VOICI MON CŒUR / Seule en scène

Soutenez la création de Voici mon cœur ! Un seule en scène sensible et introspectif : le solo qui décortique la solitude...

Visuel du projet VOICI MON CŒUR / Seule en scène
Réussi
60
Contributions
16/12/2019
Date de fin
2 295 €
Sur 2 000 €
115 %
Autoproduction
culturelle

VOICI MON CŒUR / Seule en scène

<h2 style="margin-left:40px"><strong>DE QUOI &Ccedil;A PARLE ?</strong></h2> <p><strong><em>Voici mon c&oelig;ur</em></strong>, c&#39;est une femme seule, qui cherche &agrave; tout prix &agrave; comprendre sa solitude. Elle&nbsp;la diss&egrave;que, la po&eacute;tise, la tourne dans tous les sens. Y&#39;a des arbres dans son cerveau qui poussent, c&#39;est la jungle. Et dans son ventre des galaxies qui poussent. Dans sa bouche &ccedil;a se presse. Elle serre les dents. Elle lutte avec elle-m&ecirc;me. Seule dans sa chambre, dans le monde, avec toi, avec les autres, seule dans le cosmos, seule avec son sexe, son cr&acirc;ne,&nbsp;toute sa chimie interne, seule dans ses entrailles. Elle cherche des r&eacute;ponses avant que &ccedil;a explose.&nbsp;</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/630213/_DSC2908bis-1573334834.jpg" width="100%" /></p> <p style="text-align:right">photo : Louise Rustan</p> <h2 style="margin-left:40px"><strong>LE PROJET</strong></h2> <p>J&#39;avais envie depuis longtemps de me frotter au <strong>seule en sc&egrave;ne</strong>, et d&#39;y parler de <strong>solitude</strong>. De partager des questions existentielles avec le monde. C&#39;est quoi &ecirc;tre seul.e ? Pourquoi on est seul.es ? Pourquoi on se sent seul.es ? Comment on fait pour rencontrer l&#39;Autre ? Comment on fait pour aimer&nbsp;?&nbsp;</p> <p>Ces grands questionnements, qui traversent la litt&eacute;rature, la philosophie, l&#39;art, je m&#39;en empare &agrave; mon tour. J&#39;ai envie de leur pr&ecirc;ter ma bouche et mes mots de jeune com&eacute;dienne, de leur donner de l&#39;&eacute;clat, de l&#39;&eacute;cho, de l&#39;humour, du corps. Avec la fine &eacute;quipe qui porte ce projet, nous voulons cr&eacute;er&nbsp;<strong>une pi&egrave;ce sensible, juste, esth&eacute;tique et incisive</strong>. Une pi&egrave;ce qui fait entrer en soi, et qui sait ce qu&#39;il s&#39;y trouve !&nbsp;</p> <blockquote> <p>&quot;Faire de l&#39;art expose une soci&eacute;t&eacute; &agrave; elle-m&ecirc;me. L&#39;art met en lumi&egrave;re les choses. Il nous illumine. Il jette une lueur dans le c&oelig;ur de notre obscurit&eacute; et dit &quot;Tu vois ?&quot;. L&#39;art ouvre les armoires, a&egrave;re les caves et les greniers. Il apporte la gu&eacute;rison. Mais avant qu&#39;une blessure ne puisse &ecirc;tre gu&eacute;rie, elle doit &ecirc;tre vue, expos&eacute;e &agrave; l&#39;air et &agrave; la lumi&egrave;re. Cette exposition constitue l&#39;acte de l&#39;artiste.&quot; &ndash; <em>Julia Cameron</em></p> </blockquote> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/630209/38_Croppedbis-1573334165.jpg" width="100%" /></p> <p style="text-align:right">photo : Antoine Dupire</p> <p>Pour la cr&eacute;ation de <em>Voici mon c&oelig;ur</em>, nous avons explor&eacute; et partag&eacute; nos univers scientifiques, po&eacute;tiques, photographiques, cin&eacute;matographiques, chor&eacute;graphiques, th&eacute;&acirc;traux, musicaux... Ensemble, nous avons lu, &eacute;cout&eacute;, visionn&eacute;, document&eacute; <strong>notre r&ecirc;ve commun de cette pi&egrave;ce</strong>. Nous avons d&eacute;couvert le son des plan&egrave;tes, le fonctionnement chimique du cerveau, nous avons bricol&eacute; de la cage &agrave; poule et du papier m&acirc;ch&eacute;, nous avons fait fondre des Playmobils &agrave; la torche et &agrave; l&#39;ac&eacute;tone,&nbsp;nous avons lanc&eacute; des cailloux dans l&#39;eau, &eacute;cout&eacute; de la grosse techno, regard&eacute; d&#39;innombrables vid&eacute;os sur YouTube...</p> <p>Au-del&agrave; du travail de texte et de jeu, nous accordons une grande importance &agrave; <strong>l&#39;esth&eacute;tique de la pi&egrave;ce : la sc&eacute;nographie, la lumi&egrave;re, le corps</strong>. Nous avons pens&eacute; ensemble ces &eacute;l&eacute;ments, leur conception, leur coh&eacute;rence. Non seulement th&eacute;&acirc;tral, le spectacle sera aussi dans&eacute; !</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/630207/75_croppedbis-1573331994.jpg" width="100%" /></p> <p style="text-align:right">photo : Antoine Dupire</p> <p>Les diff&eacute;rentes &eacute;tapes de cr&eacute;ation du projet incluent<strong> l&#39;&eacute;criture du texte, la mise en sc&egrave;ne, la cr&eacute;ation sc&eacute;nographique, la cr&eacute;ation chor&eacute;graphique et la cr&eacute;ation lumi&egrave;re</strong>. Tout cela repr&eacute;sente environ 5 semaines de cr&eacute;ation. Notre premier rendez-vous sc&eacute;nique est en janvier, au Gai Savoir, &agrave; Lyon. Par la suite, nous voudrions affiner encore le travail sc&eacute;nographique, et <strong>int&eacute;grer une cr&eacute;ation sonore</strong>. Nous destinons ce spectacle &agrave; pouvoir &ecirc;tre jou&eacute; dans <strong>tout type de lieux</strong> : th&eacute;&acirc;tres, biblioth&egrave;ques, maisons de retraite, centres sociaux, chez l&#39;habitant... C&#39;est aussi un spectacle autour duquel nous souhaitons articuler des <strong>actions de m&eacute;diation</strong> : ateliers de pratique th&eacute;&acirc;trale, initiation &agrave; la lumi&egrave;re, ateliers d&#39;&eacute;criture, rencontres.&nbsp;</p> <p>Extrait du texte :&nbsp;</p> <blockquote> <p>Tous les c&oelig;urs sont pas des baleines hein ! Moi si. Une baleine c&#39;est pas fait pour &ecirc;tre &eacute;chou&eacute;e sur une plage. Vous saviez qu&#39;une baleine &eacute;chou&eacute;e &ccedil;a peut exploser ? Si elle reste trop longtemps sur la plage, elle meurt, elle commence &agrave; pourrir, elle accumule en elle des gaz&nbsp;de fermentation et BOUM !&nbsp;&Eacute;clatement d&#39;entrailles.</p> </blockquote> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/630930/_DSC2884bis-1573595867.jpg" width="100%" /></p> <p style="text-align:right">photo : Louise Rustan</p> <p style="margin-left:40px"><strong>L&#39;&Eacute;QUIPE</strong></p> <p><strong>Juliette Donner, autrice et interpr&egrave;te</strong></p> <p>Elle int&egrave;gre en 2010 la sp&eacute;cialit&eacute; th&eacute;&acirc;tre de la <strong>classe pr&eacute;paratoire A/L au lyc&eacute;e &Eacute;douard Herriot</strong> (Lyon 6), o&ugrave; elle &eacute;tudie pendant trois ans. Elle rejoint ensuite <strong>l&#39;universit&eacute; Lyon 2</strong> o&ugrave; elle r&eacute;dige son m&eacute;moire sous la direction d&#39;Olivier Neveux. En 2014 elle quitte ses premi&egrave;res amours th&eacute;oriques pour entrer &agrave; l&#39;&eacute;cole professionnelle de com&eacute;diens d&#39;<strong>Arts en Sc&egrave;ne</strong> (Lyon 7), o&ugrave; elle se forme aux c&ocirc;t&eacute;s d&#39;artistes tels que Mohamed Brikat, Fabien Albanese, Nicolas Ramond, Catherine Anne, Baptiste Guiton, entre autres. &Agrave; la sortie d&#39;&eacute;cole, elle cr&eacute;e avec ses coll&egrave;gues la compagnie Fi&egrave;vre avec laquelle elle se consacre &agrave; la cr&eacute;ation plateau&nbsp;(<em>Finir &agrave; la nage</em>, cr&eacute;ation collective 2018 &ndash; <em>Cr&acirc;ne</em>, cr&eacute;ation collective en cours pour 2020). Parall&egrave;lement, elle travaille en tant que com&eacute;dienne sur diff&eacute;rents projets de th&eacute;&acirc;tre contemporain, mais aussi en tant que metteuse en sc&egrave;ne, assistante &agrave; la mise en sc&egrave;ne et p&eacute;dagogue.&nbsp;</p> <p style="text-align:center"><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/630216/60841642_2201857519870145_7648231478702112768_n__1_-1573335246.jpg" width="100%" /></p> <p><strong>Maxime Grimardias, metteur en sc&egrave;ne</strong></p> <p>Com&eacute;dien dipl&ocirc;m&eacute; de <strong>l&rsquo;ENSATT</strong> en 2018, il d&eacute;couvre le th&eacute;&acirc;tre &agrave; l&rsquo;&acirc;ge de 12 ans en participant &agrave; des ateliers au <strong>Th&eacute;&acirc;tre du Sycomore</strong> (en Ard&egrave;che). A 18 ans, il obtient son BAFA Th&eacute;&acirc;tre et se passionne de p&eacute;dagogie. Il propose &agrave; son tour des ateliers th&eacute;&acirc;tre sur la langue de Shakespeare pour des adolescent&middot;e&middot;s. A la m&ecirc;me p&eacute;riode, il participe au festival Bunte B&uuml;hne (&agrave; Felbach en Allemagne) o&ugrave; il m&egrave;ne des ateliers, en anglais. Il d&eacute;couvre alors le plaisir de mettre en sc&egrave;ne et d&eacute;veloppe des comp&eacute;tences en r&eacute;gie lumi&egrave;re. A la <strong>Com&eacute;die de Valence</strong>, c&rsquo;est aux c&ocirc;t&eacute;s de Christian Giriat qu&rsquo;il go&ucirc;te au plaisir du jeu avec d&rsquo;autres auteurs. A 21 ans, il entre &agrave; la formation d&rsquo;acteur d&rsquo;<strong>Arts en Sc&egrave;ne</strong> (Lyon). Int&eacute;ress&eacute; par l&rsquo;&eacute;conomie, il profite, au cours de son cursus &agrave; l&rsquo;ENSATT (2015-2018), de travailler sur son solo traitant de la finance, &eacute;crit par Tha&iuml;s Beauchard De Luca. Il int&egrave;gre en 2018 le collectif offense o&ugrave; il participe &agrave; la cr&eacute;ation de (assez grand pour deux) FLAQUES et de Anatomie du d&eacute;part.</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/630217/61117219_322959288582712_2143842903007428608_n__1_-1573335298.jpg" width="100%" /></p> <p><strong>Louise Rustan, conceptrice lumi&egrave;re et sc&eacute;nographe&nbsp;</strong></p> <p>Dans sa formation initiale, Louise s&#39;int&eacute;resse de pr&egrave;s &agrave; la sc&eacute;nographie, d&#39;abord &agrave; <strong>l&#39;ESAA Duperr&eacute;</strong> o&ugrave; elle suit un BTS Design d&#39;Espace mention sc&eacute;nographie (2014-2016), puis &agrave; <strong>l&#39;Ecole sup&eacute;rieur d&#39;art et de design de Marseille</strong> en option art (2016-2017). Elle int&egrave;gre ensuite le parcours Lumi&egrave;re de la promotion 79 de <strong>l&#39;ENSATT</strong>, o&ugrave; elle &eacute;tudie encore actuellement. Sa pratique de la conception lumi&egrave;re s&#39;enrichit de sa premi&egrave;re formation de sc&eacute;nographe, et elle s&#39;int&eacute;resse &agrave; la lumi&egrave;re comme &eacute;l&eacute;ment de structure du corps et de la sc&egrave;ne. Elle est tour &agrave; tour r&eacute;gisseuse et conceptrice sur les ateliers-spectacles de l&#39;Ensatt, mais &eacute;galement &agrave; l&#39;ext&eacute;rieur de l&#39;&eacute;cole : elle est r&eacute;gisseuse d&#39;accueil sur le festival de marionnettes MIMA! &agrave; Mirepoix, conceptrice lumi&egrave;re pour la compagnie de danse ACS, ou encore r&eacute;gisseuse d&#39;accueil du 11-Guilgamesh en Avignon 2018.</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/630219/60961879_597973274042083_5522697415687143424_n__1_-1573335329.png" width="100%" /></p> <p><strong>Anna Bassuel, regard chor&eacute;graphique</strong></p> <p>Danseuse contemporaine, elle s&#39;est form&eacute;e trois ans au <strong>CfDd</strong> &agrave; Lyon. Se destinant initialement &agrave; l&#39;agriculture tropicale, elle d&eacute;tourne ses pas de ce milieu, d&eacute;&ccedil;ue par les organisations &eacute;conomiques sous-jacentes et leurs cons&eacute;quences d&eacute;sastreuses. Passionn&eacute;e de danse, elle a toujours souhait&eacute; d&eacute;couvrir diverses fa&ccedil;ons de se mouvoir et de penser. Sa gestuelle contemporaine est teint&eacute;e de danses maliennes, congolaises, ou encore de krump. Sa danse s&#39;axe particuli&egrave;rement autour de la th&eacute;&acirc;tralit&eacute; du mouvement dans&eacute;, en liant sa pratique &agrave; celle du clown, du th&eacute;&acirc;tre et du jeu masqu&eacute;. Depuis 2017, elle est &eacute;galement chor&eacute;graphe, avec la cr&eacute;ation partag&eacute;e du duo Empreintes, en danse de rue avec M&eacute;lanie Duret, et la cr&eacute;ation en cours du projet Les bandes passantes.&nbsp;</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/630220/73482855_469839213667302_8263926602635673600_n-1573335357.jpg" width="100%" /></p> <p>Ce seule en sc&egrave;ne est port&eacute; par la <strong>compagnie Fi&egrave;vre</strong>, cr&eacute;&eacute;e d&eacute;but 2017. Fi&egrave;vre regroupe six&nbsp;com&eacute;diens et com&eacute;diennes issu.e.s de plusieurs &eacute;coles lyonnaises. R&eacute;unis autour de l&#39;envie commune de fabriquer du th&eacute;&acirc;tre qui leur ressemble, Caroline Baguet, Lucile Bouchet, Ana&euml;lle Croiset, Juliette Donner, St&eacute;phane Rotenberg et L&eacute;onard Stefanica s&#39;adonnent ensemble &agrave; la <strong>cr&eacute;ation collective</strong> et &agrave; la <strong>cr&eacute;ation plateau</strong>. D&eacute;s le d&eacute;but, leur travail est accompagn&eacute; d&#39;une pratique d&#39;&eacute;criture, et les premiers spectacles s&#39;&eacute;crivent dans un aller-retour entre la sc&egrave;ne et la table.</p> <p>Ensemble, ils inventent un th&eacute;&acirc;tre qui est &agrave; la fois th&eacute;&acirc;tre de texte et de parole, et th&eacute;&acirc;tre physique, influenc&eacute; par la performance. La volont&eacute; de la compagnie est d&#39;&ecirc;tre en prise avec des th&eacute;matiques br&ucirc;lantes pour les com&eacute;diens et com&eacute;diennes : ils sont la mati&egrave;re premi&egrave;re de la cr&eacute;ation, c&#39;est donc toujours &agrave; partir de leurs pr&eacute;occupations, leurs r&ecirc;ves, leurs r&eacute;voltes, leurs ambitions etc, que se cr&eacute;&eacute;s les spectacles.</p> <p>Leur premier spectacle, <em>Finir &agrave; la nage </em>(cr&eacute;ation collective 2018) traite du deuil, de l&#39;errance de la jeunesse et de l&#39;identit&eacute; dans les territoires p&eacute;ri-urbains. Leur deuxi&egrave;me cr&eacute;ation en cours, <em>Cr&acirc;ne, </em>mise en sc&egrave;ne par L&eacute;onard Stefanica,<em> </em>porte sur la r&eacute;pression, la perte du sacr&eacute;, la r&eacute;volte, et la puissance des syst&egrave;mes sociaux.</p> <p>Forte de cette identit&eacute;, la compagnie s&#39;ouvre fin 2018 &agrave; la collaboration avec d&#39;autres artistes d&#39;horizons divers, et produit notamment <em>Lila, </em>solo de sortie du GEIQ de B&eacute;reng&egrave;re Sigoure, traitant du terrorisme, ainsi que <em>V&eacute;nus &ndash; femmes po&egrave;tes, </em>textes d&#39;autrices<em> </em>mis en sc&egrave;ne par Julien Lopez. La collaboration avec Maxime, Louise et Anna&nbsp;pour <em>Voici mon c&oelig;ur</em> s&#39;inscrit dans cette dynamique.</p>

À quoi servira la collecte

<p>Cette collecte nous permettra de produire d&eacute;cemment le spectacle, dans des conditions confortables. D&#39;une part, nous pourrons nous rembourser les frais engag&eacute;s, mais aussi porter plus loin le projet.&nbsp;</p> <p>Jusqu&#39;&agrave; maintenant, la plupart des frais engag&eacute;s le sont de notre poche, ainsi qu&#39;une petite contribution des chapeaux de sorties de r&eacute;sidence. Notre compagnie n&#39;est pas subventionn&eacute;e, et fonctionne sur une petite &eacute;conomie, les fonds priv&eacute;s sont donc une mani&egrave;re alternative pour nous de produire le spectacle.</p> <p>Evidemment, la recette du partage de billetterie en janvier nous servira aussi &agrave; amortir tous ces frais.&nbsp;</p> <p>Nous avons cherch&eacute; &agrave; nous procurer une grosse partie de nos besoins mat&eacute;riels &agrave; moindre frais : nous achetons chez Emma&uuml;s, en brocante, en magasin discount, nous nous faisons offrir ou pr&ecirc;ter du mat&eacute;riel et utilisions des mat&eacute;riaux peu co&ucirc;teux.&nbsp;</p> <p>Ces 2000&euro;, c&#39;est d&#39;abord nos frais existants :</p> <ul> <li>la sc&eacute;nographie (10 kg de ouate et un volcan en papier m&acirc;ch&eacute;, cage &agrave; poule et peinture) = 300&euro;</li> <li>les accessoires (bocaux, jouets, ustensiles de cuisine) = 50&euro;</li> <li>les costumes = 50&euro;</li> <li>l&#39;achat de mat&eacute;riel technique (projecteurs, c&acirc;bles, outils) = 100&euro;</li> <li>les frais de r&eacute;sidence (d&eacute;placements, location de salle) = 200&euro;</li> <li>et un petit bout pour les super contreparties qu&#39;on vous propose ;)&nbsp;</li> </ul> <p>Mais c&#39;est aussi une suite confortable :</p> <ul> <li>nous pourrons nous faire faire une cr&eacute;ation sonore par un.e artiste comp&eacute;tent.e, en lien avec l&#39;univers du spectacle, et habiller mieux encore notre esth&eacute;tique (et vous pourrez &agrave; votre tour entendre le son des plan&egrave;tes, <em>on stage</em> !) = 300&euro;</li> <li>en compl&eacute;ment de la billetterie, nous pourrons payer toutes nos repr&eacute;sentations en janvier ! = 900&euro;</li> </ul> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/630229/ChartGo-1573339767.png" width="100%" /></p> <p>En nous soutenant, vous permettez &agrave; ce projet qui nous anime de voir le jour dans de super conditions ! C&#39;est un encouragement qui signifie beaucoup pour nous alors d&#39;avance, merci mille fois...</p> <p>&nbsp;</p> <p>Si nous d&eacute;passons notre objectif, de nouveaux horizons s&rsquo;offrent &agrave; nous : nous pourrons envisager d&rsquo;approfondir notre recherche sc&eacute;nographique, notamment de cr&eacute;er et d&rsquo;essayer des &eacute;l&eacute;ments de d&eacute;cor sculpt&eacute;s en ouate. Nous pourrons envisager d&rsquo;agrandir l&rsquo;&eacute;quipe en travaillant avec un.e concepteur.rice son sur un temps plus long et plus abouti,&nbsp;plut&ocirc;t que ponctuellement pour la simple cr&eacute;ation d&rsquo;une bande son, ce qui serait un r&eacute;el confort artistique !&nbsp;Nous pourrons aborder avec plus de s&eacute;r&eacute;nit&eacute;&nbsp;tous les aspects administratifs qui sous-tendent le projet et qui demandent un travail consid&eacute;rable et des investissements. Nous pourrions investir &eacute;galement dans un vid&eacute;o projecteur pour faire de nouveaux tests de lumi&egrave;re et affiner notre recherche dans la sculpture du corps et de l&rsquo;image.</p> <p>Merci d&rsquo;avance &agrave; tous et toutes pour votre soutien !!!</p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux