RÊVER LES MONTAGNES

Soutenez un regard sur la Colombie, ses luttes, son histoire, sa culture !

Visuel du projet RÊVER LES MONTAGNES
Réussi
54
Contributeurs
26/06/2019
Date de fin
3 700 €
Sur 3 600 €
103 %

RÊVER LES MONTAGNES

Un film indépendant belgo-colombien!

Genèse du projet

De nationalité belge, c’est une rencontre qui a fait naître mon intérêt pour la Colombie, c’était en 2009. Dans le cadre de mon travail, je rencontrais Alba Lucero et son compagnon, Angel, les parents d'Andres. Tous deux avaient fui la Colombie à cause de la persécution dont ils étaient victimes en tant que défenseurs des droits humains. Les liens se faisant, je passais de longues soirées à discuter avec eux de ce pays que je ne connaissais pas, de sa situation politique et sociale, de la guerre civile que le pays connaît. Ils me berçaient, avec énormément d’amour et de patience face à mes nombreuses questions, de leurs récits de lutte et d’exil. Ils me présentaient des amis à eux, me prévenaient lorsqu’un(e) leader paysan(ne), indigène, afro-descendant(e) venait à Bruxelles pour que je puisse le, la, rencontrer. Ce pays a, au fur et à mesure, éveillé ma curiosité. Elle n’a jamais cessé de croître.

En 2012, j'y effectuais mon premier voyage.

Au début du printemps 2016, Andres m'apprend qu'il partira pour la première fois en Colombie, son pays d'origine. Il avait alors 16 ans. Andres est né à Bruxelles en 1999, quelques mois après l'arrivée de ses parents, exilés politiques.  Je décide alors de l'y accompagner et, à l'aide de ma caméra, de raconter son histoire, sa quête, sur les traces de l'histoire de ses parents et à la rencontre de sa famille.  Ce tournage donna naissance au court-métrage "La route du retour", finalisé à l'automne 2017.  Pendant un peu plus d'un mois, nous avons sillonné une partie de la Colombie pour rencontrer ses oncles, tantes, cousins, cousines, des compagnons de lutte à ses parents afin qu'il puisse se projeter dans l'histoire qui l'a menée à naître loin de celle-ci.  Un voyage qui l'a plongé dans ses racines, ainsi que dans les problématiques socio-politiques que connait ce pays touché par plus de 60 ans de conflit interne.

« Je pense que ce voyage me donnera beaucoup plus de confiance en ce que je dois faire ou pas. Dans le sens où je pars vraiment à la recherche d’une partie de moi même, à la recherche de qui je suis vraiment, enfin, je sais qui je suis mais ça me permettra de me connaître plus en profondeur. Comprendre qui étaient mes parents et par là, comprendre qui est ce que je peux devenir. C’est quelque chose qui va me permettre de prendre les décisions que je dois prendre avec plus de facilité, de savoir d’où je viens pour savoir où je vais. » Andres en Avril 2016.

La vie d'Andres est complètement liée à l'histoire politique de la Colombie.  L'exil de ses parents, dû à cette dernière, a conditionné sa vie mais lui permet d'avoir un regard neuf sur ce pays.

Qui sont ces défenseurs des droits humains? Pourquoi sont-ils amenés à s'exiler?  

L’ONU parle de « défenseurs », les Colombiens de « leaders sociaux » : des hommes et des femmes – élus ou militants – engagés dans la vie de leur quartier, de leur village ou de leur communauté. Les uns se battent pour récupérer les terres spoliées par les acteurs du conflit armé ou pour retrouver les disparus et exiger justice. D’autres se mobilisent pour empêcher la déforestation et les cultures illicites ou protester contre les entreprises minières et autres multinationales qui saccagent l’environnement. D’autres encore luttent pour obliger l’Etat à remplir ses devoirs et à s’occuper d’eux. Extrait du journal "Le Monde" 05/12/18.

Les leaders sociaux sont victimes de processus de criminalisation de leur travail. Des processus allant, dans de nombreux cas, jusqu'à l'assassinat . Près de 500 au cours de ces 3 dernières années.

 

L'Exilé politique, un résistant de la mémoire

Nombre d’histoires de luttes, de massacres, de déplacements forcés, qui se sont passés dans les campagnes colombiennes sont restées sous silence. Par manque de moyens de communication des victimes, parfois, rarement, mais surtout par la volonté des autorités d’étouffer les dérives des gens de pouvoir. Les faits historiques se limitant à la version officielle des médias dominants et du gouvernement, il y a en Colombie, une volonté délibérée d’instaurer l’oubli.

Dans un processus de réappropriation de la mémoire, les exilés politiques colombiens jouent un rôle primordial, de par leur situation géographique, qui leur permet une certaine liberté d’expression sans craintes de représailles, et par le fait qu’ils ont été des témoins privilégiés de la vie des populations rurales, de ces bouts d’histoire qui, mis côte à côte, dessinent le contexte politique de la Colombie d’hier et d’aujourd’hui. Ils sont les gardiens de la mémoire des luttes et une récupération de cette mémoire est impérative pour le futur d’une Colombie qui se cherche un destin plus clément.

Le projet aujourd'hui

La matière vidéographique accumulée lors du premier voyage dépasse ce qui est visible dans "La Route du Retour".  Cette matière constituera la première partie du long-métrage à venir "Rêver les montagnes".  Le tournage se déroulera sur 2 mois, en Juillet et Août 2019.

Pour cette deuxième partie de tournage, l'idée est que Andres puisse découvrir la situation que vivent les leaders sociaux et défenseurs des droits humains, aujourd'hui, 20 ans après que ses parents aient été poussés à l'exil.  De se rendre compte de l'évolution, ou non, de leur situation.  De s'éloigner un peu de son histoire personnelle, et que l'on découvre avec lui, au travers de ses joies, ses désillusions, ses doutes et ses prises de conscience, une autre Colombie, celle de citoyens ruraux, courageux, anonymes, qui résistent aux injustices subies avec les moyens qui sont les leurs.  

Sur son chemin, qui s'effectuera dans différentes régions du pays, Andres rencontrera des personnages qui nourriront son expérience de la Colombie, de vie, de leurs histoires personnelles.

Une manière pour nous de raconter les luttes, les espoirs,  de ces personnes traitées en citoyens de seconde zone. 

 

Quelques détails sur notre parcours colombien

Nous parcourrons 4 départements différents, en plus de celui de Bogota où nous atterrissons.

Nous commençons par le département de Santander, proche de la frontière vénézuélienne, et la ville de Bucaramanga où vit la majorité de la famille d'Andres.  De là, nous partirons vers les montagnes du département d'Antioquia, dont la ville principale est Medellin, où un projet de barrage (hidroituango) crée un désastre humanitaire et écologique.  Nous rejoindrons ensuite le département du Cauca, région du sud-ouest, pour y découvrir la lutte indigène pour les droits des peuples autochtones et la préservation du territoire.  Nous terminerons le périple par le département du Chocó, sur la côte pacifique, où les populations sont victimes directes du conflit armé.

 

Andres, en Novembre 2018, à propos de son ressenti sur son passage dans le Cauca, département colombien :

Présentation de l'équipe

Andres Alvarez Lopez (protagoniste)

Andres termine actuellement son cycle d'école secondaire à l’Athénée Royale d'Auderghem. Jeune adulte en plein envol, il est à la quête de son histoire individuelle et collective. Longtemps restée un fantasme.  Il est maintenant plus que jamais impliqué dans la recherche de ses origines et ses destins, entremêlés entre la Belgique et la Colombie. Ses interrogations identitaires sont ses principales sources d’inspiration, il les exprime via la musique, la psychologie et l’écriture, essentielles pour lui à sa construction. Il chante, joue du piano et de la guitare, compose et s’essaie à l’écriture de textes musicaux et littéraires. À travers ses voyages, il recherche la matière qui répondra à ses questionnements, lui offrira la maturité nécessaire pour devenir l'artiste qu'il voudrait être et lui permettra d'avancer dans sa propre voie.

 

Jonathan Bricheux (Réalisation/ image)

Jonathan Bricheux débute son rapport à l’image en 2005 par la photographie.  Un médium qu’il pratique en argentique.  Il part suivre, durant une année, des cours à l’IATA, école artistique de la ville de Namur.  Bientôt, il quitte son cursus scolaire et continue à se former en cours du soir à l’Académie des Arts d’Ixelles.  Désireux d'acquérir de l'expérience de terrain dans le photo reportage, il effectue, en 2012, durant 3 mois et demi, un travail photographique sur les problématiques socio-politiques liées à l’exploitation de l’or en Colombie.  Ce projet arrivé à terme, grandi de découvertes, il se tourne vers la vidéo, curieux de ce que le son et l’image mouvante peuvent offrir à la transmission, au passage de voix.  La même année, il entre à l’Ecole de Photographie et de techniques visuelles Agnès Varda, à Laeken.  Il termine sa formation en Décembre 2017, année de sortie de son premier court-métrage « La Route du Retour ».  Un 22 minutes sur le thème de l’exil, des racines, et de la défense des droits humains en Colombie.  Un projet destiné à exister en long-métrage et dont le tournage est toujours en cours.

 

Cynthia Karangwa (Image/ son)

Cynthia débute son rapport à l'image en 2010 en intégrant une formation en techniques de cinématographie à l’INRACI, à Bruxelles. Elle quitte son cursus en 2012 et se consacre à la création artistique mêlant arts visuels et arts plastiques comme canaux d'expression principaux. En 2014, elle est cadreuse du documentaire « Higher Consciousness » sur le musicien et chanteur Seun Kuti, fils de Fela Kuti, et participe à sa production.  En 2016, elle intègre le collectif « Clou » avec qui elle crée une exposition itinérante d’art visuel et sonore, soutenue par la mairie des Lilas, en région parisienne. Une exposition qui donne suite à une performance au festival Lil’ART, délivrée au printemps 2017. En parallèle, elle travaille comme office manager et s'associe naturellement avec Jonathan Bricheux courant 2018 afin de donner une nouvelle dimension à leurs projets fondés sur la solidarité financière, éditoriale et humaine. Aujourd'hui, elle est productrice et artiste pluridisciplinaire basée entre la Belgique et la France.

"Higher Consciousness"  https://www.youtube.com/watch?v=0g2QMhiHvf0

 

Matériel de tournage

Image

- Caméra Canon C100 Mark ii

- Optique Sigma Art 24-70 mm 2.8

- Optique Pentax M 50 mm 1.2

- Canon 7D (caméra de réserve)

Son

- Micro Sennheiser MKE 600 (hyper-cardio)

- Zoom H4N (2)

À quoi servira la collecte

Premier palier à 3.600€!

Les fonds récoltés serviront à contribuer à 2 mois de tournage pour 3 personnes. Ils nous permettront de couvrir :

- Une partie du coût des 3 billets d'avion sur un coût total de 2.400€.

- Equipement et accessoires type batteries, cartes mémoires, grip et réflecteurs.

- La régie comprenant nourriture, logement et frais de déplacements sur place. Les trajets longues distances seront nombreux (interdépartementaux), ainsi que ceux de courtes distances au sein d'une même zone, il nous est difficile d'en faire le calcul précis. Le budget qui y est alloué est d'environ 1.900€.

- La contribution KissKissBankBank revenant à 5% de la somme totale ainsi que  3% de frais bancaires (288€).

Votre contribution est une aide plus que précieuse, l'intégralité de vos dons sera immédiatement injectée dans notre projet de long-métrage.

Si nous atteignons 150%, soit 5.400 euros!

Comme vous pouvez le constater, la somme que nous demandons ne correspond qu'à la couverture des frais les plus importants.  Si le montant est dépassé, le surplus nous permettra de faire face aux coûts supplémentaires ou à démarrer la première étape de la post-production du film, c'est à dire la traduction des rushes! Ça serait grandiose!

Si nous atteignons 200%, soit 7.200€!

Nous pouvons boucler la traduction des rushes, ainsi que faire un "ours" (première étape du montage), une base nous permettant de démarcher des productions!

Si nous atteignons 300%, soit 10.200€!

Cela nous permettrait de financer le montage du film et toute la post-production : étalonnage, mixage et bande originale.

Choisissez votre contrepartie

Contrepartie star

Pour 50 €

Deux invitations à l'avant-première du film + une vidéo de remerciement personnalisée de l'équipe du film depuis la Colombie + contreparties précédentes!
  • Contributeurs : 22

Pour 5 €

Un immense MERCI! Chaque geste compte!
  • Contributeurs : 3

Pour 20 €

Votre nom au générique + un lien streaming HD privé pour découvrir le court-métrage "La Route du Retour" + contreparties précédentes!
  • Contributeurs : 11

Pour 75 €

L'affiche originale du film + contreparties précédentes!
  • Contributeur : 1

Pour 100 €

Un tirage photo signé et numéroté par Jonathan Bricheux + contreparties précédentes!
  • Contributeurs : 8

Pour 250 €

Deux tirages photo signés et numérotés par Jonathan Bricheux + contreparties précédentes!

Pour 500 €

Trois tirages photo signés et numérotés par Jonathan Bricheux + contreparties précédentes!

Faire un don

Je donne ce que je veux