Des graines pour le jardin antique

Aidez-nous à acquérir les plantes et graines du jardin antique

Visuel du projet Des graines pour le jardin antique
Réussi
24
Contributeurs
10/11/2019
Date de fin
730 €
Sur 600 €
122 %

Des graines pour le jardin antique

Un jardin antique expérimental dans le Nord Isère

Le projet de création d’un jardin antique expérimental a été initié par l’Association pour l’Histoire et l’Archéologie à Saint Romain de Jalionas créée en 2001. La commune de Saint Romain de Jalionas, propriétaire du site du Vernai soutient et porte ce projet avec l’association.

Située dans la vallée du Rhône, à une trentaine de kilomètres en amont de Lyon, la commune de Saint- Romain de Jalionas recèle de nombreux témoins d’un riche passé. A l’écart du village actuel, la clairière du Vernai où ne subsiste actuellement que l’église paroissiale et son cimetière, conserve ainsi les restes d’une très vaste villa antique. Depuis sa découverte en 1967 plusieurs chantiers de fouilles y ont été conduits et le site est ouvert aux visites du public.

Le projet de la création d’un jardin gallo romain expérimental donnera l’occasion de mettre en œuvre des pratiques horticoles antiques connues et supposées sur le site archéologique du Vernai.

Le jardin antique est un élément à la fois du passé et de l’avenir ; en ce sens il est un moyen d’apprendre à tisser du lien entre notre vie moderne et une civilisation disparue. Il permet de faire connaître des pratiques ancestrales parfois encore employées ou redécouvertes dont nous sommes les héritiers.

Ce jardin sera l’occasion d’expérimenter les conseils des agronomes latins et de les mettre en pratique. Il permettra de mieux appréhender et comprendre l’usage que les hommes avaient des plantes, leur caractère symbolique, magique, leurs vertus médicinales et alimentaires.

L’agencement du jardin antique, le choix des plantes , la façon de les associer et de les cultiver de manière biologique, sont en adéquation avec les préoccupations actuelles de biodiversité et de respect de l’environnement. C’est un moyen de sauvegarder un patrimoine végétal et de mieux en connaitre ses usages anciens. Ce jardin permettra ainsi de créer une collection botanique dans le nord Isère contribuant à la pérennité de certaines plantes oubliées

Notre démarche

Aucune documentation ne nous décrit précisément à quoi pouvait bien ressembler un jardin gallo romain à fonction vivrière. Notre jardin sera donc une création moderne mais qui s’appuiera le plus possible sur les textes des agronomes latins, sur l’iconographie et sur les recherches archéo botaniques. Nous nous employons à pratiquer de l’archéologie expérimentale en utilisant techniques et pratiques anciennes. Nous travaillons le plus possible sur l’ancienneté des espèces et leur protection. Nous envisageons un projet réaliste en partant d’une expérience à dimension réduite mais évolutive

L’équipe

Chez les membres de l’association il y a divers spécialistes qui acceptent de mettre bénévolement leurs connaissances, leur temps et leur énergie au service du projet.
Outre les archéologues qui s’investissent depuis de nombreuses années sur le site, plusieurs domaines de compétences sont assurés et encadrés par divers membres actifs. Des jardiniers, des pépiniéristes, des environnementalistes sont intéressés pour mettre en pratique les techniques d’horticulture anciennes. Des botanistes se chargent du travail autour des plantes et des graines. Des apiculteurs travaillent sur le projet d’installation de ruches anciennes.
Quelques artisans se proposent pour travailler le bois et entreprendre de la maçonnerie antique.

Des passionnés d’histoire, d’environnement, d’archéologie apportent leur contribution au suivi du jardin au fur et à mesure de sa conception et l’équipe reste toujours ouverte aux bonnes volontés.

Une jardin expérimental en construction

Le travail de création du jardin a commencé depuis déjà 18 mois. Il a fallu en  définir l’emplacement et le périmètre sur le site archéologique, puis dessiner son architecture (structuration des espaces, techniques de culture).

Mais il a fallu également faire des recherches sur l’outillage ancien, les techniques et les semences ou faire fabriquer à la main par une potière des petits pots troués selon un modèle trouvé sur le site.

Après tout ce travail préparatoire, cet été nous avons enfin commencé à toucher la terre par les travaux de terrassement du jardin et les premières plantations de haies vives.  Un archéologue spécialiste et bénévole nous a permis de creuser un puits à la manière antique. Le travail est encore en cours.

L'énergie de toutes et tous a été nécessaire au creusement du puits.

Et vous dans tout ça ?

Pour l'étape suivante, nous avons maintenant besoin d’un coup de pouce financier pour acquérir des semences et plants particuliers, difficiles à trouver, qui n’existent que dans des certains conservatoires spécialisés. Ces petites graines rares permettront la concrétisation du projet : un jardin antique vivant et ouvert au public grâce à votre soutien.

À quoi servira la collecte

Les plantes du jardin

Les haies du jardin ont été plantées à partir de dons et de repiquage de haies existantes. Mais pour l'étape suivante il nous faut être sélectifs dans les variétés. Le jardin est expérimental, l'objectif n'est pas la rentabilité mais la découverte et l'expérimentation des méthodes anciennes de culture. A ce titre nous allons planter plusieurs types de plantes.

L'étape pour laquelle nous sollicitons votre soutien est donc l'acquisition des arbres, arbustes, plants et graines. Suite à des recherches et devis auprès de pépiniéristes et conservatoires spécialisées en variétés anciennes, les premières acquisitions se répartissent de la manière suivante.

  • Plantes vivaces en godets 4 euros/plant. Il faut prévoir 3 pots de chaque plante. 3 pots x 30 variétés x 4 euros = 360 euros
  • Vigne de variété ancienne. 5 pieds de 1 an. 5 x12 euros = 60 euros
  • Sachets de graines variées. 30 sachets à 4 euros = 120 euros
  • Rosiers de Paestum (Rosa damascena 4 saisons). 4 plants x15 euros = 60 euros

Chaque contribution permettra au jardin de s'enrichir de nouvelles espèces, de grandir mais aussi d'avancer sur nos connaissances archéo botaniques.

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux