Mobilisons-nous pour les femmes sans-abri en finançant un lieu centré sur l'hygiène et en améliorant les prestations d'accueil.

Large_ssp-1527515042

Présentation détaillée du projet

 

Pour des femmes sans abri, qui passent une grande partie de leur journée dehors, dans le métro, les gares, des lieux publics bruyants, grouillants, et pollués, se défaire de la saleté accumulée de la journée, réelle mais aussi symbolique, est essentiel.

 

Dans la continuité de ses actions envers les femmes sans abri dans le cadre de la campagne #LaRueAvecElles le Samusocial de Paris souhaite financer sur KissKissBankBank la mise en œuvre d’un lieu d’hygiène et de bien-être que la Ville de Paris mettra prochainement à disposition pour y accueillir les femmes sans-abri.

 

Le choix de se concentrer sur un lieu destiné à l’hygiène qui soit réservé aux femmes et pensé pour elles part du constat de la faible fréquentation des bains-douches par les femmes en situation de grande précarité ou à la rue, qui s’explique notamment par les difficultés que peuvent représenter pour elles des lieux de ce type :

  

- Mixtes et très majoritairement investis par les hommes avec lesquels il leur faut encore composer, quand leur parcours d’errance, migratoire et/ou à la rue est parsemé de violences et marqué par leur vulnérabilité vis-à-vis des hommes.

  

- Peu adaptés dans leur fonctionnement (durée d’accès aux douches limitée à 20 minutes par exemple) et leurs équipements inadéquats à leur besoin d’intimité dans leur rapport à l’hygiène (collectif, peu d’espace individuel) 

 

Au-delà de la prise en charge sociale, l'attention apportée au bien-être du corps (toilette, soin du corps, des cheveux, etc.) et à la présentation de soi constituent un besoin primordial pour les femmes, permettant de maintenir l'estime de soi. Si les douches municipales sont aujourd'hui peu fréquentées par celles-ci, c'est, témoignent-elles, du fait de leur mixité et de modalités inadaptées.

 

Cette initiative est soutenue par Claire Lajeunie : "À Paris, il n'y a qu'une seule ligne pour trouver un lit, c'est celle du 115, le Samusocial. Un standard saturé, 4 000 appels par jour. Et quand on a la chance de trouver une place, ces femmes y vont la peur au ventre parce que dans ces centres, tout le monde se mélange : les hommes et les femmes. Le jour c'est un peu plus facile, il y a des lieux qui les accueille pour faire les papiers et prendre une douche mais très peu de lieux sont réservés aux femmes. Ce sont des petites bulles qu'elles apprécient vraiment. Pour se laver, c'est encore une galère. La plupart vont aux bains-douches municipaux : c'est gratuit, beaucoup de monde : des retraités, des étudiants, des SDF. Et encore une fois, tout le monde se mélange : les hommes et les femmes. Pas de vestiaires spécifiques, pas de douches, pas de toilettes pour les femmes. Dans ce monde parallèle où les hommes sont bien plus nombreux que les femmes, les femmes ont peur. Depuis que je les ai rencontrées, je pense à elles tous les matins quand je me mets de la crème ou du parfum, je me dis que j'ai de la chance, elles m'ont appris à relativiser. J'ai organisé une projection pour leur montrer mon film. Elles étaient là pour se voir sur grand écran, elles avaient peur. À la fin, l'une d'entre elles est venue me voir et m'a dit "je me suis trouvée belle", j'avais gagné une partie du combat". 

À quoi servira la collecte ?

Le Samusocial de Paris a besoin de vous pour faire vivre ces espaces bains douches réservés aux femmes. Chaque palier permettra d’améliorer les prestations d’accueil.

  

   

  

  

Derniers commentaires

Thumb_default
Super initiative plus que nécessaire !
Thumb_default
Très beau projet, bravo!
Thumb_13268220_10154077519145211_8157122346287226900_o-1488295453
On pense trop peu aux femmes et à leurs besoins... Un petit geste pour contribuer à de meilleures conditions !