REPCET

Redonnez du sens au progrès : participez au déploiement d’une technologie pour éviter les collisions entre navires et baleines !

Visuel du projet REPCET
Échoué
144
Contributeurs
22/11/2015
Date de fin
5 721 €
Sur 35 000 €
16 %

Talents GLAMOUR

GLAMOUR

REPCET

La Mer Méditerranée abrite des animaux qui comptent parmi les plus emblématiques de la planète. Le rorqual commun, une baleine de 40 à 70 tonnes, constitue le deuxième plus grand animal que la Terre ait porté. Le cachalot, quant à lui, est un prédateur de 15 mètres, capable de rester 90 minutes sous l’eau et de plonger à 2 km de profondeur, dans le noir absolu, pour se nourrir de calmars géants. Placés au sommet de la chaine alimentaire, ces animaux sont indispensables aux équilibres environnementaux.

 

Se_2010_rorqual-event_2

 

Malgré leur démesure, les rorquals et les cachalots sont fragiles. Tout comme nous, ils sont dotés de poumons qui leur imposent de rejoindre la surface pour respirer, où ils croisent alors les milliers de grands navires qui sillonnent chaque jour la Méditerranée. Les terribles et fatales collisions entre navires et grands cétacés constituent l’une des premières causes de mortalité des baleines et des cachalots. Isolées en Méditerranée et fragiles, les populations de ces deux espèces sont ainsi gravement menacées par les collisions.

 

Le Commandant Frédéric Capoulade, désormais président de Souffleurs d'Ecume, témoigne : "A la barre de cargos mixtes et de navires rapides entre Corse et continent, je suis entré en collisions à plusieurs reprises avec des baleines. Ces moments ont réellement éprouvé ma carrière de commandant, et j'ai choisi d'entreprendre une série d'actions pour limiter ces accidents, d'abord au sein de ma compagnie, et désormais en tant que président de Souffleurs d'Ecume".

 

_c_souffleursdecume_jerome-couvat_9_resize_

 

Très discrets en surface, les grands cétacés sont difficilement détectables par les officiers de quart. Pour faire face à ce fléau, qui sévit en plein cœur du Sanctuaire Pelagos, l'association Souffleurs d'Ecume fédère et sensibilise depuis15 ans les compagnies maritimes. Avec elles, l’association a développé un système informatique collaboratif nommé REPCET (pour REPérage des CETacés). REPCET permet précisément d’améliorer la faible « détectabilité » de ces animaux, grâce au partage des positions de baleines, entre les navires, et en temps réel, par le biais d’une communication satellite.

 

_c_la-meridionale_antenne_repcet-1_br

 

Cdt_repcet

 

Le principe est simple : chaque observation de grand cétacé réalisée par le personnel de quart depuis un navire utilisateur est transmise en temps réel par satellite à un serveur situé à terre. Le serveur centralise les données et diffuse des alertes aux autres navires équipés. Les alertes sont alors cartographiées à bord sur un écran dédié et des zones de risques dynamiques permettent de considérer les déplacements des animaux. Une signalétique intuitive permet de repérer rapidement les dangers, d'en connaître la nature pour, par exemple, adapter la veille en passerelle ou encore réduire l’allure du navire, avant de limiter significativement le risque de collision.

 

 

Par ailleurs, au cours de son utilisation, le système enregistre les positions de cétacés transmises par les navires équipés. La base de données ainsi constituée est mise à disposition de la communauté scientifique avec un objectif de boucle vertueuse : faire progresser nos connaissances sur les cétacés pour permettre d’améliorer leur protection.

 

Bulles_horiz_transp

 

Parrainé par la navigatrice Catherine Chabaud et soutenu par la Fondation Nicolas Hulot, le système REPCET est reconnu comme un projet pionnier et exemplaire, de nature à mettre le progrès au service de la préservation de la biodiversité.

À quoi servira la collecte

De par son caractère collaboratif, REPCET nécessite qu'un grand nombre de navires soit équipé. A ce jour, cinq compagnies maritimes françaises sont impliquées et ont déjà équipé 10 navires. Le CROSSMED et le Parc national de Port Cros disposent également d'une version "shore" du système REPCET. C'est un bon début mais c'est trop peu pour que le dispositif soit efficace. Au moins 30 navires doivent être équipés, rapidement, pour réduire les risques de collision.

 

► Votre soutien nous permettra d'équiper au moins 5 navires supplémentaires

 

Entete_repcet_recize

 

L'objectif est de permettre à de nouvelles compagnies maritimes de tester le système, et de devenir ainsi des ambassadrices de l'essaimage de REPCET auprès d'autres.

 

Associé au travail de formation et de sensibilisation conduit par Souffleurs d'Ecume, votre soutien permettra, d'ici 2 ans,  d'atteindre l'objectif d'un réseau d'au moins 30 unités équipées, base indispensable pour permettre au dispositif d'être opérationnel.

 

 

Se_instal-repcet-1

 

Détails du budget du projet :

 

Budget_repcet-1442841683

 

 

 Au-delà des 35 000 €, chaque tranche supplémentaire de 7 000 € permettra d'équiper un navire supplémentaire.

 

 Un reçu fiscal sera remis avec chaque contribution : réduction d’impôt sur le revenu de 66% pour les particuliers (un don de 100 € ne vous revient qu’à 34 €) et réduction d'impôt de 60% pour les entreprises.

 

Le dispositif REPCET, labellisé par le Pôle Mer Méditerranée, est co-porté par l'association Souffleurs d'Ecume et la société Chrisar Software Technologies. Ses différentes composantes (développement logiciel, travaux de recherche en mer sur les grands cétacés pour définir les zones de risque, sensibilisation des compagnies maritimes et du grand public, installation du système à bord de navires, formation des navigants, développement d'une application REPCET) ont bénéficié depuis 2005 du soutien du Ministère de l'écologie, du Sanctuaire Pelagos, de l'ACCOBAMS, du Conseil Régional PACA, du Conseil Général du Var, de la Fondation Nicolas Hulot, d'Armateurs de France, de la Fondation Ensemble, de l'Agence de l'Eau, de la Fondation Bouygues Télécom, de la Fondation Salins et de l'Agence des Aires Marines Protégées. Cinq compagnies maritimes françaises ont déjà équipé certains de leurs navires (La Méridionale, La SNCM, Orange Marine, Gazocéan et Someca Transports), et le CROSSMED et le Parc National de Port-Cros sont également équipés d'une version "shore". Le WWF s'associe aussi au projet dans le cadre d'une levée de fonds parallèle à celle-ci. L'ensemble des partenaires REPCET est disponible ici.

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux