Le Fonds pour une Presse Libre

Pour un journalisme réellement indépendant, aujourd'hui en France.

1 150
Contributions
23 jours
Restants
101 496 €
Sur 100 000 €
101 %
Média
indépendant
Soutenu par
La Revue Dessinée soutient le projet Le Fonds pour une Presse LibreDisclose soutient le projet Le Fonds pour une Presse LibreMediacités soutient le projet Le Fonds pour une Presse LibreRevue Far Ouest soutient le projet Le Fonds pour une Presse LibreLe Poulpe soutient le projet Le Fonds pour une Presse LibreLe Drenche soutient le projet Le Fonds pour une Presse LibreStreet Press soutient le projet Le Fonds pour une Presse LibreGuiti News soutient le projet Le Fonds pour une Presse LibreOrient XXI soutient le projet Le Fonds pour une Presse LibreHeadline soutient le projet Le Fonds pour une Presse LibreBoukan soutient le projet Le Fonds pour une Presse LibreIdéal Investisseur soutient le projet Le Fonds pour une Presse Libre

Le Fonds pour une Presse Libre

« Le principe de la liberté de la presse n’est pas moins essentiel, n’est pas moins sacré que le principe du suffrage universel. » Victor Hugo Le constat La quasi-totalité des grands médias français est aux mains des puissants. Aujourd'hui, il est presque devenu banal de le dire. Ils s'appellent Arnault, Bolloré, Bouygues, Lagardère, Drahi, Pinault, Niel, Pigasse, Dassault, Baylet... Une telle concentration de la presse du pouvoir et de l'argent est sans précédent. On le sait moins, ce contrôle remonte jusqu'aux caisses de l'État. En 2019, neuf groupes ont reçu à eux seuls plus de la moitié des aides directes à la presse (dont 17 millions pour le seul groupe de Bernard Arnault). Une large partie de la profession et de nombreux rapports parlementaires ont dénoncé un système de subventions publiques injuste et inefficace. Et pourtant, la situation demeure... Notre action, avec vous Hier, au lendemain de la Libération, le Conseil national de la Résistance avait fait de «l'indépendance de la presse à l’égard des puissances d’argent» un impératif démocratique. Aujourd'hui, reprenons cette exigence à notre compte. Ensemble nous avons les moyens d'agir là où l'État cède. Nous appelons à la mobilisation d'une communauté de donateurs.trices conscient.e.s de l’urgence de refonder un système médiatique abîmé, compromis et décrédibilisé. Finançons ensemble le journalisme libre de demain. Cette liberté ne peut être reconquise qu’avec vous, lectrices et lecteurs, qu’avec votre implication directe. Nous avons jusqu'au 15 novembre pour réunir 100.000 euros. Si nous n'atteignons pas cet objectif, l'intégralité de l'argent collecté sera restituée. Faites un don aujourd'hui au Fonds pour une Presse Libre. Et bénéficiez du dernier avantage que l'État ne nous a pas encore retiré : une réduction d'impôts à hauteur de 66% de votre don. Qui sommes-nous ? Le Fonds pour une Presse Libre (FPL) a été créé en septembre 2019 à l’initiative des fondateurs et de l’ensemble de l’équipe de Mediapart. À l'origine, il s’agissait de rendre irréversible l’indépendance de ce journal, en sanctuarisant l'intégralité de son capital dans une structure à but non lucratif. Mediapart est devenu ainsi le 1er média national français non cessible, non achetable et non spéculable. Aujourd'hui, nous sommes complètement indépendants de Mediapart dans notre action et notre fonctionnement. Aucun des dons versés au Fonds ne peut bénéficier directement ou indirectement à Mediapart. Reconnu d'utilité publique, le FPL s'ouvre désormais à l'ensemble de la presse indépendante, pour offrir aides financières, expertise et accès aux avantages dont ces médias sont privés. Collecter des dons en leur nom et vous offrir une réduction d'impôt de 66%, c'est le point de départ de notre mission. La suite, c'est la tâche de notre équipe. Découvrir le reste de l'équipe du Fonds Nous avons réuni une équipe d'experts (universitaires, éditeurs, professionnels des médias et du web, journalistes) qui participent bénévolement, à la condition d'être totalement indépendants dans leurs décisions. Leur travail : dénicher des projets ambitieux, sélectionner celles et ceux qui recevront notre soutien financier, mais aussi accompagner les médias vers leur indépendance financière. Pourquoi a-t-on besoin de vous ? Manque de moyens financiers pour de longues enquêtes, pour en assumer les risques juridiques, pour développer des outils techniques, pour se structurer ou simplement pour payer des collaborateurs. Les obstacles sont nombreux pour les jeunes rédactions... En faisant un don au FPL, vous vous assurez que votre soutien ira là où il est le plus utile. Et parce qu'un soutien financier n'est pas tout à fait suffisant, notre équipe est là pour aider chaque média à trouver et construire son propre modèle économique. Parce que l'indépendance éditoriale n'est possible qu'avec l'indépendance financière. En 18 mois d'existence et grâce aux premiers dons collectés, nous avons pu lancer 2 appels à projets et aider 7 titres de presse à grandir, oser et innover. Aujourd'hui, nous élargissons notre appel à soutien pour poursuivre ce programme, amplifier nos actions et construire une véritable communauté de citoyens.ennes engagé.e.s dans l'indépendance des médias. L’impact du Fonds Aujourd'hui, la presse indépendante a pris un nouvel élan : pratiquer un journalisme qui raconte la société, pour aussi la changer. Voici 3 exemples de projets que nous avons soutenus :

À quoi servira la collecte

Vous l'avez compris, si nous n'atteignons pas notre objectif de 100.000€, chaque euro retournera dans la poche de chacun.e des contributeurs.trices. Avec cette somme, le Fonds pour une Presse Libre s'engage auprès de vous à : Avec 100.000 euros Pas de contreparties. Le montant de votre soutien est libre. Il sert directement aux médias sélectionnés et à notre action plutôt qu'à la fabrication d'objets inutiles (mugs, totebags, tee-shirt, etc.). Soutenir la presse. Votre soutien nous permet d'aider entre 4 et 6 médias en 2022, financés à hauteur de 20 à 25.000€ chacun. De la transparence. Une newsletter réservée aux donateurs.rices, pour être informé.e.s des actions du FPL, des auditions des candidats, des projets de nos lauréats et de l'état de la presse indépendante en France. Votre implication. Des rencontres en direct et sur internet avec les lauréats, pour échanger autour de leurs initiatives, partager leurs expériences et (peut-être) découvrir comment vous engager à leurs côtés. Un rapport d'impact annuel. Pour faire le point sur les actions du FPL dans le paysage médiatique français, mettre en lumière les meilleures initiatives indépendantes et pointer les dérives. Avec 200.000 euros Soutenir la presse + Nous aidons entre 8 et 10 médias en 2022, avec des montants adaptés à l'ambition de leur projet. Votre implication + Vous votez les 2 thématiques d'enquête pour l'année à venir. Nous ouvrons une nouvelle aide dédiée aux projets d'investigation d'un.e ou plusieurs journalistes. Avec 300.000 euros C'est le signe que notre démarche répond complètement aux enjeux démocratiques de notre époque. Ensemble, nous prouvons qu'une communauté de citoyens.ennes peut devenir actrice d'un changement majeur de notre société. Nous portons nos engagements à un niveau supérieur : Soutenir la presse ++ Nous ouvrons des prêts complémentaires de longue durée à taux zéro pour les médias indépendants. Protéger l'indépendance. Nous proposons des prises de participations minoritaires au capital de médias qui le souhaitent. L'intérêt : placer leur indépendance dans une structure à but non lucratif ; être une vigie capable de lancer l'alerte face aux menaces extérieures. En cas d'échec... Alors que notre action devra être réduite au minimum et qu'il faudra repenser la façon dont le Fonds accomplit sa mission, il y a tout de même un engagement que nous prenons immédiatement : Un grand évènement public. Nous organisons, avant les présidentielles, un moment fort pour ramener l'indépendance du journalisme dans le débat médiatique et sensibiliser l'opinion publique à cette question. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour être entendu.e.s. Parce que nous avons besoin d'une presse indépendante pour préserver notre démocratie. N’oublions pas Joseph Pulitzer ! « Le vrai journalisme, c’est une information minutieuse qui se battra pour le progrès et la réforme, ne tolérera jamais l'injustice ou la corruption et combattra toujours les démagogues ». Celui qui donna son nom au célèbre prix journalistique ajoutait : ce journalisme doit « rester toujours dévoué au bien public et être toujours radicalement indépendant ». Joseph Pulitzer Faisons revivre aujourd'hui cette information « radicalement indépendante » ! Aidez-nous, rejoignez-nous. Soutenons ensemble l'indépendance pour refonder pas à pas l'ensemble du système médiatique français. Donnez selon vos moyens, chaque euro compte. Merci d'avance. L'équipe du Fonds pour une Presse Libre Crédits : Crowdfunding | Agence Sans Tête Graphisme & illustrations | Caroline Varon Vidéos | StreetPress Foire aux questions (F.A.Q) Quels sont les médias que le FPL a précédemment soutenus ? Entre 2020 et 2021, le FPL a soutenu 7 médias : Disclose, Le Poulpe (investigation) ; Radio Parleur (radio & podcasts) ; Orient XXI, Guiti News (information internationale) ; Far Ouest, Le Ravi (information locale). Chacun à sa manière bouscule les codes, offre un regard frais et traite de sujets qui résonnent dans la société d'aujourd'hui. Je n’arrive pas à contribuer sur KissKissBankBank, qui contacter ? Contactez-nous directement sur Twitter, Facebook ou écrivez à charlotte.clavreul@fondspresselibre.org. Comment bénéficier de la réduction d'impôt de 66% pour mon don ? C'est très simple. Vous recevrez d'ici fin janvier 2022 le reçu fiscal lié à votre don. Le montant du don sera à renseigner lors de votre prochaine déclaration d'impôts en avril 2022. Vous n'arrivez plus à remettre la main sur votre reçu ? Pas d'inquiétudes, écrivez à : charlotte.clavreul@fondspresselibre.org. Est-il possible de contribuer par chèque ? Oui, vous pouvez contribuer par chèque (et vous bénéficiez toujours d'une réduction fiscale de 66% sur le montant de votre don). Il vous suffit de faire un chèque à l'ordre du "Fonds pour une Presse Libre" et de l'envoyer au 31-35 Rue de la Fédération, 75015 Paris. Si vous avez la moindre question à ce sujet, merci de nous contacter via Twitter, Facebook ou d'écrire directement à charlotte.clavreul@fondspresselibre.org. Est-il possible de payer par virement bancaire ? Oui, c'est possible dans 2 cas de figure : 1) Vous contribuez en tant que particulier. Le virement est alors possible pour les contributions de montants supérieurs à 1000€. 2) Vous représentez une association, une fondation ou une entreprise. Le virement est possible sans limites de montant. Dans les 2 cas, il vous suffit de nous écrire à charlotte.clavreul@fondspresselibre.org en indiquant votre nom (ou celui de votre structure) et le montant de votre contribution. Quels médias peuvent participer aux appels à projets du FPL ? Nos appels sont ouverts à tous les médias, à conditions : qu'ils publient leurs comptes et la liste de leurs actionnaires ; qu'ils emploient des journalistes professionnels ; et qu'ils appliquent la Charte de Munich. Cette charte européenne des droits et devoirs des journalistes énonce notamment le principe fondamental suivant : «  La responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime sur toute autre responsabilité, en particulier à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.  » Charte de Munich. Chaque projet sera évalué en fonction de plusieurs critères : indépendance journalistique, innovation éditoriale, relation avec les lecteurs, nouveaux champs d’information et modèle économique. Quelle est la structure juridique du FPL ? Le FPL est un fonds de dotation, ce qui contrairement aux fondations, lui évite de voir siéger à son conseil d'administration un représentant du ministère de l'intérieur ou un commissaire du gouvernement. Le FPL reçoit-il d'autres dons que ceux des donateurs.trices ? Le FPL n’a pas de milliardaires, pas de grandes entreprises et ne peut pas bénéficier de subventions publiques nationales ou européennes pour financer ses actions. Le détail de nos comptes et activités est rendu public (consultable ici). Que se passe-t-il si les 100.000€ ne sont pas atteints avant le 15 novembre ? Si nous n'atteignons pas cet objectif, l'intégralité de l'argent collecté sera restituée aux donateurs.trices. Notre action devra être réduite au minimum et il faudra repenser la façon dont le Fonds accomplit sa mission. Néanmoins, nous nous engageons d'ores et déjà à organiser, avant les présidentielles, un moment fort pour ramener l'indépendance du journalisme dans le débat médiatique et sensibiliser l'opinion publique à cette question.

Faire un don

Je donne ce que je veux