C'est la goutte d'eau

Soutenez le film "C'est la Goutte d'Eau" - une odyssée en Méditerranée sur KissKissBankBank ! Un film de Yasmina Farber

Visueel van project C'est la goutte d'eau
Geslaagd
71
Backers
06/07/2019
Einddatum
€10.215
Voor €10.000
102 %

C'est la goutte d'eau

LE PITCH

« C’est la Goutte d’Eau », c’est un film documentaire sur une aventure de notre temps.

HUMANISTE. MILITANTE. SOLIDAIRE. DRÔLE. ÉMOUVANTE.

Le film raconte le périple en voilier  d'un couple animé par le théâtre  qui part sur les routes migratoires de la Méditerranée, cette  mer devenue le tombeau de 30000 personnes depuis 10 ans.

Leur  pièce itinérante  "Une goutte à la mer", jouée de Marseille à Lesbos en Grèce, est un hommage à tous les réfugiés embarqués sur des bateaux de fortune et à tous les solidaires qui oeuvrent partout en France, en Italie et en Grèce  pour tenter de les sauver et de sensibiliser l'opinion à leur sort. 

Pendant 5 mois, j'ai filmé leur odyssée en Méditerranée  à bord de ce bateau-théâtre.

 

 

LA GENÈSE DE L'ODYSSEE

« Il n’ y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous » (Paul Eluard) 

Le projet d’Emilien Urbach et Mandine Guillaume est l’un de ces rendez-vous, comme  une bouteille à la mer qui aurait  croisé ma route.

Tout a commencé sur ma messagerie Messenger en août 2017. Une amie me faisait suivre la demande de financement participatif d'un bateau-théâtre.

Je revenais du Festival d'Avignon et j'avais été frappée par la force de certaines pièces dont les thématiques étaient bien réelles: que ce soit le récit d'un père qui raconte la perte de son bébé,  ou le sort des enfants soldats en Afrique mis en scène à l'aide de marionnettes géantes.

L'émotion suscitée par ces performances - grâce à la puissance de la scénographie et au  jeu des acteurs - avait réussi à faire passer des messages et à éveiller les réflexions, tout autant que des reportages. 

J'étais précisément dans un moment de réflexion sur la façon de réaliser mes futurs films. Sur le traitement et le choix des thématiques.

A la lecture du dossier qui expliquait le projet d'Emilien et Mandine, j'ai plongé!

J'ai imaginé le film, le récit au fil de l'eau, le théâtre comme prisme de l'actualité brute. 

L'histoire de  "C'est la Goutte d'Eau" m'est apparue comme une évidence que j'ai portée sur de longs mois. 

Un voyage, un couple engagé, une démarche artistique, une aventure pour aller à la rencontre des sauveteurs et de migrants… J’ai été emballée immédiatement.  J’ai voulu  en faire un film.  Absolument.

« C’est la Goutte d’ Eau»… Rien que le titre interpelle, sonne et résonne dans mes oreilles. Comme ces gouttes d’eau qui font les grandes rivières. Mais aussi comme ces gouttes qui nous tapent sur les nerfs, nous torturent quand nous n’arrivons pas arrêter la fuite.

C’est cette  goutte d’eau de citoyenne et de réalisatrice qui résonne dans ma conscience depuis tant d’années. 

2005 : Je suis abasourdie devant "Envoyé Spécial" sur France 2 en regardant le reportage « la traversée clandestine » de Grégoire Deniau  (Prix Albert Londres). Une immersion dans l’enfer vécu par des clandestins africains qui rêvent de fuir vers l’Espagne aux mains de passeurs sans foi ni loi.

2015 : Je suis bouleversée devant un document signé Franck Genauzeau et Giona Messina au journal télévisé de 20 heures sur France 2. Les regards de ces hommes,  ces femmes et ces enfants pétrifiés de peur sur leur coquille de noix qui tombe en panne dans la nuit méditerranéenne sont gravés dans ma mémoire.

2015 : Je suis au bord de la nausée devant la photo d’Aylan Kurdi, cet enfant de trois ans, le visage posé sur le sable sur une plage de Bodrum en Turquie.

Au fil de ma carrière, j’ai croisé nombre de  destins brisés, vécu des guerres et des attentats mais je n’étais pas encore partie sur ces chemins-là. 

Ceux des vies qui basculent pour laisser derrière eux les racines et le passé quel que soit le prix à payer. 

L’Odyssée d’Emilien et Mandine était  bien ce déclencheur qu’il me fallait pour raconter cette histoire d’exils.

 

 

RESUMÉ

L’été 2018, une troupe de théâtre se lance dans une aventure un peu folle.

Partir en voilier sur les routes migratoires de la Méditerranée et jouer sur les quais des ports une pièce qui traite du sort des réfugiés et de son impact sur nos consciences occidentales.

Le bateau théâtre l'Hétérotope....

Cette pièce s’appelle « Une goutte à la mer».

Elle a été écrite par Emilien Urbach et Mandine Guillaume, tous deux directeurs de compagnies de théâtre et metteurs en scène  dans les Alpes Maritimes.

Ces artistes, très engagés depuis toujours dans des causes humanitaires,  se sont inspirés de leur séjour sur l’Aquarius en août 2016, le célèbre bateau sauveteur de SOS MEDITERRANEE.

En vivant  au rythme des premiers sauvetages,  ils ont interrogé l’équipage, les bénévoles, les rescapés, et ils  leur ont fait écrire des messages qu’ils ont mis dans des bouteilles, pour créer cet acte symbolique de la bouteille à la mer.

De prime abord, la démarche semblait  décalée. Mais tout le monde a joué le jeu et a ressenti ce besoin d’écrire un message à cette Méditerranée, aux survivants des naufrages, aux  disparus aussi.

©Isabelle Serro Emilien et Mandine à bord de l'Aquarius en 2016

Quelques mois plus tard, le couple a donc écrit une pièce de théâtre qui met en parallèle le destin  d’un couple occidental dont la femme est en train d'accoucher sur un bateau   et celui d'une femme africaine,  enceinte elle aussi, qui souhaite rejoindre son amoureux en Angleterre, pendant  le tristement célèbre naufrage de réfugiés à Lampedusa en octobre 2013.

 

Une parabole sur notre monde malmené par les flux migratoires, la peur de l’étranger, l’indifférence ou la solidarité.

Et quelle scène plus appropriée que la Méditerranée elle-même pour jouer ce spectacle.

Emilien et Mandine ont donc bravé vents et marées - au sens propre comme au figuré – pour trouver des fonds, acheter un voilier, traduire la pièce en Italien et en Grec et partir en mer plusieurs mois, comme des troubadours, avec Rita  leur bébé de 10 mois.

 

Port-de-Bouc, Menton, Gênes, Palerme, Catane, Lesbos…. A chaque escale,  ils ont rencontré les humanitaires et des politiques européens qui gèrent le drame migratoire au quotidien, organisé des ateliers débats pour faire le point sur la situation du moment. Ils ont également recueilli  les témoignages de réfugiés sur place.

Ibrahim 18 ans écrit son témoignage à Catane.

Vivre ces rencontres au fil de l’eau - entre les péripéties du voyage à la voile, la création du spectacle dans des lieux complexes, la précarité de notre troupe avec un bébé en bas âge dans la canicule estivale, les galères du quotidien… - a donné à ce projet une dimension unique.

Cette « goutte d’eau » pour parler de la cause migratoire est une goutte de plus qui alimente le torrent d’indignation mais aussi d’amour pour ces humains en détresse  qui sont simplement  nos pairs.

Nous avons ensemble rencontré des politiques comme Pierre Dharréville, député communiste  des Bouches du Rhône ou Leoluca Orlando, le charismatique et engagé maire de Palerme. Nous avons été en prise directe avec  l'actualité et les coups de théâtre de l'été:  la décision de Matteo Salvini, Ministre de l'Intérieur, de fermer les ports italiens à l'Aquarius de SOS Méditerranée avec à bord des dizaines de rescapés.

Nous avons été au coeur de mobilisations citoyennes à Gênes notamment.

Autant d'événements qui nous ont confortés dans le bien-fondé de ce voyage artistique et militant au coeur de la Méditerranée.

Manifestation à Gênes suite à la fermeture des ports

 

 

LE PARI

Quel pari fou pour tous les protagonistes de cette aventure qui s’est déroulée cet été 2018.

 

« C’est la Goutte d’Eau » c’est le cri d’un couple engagé et amoureux de leur Méditerranée qui se transforme en frontière mortelle, et souvent en tombeau.

C’est l’envie de créer un lien concret entre toutes les populations méditerranéennes impliquées dans cette crise.

Pour Mandine et Emilien, c’est à la fois une aventure au long cours et une goutte d’eau pour faire leur part de citoyens du monde.

 

Émilien Urbach : 40 ans - auteur de théâtre, directeur artistique de la Cie Sîn et journaliste spécialisé sur les sujets liés aux migrations pour l’Humanité.

  « Enfant j’ai compris le monde en punaisant une carte  postale sur le mur de ma chambre. Dessus, il était écrit : « Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, où que ce soit dans le monde. » Plus grand, j’ai choisi d’arpenter le monde. De faire de ce qui est loin, ma proximité. De ce qui m’est étranger, mon habitude. De l’altérité, mon intimité. Du réel, ma théâtralité. De toute relation, le tremblement d’où naît une mondialité toujours  renouvelée.

Le théâtre m’a offert de pouvoir vivre comme le mur de ma chambre d’enfant me sommait d’exister. "

Mandine Guillaume : 40 ans - auteur de théâtre, directrice artistique d’Arnika Cie et du Lavoir théâtre de Menton, dans les Alpes Maritimes.

« Je suis née sur une frontière avec la mer pour horizon. Un bel endroit pour grandir et rêver les ailleurs et leurs limites. Je voulais aller … jusqu’à l’horizon. Pas derrière, pas plus loin, Non, juste sur l’horizon. C’est mon père qui me l’a montré le premier. Il l’a dessiné de son doigt pointé dans l’air en suivant le tracé de la mer. Ca m’énervait cette histoire de ligne qui recule quand on essaie d’avancer. Et je me disais que le seul moyen d’être sur l’horizon, c’était que mon père reste là, à le regarder pour l’empêcher de reculer…et que j’aille, moi, voguer sur cette ligne, là-bas. »

 

 

 

Quel pari aussi pour moi, réalisatrice de documentaires et grand reporter :

  • Écrire le synopsis, le présenter à des productions et à une chaîne de télévision qui vont dans un premier temps accepter le film, organiser un calendrier jusqu’à la date de diffusion puis se désister un mois avant le départ du voilier pour des raisons budgétaires.
  • Jeter l’éponge un peu  K.O., puis se relever, et avoir la certitude que je ne pouvais pas passer à côté de cette épopée.
  • Décider à 51 ans de tourner seule alors que ce n’est pas du tout mon métier et que j’ai toujours eu la chance d’avoir les meilleurs caméramans à mes côtés !
  • Savoir que techniquement tourner sur un bateau et filmer une pièce de théâtre sont sûrement les deux exercices les plus complexes dans le métier de cameraman. Se dire que même si c’était raté , j’aurais au moins essayé.
  • Faire un prêt, investir dans le matériel vidéo et son, payer les voyages, l’hébergement.
  • Harceler tous mes amis techniciens de bonne composition pour faire une formation en accéléré.
  • Enterrer mon père puis partir en larmes une semaine plus tard chargée comme une mule, seule. Vraiment très seule.

 

Voilà en quelques mots la présentation de ce drôle d’attelage:  des artistes bohèmes engagés et une  réalisatrice sortie de sa zone de confort.

 

J’ai souvent dit que ce film était « ovniesque » car nous avons pris l’habitude de voir des documentaires spectaculaires. Des films qui dénoncent, sortent des scoops, «envoient du bois » comme nous disons dans le jargon.

De « Très Grands » Reporters comme Grégoire Deniau ont magnifiquement suivi ces routes infernales de l’exil, ils ont vécu au cœur des camions de passeurs et des bateaux pneumatiques. Ils l’ont fait, alors je prends la tangente.

Je choisis la lenteur d’une navigation pour nous laisser  le temps de réfléchir à ce qui se joue aujourd’hui en Méditerranée et dans le monde.

Je choisis le prisme de l’art – le prisme de cette pièce itinérante - pour parler, dénoncer, toucher.

Je m’adapte au rythme d’Emilien et Mandine, à leur calendrier confus, à leurs tâtonnements, à tout ce que l’on essaie de gommer habituellement dans un film.

 « C’est la Goutte d’Eau » c’est  à la fois le nom  de leur aventure et le titre  que j'ai souhaité conserver pour le film. Des mots qui résonnent. Comme ce cliquetis insupportable qui tape sur les nerfs.

"C'est la Goutte d'eau" c'est le ras-le-bol d’entendre ces destins brisés de "migrants",  nos phobies de l’étranger, l’incapacité à s’identifier,  le manque d’empathie.

 

« C’est la Goutte d’Eau » c’est aussi une image plus poétique et positive. La certitude que toute démarche engagée aussi atypique fut-elle, est utile pour créer du lien et réveiller nos consciences.

Alors oui ce bateau-théâtre en Méditerranée n’a pas radicalement changé la face du monde cet été 2018.

Mais croyez-moi ou non, à chaque étape, au fil des rencontres, ce lien d’humanité a bel et bien existé.

Grâce à votre générosité pour finir le montage, c’est cette histoire que j'ai l'envie et le besoin de partager avec vous.

QUI SUIS-JE - YASMINA FARBER

Après des débuts à Radio Monte Carlo en 1989, j'ai a fait mes premiers pas de reporter à la télévision à Nice, à France 3 Côte d’Azur en 1992 puis à France 2 comme correspondante. 

En 1999, je rejoins la rédaction parisienne de France 2. Je me spécialise dans la couverture de grands procès d’assises, comme ceux de tueurs en séries (Guy Georges, Marc Dutroux, l'affaire Outreau).

Dès 2001, je découvre les reportages à l'étranger:   New York,  24h après les attentats du 11 septembre,  Bagdad après la chute de Saddam Hussein,  Jérusalem, Londres, Washington…

En 2003, devenue  grand reporter , j'intègre l’équipe de Complément d’Enquête avec Benoît Duquesne et réalise des magazines en France et à l’étranger (les repentis de la mafia, le trafic de bébés en Bulgarie, les orphelins du tsunami...).

Depuis 10 ans je suis  réalisatrice en free lance. J'ai été également productrice et réalisatrice de reportages pour TF1 ou M6  ainsi que  de films institutionnels.

En 2013, mon documentaire  « les enfants du Seigneur »-  diffusé sur France Ô, LCP,  Planète+Justice et la RTS en Suisse - sur les enfants soldats victimes de Jospeh Kony en république centrafricaine a obtenu le prix pour la presse du CICR et le prix spécial de l’AMADE au festival de télévision de Monte-Carlo. En 2014, il a été diffusé par l'ambassade de France en Suède pour la journée internationale des droits de l'enfant.

J'ai également réalisé un documentaire de 110 minutes sur la Lettonie " Riga la belle inconnue de la Baltique) pour l'émission Thalassa sur France 3.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Waar dient de collecte voor

J'ai financé le tournage de A à Z - achat des caméras, du matériel son, de deux trépieds, d'un ordinateur pour le monatge - ainsi que les frais de voyage en France, en Italie et en Grèce. J'ai tourné de mai à fin août 2018. J'ai également payé une monteuse pour encoder les rushes et un monteur pour réaliser le trailer diffusé à la fête de l'Huma en septembre dernier.

Aujourd'hui, j'ai besoin de votre soutien pour la post-production qui nécessite beaucoup de technique et de talent!

LA COLLECTE SERVIRA A FINANCER

Les 10000€ vont servir au montage images et son  du film de 90 minutes avec le magicien Stéphane Huonnic.

Une étape de  8 semaines au minimum.

SI LA COLLECTE DEPASSE CETTE SOMME

Toutes les étapes de  post-production

Avec 13000€ le mixage en studio.

Avec 16000€    le graphisme,  l'étalonnage, les titres, le générique et les sorties pour la diffusion en salles.

Avec 17500€  les droits musicaux.

Avec 19000€  les droits images

A partir de 20000€ je commence à rembourser le crédit pour les  frais de tournage et d'achat de matériel.

MAIS  SURTOUT NOUS DONNONS VIE,  DANS UN FILM PROFESSIONNEL,  À LA FORMIDABLE AVENTURE D'EMILIEN ET MANDINE. 

NOUS DONNONS UNE VOIX AUX SOLIDAIRES ET AUX RÉFUGIÉS RENCONTRÉS AU FIL DE L'EAU.

NOUS REMETTONS EN LUMIÈRE CETTE SITUATION DRAMATIQUE EN MÉDITERRANÉE.

 

 

LA PRESSE EN PARLE

L'HUMANITE MAI 2018

 

NICE MATIN - JUIN 2018

NICE MATIN-  26 AVRIL 2019 - SUITES DU PROJET AU THEATRE

Kies je beloning

Voor €20

remerciements

Votre nom sera inscrit dans les remerciements au générique du film.
  • Backers: 19

Voor €50

Un DVD

Votre nom au générique et vous recevrez un DVD ou un lien de téléchargement au choix du film "C'est la Goutte d'Eau".
  • Backers: 21

Voor €100

projection

Votre nom au générique, un DVD ou lien de téléchargement du film et une invitation à la projection du film à Paris ou en région PACA.
  • Backers: 21

Voor €500

ENTREVUE REALISATRICE

Votre nom au générique, un DVD, une invitation à la projection et une entrevue personnalisée avec la réalisatrice.
  • Backers: 3

Voor €2.000

CONFERENCE

Votre nom au générique, une mention "avec le soutien de..." , un DVD ou lien du film, une invitation à la projection, une entrevue personnalisée avec la réalisatrice et une conférence débat.

Voor €5.000

Votre nom dans la présentation du film

Votre nom au générique, une mention " le nom de la structure présente...." si vous êtes une entité sociale, une association, une production, un DVD ou lien du film, une invitation à la projection, une entrevue personnalisée avec la réalisatrice ou une conférence débat.

Een gift doen

Ik geef wat ik wil