La cuisine des justes

Aidez-nous à finaliser la production et à distribuer ce film sur la cuisine, l'épicurisme et le vin nature !

Visuel du projet La cuisine des justes
Réussi
147
Contributions
25/03/2018
Date de fin
14 530 €
Sur 13 750 €
105 %
Soutenu par
Raisin : l'appli du vin naturel soutient le projet La cuisine des justes

La cuisine des justes

<p><strong>La cuisine des justes</strong> est un film r&eacute;alis&eacute; au culot, sans financement, avec la seule ambition de montrer une v&eacute;rit&eacute;, de faire scintiller la vertu &hellip;</p><p>&nbsp;</p><p>Depuis le d&eacute;but du tournage en janvier 2017, beaucoup de gens nous aid&eacute; sur ce projet&hellip; par leur comp&eacute;tence et leur soutien technique, ce film est devenu une grande aventure humaine.</p><p>&nbsp;</p><p>Aujourd&rsquo;hui, nous sommes au bout de nos capacit&eacute;s financi&egrave;res et pour que ce film, <strong>qui a d&eacute;sormais une existence, ait une vie</strong>, nous avons besoin d&rsquo;un soutien financier.</p><p>&nbsp;</p><p><strong><em>Le but est d&rsquo;inscrire La cuisine des justes dans les festivals de documentaires nationaux et internationaux, et d&rsquo;en faire la promotion.</em></strong></p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/487821/ge-rard_Bosse-_cuisinier-1518864163.png" /></p><p>&nbsp;</p><p>A travers un portrait des restaurateurs G&eacute;rard et Catherine BOSSE, ce documentaire explore les traditions culinaires et c&eacute;l&egrave;bre le vin vivant, la Loire et l&#39;&eacute;picurisme.</p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/487822/Catherine_Bosse-_sommelie-re-1518864185.png" /></p><p>&nbsp;</p><p>De la rencontre avec les vignerons Ren&eacute; MOSSE, Beno&icirc;t COURAULT et Richard LEROY, le film aborde les liens entre gastronomie et vins et questionne les pratiques et la philosophie de leurs artisans.</p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/487823/Rene-_Mosse_vigneron-1518864253.png" /></p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/487824/Benoi-t_Courault_vigneron-1518864280.png" /></p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/487825/Richard_Leroy_vigneron-1518864311.png" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Gen&egrave;se</strong></p><p>&nbsp;</p><p>Un dimanche soir de novembre 2001, Emmanuel Morice est invit&eacute; de mani&egrave;re fortuite &agrave; la table de G&eacute;rard et Catherine Boss&eacute;, restaurateurs &agrave; B&eacute;huard. Pendant ce repas il d&eacute;couvre une cuisine simple, la qu&ecirc;te d&rsquo;un produit, l&rsquo;exactitude d&rsquo;une cuisson &hellip; et, galvanis&eacute; par la pr&eacute;sence de trois vignerons, et amis, des Boss&eacute; (Richard Leroy, Jo Pithon et Patrick Baudoin), il d&eacute;couvre le vin naturel... De cette exp&eacute;rience magnifique il retient ces discussions sur les pratiques culinaires, des &eacute;changes sur le vin, la question du soufre, l&rsquo;importance du travail de la vigne&hellip; Et surtout l&rsquo;amour que ces gens l&agrave; portent &agrave; leur travail, la bienveillance de ces &eacute;picuriens.</p><p>&nbsp;</p><p><em>&laquo;&nbsp;J&rsquo;ai souvent racont&eacute; cette soir&eacute;e lorsque la discussion s&rsquo;orientait sur la bonne bouffe, le bon vin, le bon vivre... C&rsquo;&eacute;tait tellement clair pour moi que j&rsquo;ai couch&eacute; ces souvenirs sur le papier... Les laissant sommeiller tels les vestiges d&rsquo;une r&eacute;v&eacute;lation...&nbsp;&raquo;</em></p><p>&nbsp;</p><p>Puis, en 2016, il rencontre Nicolas Thom&auml;, monteur et r&eacute;alisateur de documentaires. <em>&laquo;&nbsp;Discutant &agrave; nouveau sur le vin nature, nous nous &eacute;tonnions de la clart&eacute; avec laquelle on se rappelle la premi&egrave;re fois, cette fois o&ugrave; l&rsquo;on comprend ce qu&rsquo;est le vin vivant, la gastronomie... Je lui racontais avec beaucoup de passion ma premi&egrave;re exp&eacute;rience &agrave; B&eacute;huard... Il resta bouche b&eacute;e et m&rsquo;affirma que c&rsquo;est un vrai sujet de documentaire&nbsp;&raquo;</em>.</p><p>&nbsp;</p><p>Dans les semaines qui suivirent, le sc&eacute;nario &eacute;tant rapidement &eacute;crit, ils se mirent en qu&ecirc;te d&rsquo;un chef op&eacute;rateur et d&rsquo;un preneur de son, une &eacute;quipe se constitua et le tournage f&ucirc;t lanc&eacute; en janvier 2017.</p><p>&nbsp;</p><p>Des conditions spartiates, pas de financement, l&rsquo;&eacute;quipe de tournage est au pourcentage, pay&eacute;e quand &ccedil;a se vendra...</p><p>5 jours de tournage, 20 heures de rushs, 300 heures de montage... Le film prend forme.</p><p>&nbsp;</p><p>Une soci&eacute;t&eacute; de production associative est cr&eacute;&eacute;e&nbsp;: Des Hommes Modernes.</p><p>&nbsp;</p><p>Le 21 janvier 2018<strong> les r&eacute;alisateurs sont invit&eacute;s &agrave; pr&eacute;senter le film en cl&ocirc;ture du festival Premiers Plans d&rsquo;Angers</strong>, mixage son et &eacute;talonnage d&rsquo;urgence. Ce n&rsquo;est pas compl&egrave;tement finalis&eacute; mais pr&eacute;sentable. <strong>Franc succ&egrave;s que cette avant premi&egrave;re&nbsp;: salle de 200 places comble, du monde dehors, un dimanche matin pluvieux...</strong></p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/487826/Capture_d__cran_2017-11-21___16.48.17-1518864598.png" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Qui sommes-nous ?</strong></p><p>&nbsp;</p><p><strong>Emmanuel Morice</strong>&nbsp;: n&eacute; en 1970, apr&egrave;s des &eacute;tudes d&rsquo;histoire et quelques ann&eacute;es d&rsquo;enseignement, il d&eacute;couvre la vid&eacute;o en int&eacute;grant le collectif SuperVision et l&rsquo;organisation des ateliers 48 (r&eacute;sidence de courts m&eacute;trages en 48 heures). Apr&egrave;s divers projets collaboratifs (r&eacute;sidences de cr&eacute;ation avec la cie Nathalie B&eacute;asse, cr&eacute;ation et performance de cin&eacute;s-concerts&nbsp;: M&eacute;tropolis (Fritz Lang) et Mad Max 2 (George Miller), il s&rsquo;oriente vers la sc&eacute;nographie et la r&eacute;alisation de projets d&rsquo;exposition. En 2016 il rencontre Nicolas Thom&auml; et commence l&rsquo;&eacute;criture de La cuisine des justes.</p><p>&nbsp;</p><p><strong>Nicolas Thom&auml;</strong>, n&eacute; en 1975, apr&egrave;s des &eacute;tudes de cin&eacute;ma, il pratique de nombreux m&eacute;tiers de l&rsquo;audiovisuel et fonde une soci&eacute;t&eacute; de production &agrave; 21 ans puis r&eacute;alise plusieurs clips musicaux et court-m&eacute;trages. Il acquiert une forte exp&eacute;rience de terrain avant de se d&eacute;couvrir une v&eacute;ritable passion pour le montage. Il met en lien ses diff&eacute;rents savoir-faire pour &agrave; la fois r&eacute;aliser et monter des documentaires de voyages et d&#39;aventures avec Christian Clot, Laurent Granier, M&eacute;lusine Mallender, Alexandre &amp; Sandra Poussin...</p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/487827/Emmanuel_et_Nicolas-1518864670.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p>&quot;Dans ce documentaire, on &nbsp;d&eacute;couvre un univers de v&eacute;rit&eacute; o&ugrave; les protagonistes vivent&nbsp; en harmonie avec&nbsp; les saisons, avec leurs&nbsp; choix de vie&hellip; La cuisine devient alors une r&eacute;flexion, une philosophie quand le premier geste est de se mettre en qu&ecirc;te du bon produit, le deuxi&egrave;me de ne pas le d&eacute;naturer, le troisi&egrave;me de le sublimer... de la pr&eacute;cision, du d&eacute;tail, de l&rsquo;humilit&eacute;&hellip; une symbiose entre la nourriture terrestre et la nourriture intellectuelle.&quot;</p><p>&nbsp;</p><p>&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;&nbsp; <strong>Extraits du film</strong></p><p>&nbsp;</p><p><iframe src="https://cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fembed%2FVmKnTQ2VhF4%3Ffeature%3Doembed&amp;url=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DVmKnTQ2VhF4&amp;image=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2FVmKnTQ2VhF4%2Fhqdefault.jpg&amp;key=8b7d8dd6504d41af9a77662672aabc2a&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=youtube" scrolling="no" allowfullscreen="" width="500" height="281" frameborder="0"></iframe></p>

À quoi servira la collecte

<p>Nous avons besoin de votre soutien financier pour&nbsp;:</p><p>&nbsp;</p><p><strong>Rembourser certaines d&eacute;penses de tournage</strong>&nbsp;:</p><p>&nbsp;</p><p>- location de mat&eacute;riel&nbsp;: 1 500 euros</p><p>- frais de transport&nbsp;: 350 euros</p><p>- achat de consommables&nbsp;: 500 euros</p><p>&nbsp;</p><p><strong>Affiner et finaliser le travail de post production</strong>&nbsp;:</p><p>&nbsp;</p><p>- mixage son&nbsp;: 2 000 euros</p><p>- &eacute;talonnage : 2 500 euros</p><p>- cr&eacute;ation DCP&nbsp;: 250 euros</p><p>&nbsp;</p><p><strong>&Eacute;diter et fabriquer 2 000 DVD</strong> (promotion) : 5 000 euros</p><p>&nbsp;</p><p><strong>Faire un relev&eacute; des dialogues en vue d&rsquo;un sous titrage</strong> (distribution et projections &agrave; l&rsquo;&eacute;tranger)&nbsp;: 500 euros</p><p>&nbsp;</p><p>Frais bancaires (paiement CB sur Kiss Kiss Bank Bank, 3%)</p><p>et commission Kiss Kiss Bank Bank, 5% <strong>:</strong> environ 1 150 euros</p><p>&nbsp;</p><p><strong>Budget total n&eacute;cessaire : 13 750 euros</strong></p><p>L&#39;association <strong>Des Hommes Modernes</strong> percevra l&#39;int&eacute;gralit&eacute; de la collecte</p><p><strong>&eacute;ch&eacute;ances : travail de post production &agrave; l&#39;issue de la collecte, sortie du film pr&eacute;vue pour la mi avril 2018</strong></p><p>&nbsp;</p><p><img alt="" width="100%" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/487828/la_cuisine_des_juste_v9_copie-page0-1518864902.jpg" /></p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux