Faites continuer à vivre La Mort de Marguerite Duras, d'Éduardo Pavlovsky

PARCE QUE LE PUBLIC EST AUSSI IMPORTANT QUE LA PIÈCE ELLE-MÊME, ON A BESOIN DE VOUS !

Visuel du projet Faites continuer à vivre La Mort de Marguerite Duras, d'Éduardo Pavlovsky
Échoué
0
Contribution
10/03/2013
Date de fin
80 €
Sur 1 000 €
8 %

Faites continuer à vivre La Mort de Marguerite Duras, d'Éduardo Pavlovsky

<p>                                                      <strong><u>OYEZ OYEZ CHERS KISS BANKERS!!</u></strong></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong><em>La mort de Marguerite Duras,</em> d'Éduardo Pavlovsky est au <u>Théâtre du Lucernaire jusqu'au 4 juillet </u>et s'en va à <u>AVIGNON dans le cadre du Off cet été</u>... </strong></p> <p>  </p> <p> <strong><u>Mais pour ça, on a besoin de votre soutien</u> ! </strong></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> La Mort de Marguerite Duras, c’est l<strong>’histoire d’un homme revenant sur des scènes marquantes de son passé après avoir vu mourir une mouche sur un mur blanc: entre humour, émotion et absurdité,</strong> cette pièce est<strong> un sublime moment de theatre, qui ne vous laissera pas indifferent!!</strong></p> <p> Mise en scène par le jeune et (prometteur) Bertrand Marcos, cette nouvelle création de la Cie du Pas Sage se joue au Théâtre du Lucernaire jusqu’au 4 Juillet 2013 et s’en va à Avignon à compter du 6 Juillet, dans le cadre du OFF d’Avignon.</p> <p> Nous souhaitons partager ce spectacle avec le plus de spectateur possible et pour cela nous avons besoin de vous!!</p> <p>  </p> <p> Cette nouvelle création de la Compagnie du Pas'Sage est née de la volonté de travailler main dans la main en faveur de l'échange, des rencontres et du partage. Les anciens laissent la place aux jeunes. Acteurs, professionnels de la culture ou encore étudiants, tous allient leurs expériences et compétences pour l’enrichissement et la bonne conduite  d’un spectacle. Pour la création de <em>La Mort de Marguerite Duras</em>, ce sont des personnes de tout bord qui collaborent pour sa production, sa diffusion mais surtout, sa réussite. Jean-Paul Sermadiras troque aujourd'hui sa casquette de metteur en scène, pour retrouver celle de l'acteur, et offre la chance à Bertrand Marcos, 23 ans, de pouvoir montrer l'étendue de son talent.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Affiche_md_lucernaire" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/25348/affiche_MD_lucernaire.jpg"></p> <p>  </p> <p>                                                                   <u><strong>PRÉSENTATION</strong></u></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>- LA PIÈCE -</strong></p> <p>  </p> <p> Cette saison les auteurs d'Amérique du Sud sont à l'honneur à la Compagnie du Pas'Sage. Les éditons théâtrale qui fêtent leur trente ans cette année, viennent d'éditer à cette occasion un recueil d'extraits de pièces d' auteurs sud américains souvent méconnus du public.</p> <p> <em>La Mort de Marguerite Duras</em> est l’une des rares pièces de l'argentin, Eduardo Pavlosky, traduites en français parmi la vingtaine d’oeuvres théâtrales qu’on compte à son actif. Elle fut publiée et crée à Buenos Aires en 2000. Il nous livre le monologue d’un homme qui, face à l’image d’une mouche qui agonise, puis meurt, revient sur des scènes marquantes de son passé, entre humour, violence et absurdité.</p> <p>  </p> <p> <strong>- Le Théâtre du Lucernaire - </strong></p> <p>  </p> <p> C'est en découvrant la pièce à la Manufacture des Abbesses, que le Théâtre du Lucernaire a souhaité soutenir la Compagnie du Pas'Sage dans son projet : ces deux structures partagent le même amour pour le théâtre contemporain et la création artistique. Ce théâtre indépendant, soutenu par les éditions l'Harmattan, perçoit le théâtre comme le reflet de la société, comme un lieu propice à l'échange et à la créativité, idées également chères à la Compagnie.<a href="http://www.lucernaire.fr" target="_blank">(---&gt; Pour plus d'info c'est ici &lt;---)</a></p> <p>  </p> <p> <em>La Mort de Marguerite Duras </em>verra le rideau se lever une nouvelle fois (aussi <strong>grâce</strong> à vous chers Kiss Bankers) le<strong> Mercredi 29 mai 2013 à 20h</strong> puis tous les mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche (15h) jusqu'au 4 juillet 2013.</p> <p>  </p> <p> Ce n'est pas fini !!! Cette sublime pièce de théâtre contemporain s'en va à <strong>Avignon cet été (Du 6 juillet au 30 Juillet 2013 AU THEATRE DES 3 SOLEILS)</strong> dans le cadre du <strong>OFF d'Avignon</strong>. Nous avons besoin de vous pour faire vivre le théâtre ainsi que pour faire découvrir au plus grand nombre, l'adaptation de ce texte à la fois touchant et plein d'humour ! Un vrai moment de théâtre qui ne vous laissera pas indiférent !</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>                                                                  <u>LA CRÉATION</u></strong></p> <p>  </p> <p> <strong>« Pourquoi ce titre ? Au départ, la mort d’une mouche. Le nom de Marguerite Duras, parce que dans un de ses textes ce grand auteur, que j’admire, raconte qu’elle a vu mourir une mouche et que cette mort l’a attristée.» Eduardo Pavlosky</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>- LA NOTE D'INTENTION DE BERTRAND MARCOS -</strong></p> <p>  </p> <p> <img alt="Jps_mise_en_lecture" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/9081/JPS_mise_en_lecture.png"></p> <p> (<em>mise en lecture publique, J-P Sermadiras. Décembre</em> <em>2013</em>)</p> <p>  </p> <p> La pièce s’ouvre sur une confrontation avec le phénomène de la mort. Celle entre un homme et une mouche posée sur un mur blanc. Ce dernierraconte dans ses moindres détails cet instant tragique dont il a été témoin : l’agonie. S’éveille ensuite un homme comme empressé de revenir sur des scènes marquantes de son passé entre désespoir, amour, violence, humour, nostalgie, folie et absurdité. Il devient le théâtre d’une troublante humanité. Il s’agira de représenter un homme en prise avec la nécessité de survivre à la solitude, à l’enfermement et au vide, auxquels il semble être condamné. Il tente inlassablement de reconquérir une forme de liberté grâce à sa mémoire, mais aussi à son imagination.</p> <p> Les moindres détails de certaines scènes sont encore présents en lui comme si ce passé se rejouait chaque jour. Sa mémoire et son imagination deviennent actions présentes. Il est alors l’interprète de sa propre vie, et par définition : un acteur. L’acteur présent de l’homme passé, imaginé, inventé ou fantasmé. Il ne restera plus que l’essentiel : La nécessité absolue de survivre à la solitude, à l’enfermement et au vide, et, peut-être, de leur donner un sens.</p> <p>  </p> <p> <strong>- LES ARTISTES ET TECHNICIENS -</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>  ==&gt;</strong> <em><strong>Bertrand MARCOS, Metteur en scène &lt;==</strong></em></p> <p> <img alt="371898_5" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/9178/371898_5.jpg"> Né en 1990 cet ancien joueur de tennis de haut niveau voyage dès son plus jeune âge, en Argentine, aux Etats-Unis dans l’Etat de New York où il passe un semestre à l’Université de Stoony Brook. À son retour dans la capitale française, <strong>il s’inscrit à la Sorbonne pour suivre des études cinématographiques</strong>. C’est l’occasion pour lui de se frotter à l’écriture, la mise en scène et le jeu face à la caméra dans le cadre de courts-métrages. Il rencontre Jean-Paul Sermadiras en 2010 qui l’invite à suivre des cours de théâtre au conservatoire de Suresnes. Acteur, il interprète par exemple <em>Don</em> <em>Giovanni</em> dans <em>Faut pas payer </em>!, il tient le rôle principal dans le long-métrage<em> Main dans la Main </em>et participe également à <em>Luxure,</em> court-métrage pour l’École Normal Supérieure dans lequel il joue <em>Don Juan</em>. En tant que réalisateur, il écrit le court-métrage <em>Délibération</em> qui est sélectionné dans plusieurs festivals comme « Cours Charlie Court », celui d’Angoulême et Mulhouse. Actuellement en Master de Cinéma à Paris I et élève au Conservatoire du VIIIe arrondissement, il participe aux mises en lecture de la Compagnie du Pas’sage. Enfin, il est le metteur en scène de la pièce <em>la Mort de Marguerite Duras</em> où il dirige Jean-Paul Sermadiras.</p> <p>  </p> <p>   <strong><em>==&gt; Jean-Paul SERMADIRAS, Comédien et fondateur de la Cie du Pas'Sage &lt;==</em></strong></p> <p> <img alt="Img_0704-1" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/9179/IMG_0704-1.JPG"></p> <p> Ce passionné de théâtre contemporain s’est <strong>formé à l’Atelier International de Théâtre de Blanche Salant puis aux Ateliers de l’Ouest</strong>. Après plusieurs stages auprès de Robert Cantarella ou encore Yves Adler et Lisa Wurmser, il signe sa première mise en scène en 1990, au Théâtre du Zèbre, <em>Moa binbin, </em>avec Roshdy Zem. <strong>En 1995, il fonde la compagnie du Pas’Sage</strong>, et met en place un rendez-vous mensuel, <em>Au bord des lignes</em>, dédié au théâtre contemporain et qui aboutit à des mises en lecture. Metteur en scène averti, il monte de nombreux spectacles parmi lesquels on peut citer la pièce itinérante <em>Pour un oui ou pour un non</em> de Nathalie Sarraute ou <em>Mais n’te promène donc pas toute nue</em> de G. Feydeau qui s’est joué au Festival d’Avignon et au Théâtre International de Francfort. Sa dernière mise en scène <em>La Banalité du Mal</em> est créée en mars 2011 à la Manufacture des Abbesses et continue de tourner en France. Véritable caméléon, il a joué dans une trentaine de pièces comme <em>La Mégère Apprivoisée</em> de Shakespeare où il était <em>Petruccio,</em> <em>Le Parc de Botho Strauus, </em>spectacle dans lequel il tenait le rôle d<em>’Obéron. </em>Il a également joué au Théâtre du Châtelet dans le <em>Soixantième Parallèle</em> et plus récemment en 2008 dans <em>Tais-toi et parle-moi</em> présenté à la Manufacture des Abbesses. Au cinéma et à la télévision, il tourne sous la direction de nombreuses personnalités tels que François Ozon, Edouard Molinaro, Didier Grousset, David Delrieux, Etienne Dahenne, Philippe Triboit et Patrick Jamain. Aujourd’hui, il revêt sa casquette d’acteur pour la pièce <em>La Mort de Marguerite Duras</em>, mise en scène par Bertrand Marcos.</p> <p>  </p> <p> <em><strong>  ==&gt; Jean-Luc CHANONAT, Créateur lumière et scénographe &lt;==</strong></em></p> <p> <img alt="Jl_chanonat" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/9181/JL_Chanonat.png"><strong>Créateur de lumière depuis 1985</strong>, collabore en <strong>France</strong> comme<strong> à l’étranger</strong> avec Harold Pinter (<em>Ashes to ashes</em>), Marcel Maréchal (<em>Oncle Vania, Les Caprices de Marianne</em>…), Frédéric Bélier-Garcia (<em>Yakich et Poupatchée</em>), Thierry de Peretti (<em>Le retour au désert, Richard II…</em>), Jerzy Klesyk (<em>Les sept Lear, Le Songe d’une nuit d’été…</em>), Anne Bourgeois (<em>Mobile home, Le petit monde de Brassens…</em>), Pauline Bureau (   <em>Roméo et Juliette, Roberto Zucco</em>…   ), Anouche Setbon (  <em>Célibataires, Les diablogues…</em>  ), Edith Vernes (<em>Délire à deux</em>), Xavier Gallais (<em>Les  nuits blanches</em>…), Volodia Serre (  <em>My way to hell, Les trois soeurs</em>  ), Carmelo Rificci ( <em>La signora Julie, Le Tour d’écrou</em> ), Jean-Paul Sermadiras (<em>L’absent, Voix de garage</em>…), Christophe Li  don (<em>L’arbre de joie</em>…), Luc Bondy (<em>Les noces de Figaro</em>), <strong>John Malkovich</strong> (<em>Hystéria</em>). Patrice Chereau (<em>qui a disparu)</em>, (<em>Dans la solitude des champs de coton, Richard III, Henri VI…</em>) et bien d’autres tous aussi talentueux. Conception de la scénographie et de la lumière avec Thibault de Montalembert, Stéphane Daurat, Anouche Setbon, Florian Sitbon, Isabelle Censier, Nadine Darmon, etc. La liste s'allonge encore aujourd'hui puisque J-L Chanonat retrouve une nouvelle fois J-P Sermadiras pour <em>la Mort de Marguerite Duras</em>.</p> <p>  </p> <p> <strong><em>  ==&gt; Pascale SALKIN, créatrice sonore &lt;==</em></strong></p> <p> <img alt="P._salkin" height="148" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/9182/P._Salkin.png" width="101"><strong>Formée à L’insas à Bruxelles</strong>, Pascale Salkin travaille en tant que <strong>comédienne</strong> principalement au théâtre Varia (Bruxelles) pendant une douzaine d’années avec M. Dezoteux et M.Delval (Shakespeare, Strindberg, Swabb, Racine, Molière, Brecht, Feydeau…). Parallèlement, elle tourne avec Ch. Akerman, J.Doillon, J.Rivette, A.Delvaux .. et travaille avec sa voix pour la publicité. Etablie en France depuis quelques années, en autodidacte, elle développe son activité de <strong>musicienne</strong> et de <strong>compositrice</strong>… Après un premier album en français sorti en Belgique avec l’aide de la communauté française, puis un autre album en anglais, produit par Inca production, sous le nom de Minty style, sorti en Italie, Pascale a mis en place son propre studio. Elle a composé la musique du forum des minorités pour la Belgique. <strong>Créations sonores pour le théâtre :</strong> <em>Affaire d’Ame de Bergman</em> (m.en scène M. Saduis) et<em> Intérieur Voix</em> de D. Salki et surtout  <em>La Mort de Marguerite Duras!</em></p> <p>  </p> <p>  <em><strong> ==&gt; Karine VINTACHE, Créatrice costumes &lt;==</strong></em></p> <p>  <img alt="Portrait_kv" height="238" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/9183/PORTRAIT_KV.jpg" width="165"> Elle fait des études d’arts appliqués en Picardie puis s’installe à Paris pour poursuivre des <strong>études de stylisme à l'ESAA Dupperé</strong>. Suite à l’obtention de son diplôme, elle entre chez <strong>Issey Miyake</strong>, pour qui elle travaillera pendant plus de 8 ans comme assistante technique des défilés, <strong>graphiste</strong>, <strong>conceptrice</strong>, puis <strong>styliste</strong>, et enfin,<strong> directrice artistique</strong> pour la ligne Pleats Please. Elle travaille également pour le cinéma avec le réalisateur Alain Guiraudie. C’est au théâtre de la ville de Paris qu’elle collabore pour la première fois avec le chorégraphe Suisse Gilles Jobin. Ce premier spectacle ouvrira une longue collaboration artistique dans différentes villes du monde : Genève, Lausanne, Lisbonne, Fortalezza... Dernièrement, elle signe les costumes des dernières mises en scène de Jean-Louis Martinelli, au théâtre des Amandiers à Nanterre : <em>Une maison de poupée</em> , <em>J’aurais voulu être Egyptien</em> et prochainement <em>Calme</em>, un texte de Lars Norén.</p> <p>  </p> <p>   <strong>==&gt; Clara CAPMAS, Étudiante en graphisme &lt;==</strong></p> <p> <img alt="Clara" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/9188/clara.png"> Encore étudiante, elle poursuit son Master dans la prestigieuse <strong>Académie Julian</strong> où elle s’est spécialisée dans l’étude du graphisme. Cette <strong>passionnée de photographie</strong> affirme sa personnalité à travers des travaux éclectiques. Oscillant entre modernité et onirisme où la touche d’humour n’est jamais bien loin, elle témoigne d’une imagination débordante. Comme elle le dit si bien, « le talent, ça se travaille » et c’est au contact de la Compagnie du Pas’Sage qu’elle peaufine son style. Elle s’est notamment attaquée à la refonte de l’ensemble de la charte graphique de l’association et a créé le nouveau logo. On lui doit également et <strong>SURTOUT</strong> l’affiche pour le spectacle<em> La Mort de Marguerite Duras.</em></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Voilà mes chers <strong>KISS BANKERS</strong>, maintenant qu'on vous a fait faire un petit tour d'horizon de ce que sera notre (super) création, il nous manque plus que quelques mètres avant de franchir la ligne d'arrivée! Un p'tit coup de puce pour nous permettre de "fignoler" les derniers détails et <strong>EN ROUTE LA TROUPE</strong>!</p>

À quoi servira la collecte

<p> <strong>                                        BAS LES MASQUES ET VENONS EN AU FAIT : </strong></p> <p> <iframe allowfullscreen="" frameborder="0" height="304" src="http://www.youtube.com/embed/1eSMxRya2S8?wmode=opaque&amp;feature=oembed" width="540"></iframe>                                               <strong> Dernière ligne droite, dernière pièce du puzzle! </strong></p> <p>  </p> <p> Ces 1000€ seront pour nous, dans ce climat de crise où les subventions se font plus rares (et plus maigres), un moyen de péréniser ce projet qui porte en lui le soutien à la création théâtrale contemporaine ainsi que la volonté de transmission entre génération.</p> <p>  </p> <p> Ces 1000€ sont nécessaire pour une communication BÉTON! Après la Manufacture et le Lucernaire, on ne veut voir la pièce rangée dans un tiroir! AU CONTRAIRE, on espère (croisons très forts les doigts) faire tourner ce spectacle par la suite... Acquérir un maximum de visibilité grâce au tracts, affiches et tout l'tsoin-tsoin, est donc ESSENTIELLE.</p> <p>  </p> <p>                                               <strong>Plus vous nous aider plus on a de chances d'y arriver!  </strong></p> <p>  </p> <p>  </p>

Choisissez votre contrepartie

2 €

Vous avez notre reconnaissance éternelle et une détaxe à 15 euros au lieu de 25 !

5 €

Vous avez notre reconnaissance éternelle! + votre nom sur nos pages FB et Web + une détaxe à 10 euros

15 €

Vous avez notre reconnaissance éternelle! + contreparties précédentes + affiches dédicacées par les artistes

20 €

2 détaxes, notre reconnaissance éternelle, et un verre offert par la compagnie à la fin de la pièce !

30 €

Vous avez notre reconnaissance éternelle! + contreparties précédentes + 1 INVITATION pour 1 personne

60 €

Vous avez notre reconnaissance éternelle! + contreparties précédentes + 1 INVITATION pour 2 personnes

100 €

Vous avez notre reconnaissance éternelle! + contreparties précédentes + rencontre avec les artistes après la représentation

250 €

Vous avez notre reconnaissance éternelle! + contreparties précédentes + stage de théâtre offert pendant les vacances

500 €

Bon ben là on se déplace pour une représentation à domicile

Faire un don

Je donne ce que je veux