Contribuez à la formation des maraîchers du département de Tivaouane, Sénégal, à une gestion durable de la ressource en eau !

Large_gif-1511257252-1511257262

Présentation détaillée du projet

Le_coeur_de_notre_projet-1509033377

 

Les populations rurales du département de Tivaouane au Sénégal recherchent des solutions pour lutter contre les problèmes d’insécurité alimentaire et d’exode rural. Avec eux, le projet Irrisahel propose de mettre en œuvre des solutions durables par le développement d’une filière maraîchère respectueuse de l’environnement notamment par la maîtrise des techniques d’irrigation nécessaire pour assurer une bonne gestion de la ressource en eau.

 

Notre projet consiste à pérenniser le programme Irrisahel en permettant au Centre de Formation de Keur Moussa (CFKM) de devenir le relais local permanent pour la formation des acteurs et l’amélioration des itinéraires techniques de productions.

 

 

Photos_maraichers-1509087667

 

 

L_histoire_d_irrisahel-1509033388

 

 

La commune de Meckhé se trouve dans une zone agroécologique marquée par un contexte pédoclimatique peu favorable à l’agriculture.

 

Carte-1509087700

 

Les exploitations agricoles vivent de plus en plus difficilement du type d’agriculture basée sur des cultures uniquement lors de la saison des pluies (de juillet à octobre) et beaucoup sont obligés de compter sur des transferts financiers des migrants pour subvenir à leurs besoins. Pour répondre aux attentes des populations locales (opportunités d’emplois pour les jeunes, réduction de la pénibilité du travail dont notamment celui des femmes, réduction de l’insécurité alimentaire, amélioration du revenu…), de nouveaux schémas de production sont nécessaires (maîtrise des facteurs environnementaux, intensification et valorisation des productions,…).

 

Sans_titre-1509109573

 

L’objectif du projet Irrisahel est de proposer la valorisation des eaux souterraines grâce à l’irrigation par goutte à goutte de productions légumières.

 

Irrisahel est né en 2007 d’un partenariat novateur entre une entreprise privée (Irrijardin), une structure de développement (ONG ASODIA) et d’un acteur public (Région Occitanie). L’idée était de mettre en œuvre un outil au service du développement d’agriculteurs du Sénégal.

 

Depuis 2007, Irrijardin a transmis ses compétences et fourni les outils nécessaires à l’irrigation. L’Asodia a assuré le pilotage du projet en se focalisant sur les aspects et le développement de la filière maraîchère. Mais l’action ne s’est réalisée que grâce à l’engagement de structures locales fiables telles que l’UGPM (Union des Groupements Paysans de Meckhé) et l’AGMK (Association des Groupements Maraîchers de Kayor), qui assurent un relais conséquent sur place. L’école d’ingénieur de Purpan (31) a également permis l’envoi de stagiaires au Sénégal pour partager leurs connaissances et participer aux avancées du projet. Le dernier partenaire à avoir rejoint le projet est Brooke, ONG anglaise, qui lutte pour le bien-être des équidés, ces animaux souffrant souvent de maltraitance malgré les nombreux services qu’ils rendent (travail au champ, transport des personnes et des marchandises…).

 

Mains-1509087843

 

 

Les_1eres_concretisations-1509033405

 

Entre 2010 et 2012, Irrisahel s’est concrétisé par la mise en place de périmètres maraîchers dans 4 villages. Grâce à la réhabilitation de stations de pompage, à la fourniture de matériel d’Irrigation et à l’apport technique sur place, les parcelles ont pu être équipées et devenir prêtes à l’emploi. Il s’agissait de confirmer l’intérêt de l’introduction de la production maraîchère comme activité permettant de répondre aux attentes formulées par les acteurs locaux. La mission a consisté à former ceux qui le souhaitent et à formaliser des itinéraires techniques adaptés aux conditions locales.

 

1-1508858443

 

2-1508859392

 

Le succès des périmètres Irrisahel s’est fait par le bouche à oreille. Là où une terre aride s’étendait à perte de vue, des oignons, des tomates, des salades et des piments poussent et égayent aujourd’hui le paysage. Depuis novembre 2015, ce sont près de 350 maraîchers indépendants qui ont rejoint l’aventure et qui cultivent des périmètres individuels.

 

Boucheaoreille-1509087868

 

 

3-1508859465

 

4-1508859477

 

5-1508859495

 

 

Diffuser_le_modele-1509033420

 

Cependant, tous ces nouveaux maraîchers ne bénéficient pas du même accompagnement que les 4 périmètres initiaux du programme Irrisahel. Aussi, si les objectifs de départ du projet concernant l’insécurité alimentaire et la réduction de l’exode rural semblent atteints, des progrès restent à faire dans les périmètres individuels, notamment en matière d’irrigation. Les techniques de gestion de l’eau ne sont pas maîtrisées par tous et cela peut conduire à la perte de certaines cultures en particulier en période de stress hydrique. Une irrigation raisonnée et efficiente pour tous devrait permettre d’améliorer les résultats technico-économiques pour un même volume d’eau.

 

6-1508859557

 

7-1508859591

 

Pourquoi_cette_campagne-1509033430

 

Après avoir installé ces 4 périmètres pionniers et initié l’activité maraîchère dans ce département du Sénégal, le souhait est aujourd’hui d’utiliser le Centre de Formation de Keur Moussa (CFKM) comme point focal du projet. Ce centre de formation se situe à une quarantaine de kilomètres de Dakar dans la région de Thiès et depuis le début du projet Irrisahel, il est le partenaire local qui assure l’accompagnement technique des bénéficiaires sans pour autant disposer lui-même du niveau d’équipements disponibles dans les périmètres Irrisahel pour sa propre structure. Le CFKM bénéficie d’une vraie reconnaissance locale de son savoir-faire.

En équipant le CFKM de systèmes d’irrigation, il s’agit de lui donner les moyens de poursuivre l’accompagnement des maraîchers par la tenue de sessions de formations spécifiques aux productions maraîchères et d’effectuer des essais permettant de formaliser de nouveaux itinéraires techniques de production. Enfin, il s’agit de rendre possible l’accompagnement, par le CFKM, des maraîchers à l’issue de leur formation en assurant un suivi personnalisé. L’objectif étant, grâce à ce centre, d’assurer la durabilité des actions menées jusqu’à présent et assurer l’autonomie de la commune de Meckhé et ses alentours.

 

Par ailleurs, suite à la suppression des « Régions au Sénégal », la coopération décentralisée de la Région Occitanie, qui était fortement engagée dans ce projet, est amenée à s'arrêter fin 2017.

 

8-1508859630

 

Quelles_perspective-1509033440

 

Le Centre de Formation de Keur Moussa (CFKM) propose depuis des années des formations dans le domaine de l’agriculture et ses compétences sont reconnues. Cependant, il ne dispose pas des équipements lui permettant d’assurer de façon rigoureuse des formations notamment en matière de maîtrise de techniques d’irrigation. Actuellement, le CFKM n’est pas garanti en matière de maîtrise d’accès à l’eau. Assurer des formations sur des techniques d’irrigation sans pouvoir être sûr qu’il n’y aura pas de rupture en cours de production n’est pas envisageable.

 

Aussi, le cœur de cette campagne est de fournir au CFKM les investissements indispensables pour être en capacité d’assurer des formations pratiques fiables : un forage, un système de pompage, un réservoir d’eau et le matériel permettant de présenter différentes techniques d’irrigation.

 

9-1508859617

 

 

Une fois ces investissements réalisés, les formations seront plus pertinentes. Les cours seront encadrés par le directeur du centre, Maximilien POUILLE, proche du projet Irrisahel depuis son origine. De plus, à chaque session de formation, plusieurs personnes seront désignées comme « relayeur ». Cela dans le but d’assurer le savoir au plus grand nombre, de toucher le maximum de personne possible.

 

Des suivis réguliers seront assurés par des membres du centre (directeur et techniciens) pour vérifier la bonne application des méthodes, pour compléter l’enseignement si nécessaire et informer de nouveaux candidats potentiels. En parallèle, pour accompagner le CFKM dans les recherches et essais, des équipes techniques Irrijardin et des stagiaires de l’Ecole d’Ingénieur de Purpan seront sollicités. Le but étant de participer au développement des connaissances des formateurs (réparation du matériel, analyse de résultats, appui aux cours…), de constater les effets du centre sur l’économie locale et de proposer de potentielles améliorations.

 

1-1508944108

 

Enfin, le programme envisage de constituer un fond de soutien à l’investissement pour permettre aux maraîchers de mettre en place une des techniques sur lesquelles ils auront été formés. Le financement par la subvention n’est pas souhaité et doit rester limité. Il s’agirait alors de proposer aux maraîchers formés la possibilité de disposer de prêt à un taux et à une durée supportable par l’investissement. L’idée est de développer les conditions de mise en œuvre d’un circuit de micro-crédit, en charge d’accompagner le plus grand nombre de maraîchers.

 

 

L_equipe_du_projet-1509089727

 

Le projet Irrisahel est pluri-acteurs. Associations, entreprises, groupes universitaires et collectivités participent ensemble à la réalisation de ce projet depuis la France ou bien directement depuis le Sénégal. Deux entités y sont à l’origine :

 

Fonds de dotation Irrijardin : l’entreprise Irrijardin, de par la volonté de son PDG Yves Allibert, est très investie dans une démarche RSE. Le projet Irrisahel est le premier projet entrepris et c’est lui qui a impulsé la création d’un fonds de dotation Irrijardin. Le Fonds IRRIJARDIN a pour objet d’initier, de réaliser et de soutenir tout projet à caractère humanitaire, environnemental, social et/ou éducateur, en France et à l’étranger, dans le domaine du développement durable, et comportant, plus particulièrement, des actions relatives à la gestion et au traitement de l’eau. Aujourd’hui, le fonds permet d’assurer un suivi régulier des 4 périmètres Irrisahel en plus du don du matériel d’irrigation. Il est alimenté par l’entreprise principalement mais également par différentes actions de collectes que nous commençons à mettre en place, comme aujourd’hui avec cette campagne.Logo_irrijardin__test-1509353606

L’ASODIA (Association Sud-Ouest pour le Développement International de l’Agriculture) : créée en 1975, cette association regroupe les principales organisations professionnelles agricoles de la région Occitanie. Les actions de l’ASODIA sont basées sur sa capacité à mobiliser à tout moment des savoir-faire et des expertises provenant de l’ensemble de ses membres pour en faire bénéficier les agriculteurs des pays d’intervention. L’association s’associe également avec d’autres acteurs (associations locales, entreprises, …), comme ici pour le projet Irrisahel, pour proposer les meilleures solutions et accompagner au mieux les agriculteurs. L’ASODIA mène plusieurs missions au Sénégal, au Vietnam et au Cambodge.

Logo_asodia_test-1509437259

 

Yves_et_christian-1508941957

 

Christian Marquestaut, Chargé de mission à l’Asodia et Yves Allibert, Président Fonds Irrijardin

 

Mais le projet n'aurait pas eu un tel succès sans le soutien d'autres acteurs en France et au Sénégal : les associations de groupements maraîchers, l'université de Purpan (31), la région Occitanie, Brooke, Kayer, la région de Thiès, l'Agence de l'eau Adour-Garonne.

 

1017720_crowfounding_kisskissbankbank_irrisael_simu15-1509089137

À quoi servira la collecte ?

A_quoi_sert_la_collecte_-1509089741

 

Depuis près de 10 ans, l’entreprise Irrijardin investit 20 000€ par an pour développer le projet Irrisahel et s’assurer de la pertinence des actions mises en place. Aujourd’hui, le projet du CFKM  implique un investissement matériel exceptionnel qui ne permet pas à la fondation Irrijardin de couvrir toutes les dépenses. Celles-ci s’élèvent en effet à environ 35 000€ dont voici la répartition :

 

Graphique_2-1509714428    

 

Aujourd’hui, la région Occitanie peut nous soutenir à hauteur de 5 000€ mais pour atteindre notre premier objectif et accueillir au CFKM les premiers maraîchers, nous avons encore besoin de 10 000€. Cela permettra au centre de s’équiper et d’assurer les premières formations auprès de la population locale.

 

Financement-1510135123

 

Mais 35 000€ représente le budget de base. Nous souhaitons aller plus loin et proposer aux maraîchers un suivi sur le terrain. 5 000€ supplémentaire nous permettrait de mettre en place ce suivi de façon régulière mais aussi de poursuivre l’équipement du CFKM avec de nouveaux matériels d’irrigation ou un pompage solaire par exemple.

 

Champ-1508942825

 

Et pour aller encore plus loin, nous souhaitons accompagner financièrement les maraîchers dans leurs investissements. L’objectif du fonds de soutien à l’investissement serait d’accompagner les maraîchers qui souhaitent s’investir dans ce projet à long terme. L’objectif de ce fonds est de responsabiliser les personnes à l’amortissement, à l’entretien et à la bonne gestion de leur matériel. En aucun cas, il sera recherché un aspect spéculatif à ce fonds. Il s’agit bien d’accompagner les acteurs par la mise à disposition de moyens financiers à des taux et des durées supportables.

 

Micro-credit-1509087925

 

Les modalités du fond restent à définir mais il pourrait être envisagé de proposer le plan de financement suivant au maraîcher : pour 100 d’investissement, 50% en prêts du fonds, 25% en apport personnel du maraîchers et 25% en subvention non remboursable. Sur ce principe, avec 5 000€ c’est la possibilité d’accompagner 16 maraîchers dans l’achat de matériels d’une valeur 400€. Et chaque euro supplémentaire, nous permettra d'accompagner plus de personnes.

 

Les fonds récoltés lors de cette campagne iront au Fonds Irrijardin, avant d'être réinvesti dans le projet IrriSahel dès le mois de janvier 2018 avec la prospection géophysique et le début des travaux qui s'en suivront sur le reste de l'année. L'objectif étant d'effectuer le gros oeuvre avant la saison des pluies en juillet et de commencer les formations  en octobre 2018. 

Thumb_profil-1509109657
Fonds Irrijardin

Créé en 2011, le Fonds de dotation Irrijardin a pour objet de soutenir tout projet solidaire, en France ou à l'étranger, menant des actions relatives à la gestion de l'eau. Actuellement, le Fonds mène des actions à l'international avec le projet IrriSahel mais il soutient également les jardins des Restos du Cœur (en fournissant matériel, conseils et en... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Mon don permet-il une défiscalisation ?

Oui ! Le Fonds de dotation Irrijardin est une association reconnue d'intérêt général, ainsi chaque don donne droit à une défiscalisation à hauteur de 66%
Un don de 100€ ne coûte au donneur que 34€.

Le Fonds Irrijardin fournira sur demande l'attestation dont vous avez besoin pour remplir votre déclaration fiscale et bénéficier de cette réduction d'impôts.