Trait de vie

Documentaire, Agriculture, Écologie

Visuel du projet Trait de vie
Checked circleRéussi
130
Contributeurs
Wednesday, June 03, 2015
Date de fin
5 900 €
Sur 4 900 €
120 %

Les parcours de vie de paysans les 2 pieds et 4 sabots sur terre ! Encouragez un film indépendant !

Suivre et partager
Pourquoi Grenier d’images a recours à la finance participative ?
L’aventure d’un film est toujours collective. Le film prend forme dans l’intimité de ses créateurs, mais il ne voit le jour que lorsqu’il est désiré. De l’idée à sa sortie, il se mue, s’affine et grandit grâce à ses rencontres et ses confrontations avec le monde extérieur. Dans le cas de Trait de vie notre appel à finance participative est une aide au lancement du film. Votre soutien est financièrement indispensable pour démarrer le tournage, et il est socialement vital pour sortir le film du cocon où il s’est formé. Nous comptons sur notre propre communauté, puis sur l’effet de propagation des réseaux sociaux et de la notoriété de la plateforme kisskissbankbank pour que le film connaisse un public dès le tournage.
Existe t-il un système de subvention pour les créations audiovisuelles françaises ?
Il y a un organe qui favorise une économie française du cinéma, c’est le Centre National de la Cinématographie (CNC ). Il attribue une aide automatique à des producteurs et diffuseurs pour un certain volume de programmes télévisuels et cinématographiques. On se pose parfois la question de la distribution de ces subventions pour l’émergence des documentaires de création, au profit d’un gros volume de documentaires « low cost ». Le système audiovisuel actuel ne favorise pas tellement la rémunération des jeunes auteurs, ni même des petites productions qui en auraient la volonté. Beaucoup de documentaristes ont recours au système D ! Cependant le système de finance participative ne doit pas devenir un substitut pour les producteurs qui sont déjà éligibles aux subventions du CNC. Grenier d’images n’est pas (encore !) une production reconnue par le CNC. Si nous voulons faire bénéficier « Trait de vie » de ces aides, nous devons trouver des partenaires en co-production pour des diffusions subventionnées. En attendant, le projet de Grenier d’images c’est aussi la volonté de créer une économie en milieu rural et de faire vivre nos films en Ciné-Rencontres. Une fois de plus votre soutien nous permet de garder la maîtrise de notre production.
Vive l’économie circulaire !
Pour une production audiovisuelle artisanale et indépendante comme Grenier d’images, le principe de la finance participative est un levier indispensable pour exister ! En retour, l’équipe de Grenier d’images a décidé de contribuer chaque mois au financement d’un ou plusieurs projets et aidera à sa communication. Quelle satisfaction quand un projet réussit son pari ! Ce mois-ci nous avons participé à l’aventure de : -Caroline Lelièvre pour le film « Un autre envol » http://www.kisskissbankbank.com/un-autre-envol--2 -Chap de Lune : http://www.kisskissbankbank.com/la-folle-journee-de-chap-de-lune
Grenier d’images est une entreprise de l’économie sociale et solidaire, qu’est-ce que cela signifie ? 
Grenier d’images développe ses activités au sein d’une coopérative d’activités et d’emploi. C’est un moyen pour un entrepreneur ou un collectif à faible effectif de mutualiser certains services comme la comptabilité et de favoriser une installation rapide et progressive. L’objectif de notre activité est d’abord de créer notre propre emploi, car nous sommes entrepreneurs-salariés. Ainsi nous n’avons aucun intérêt à faire du bénéfice. Notre résultat permet de financer nos salaires et de consolider une économie qui favorisera la création de projets cinématographiques. Au-delà du statut, l’économie sociale et solidaire est un état d’esprit. Nous souhaitons vivre de notre travail pour faire vivre la culture du cinéma, par les films que nous produisons et ceux que nous diffusons. Si cette finance participative réussit, ce sera encore une belle expérience de coopération !