Destins du Capitalisme

Aidez-nous et aidez-vous à transformer le capitalisme !

Visuel du projet Destins du Capitalisme
Réussi
163
Contributeurs
05/12/2017
Date de fin
10 225 €
Sur 10 000 €
102 %
Friday, December 01, 2017

<p><em>Ceci est le dernier article présentant le livre Destins du Capitalisme. </em></p><p>Le capitalisme habite dans l'entreprise. Il révèle sa maladie dans ses décisions abusives contre les autres intérêts, ceux des employés, des clients, de l'environnement, des sociétés humaines. Lorsqu'il se laisse aller à ces extrémités, il s'expose démasqué, malade, un pouvoir abusif des actionnaires sur les autres parties de l'entreprise. La <em>corporate governance </em>a consacré la prise de pouvoir des actionnaires dans les entreprises depuis la fin des années 1970, accompagnée de la domination des marchés financiers sur les entreprises et l'économie réelle. Il s’agit donc de reprendre le pouvoir aux actionnaires et de l'équilibrer, de créer une <em>corporate balance</em>.</p><p> </p><p>Dans cette configuration nouvelle, l’entreprise n'est plus employée au bénéfice dominant des actionnaires mais des relations d'échange avec l’entreprise. Les dirigeants poursuivent non plus l’objectif unique des actionnaires à satisfaire mais celui des trois parties au conseil d’administration, en cherchant le compromis et l’équilibre des intérêts dans les décisions prises. L’entreprise doit prendre en compte directement à la fois l’intérêt des clients, des salariés et des actionnaires.</p><p> </p><p>Ce type d’entreprise au pouvoir équilibré peut être appelée <em>entreprise libérale</em> à la différence d’une entreprise capitaliste, d’une coopérative ou d’une mutuelle. L’entreprise libérale est équilibrée en termes de pouvoir pour éviter qu'elle ne soit orientée vers un intérêt unique, des clients, des actionnaires ou des salariés. Le pouvoir ne disparaît pas car il ne disparaît jamais. Il est seulement combattu par la concurrence et surtout contrôlé par une répartition interne des pouvoirs. Le plus grand contre-pouvoir au capitalisme se trouve dans un équilibre nouveau des pouvoirs et une nouvelle répartition des sièges du conseil d’administration qui évite des décisions dans un seul intérêt. L’entreprise libérale qui apparaît est donc une entreprise du compromis et même du consensus.</p><p> </p><p>La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) si à la mode aujourd’hui en est un précurseur montrant la prise en compte progressive d’intérêts autres que ceux des actionnaires, des sujets sociaux et environnementaux. Il est possible de voir dans cette responsabilité une évolution économique qui tend à limiter le capitalisme en proposant des objectifs différents du profit, en dénonçant les abus de pouvoir qu'il peut créer et en essayant de faire respecter une éthique, restée encore peu puissante.<em> </em>La RSE n'est pas encore vraiment mûre, elle le sera quand elle aura réussi à imposer ses représentants externes aux entreprises dans une vision de pouvoir en équilibre dans les entreprises.</p><p> </p><p>Les commissaires aux comptes chargés de certifier les comptes (et donc les profits) existent depuis longtemps en économie. Il est regrettable de ne pas avoir vu encore surgir leurs compléments de la RSE, les <em>commissaires aux comptes sociaux et environnementaux</em>. Ces nouveaux commissaires aux comptes pourraient évaluer la performance environnementale et sociale et certifier l'activité non financière de l'entreprise, que ce soit son empreinte carbone, la gestion de ses déchets et de sa production, le bien-être de ses salariés, fournisseurs et clients, etc. Cette nouvelle classe de commissaires aux comptes pourraient en ne certifiant pas les comptes sociaux et environnementaux créer une véritable crise de confiance et de direction de l'entreprise en question. Le jour où les dirigeants risqueront de perdre leur rémunération et leur position sur la base de la RSE, celle-ci aura gagné et atteint son but de prise en compte réelle d'autres intérêts que le profit.</p><p> </p><p>L’équilibre du pouvoir au sein du conseil d’administration est la prochaine étape logique et efficace pour défendre et promouvoir la RSE, les intérêts sociaux et environnementaux dans l’entreprise. Plutôt que par les lois et réglementations de l’Etat, le pouvoir de la société civile, des clients, par la concurrence et bientôt la coopération, est un outil prodigieux pour orienter les entreprises vers un équilibre de leur gouvernance et plus largement vers une économie de marché équilibrée, une équinomie.</p>
Tuesday, November 28, 2017

<p>Un article expliquant ma démarche dans le web magazine wedemain :</p><p><a href="https://www.wedemain.fr/m/Investisseur-j-etudie-depuis-15-ans-les-limites-du-capitalisme_a3085.html">https://www.wedemain.fr/m/Investisseur-j-etudie-depuis-15-ans-les-limites-du-capitalisme_a3085.html</a></p><p>si vous avez des amis intéressés, c’est le moment, plus qu’une semaine de campagne !</p>
Monday, November 27, 2017

<p>Dans l'économie définie comme "échange pacifique et volontaire", la propriété est un concept fondateur et pourtant paradoxal. La propriété n'a jamais été obtenue par le consentement ou la paix, une incohérence pour l'économie entière. En réalité, la distribution de la propriété trouve sa source dans une histoire violente, sans justice autre que celle du plus fort imposant son pouvoir et sa répartition de la propriété. Les manuels d'histoire du monde entier regorgent de ces guerres, massacres et révolutions qui déplacent les propriétés sans effacer leur origine arbitraire.</p><p> </p><p>La propriété de soi aussi pose question : si seuls les plus talentueux, les plus riches, les mieux formés, les mieux nés sont capables de progresser dans nos sociétés modernes, formant ce 1% super-riche, comment justifier la répartition de cette propriété de soi envers tous les autres qui la subissent sans avantage ? Le renvoi sans fin à l'arbitraire est injuste. L'arbitraire provient de la violence de l'Etat et de l'histoire humaine pour la propriété des biens autant que du hasard des talents : qui a choisi ses gènes, son lieu de naissance, sa famille, son origine sociale ?</p><p> </p><p>Tout sonne faux dans un monde qui cherche la paix par l’économie et se repose sur l'arbitraire et l'absence de consentement sur la propriété. Vouloir fonder une économie pacifique sur une propriété arbitraire (par la violence ou le hasard) est un paradoxe qui déstabilise l'économie. Le fil argumentatif autour de la justice se résume donc ainsi : la propriété actuelle est d'origine arbitraire, donc injuste. Elle doit devenir consentie pour être juste, par un accord rationnel de tous. Cet accord se trouve dans un revenu minimum équivalant à 50 % du PIB, redistribué de façon égale à chaque adulte.</p><p><strong> </strong></p><p>La redistribution de la production repose sur un accord contractuel unanime des hommes, qui se retrouvent à discuter la justice de la propriété sans recours à la violence, chacun possédant le droit de refuser cet accord s’il ne lui est pas bénéfique, rationnel et donc juste. L’accord unanime des hommes sur ce contrat social nouveau est l’objectif à atteindre, ce qui lui donne sa valeur mais aussi sa difficulté car chacun peut s’y opposer. Ce contrat social consiste en un échange, une partie de la production donnée à chaque homme contre l'accord de chacun sur la propriété. Economiquement, obtenir constamment une partie de la <em>production</em> totale d'une société revient à posséder une partie virtuelle de la <em>propriété</em> totale de la société.</p><p> </p><p>Si cette part distribuée est la contrepartie d'un accord sur la propriété, alors la justice apparaît, de façon contractuelle, dans la construction d'un système plus juste, raisonné et non violent. Une somme d’argent suffisante, un revenu minimum octroyé à chaque individu peut entraîner leur accord. Ils échangent une liberté économique contre leur accord sur la propriété actuelle. Les bases d'un contrat rationnel, un <em>contrat social de propriété</em>, sont posées et elles créent la justice par la volonté, le consentement de tous. La négociation contractuelle théorique aboutit finalement à l'échange égal, à partager moitié-moitié : moitié à la redistribution, moitié aux propriétaires.</p><p><em> </em></p><p>Ce contrat social de propriété accorderait une liberté économique nouvelle et la sécurité d'une propriété justifiée, deux gains échangés l’un contre l’autre. L'objectif de ce contrat est simple : obtenir la justice (donc la paix) pour tous par une économie acceptée par tous. Cette justice libère les hommes dans le même temps qu’elle pacifie l’économie. Ainsi, un revenu minimum universel peut rendre acceptable l'arbitraire de la propriété, en créant les conditions de la paix et en garantissant la liberté des échanges. Il est de 50% du PIB, soit après paiement des impôts régaliens, de l'éducation publique et de la sécurité sociale, un montant de 1000 € par mois par adulte en France. Une économie équitable apparaît par cette résolution du plus gros problème de l'économie, l'arbitraire de la propriété. Elle s'appelle équinomie</p>
Saturday, November 25, 2017

<p>A la suite de l'article sur la théorie néoclassique et pour égayer votre week-end, nous arrivons à la critique du marché financier, un système excessif qui pose aujourd'hui plus de problèmes qu'il n'en résout. L'objectif est donc de l'équilibrer.</p><p> </p><p>L'idée d'économie de marché a été appliquée pour créer les marchés financiers virtuels il y a longtemps, au départ pour de bonnes raisons d’allocation de capital et de connaissance des prix par tous les acteurs. En fournissant de manière transparente le prix de biens économiques majeurs (céréales, énergie, or, etc.), le marché financier permettait d’éviter des manipulations de la part des agents les mieux renseignés. En donnant de plus accès à d’autres placements financiers, il a aussi permis de fournir du capital aux projets risqués qui en avaient besoin. Le capitalisme a profité de ce type de marché virtuel pour en retirer encore plus de pouvoir, en jouant sur la théorie de perfection de l'économie de marché et sur la faiblesse des hommes à la recherche de rendements élevés et de liquidité. Les marchés financiers hyperconcurrentiels dirigent donc maintenant les prix. Un système électronique de fixation des prix fonctionne en exagérant l’idée que la concurrence serait la seule et unique solution pour obtenir le prix juste, le prix vrai.</p><p> </p><p>Les marchés financiers ont suivi l'idée de perfection néoclassique de l'économie de marché, où la concurrence infinie devait créer la liberté la plus grande et donc les prix les meilleurs alors qu’elle crée le chaos, une instabilité des prix qui se répercute sur l’économie dans son ensemble. Encore plus, l’informatisation des échanges a permis de créer des transactions à vitesse très élevée (le très connu <em>high frequency trading</em>) qui n’ont plus aucun sens par rapport à l’économie réelle, au temps de traitement humain de l’information, à la production, à la consommation des individus. Les prix sont fixés maintenant par les marchés financiers bien trop concurrentiels et rapides. Corriger ce système financier excessif est aussi un avantage de l'économie de pouvoir, abandonnant l'idée de perfection et de concurrence maximum.</p><p> </p><p>Un équilibre nouveau est l'objectif, fait de concurrence et de coopération et destiné à maximiser la liberté réelle des hommes et ainsi l'efficacité du système. La fin de la volatilité des prix n’épuisera plus les entreprises et agents à se couvrir contre des variations de prix excessives et permanentes, à changer leur production pour finalement réussir simplement à créer un peu de stabilité dans des prix devenus fous. La temporalité des marchés financiers n’a plus rien à voir avec celle de l’économie humaine réelle. Elles sont à ce point décorrélées que les marchés financiers sont devenus néfastes. Quel est l'intérêt d'un prix variant à la milliseconde (ou à la seconde, minute et même heure dans certains cas) ? Le blé est semé des mois avant la récolte et planifié souvent sur des années. La réalité et l'homme ont des temps de décision et de travail bien plus lents que les marchés financiers. Les décisions des entreprises sont prises pour des années et non basées sur les variations à la minute du cours de bourse. Le marché financier défaille.</p><p> </p><p>L'économie de marché doit donc être orientée vers un équilibre nouveau, fait de concurrence et de coopération et destiné à maximiser la liberté réelle des hommes et ainsi l'efficacité du système. Le marché financier est l'exemple le plus remarquable d'un excès de concurrence et de ses résultats négatifs. Plus la concurrence est intense et sans barrières, plus le rapport de forces devient instable et plus le prix peut osciller en fonction des variations rapides et intenses des rapports de force. Il ne s'agit pas d'un plaidoyer pour le monopole ou l’oligopole, au contraire, mais la concurrence ne doit pas être trop importante car elle en devient néfaste. Le capitalisme malade développe des monopoles, des oligopoles ou autres pratiques anti-concurrentielles et il œuvre dans le même temps dans un marché financier dévasté par l'erreur d'une concurrence maximale. Eviter ces deux extrêmes en même temps, concurrence absolue ou absente, pour atteindre une concurrence <em>suffisante</em> permet liberté des acteurs et stabilité des prix. Un certain niveau de concurrence se révèle nécessaire pour éviter les abus du capitalisme, autant qu'un certain niveau de coopération. L’orientation vers un maximum de concurrence n’est pas une solution. Elle est un autre problème, tout aussi grave.</p><p> </p><p>Un nombre suffisant d’acteurs en concurrence est donc préférable afin de conserver la capacité pour les partenaires d’échange de faire défection et éviter les ententes. Entre oligopole et concurrence atomisée, un équilibre existe, équilibre qui fait écho à cette idée d'excès ou de manque de concurrence. La coopération existe au sein de l'économie de marché, elle doit complémenter la concurrence, chacun à un niveau suffisant et réaliste. La coopération comme la concurrence ont leur place au sein de l'économie de marché pensée de façon réaliste et équilibrée, au sein d'une <em>équinomie</em>.</p>
Thursday, November 23, 2017

<p>Un extrait du livre Destins du Capitalisme se trouve depuis hier sur le blog de Paul Jorion (sur le problème de la théorie néoclassique). Il reprend le problème entre théorie et pratique en économie néoclassique :</p><p>https://www.pauljorion.com/blog/2017/11/22/au-dela-de-la-theorie-neoclassique-leconomie-de-pouvoirs-par-sebastien-groyer/#more-100793</p><p> </p>
Tuesday, November 21, 2017

<p>Un peu plus d'économie en cette 3ème semaine de collecte : la maladie économique du capitalisme en deux graphes et quelques explications...</p><p> </p><p>Le capitalisme déstabilise inexorablement l'économie. Il a pris le pouvoir et, bien défendu par les qualités de l'économie de marché, il domine l'économie. Il laisse libre cours à son intérêt personnel, le profit infini. Chacun sait que le pouvoir est dangereux et a la capacité de pervertir les hommes. Le cas du capitalisme n'y échappe pas. Les bénéficiaires du capitalisme perçoivent des sommes extrêmement élevées, déséquilibrant l'économie. Cette situation a empiré depuis le début de sa maladie, à la fin des années 1970. Les inégalités augmentent rapidement, les plus riches voyant leurs revenus croître beaucoup plus vite que le reste de la population des pays développés. L'ampleur du problème de répartition des revenus aux Etats-Unis se lit clairement :</p><p><img alt="Top_1_et_01_revenue_us-1511217334" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/467865/top_1_et_01_revenue_US-1511217334.jpg"></p><p> </p><p> </p><p>Les plus riches américains ont capté depuis 40 ans une part toujours plus considérable à la fois des revenus et de la croissance. Les 1% les plus riches ont capté plus de 90% de la croissance de leur pays depuis 25 ans. Ils en sont maintenant revenus à la situation des années 1920 (avant le krach boursier de 1929). La part de revenus des 1% les plus riches a doublé depuis la fin des Trente Glorieuses et même triplé pour les 0,1% les plus riches. Dans le même temps, le revenu médian aux Etats-Unis a stagné, illustrant la captation de richesse des plus riches au détriment du reste de la population.</p><p> </p><p>Plus frappant encore pour les esprits, ce graphe similaire qui compare les 10% les plus riches et les 90% les plus pauvres, au niveau de leur part des revenus globaux :</p><p> </p><p><img alt="90_10_us_income_history-1511217375" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/467866/90_10_US_income_history-1511217375.jpg"></p><p> </p><p>Alors que la proportion était relativement stable durant les Trente Glorieuses, les deux parts de revenus ont commencé à converger, si bien que maintenant les 10% les plus riches gagnent plus que les 90 % les plus pauvres aux Etats-Unis. Le déséquilibre de revenus a atteint un tel niveau qu'il en devient insupportable.</p><p> </p><p>Le capitalisme déstabilise l'économie par les inégalités qu’il génère. Inégalités traduites en épargne excessive, qui doit bien trouver où s’investir. Elle ne peut pas dormir sur des comptes en banque sans créer des troubles majeurs sur le niveau de consommation et en conséquence directe la production. Donc la solution trouvée plutôt que de rééquilibrer les inégalités a été d’endetter les acteurs. L'épargne excessive diminue la consommation et menace de provoquer des récessions. Alors l'Etat s'endette pour éviter le pire et maintenir la consommation à des niveaux suffisants. Le capitalisme a créé une machine à endettement incroyable, inarrêtable à ce stade. L'Etat est surendetté et le capitaliste est surépargnant, alors il prête à l'Etat.</p><p> </p><p>Ce phénomène de <em>surépargne</em> est issu d'inégalités de revenus trop importantes. La surépargne se répercute au-delà des 1% les plus riches disposant de revenus qu'ils ne peuvent consommer tant ils sont élevés. Les 10 à 20% les plus riches aussi épargnent de manière excessive à cause de la bulle immobilière qui accompagne l'épargne excessive, par la peur du lendemain, du capitalisme et de ce chômage possible. L'épargne, quand elle devient si élevée et déprime la consommation, est le symptôme non pas d'une économie positive mais de la cupidité et de la peur des acteurs.</p><p> </p><p>Une première alerte s'est manifestée en 2008, lors de la crise des <em>subprimes</em>. L’endettement immobilier privé aux Etats-Unis était devenu insoutenable. La dette immobilière dépassait la valeur des maisons et ne pouvait plus être seulement repoussée sans être jamais remboursée. Quand cette limite a été atteinte, le système entier a vacillé. Alimenter la consommation par la dette privée ne fonctionnait plus aux Etats-Unis, alors l’Etat américain a pris le relais (et à sa suite beaucoup d'autres) pour sauver l'économie par de la dette publique avec un déversement de monnaie papier colossal à un taux nul ou même négatif. Les banques centrales et les Etats ont solutionné une crise d'endettement par encore plus d'endettement. N'y a-t-il pas là un léger problème logique ? Une catastrophe économique se profile, vers laquelle le capitalisme tend, étrangement impuissant. Là se trouve sa faiblesse, le déséquilibre économique issu de son désir de profit toujours supérieur.</p>
Monday, November 20, 2017

<p>Une petite actualité pour bien démarrer la semaine : je suis mentionné ce matin dans l'émission de Stéphane Soumier sur BFM Business où il interviewe Fabien Bardinet, PDG de Balyo, une société cotée de robotique dans laquelle j'ai investi depuis 2010. Le passage me concernant se trouve à la 8ème minute :</p><p>http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/replay/good-morning-business/</p><p>Bonne journée (et merci à Fabien) !</p><p>Sebastien</p>
Friday, November 17, 2017

<p><img alt="M_capitalisme-1510904903" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/467205/M_Capitalisme-1510904903.jpg"></p><p> </p><p>Pour vous aider à illustrer la différence entre capitalisme et économie de marché, voici un petit texte qui les personnifie ! Tout devient plus compréhensible avec des personnages...</p><p> </p><p>Le capitalisme se comprend le mieux quand il est personnifié, devient Monsieur Capitalisme. M. Capitalisme est un vieux et gros monsieur encore vigoureux qui vit la vie du capitalisme et a contracté la même maladie. L’embonpoint accumulé ces dernières décennies ne lui a pas encore ôté toute mobilité, au contraire. Il profite de son hégémonie actuelle pour parcourir le monde entier et grossir partout et il ne semble pas près de (ni prêt à) s'arrêter. La mort de son ennemi M. Communisme à la fin des années 1980 l'a laissé désœuvré, privé d’opposition et d'exercice. Il se sentirait presque seul, alors il abuse beaucoup trop et devient obèse à force d'excès. Aussi curieux que cela puisse paraître, M. Communisme manque à M. Capitalisme maintenant. Ils s’étaient habitués l’un à l’autre, au fur et à mesure des années et s’équilibraient sans se le dire vraiment, finalement. Depuis la disparition du communisme, le capitalisme a gagné mais sa maladie empire.</p><p> </p><p>Quoi que nous pensions ou disions,<em> nous</em> sommes responsables de ce que M. Capitalisme est devenu. Nous l'avons laissé devenir ce qu'il est, obèse et fou. Nous devrions lui dire d'arrêter mais nous ne le faisons pas, pour une raison simple : nous avons cru qu'il fallait choisir entre communisme et capitalisme, oubliant alors l'économie de marché. Nous pensions que l'unique choix était d'abandonner le pouvoir à l'un ou à l'autre et qu'il n'y avait pas d'autre solution plus raisonnable. Nous aurions été pourtant bien plus libres et heureux sans eux. Le capitalisme, paré des qualités de l'économie de marché et exposant les graves défauts du communisme comme l'absence de liberté, a été la solution choisie. Le communisme n'était pas plus tendre envers le capitalisme, dénonçant haut et fort ses excès d'inégalités et de cupidité. Seulement le communisme était bien pire, à l'expérience. Il était bien trop autoritaire pour être supportable. Entre la peste et le choléra, le moins mauvais choix est le choléra. Ce fut donc le capitalisme. Nous pourrions presque nous féliciter d'avoir choisi le capitalisme contre le communisme si nous pensions encore être obligés d'abandonner le pouvoir à l'un d'entre eux. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.</p><p> </p><p>M. Capitalisme est un homme marié. Il est marié à l'économie de marché, à Mme Marché. La façon la plus percutante qui soit de les différencier est en effet de les personnifier. Capitalisme et économie de marché vivent donc en couple, chacun existant indépendamment mais étant néanmoins uni à l'autre, intimement lié par leur relation et leur histoire. Comme tout couple, ils ont bien sûr eu leurs hauts et leurs bas. En ce moment, ils se trouvent dans un abysse dont il faut sortir pour le bonheur et la santé non seulement d'eux mais de tous. Aujourd'hui, nous vivons donc dans une <em>économie de marché capitaliste</em>, mélange de pouvoir aux mains des actionnaires dans la majorité des entreprises (au niveau micro-économique) et de liberté des prix et de choix des acteurs (de son travail aussi bien que des biens et services) au niveau systémique.</p><p> </p><p>Pour bien saisir la particularité de l'économie de marché capitaliste, il suffit d'imaginer un instant une économie de marché où les entreprises ne sont pas dirigées dans l'intérêt dominant prioritaire du profit, ne sont pas aux mains des actionnaires capables de nommer et rémunérer les dirigeants. Par exemple, il est possible de penser une économie de marché coopérativiste où les entreprises sont dirigées par les salariés, prenant les risques et rémunérant le capital. Cette économie de marché différente, non capitaliste, obéirait encore aux mêmes prix libres, à la même concurrence, au choix libre des clients et plus largement des acteurs. Cependant le capitalisme n'existerait plus puisque les entreprises ne seraient plus dominées par le pouvoir du capital, par les actionnaires. Notre système économique actuel dual, l'économie de marché capitaliste, se comprend le mieux à l'aide d'une autre économie de marché non capitaliste. La séparation du capitalisme et de l'économie de marché devient plus distincte. Capitalisme et économie de marché sont très différents en réalité même s'ils sont liés depuis leur origine.</p><p> </p><p>L'économie de marché capitaliste rend confuse la compréhension de l'économie réelle car la distinction entre ces deux concepts est récente et car les qualités qu'ils revendiquent ne sont pas celles qu'ils possèdent en réalité. Le capitalisme est en ce sens très fort pour s'adjuger les qualités de l'économie de marché. M. Capitalisme profite de la confusion pour s'adjuger les qualités de sa femme Mme Marché et justifier ainsi sa domination sur le monde économique. Quand ces deux idées sont correctement identifiées, séparées l'une de l'autre et de leur couple, la compréhension de leurs qualités et défauts de chacun devient plus claire, limpide même. L'économie de marché capitaliste réelle devient intelligible, les contradictions s'effacent, les théories erronées s'effondrent et les problèmes, excès et maladies s'expliquent. Surtout, un remède apparaît, un chemin vers la guérison, la disparition de la domination capitaliste et la réorganisation de l'économie de marché, à la fois théorique et pratique. L'Etat aussi y joue un rôle, un rôle nouveau de mise en place et de soutien d'une économie de marché capable de contrôler vraiment le capitalisme. L'<em>équinomie</em> est ici, dans une relation saine entre économie de marché et capitalisme.</p>
Tuesday, November 14, 2017

<p>Pour rebondir sur le plaidoyer qui a fait l'actualité aujourd'hui (15.000 scientifiques ont signé un document demandant d'arrêter la destruction de l'environnement), voici la modeste contribution d'Equinomy sur ce sujet brûlant ! Il est possible de sauver la planète, par une mesure économique minime mais aussi majeure... </p><p> </p><p><em>L'équinomie : une économie durable de marché</em></p><p>Le capitalisme et le consumérisme détruisent depuis trop longtemps l'environnement par la pollution, le gaspillage et la surconsommation. L'urgence est de sauver la planète, ce qui peut être fait en une seule mesure simple, sans technologies révolutionnaires ou bouleversements économiques ou sociaux imposés. Une <em>économie durable</em> <em>de marché </em>se révèle possible. Plutôt qu'une décroissance forcée, l'économie durable de marché ne prêche pas le moins (de productivité et d'échanges) mais le mieux. Elle est la solution écologique progressiste de notre économie actuelle. Plus de qualité, de durabilité, moins de gaspillage, de déchets, la machine productive entière peut se transformer pour limiter au maximum les pertes de matière, d’énergie et l'empreinte économique sur les écosystèmes. L'opposition théorique construite entre économie et écologie n'existe en réalité pas.</p><p> </p><p>Le choix artificiellement binaire entre décroissance écologique ou croissance destructrice renouvelle le même manichéisme que celui déjà vécu entre capitalisme et communisme. Il est possible de penser au-delà de ces deux non-solutions : le troisième choix possible est celui d'une croissance durable, écologique, par une économie durable de marché. Progrès, productivité, baisse de consommation des ressources peuvent être unis à l'augmentation des échanges en valeur monétaire. L'économie entière serait donc orientée vers la défense et la reconstruction de l'environnement, qui passerait de support à objectif. Il faut pour cela que les entreprises s'en emparent.</p><p> </p><p>L'environnement dans les entreprises capitalistes est encore trop souvent négligé ou l'objet d'initiatives sans impacts financiers masquant leur désintérêt profond, alors qu'il devrait se trouver au cœur de leurs préoccupations, avant même la maximisation du profit. Résoudre la crise environnementale est simple en réalité à expliquer, beaucoup plus difficile à réaliser. La solution se résume en une seule phrase aussi simple à écrire que difficile à mettre en pratique : <em>pour sauver la planète, il suffit de rémunérer les dirigeants des 1000 plus grandes entreprises mondiales sur cet objectif de préservation de l'environnement dans leur entreprise (plutôt que la maximisation du profit)</em>. <a href="#_ftn1">[1]</a></p><p> </p><p>Si tous ces grands dirigeants étaient orientés par leur nomination et rémunération vers la défense de l'environnement, la mutation serait profonde dans ces entreprises dominant l'économie mondiale et par ricochet dans l'économie entière (par leur impact sur leurs usines, leurs entrepôts et bureaux, leurs salariés, leurs fournisseurs, leurs distributeurs et même les Etats où elles produisent et vendent). Des centaines de mesures peuvent être prises rapidement par ces plus grandes entreprises mondiales, chacune réduisant légèrement l'impact écologique mais transformant collectivement l'économie. Si l'environnement devenait le critère principal de rémunération des plus grands dirigeants plutôt que les stock-options, la diminution en dix ans des dégâts de l'économie sur l'environnement serait sans aucun doute prodigieuse.</p><p> </p><p>Comment imposer cette modification d'objectif dans la rémunération de ces dirigeants ? La réponse historique passe par le recours à l'Etat et à ses lois contraignantes mais limitées à un seul pays. Il existe cependant mieux que l'Etat, il existe la société civile, représentée surtout par les clients en économie. Si les clients étaient suffisamment nombreux à demander (ou exiger) une rémunération des dirigeants sur des critères environnementaux, alors l'environnement deviendra vraiment une priorité. Rémunérer ces dirigeants pour que leur entreprise (et par extension tous leurs salariés, fournisseurs, sous-traitants, distributeurs...) devienne véritablement écologique est la solution la plus simple, rapide et efficace. Il faut par contre en avoir le pouvoir. Les clients l'ont, ensemble. L'utiliseront-ils pour sauver la planète ? C'est une bonne question. Ils savent maintenant comment sauver la planète, rapidement, simplement et efficacement : par la rémunération des dirigeants.</p><p> </p><p>L'économie de marché capitaliste dans laquelle nous vivons peut devenir rapidement par une seule mesure simple une économie durable de marché, ingrédient fondamental du remède du capitalisme. L'économie de marché peut être rééquilibrée vers l'écologie en même temps que le social et la liberté. Elle se nomme <em>équinomie</em>.</p><p> </p><p> </p><p>Sebastien Groyer</p><p> </p><p>(Le livre <em>Destins du Capitalisme</em> dont est issu ce texte est en crowdfunding ici :</p><p>https://www.kisskissbankbank.com/destins-du-capitalisme )</p><p> </p><p><a href="#_ftnref1">[1]</a> Choisir seulement les 1000 plus grandes entreprises mondiales est une frontière légèrement arbitraire mais ce nombre impacte déjà suffisamment fortement le monde pour atteindre l'objectif recherché (leurs revenus cumulés sont estimés à plus de 30.000 milliards de dollars - 40% du PIB mondial - et elles emploient plus de 100 millions de personnes directement en 2016). La puissance économique de ces 1000 plus grandes entreprises est telle qu'elle transformerait tout dans l'économie mondiale, dans ce mouvement écologique majeur.</p>
Friday, November 10, 2017

<p>Pour égayer vos dîners et discussions ce week-end, je vous envoie un petit texte expliquant pourquoi il faut sauver le capitalisme plutôt que vouloir sa disparition... Profitez !</p><p> </p><p><strong>Faut-il sauver le capitalisme ?</strong></p><p> </p><p>A voir ses méfaits actuels, beaucoup voudraient voir disparaître le capitalisme. Pourtant, sa fin serait une solution pire que le mal. Le capitalisme doit être sauvé et se transformer.</p><p> </p><p>Pour décider de le sauver plutôt que désirer sa fin, il faut bien le comprendre. Le capitalisme se définit comme "le pouvoir<a title="" href="#_ftn1">[1]</a> aux mains des actionnaires dans les entreprises", distinct donc de l'économie de marché, "système économique où les hommes et les prix sont libres"<a title="" href="#_ftn2">[2]</a>. Marx, Weber, Keynes, Hayek, Schumpeter, Friedman, etc. ont tous pensé le capitalisme comme un système économique global plutôt que comme une configuration - sous-optimale - de pouvoir au sein de l'économie de marché, ce qui a  empêché leur distinction. La distinction est très visible dans la réalité : leurs objectifs s'opposent, monopole contre concurrence, pouvoir contre liberté. Aujourd'hui, nous vivons donc dans une <em>économie de marché capitaliste</em>, mélange de pouvoir aux mains des actionnaires dans la majorité des entreprises (au niveau micro-économique) et de liberté des prix et de choix des acteurs (de son travail aussi bien que des biens et services) au niveau systémique.</p><p> </p><p>Pour bien saisir la particularité de l'économie de marché capitaliste, il suffit d'imaginer un instant une économie de marché où les entreprises ne sont pas indirectement dirigées par les actionnaires, capables de nommer et rémunérer les dirigeants. Par exemple, il est possible de penser une économie de marché coopérativiste où les entreprises sont dirigées par les salariés, prenant les risques et rémunérant le capital à un niveau fixé. Cette économie de marché différente, non capitaliste, obéirait encore aux mêmes prix libres, à la même concurrence, au choix libre des clients et plus largement des acteurs. Cependant le capitalisme n'existerait plus puisque les entreprises ne seraient plus dominées par le pouvoir des actionnaires, par le capital et dans un intérêt dominant de maximisation du profit. Ce n’est pas la voie de la coopérative qui est défendue mais elle reste un exemple parlant de distinction.</p><p> </p><p>Le capitalisme est un pouvoir. Pour supprimer un pouvoir, il en faut un encore supérieur qui le supplante. La fin du capitalisme nécessiterait un pouvoir plus important que lui, comme le communisme, et donc une escalade dans le mal, dans les réponses de plus en plus totalitaires et violentes. Autant dire une très mauvaise idée du point de vue de la liberté des hommes qui pour se débarrasser d'un pouvoir doivent accepter des pouvoirs encore plus importants. Dans notre cas, il s'agit donc de diminuer le pouvoir, quels qu'en soient les détenteurs, pas de l'augmenter. Répondre au pouvoir par plus de pouvoir est une erreur, en économie comme en politique. Répondre au pouvoir capitaliste par un pouvoir plus grand est néfaste pour notre liberté individuelle, notre épanouissement, notre recherche de bonheur. </p><p> </p><p>L'objectif poursuivi est donc la guérison du capitalisme plutôt que sa fin, par l'instauration de contre-pouvoirs efficaces, dans la plus pure tradition libérale. La domination excessive du capital caractérise la maladie du capitalisme. Sa diminution amènera une liberté neuve, par l'équilibre des pouvoirs obtenu à tous les niveaux économiques. La quête d'un remède pour le capitalisme est donc la quête des contre-pouvoirs qui permettraient de l'équilibrer et de nous libérer véritablement. Ces contre-pouvoirs existent déjà en réalité, symbolisés par l'économie de marché et l'Etat qui équilibrent le capitalisme en s'y opposant, le maintenant finalement en vie. Le capitalisme serait sauvé, en étant équilibré. Nous en serions libérés.</p><p> </p><p>Sebastien Groyer</p><p><a title="" href="#_ftnref1">[1]</a> Et non la propriété, qui ne change pas de mains (voir en particulier la séparation entre propriété et pouvoir, Berle et Means, The Modern Corporation and Private Property , New York, Macmillan, 1932 )</p><p><a title="" href="#_ftnref2">[2]</a> Cette distinction conceptuelle a été l'objet de ma thèse de philosophie à La Sorbonne soutenue en mai 2015 (Capitalisme et Economie de marché)</p>
Wednesday, November 08, 2017

<p>Bonjour à tous !</p><p>Voici en primeur l'introduction à Destins du Capitalisme, pour que vous puissiez avoir un aperçu du livre ! Vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous :</p><p><a target="_blank" href="http://www.equinomy.com/destins/">http://www.equinomy.com/destins/</a></p><p>Ou bien le lire juste là :</p><p>INTRODUCTION A</p><p><strong>DESTINS DU CAPITALISME</strong></p><p>L'ÉQUINOMIE DU QUATERNAIRE</p><p> </p><p><strong>Les Deux Destins du Capitalisme</strong></p><p> </p><p>Il y a 40 ans, le capitalisme est tombé malade. Il n'a depuis jamais guéri. Son état empire. Il se retrouve aujourd'hui face à un choix décisif, accru par la prochaine révolution technologique, celle de la robotique. Deux destins pointent à l’horizon. L'un verrait sa guérison, l'autre le prolongement de sa maladie. Hélas, ce deuxième destin plus sombre est actuellement le plus probable : la fuite en avant, constituée toujours plus de déséquilibres et d'inégalités, nous emportant vers une crise écologique, sociale et économique catastrophique. Pourtant, l'espoir demeure. Le capitalisme peut encore s'en sortir. Pour le guérir et nous avec, il lui faut un remède original, issu d'un nouveau paradigme économique où liberté, équilibre et progrès sont unis. Il est encore temps de décider du destin du capitalisme.</p><p> </p><p>Le capitalisme est devenu fou et sa guérison passe par la construction réussie du <em>quaternaire</em>, prochain secteur économique après le secteur primaire agricole, le secondaire industriel et le tertiaire de services. La transformation inéluctable des économies par la robotique engendre ce nouveau secteur économique dominant nommé quaternaire qui peut soigner le capitalisme aussi bien que l'empirer. Le quaternaire, <em>s'il est correctement organisé, </em>libérera les hommes au lieu de les asservir et les opposer, guérissant le capitalisme. La mutation des métiers et des économies causée par la robotique émerge à peine et pourtant déjà la puissance économique de ces nouvelles machines et méthodes de production fait fantasmer, fait peur autant qu'elle fascine. Plutôt que de continuer à rêver et se réveiller en plein cauchemar, l'humanité doit dès à présent agencer ce futur pour répartir justement et efficacement les gains de productivité massifs de ces robots et de ceux déjà obtenus par les révolutions technologiques historiques. Le destin plus radieux du capitalisme, à l'opposé de celui dangereux qui se profile à l'horizon, est encore possible.</p><p> </p><p>Dans ce livre, capitalisme et économie de marché ne sont plus confondus, expliquant de façon limpide un paradoxe du monde réel, leur contradiction d'objectifs. Capitalisme et économie de marché sont censés se compléter mais leurs objectifs s'opposent, pouvoir contre liberté, profits maximum contre concurrence. Cette tension est source d'incompréhensions, de mensonges, d'erreurs et de conflits, qui disparaissent quand la confusion entre capitalisme et économie de marché disparaît. Leur séparation constitue la clef de voûte intellectuelle du remède nouveau du capitalisme, visant à éviter autant un retour en arrière liberticide qu'une fuite en avant intenable. Elle enlève au capitalisme les avantages de l'économie de marché et ouvre la porte à une nouvelle solution, sans retour ni recours à un Etat autoritaire. La liberté des hommes y est au contraire préservée, et même augmentée.</p><p> </p><p>Le capitalisme est ici défini simplement comme "le pouvoir aux mains des actionnaires dans les entreprises", distinct de l'économie de marché, "système économique où les hommes et les prix sont libres". Marx, Weber, Keynes, Schumpeter, Friedman, Hayek, etc. ont tous pensé le capitalisme comme un système économique global plutôt que comme une configuration - sous-optimale - de pouvoir au sein de l'économie de marché, empêchant leur distinction et leur compréhension. Ils ne pouvaient alors concevoir une théorie plus cohérente avec la réalité économique et surtout capable de fournir une solution neuve, celle d'une économie de marché équitable et équilibrée : <em>l'équinomie</em>.</p><p> </p><p>Ce livre présente la synthèse de quinze ans de double activité sur le capitalisme, à y participer pratiquement (en tant que <em>Venture Capitalist</em>, investisseur en capital dans des start-ups de la santé, de la robotique, de l'énergie...) et à l'analyser théoriquement (par la philosophie, la politique, l'économie...). Il révèle un changement de paradigme économique ouvrant la porte à un futur moins sombre que celui vers lequel nous nous dirigeons, plus équilibré à tous les points de vue : écologique, économique, social, politique et individuel. L'objectif poursuivi ici est de faire connaître ce remède, pour ensuite le rendre réel et sauver ce qui peut l'être avant qu'il ne soit trop tard.</p><p><strong>  </strong></p><p><strong>Capitalisme, Pouvoir et Liberté</strong></p><p> </p><p>La révolution robotique surviendra quoi qu'il arrive : il est donc largement préférable de l'organiser plutôt que de la subir. Elle doit être pensée comme une chance à saisir plutôt qu'un drame à subir car le quaternaire <em>peut</em> devenir le remède du capitalisme. L'idée d'utiliser la révolution robotique contre le capitalisme peut sembler contre-intuitive au premier abord : après tout, n'est-ce pas en grande partie grâce à ces mêmes révolutions technologiques que le capitalisme a réussi à s'imposer historiquement ? Ce fut en effet le cas par le passé, mais uniquement parce qu'il avait réussi à s'approprier les révolutions technologiques par manque de solution libérale. Il ne doit pas renouveler cette appropriation de la technologie, non seulement à cause de l'ampleur inédite de la révolution robotique mais aussi et surtout car sa maladie ne peut s'aggraver encore sans provoquer de nouvelles crises dramatiques, plus graves que celles déjà très sérieuses qui sont survenues auparavant.</p><p> </p><p>Le paquebot économie tout entier dérive avec un capitaine Capitalisme à bord qui s'égare et l'envoie avec tous ses passagers dans une impasse, ou un iceberg. Le Titanic est un symbole éloquent pour imager le problème. Il faut donc réussir à faire dévier de sa course ce paquebot en limitant le pouvoir de son capitaine malade, sans pour autant se retrouver avec un capitaine pire au gouvernail. L'analyse de ce paquebot, de sa trajectoire et de son capitaine nous aidera dans cette tâche. L'étude du capitalisme et de sa maladie, de l'économie de marché et de ses faiblesses théoriques, couvre un vaste champ théorique où demeure une idée phare, moderne : la liberté est la clé. Encore faut-il savoir pour qui et jusqu'où.</p><p> </p><p>Autre pilier de ce livre, la technologie et ses répercussions sur l'humanité et la biosphère. La technologie est considérée comme neutre du point de vue moral, elle ne crée ni bien ni mal jusqu'à ce que l'homme décide d'en faire un instrument de bien ou de mal (souvent les deux, d'ailleurs). Mais elle porte une telle puissance qu'elle est capable de déplacer des objets que l'on croyait inamovibles ou insurmontables, un paquebot ou mieux encore, un système. La technologie pour un optimiste est promesse de changement, d'amélioration, à la condition de la contrôler pour ne pas se laisser dominer. La technologie peut mener très loin, encore faut-il choisir le bon chemin.</p><p> </p><p>Pour éclairer dès à présent ce chemin possible du capitalisme, il est utile d'en dresser une carte sommaire, en commençant par la séparation du capitalisme et de l'économie de marché. Tout d'abord, séparé de l'économie de marché, le capitalisme ne peut plus continuer à abuser de son pouvoir et imposer son intérêt de profit maximum en se réfugiant derrière les avantages de celle-ci. Même s'il possède des qualités, comme prendre de grands risques dans l'innovation et la production, ces qualités sont insuffisantes pour qu'il échappe à une remise en cause de ses excès de pouvoir dans les entreprises. La maladie du capitalisme est donc diagnostiquée et un remède émerge, matérialisé par une économie de marché où les pouvoirs sont équilibrés. Le remède du capitalisme <em>est</em> l'économie de marché, non pas celle actuelle mais celle écologique à venir où les pouvoirs sont contrôlés, la rareté oubliée et la justice intégrée. L'économie de marché se trouve donc repensée hors de sa conception néolibérale actuelle. Un changement de paradigme de la science économique ouvre la voie à une économie de marché nouvelle où la propriété est justifiée, où le pouvoir est équilibré et où les entreprises ne sont plus uniquement des outils aux mains des actionnaires. Le remède inédit du capitalisme se distingue dans cette économie de marché écologique nouvelle où liberté et justice fusionnent et où le pouvoir n'est plus dissimulé théoriquement mais bien présent et pensé.</p><p> </p><p>Le capitalisme, pensé comme pouvoir, ne se limite plus à l'opposition marxiste entre capital et travail et peut être élargi à toutes les relations d'échange, en particulier à celle entre entreprise capitaliste et client. Cette relation entre intérêt du capital et du client élargit la compréhension du capitalisme au-delà du conflit interne aux entreprises. Deux relations principales sont donc agrégées, où se lit le pouvoir du capitalisme, celle avec le salarié <em>et</em> celle avec le client. Ces relations d'échange révèlent une même tentative d'abus (qui réussit très souvent) de la part du capitalisme, dans un but de maximisation du profit. Le capitalisme sort donc de sa conception marxiste pour représenter un pouvoir généralisé sur les acteurs qui l'entourent, mis au service de son but. Il est malade de pouvoir et de profits et il en déstabilise le monde entier. </p><p> </p><p>Le pouvoir est donc un terme très présent et il le sera toujours plus avec l'idée d'équilibre des pouvoirs. La séparation entre capitalisme et économie de marché permet en effet de concevoir une économie de marché post-capitaliste, où l’équilibre des pouvoirs est central. L'exposition du pouvoir en économie aboutit à une théorie économique neuve et libératrice. En résulte une compréhension de l’économie réelle autour du contrôle du capitalisme par une économie de marché équilibrée, où l'environnement retrouve sa position fondamentale. Longtemps après la liberté politique moderne, la liberté économique naît de la guérison du capitalisme. Dans un quaternaire correctement agencé, les robots seront à nos côtés pour aider à cet accouchement d'une liberté nouvelle.</p>