Un EP pour les femmes du Kivu

Aidez BALA à financer son premier EP. Ses recettes seront intégralement reversées à l'hôpital Panzi, qui soigne les femmes violées de la RDCongo.

Visuel du projet Un EP pour les femmes du Kivu
Réussi
118
Contributeurs
10/06/2017
Date de fin
7 133 €
Sur 6 998 €
101 %

Un EP pour les femmes du Kivu

Baniere_capkivu-1494954619

 

Notre objectif est simple: financer l'EP 6 titres CAP KIVU, dont les recettes seront intégralement reversées à l'hôpital Panzi. Le rôle de cet établissement est principalement de soigner les (très) nombreuses femmes victimes de violences sexuelles dans la région du Kivu, à l'est de la République Démocratique du Congo. Aujourd'hui théâtre de la plus grande catastrophe humanitaire du monde.

 

Depuis plus de 20 ans, cette région est en proie à une barbarie incroyable, sous le regard indifférent de la communauté internationale. Ce silence a pour objectif évident de masquer les raisons profondes du conflit: le pillage et l'exploitation en cours des ressources minières pharamineuses du Kivu, pour le bien de notre société de consommation.

 

BALA se veut le porte-voix de cette souffrance, à travers un lien qui nous unit tous: la musique.

 

Laissez-nous vous raconter...

 

 

 

 

Posterlegroupe-1494959714

 

Tshim est un musicien autodidacte. À la fois bassiste et chanteur, il a appris par l'expérience, sur le tas, côtoyant des univers musicaux pour le moins... divers !

C’est après une enfance à Kinshasa (RDCongo), et une adolescence passée en Belgique, qu’il s’intéresse à la musique du terroir congolais. Suite à un retour dans son pays natal, il fonde le groupe de rock congolais Ndoki machine, avant d'intégrer les Molokai stars de Viva la musica, avec le regretté Papa Wemba

Lorsqu’il qu’il repart pour l’Europe, posant ses valises en Normandie, il rencontre Sven ...

 

Sven est, depuis son enfance manchoise, une véritable graine de guitariste. Hendrixien de nature: le rock, le blues... c'est son dada.

Durant ses études en musicologie, il fréquente de nombreux musiciens et joue principalement au sein de groupes de rock progressif, entre Rennes et Paris. Après plusieurs années de collaborations vaines, il rentre au bercail, en quête d'absolu... Sa Normandie chérie sera le théâtre de la plus belle rencontre artistique de sa vie: un dénommé Tshim.

 

 

Genèse

 

 

BALA est né de la rencontre de nos deux camarades, et de Gaby, le batteur de Troyes (Aube). Un jour de mars 2015, par le biais de petites annonces. Lorsque Tshim propose une ébauche de répertoire, son groove et la force des premiers refrains font mouche: ils façonneront ensemble les premiers titres de BALA, chantés en lingala*.  En travaillant de répétitions en résidences, ils se découvrent, s’inspirent et peaufinent un répertoire de plus en plus riche. Mis en confiance au fil des concerts, ils imposent un Rock porté par les rythmes des grands lacs africains. Les chevaliers du groove enflamment ainsi les scènes de musiques actuelles (et autres lieux plus insolites) du bocage normand.

 

*Le lingala est l'une des quatre langues parlées en RDCongo. 

 

 

     Lisieuxglobal3_fotor-1491393943

 

 

Seconde naissance

 

 

Après une belle année de collaboration, Gaby le batteur décide de prendre un autre chemin, et quitte le groupe.

 

BALA prend alors une toute autre dimension. Le duo Tshim/Sven multiplie par cinq le nombre de répétitions hebdomadaires, et transforme le répertoire en le réarrangeant intégralement: trio de cuivres, quatuor à cordes, percussions africaines... la révolution est en marche.

 

 

Groupe-bala_fotor-convertimage-1494685393

 

Une grande musique pour de grands combats

 

 

Investi d'une énergie nouvelle, le groupe s’engage pour une cause qui fait de lui le porte étendard des peuples sans voix du Kivu. De ce fait, BALA décide de ne pas s’en tenir à dénoncer ces faits en musique, mais s’organise pour oeuvrer par des actions fortes. La première d'entre elles commence aujourd'hui, avec CAP KIVU. Mais les deux compères ont plus d'un tour dans leur sac: un film, de grands événements caritatifs avec une couverture médiatique digne de ce nom... et ça se passera sur place, au Congo, à l'hôpital Panzi et dans les camps de réfugiés du Kivu. 

 

Désormais c'est votre choix: La pilule bleue, vous détournez le regard et rien ne change. La pilule rouge, vous devenez acteur d'un projet artistique ambitieux, et d'un combat pour l'avenir de notre humanité.

 

À quoi servira la collecte

- 1500€ 5 jours de prises en studio (du 19 au 21 juin et du 4 au 5 septembre)  

 

- 500€ défraiement des musiciens  

 

- 900€ mixage (fin septembre)

 

- 600€ mastering (début octobre)

 

- 1000€  pressage cd 

 

- 450€  droits SDRM (Société pour l'Administration du Droit de Reproduction Mécanique)

 

- 1500€ frais de promotion (merchandising, graphisme…)    

 

- 548€ commission KissKissBankBank

 

TOTAL 6998€

 

Si par bonheur nous arrivons à dépasser cette somme, l'excédent servira à la promotion de l'EP (Clip vidéo, making of, merchandising...).

 

Nous espérons pouvoir annoncer la sortie officielle de l'EP en Novembre 2017.

 

Sachez que l'intégralité des fonds sera d'abord versée sur le compte bancaire de notre association: TOP BALA. Nous travaillerons à la plus grande transparence concernant la dépense des fonds, en parfait accord avec la convention que nous avons signés avec la direction de l'hôpital Panzi.

Votre confiance est ce que nous avons de plus précieux.

 

À vous de jouer <3

 

Nous remercions déjà mille fois:

 

- Thomas Lelerre, pour ses talents de réalisateur / monteur / conseiller.

- Antoine "Kroma Tick" Huguier, graphiste de son état.

- Gaby "Bibi" Bracho, traductrice en chef.

- Christophe "Tonton" Picot, l'arme secrète.

- L'hôpital Panzi, Friends of Congo, Les Films de la Passerelles, tous exemple d'humanité, de courage et de dévouement. 

- Et Cécilia, notre guide dans cette aventure. 

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux