Aller au contenu

Projet Syntropia : Rencontrer, Reforester puis Nourrir l'Amazonie.

Agriculture, Écologie, Développement Local

Visuel du projet Projet Syntropia : Rencontrer, Reforester puis Nourrir l'Amazonie.
Checked circleRéussi
16
Contributeurs
Thursday, August 16, 2018
Date de fin
582 €
Sur 500 €
116 %

L'agriculture Syntropique : Une solution de taille face à la déforestation.

Suivre et partager

Projet Syntropia : Rencontrer, Reforester puis Nourrir l'Amazonie.

Bonjour, je me nomme Victor Fernandez. Etudiant de 20 ans en BTS d'Agronomie Production Végétale orienté sur l'Agriculture Biologique, vers Valence. Provenant d'un milieu montagnard (Hautes-Alpes), j'ai grandi sensibilisé au monde forestier.

 

alt

 

Et j'ai toujours autant de mal à digérer des informations telles que celles qui suivent :

 

La déforestation en Amazonie a pris une ampleur considérable : 7989 km² (soit 451 millions d'arbres entre août 2015 et juillet 2016), ce qui fait un minimum de 20% de forêt détruite depuis 2005.

 

Et ça augmente.

 

Au  niveau mondial, ce sont 15 millions d'hectares qui sont perdus par ans, équivalents à 2400 arbres coupés par minute.

 

 

Mon projet a comme objectif de contrer cette catastrophe : il s’agit d’implanter un système d’agriculture syntropique en Amazonie Péruvienne. Cette branche de l'agroforesterie comporte la particularité de concilier reforestation et production via l’implantation d’espèces complémentaires quant à leur utilisation des ressources dans le sol, de l’espace, de l’ombrage ou des maladies (entre autres).

 

Les fondements de ce système agricole sont donc de créer puis d’optimiser un écosystème, plutôt que de l’exploiter.

 

C’est sur un terrain de l’Intiecolodge (http://intiecolodge.com/fr/accueil/), à proximité d’Iquitos, que je mettrai en place le projet. Ce lieu, à vocation éco-touristique, porte l'attrait de présenter une vie autogérée à travers des habitations autosuffisantes, des médecines traditionnelles et une autonomie alimentaire.

Quant aux populations locales, elles ne sont pas touchées par la déforestation: elles sont cependant intéressées par certaines productions du projet. De plus, les bénéfices de l'intiecolodge leurs sont versés afin de construire des centres d'éducation, de préservation culturelle et des puits d'eau potable.

 

 

alt

 

L’IIAP (le centre de recherche d'Iquitos) ainsi que l’Intiecolodge me fourniront les semences adéquates à la restructuration du sol tandis que les communautés aidées par l’association Forestever me fourniraient les essences de bois et de fruitiers.

 

Ma première intervention, du 20 juillet au  29 août, vise donc à évaluer le terrain afin de proposer un diagnostic de restructuration du sol par la mise en place d'espèces légumineuses tropicales.

Soutenu par certains ingénieurs des organismes Agroof, Forestever ou des centres tels que l'IIAP (Péruvien)  et le CIRAD,  je soumettrai une proposition d'assolement des essences bois et fruitiers. Si les propositions sont validées, je pourrais débuter l'implantation des espèces appropriées à cette période.

 

Le projet n'est pas seulement personnel. Ma page Facebook porte l'intérêt de permettre une influence de votre part, à travers des propositions constructives vis-à-vis du domaine agricole ou de la photo; j'essaierai en effet d'en publier, pour vous imager l'avancée du projet et l'exotisme des lieux. L'écolodge n'ayant pas accès à internet, je ferais en sorte de me rendre au moins 1 fois par semaine à Iquitos pour correspondre.

À quoi servira la collecte

Dans un premier temps, les transports : c'est ce qui me reviendra le plus cher lorsque je continuerai le projet après mon BTS, qu'ils soient de la France au Pérou ou sur place.  

 

Dans un deuxième et dernier temps, la collecte me permettra d'investir dans les semences: créer une forêt comestible peut en effet revenir coûteux en graines (bien que je favorise la récupération de souches naturelles), l'objectif étant d'atteindre une grande diversité.

Chaque don influencera la proportion d'arbres plantés, et donc les productions potentielles.

 

Faire un don

Je donne ce que je veux