Sorcière du clito

Soutenez le Clito sur KissKissBankBank !

Visuel du projet Sorcière du clito
Réussi
43
Contributeurs
09/05/2020
Date de fin
660 €
Sur 355 €
186 %
Féminisme
Autoproduction
culturelle

Sorcière du clito

Sorcière du clito : un vice-versa du vagin
Esther rencontre son nouveau voisin, Lucien, alors que celui-ci est coincé sur le palier. Dans son espace mental et biologique, Esther se voit tiraillée entre différentes forces intérieures : Kleitoris, en mal de plaisir, des Hormones en action commando aux allures de western et le fantôme d'une éducation sexuelle inhibante.


Les origines du projet
Ce projet commence avec l'écriture d'une nouvelle, intitulée Orgasme. Initialement un récit à la première personne, le Clitoris se plaint de l'éducation sexuelle catholique que sa propriétaire a reçu. Plaisir culpabilisant, relation plan-plan et schéma préhistorique pénis-dans-le-vagin : "Assez!" déclare le Clitoris. Il est grand temps de fomenter un plan pour se venger de ces années injustement spoliée de plaisir : ce soir aura lieu la rencontre entre propriétaire et clitoris, corps et plaisir, je et elle.

Les enjeux de l'adaptation étaient nombreux, parmi lesquels :

  • Mettre en scène des organes sexuels sans avoir recours à l'animation
  • Essayer d'éduquer tout en restant drôle
  • Ne pas céder à la bonne vieille pulsion scopophile
  • Rester au plus près du ressenti de la protagoniste

Voici un rush (donc ni monté ni étalonné) pour donner un avant-goût du ton :

L'avancée du projet
Grâce au soutien, à la coopération et à la bienveillance indéfectible de toute l'équipe, nous avons pu tourner du 6 au 8 mars, et ce au moindre coût. La musique est en fin de composition, le montage presque fini, le sound design vient de débuter, et nous avons toustes grande hâte de voir le résultat final !

Les contreparties et le rôle des contributeur.euse.s
Dans ce projet "artisanal", tout ce qui a pu être réutilisé ou obtenu gratuitement l'a été. Toutefois, tourner un film a un prix, même minimal : défraiement du maquillage, trajets en voiture, catering pour 20 personnes, etc. C'est pourquoi, afin d'entamer sereinement et efficacement la post-production, ce crowdfunding a été conçu.

En échange de votre don, chaque contributeur.euse :

  • Verra son nom inscrit au générique
  • Recevra le film une fois terminé
  • Sera chaleureusement convié.e à la projection publique (dès qu'elle sera possible)

Pour les plus généreux.se d'entre vous, j'aimerais pouvoir vous promettre monts et vermeilles, de magnifiques posters et tote bags à l'image du film, mais cela dépendra de la réussite de la campagne et de l'évolution de nos partenariats...

Si, enfin, nous devions donner un denier argument pour vous expliquer l'importance de votre geste, nous dirions que trop peu de films défendent des expériences féminines et cherchent à redresser des regards habitués aux inégalités de genre. Financer ce projet, c'est aussi encourager des objets qui se positionnent à contre-courant de la culture dominante, et c'est là que réside la force du financement participatif.

L'équipe

Les comédien.ne.s

En études à l'Acting Studio de Lyon, Noémie Birard interprète notre héroïne, Esther, dont l'environnement économico-religio-éducativo-politico-social (et rien que ça!) l'a fermée au désir.

Comédien et musicien, Aurélien Cavagna se produit tous les mardis à l'Espace Gerson dans son seul-en-scène "Cri du cœur". Ici, il incarne Lucien, le voisin qui, malgré son obsession pour le bien-être de ses sinus, vient réveiller le monde intérieur de sa voisine.

Notamment formée au théâtre du masque et de la commedia dell'arte, Sylvie Chombard joue Kleitoris, un personnage hippie résigné qui redécouvre les joies de la lutte.

Comédienne, autrice et clown, Sarah Brochart interprète Adrénaline, la seule composante corporelle qui n'ait pas encore perdu espoir qu'un jour, peut-être, Esther retrouverait le chemin du désir.

Comédienne, marionnettiste, mime et clown, Alice de Murcia incarne ici Utérus, la petite dernière de l'équipe qui aspire à être plus qu'un ventre.

D'origine ukrainienne, Irina Lytiak est comédienne à l'Agence Rouge Tapis et se produit sur scène comme à l'écran. Elle se métamorphose en Svetlana, professeure de danse tirée aux quatre épingles, à l'origine de la honte traumatique d'Esther.

Membre actif de la THEF (organisation pour un théâtre féministe), Marie-Caroline Guérard apparaît ici sous les traits de Dopamine, cheffe du commando d'hormones.

Etudiante en Master Arts de la scène à Lyon 2 et comédienne dans "Violentes" au théâtre Kantor, Fanny Tuffet a rejoint l'aventure pour incarner Oestrogène, unité du commando dirigé par Dopamine.

Etudiante dans le même master, Augustine Salwa donne des cours de théâtre pour adulte. Elle incarne la comparse d'Oestrogène, Testostérone.

L'équipe technique

Olga Darcel, scénariste et réalisatrice, fait partie de l'atelier réalisation de l'ENS, animé par le scénariste et producteur Bastien Daret, grâce auquel le film a vu le jour. Elle s'intéresse à la fonction et au pouvoir des images.

Kasia Balas, assistante réal fiction autodidacte aux multiples vies et activités. Féministe qui croit au pouvoir des images, elle a été attirée très rapidement par ce projet alliant l'humour et le sujet important du plaisir féminin.

Arnaud Joly, chef opérateur image, étudie en Master Cinéma et audiovisuel à Lyon 2. Il a participé à de nombreux courts-métrages, en tant que réalisateur, chef op, chef électricien, scénariste ou encore monteur.

Andrea Simonetta, scripte et monteur, est l'un des membres les plus expérimentés de l'équipe. Originaire de la région napolitaine, il incarne la définition du touche-à-tout : réalisateur, monteur, scripte, scénariste, vidéaste ...

Benjamin Delobelle, chef opérateur son, perchman et sound designer, est étudiant à l'école CinéCréatis. Il est également sound designer et compositeur chez Auror'Alpes, association de médiation scientifique et de recherche qui a pour but de rendre accessibles et de faire rayonner les Sciences de l’Univers. Quentin Goncalves, ami et camarade de classe, est en charge du mixage et du mastering de la musique.

Lou Gagnieur, cheffe électricienne, est étudiante à l'Arfis. Elle enchaîne projet sur projet.

Laurette Darnault, maquilleuse et coiffeuse, a été formée à Métamorphoses, école de maquillage professionnel et d'effets spéciaux. Elle enchaîne aujourd'hui court-métrages étudiants et plateaux TV.

Guillaume Gendron, compositeur, nous vient tout droit du Quebec. Multi-instrumentiste, il nous concocte 3 titres, jonglant entre le kitch américain des fifties et le genre westernien.

Charles Traboulsi, étalonneur, vient d'arriver de Beyrouth. Virtuoso de la couleur, c'est un professionnel de l'étalonnage publicitaire. Aujourd'hui, il aspire à se spécialiser dans la fiction.

Sans oublier Alexander Borch en chef régie et Iris Deporcq en aide régie, sans qui nous n'aurions pu ni manger ni nous déplacer.

À quoi servira la collecte

Comme l'indique le fameux camembert, Kisskissbankbank prélève une commission de 8% en cas de réussite de la campagne. Nous avons donc tenu à le faire apparaître parmi les dépenses de tournage, afin d'être le plus transparent possible avec vous.

Si votre vue est affutée, vous remarquerez également qu'il n'est mention nulle part de la rémunération de l'équipe. En effet, l'équipe est entièrement bénévole, y compris les professionnels qui ont rejoint le projet. Ainsi, n'importe quel excédent budgétaire permettrait de rémunérer au moins symboliquement chaque membre de l'équipe.

Si nous atteignons 600€, chaque membre recevra 10€ : comme mentionné auparavant, il s'agit avant tout d'un geste symbolique, pour honorer le temps et l'énergie déployés par l'équipe ces dernières semaines.

Choisissez votre contrepartie

5 €

Votre nom en remerciement au générique L'envoi du film une fois fini
  • 11 contributeurs

10 €

Votre nom en remerciement au générique L'envoi du film une fois fini Une invitation à la projection du film à la fin du confinement
  • 22 contributeurs

Faire un don

Je donne ce que je veux