet est le graphiste, c'est lui qui s'est occupé de l'atmosphère graphique du jeu. Les dessins ont été longs et laborieux à réaliser, d'ailleurs si Dieu avait créé la Terre en Pixel art, il n'aurait pas mis que 7 jours.

La Grande Table Production s'est occupée du sound design, les ambiances, bruitages, mais aussi les musiques intradiégétiques entendues dans les différents lieux. Il est toujours possible de couper le son et d'écouter ta propre musique en jouant eu jeu.

Damien Jibert est le réalisateur, il a écrit les dialogues et les histoires. Aujourd'hui il a besoin d'argent pour boucler son projet. De toute façon, l'argent ne te servira plus à rien après la fin du monde alors ne sois pas radins !

 

Mais il y a aussi :

 

Laurent Delplanque le chargé de production.

Pablo Albandea qui a aidé au scénario et négocié avec les groupes de musique.

Clément Bruger qui a aidé au scénario.

Vincent Di Maiolo, Clément Verrier et Valeriya Malinova qui ont aidé aux ambiances sonores.

La vingtaine d'onomatopeurs et de yaourteurs pour les voix des personnages.

L'équipe de traductrices encadrées par Samuel Trainer de la faculté de Lille 3.

Les équipes du Fresnoy et Thierry Fournier qui ont accompagné le développement du projet.

À quoi servira la collecte

Le jeu est déjà bien avancé, mais nous devons lancer une seconde phase de production pour en venir à bout.

 

-Programmation des passants dynamiques

-Programmation des concerts

-Ville interactive

-Animations décors

-Correction des ambiances lumineuses

-Finalisation des ambiances sonores

-Intégration de la version anglaise

-Correction des bugs

 

Pour cela nous avons besoin d'un minimum de 4000€

La production reprendra mi-novembre pour une durée d'un mois environ. Elle commencera par un gros travail de programmation, avec en parallèle l'animation des décors et des personnages, et se terminera avec la finalisation et l'intégration des ambiances sonores.

La sortie du jeu est prévue pour mi-décembre.

L'argent supplémentaire permettra d'aller plus loin dans le développement d'activités annexes ayant été abandonnées en cours de production (ex : la possibilité d'intégrer un jeu dans le jeu). 

Je percevrai l’intégralité de la collecte.

 

 

PLAGUE

Une production

Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains

 

Directeur

Alain Fleischer

 

Coordinateur Création numérique

Eric Prigent

 

Accompagnement artistique

Thierry Fournier 

 

Directeur de production

Luc-Jérôme Bailleul

 

Chargé de production

Laurent Delplanque

 

Administratrice

Stéphanie Robin

 

Directeur technique

Pascal Buteaux

 

Pôle prises de vues : Cédric Martinez, Olivier Anselot, Aurélie Brouet

Pôle Son : Blandine Tourneux

Pôle Post-production : David Chantreau, François Lescieux, Massimiliano Simbula

 

Matériel et Auditorium : Le Fresnoy - Studio national

 

Remerciements : Madeleine Van Doren, Daniel Dobbels

 

Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains

est financé par le Ministère de la Culture et de la Communication, la Région Nord-Pas de Calais, avec la participation de la Ville de Tourcoing. Les équipements techniques ont été cofinancés par le FEDER (Fonds Européen de Développement Régional).

 

En partenariat avec le Master Métiers du Lexique et de la Traduction (MéLexTra) de l’Université de Lille SHS.

 

Copyright © Damien Jibert - Le Fresnoy - Studio national - 2018

Tous droits réservés

 

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux