LA MARCHE DES LOUPS

Long-métrage, Documentaire

Visuel du projet LA MARCHE DES LOUPS
652
Contributeurs
14 jours
Restants
36 613 €
Sur 20 000 €
183 %

Après avoir disparu pendant près de 80 ans et malgré les obstacles, les loups sont en train de retrouver leurs anciens territoires

Suivre et partager

LA MARCHE DES LOUPS

 

Merci infiniment pour votre soutien pour le nouveau film de Jean-Michel Bertrand 

 

C’est extraordinaire la vitesse à laquelle nous avons réussi à dépasser notre collecte (en 5 jours !) grâce à votre enthousiasme et votre réactivité !

 

Cependant, tout n’est pas joué… Nous avons encore besoin de vous, si nous allons plus loin cela pourra nous servir d’avantage, les 20.000 euros n’étant qu’une partie du gap qui nous manquait par rapport à la perte des aides.  

 

Nous comptons encore sur votre aide pour partager un maximum cette annonce autour de vous et pouvoir collecter d’avantage pour le film.

 

Encore MERCI !

 
 

 Synopsis

           Mon nouveau film va raconter le grand mystère de la dispersion des loups. Comment les jeunes loups quittent le territoire qui les a vu naître, et la façon dont ces aventuriers partent à la conquête de nouveaux territoires. Ce voyage va se dérouler comme un road movie à travers les régions les plus reculées des Alpes.

 

alt©Bertrand Bodin         

             

             Des mois durant, je mènerai une véritable enquête qui me permettra de comprendre le fonctionnement complexe et erratique des loups à cette période de leur vie, leurs rencontres avec leurs semblables et les opportunités de se mettre en couple. Dans le sillage des loups nomades je vais découvrir des territoires hostiles déjà occupés par leurs semblables et dans lesquels ils ne sont pas les bienvenus, ou d'autres, plus nombreux, colonisés par les humains. Villages, routes et grandes agglomérations qu'ils préfèrent d'éviter.

           Mais aussi des obstacles incontournables comme des voies rapides, des autoroutes ou des voies ferrées que les loups solitaires devront à tout prix réussir à franchir au péril de leur vie. Sans oublier cette menace permanente des tirs, dits de prélèvements, décidés par les hommes, sous lesquels peuvent tomber au hasard de leur périple bien des loups innocents qui n'ont jamais croisé une seule brebis…Heureusement, subsistent des territoires sauvages vers lesquels m'entraîneront les aventuriers.

 

             Dans ces lieux secrets et fragiles, je vais aussi rencontrer d'autres animaux et les observer. D'abord le lynx, second personnage du film, croiser le félin sauvage dans son milieu naturel marquera une étape importante dans le voyage et je prendrai tout mon temps pour profiter de cette rencontre magique. Mais aussi l'hermine insaisissable qui blanchit en hiver, le ballet aérien des grands rapaces ou le renard, prédateur incompris et massacré injustement et bien d'autres encore. Tout un monde sauvage qui m'émerveille et me fait réfléchir à la vitalité d'une nature si souvent négligée par l'Homme dont les grands équilibres primordiaux doivent à tout prix être préservés.

alt©Bertrand Bodin        

 

             Une immersion primitive et philosophique au cœur de vieilles forêts multicentenaires. Des bivouacs improbables suspendus au bord des abîmes ou nichés sous les stalactites des cascades de glace. Une grotte aménagée dans un chaos rocheux deviendra mon pied à terre improbable le temps d'explorer un vallon perdu. La découverte d'un lac secret aux eaux transparentes et turquoises envahi de truites. La rencontre avec un berger qui s'accommode de la présence du loup et l'accepte...

     

        Puis, au bout de la route, la découverte d'un territoire inoccupé, disponible et prometteur pour les jeunes loups. Une cabane de rêve. D'autres rencontres, d'autres questionnements, d'autres émerveillements et la promesse d'assister à l'installation d'une nouvelle meute.

alt©Bertrand Bodin

 

Note d’intention

         Après « La vallée des loups » j’ai décidé de me lancer dans une nouvelle aventure aux côtés des loups sauvages. Le thème de ce nouveau film sera la dispersion des jeunes loups, la territorialité des grands prédateurs et l’équilibre du nombre d’individus composant une meute. Un équilibre non pas choisi par les humains mais par les loups eux-mêmes qui ne supportent pas d’être trop nombreux sur le territoire qu’ils ont choisi, à l’images des aigles et aussi des renards. 

alt©Bertrand Bodin

 

              Une nouvelle immersion au cœur du sauvage, des dizaines de bivouacs en toute saison pour partager l’intimité du grand prédateur et soulever cette question essentielle de notre rapport à la nature et au « sauvage ».

            Au cours de ce tournage je vais me déplacer sur des distances assez considérables à travers les Alpes, les Hautes-Alpes, l’Isère, la Savoie et jusqu’aux confins du Jura sur les traces de ces jeunes loups qui quittent leurs meutes et cherchent un territoire où s’installer. Une aventure sauvage guidée par la curiosité et l’envie de comprendre le fonctionnement social des grands prédateurs et aussi l’émerveillement d’approcher leur intimité et parfois avoir le privilège de croiser leur regard.

alt©Bertrand Bodin

 

             Trois grandes étapes rythment et équilibrent ma vie. La première, est l’étape du tournage qui demande beaucoup de temps et d’immersion dans la nature pour comprendre le fonctionnement secret et complexe des loups sauvages. Et dans ce film, je navigue constamment entre les vallées secrètes dans lesquelles les loups peuvent s’installer et les zones humanisées et hostiles qu’ils doivent traverser. Des obstacles qui leurs sont souvent fatals et qui montre à quel point nous prenons de la place.

          Il y a aussi l’étape de ce l’on appelle la post-production. Le montage du film, le mixage du son, l’écriture du texte et le travail avec le compositeur de la musique originale. C’est une étape qui peut paraître ingrate et tellement loin du terrain, mais que je trouve excitante et indispensable car le film prend forme, le rêve se concrétise et se matérialise.

          Et enfin, la dernière étape, qui pour moi est primordiale, est l’accompagnement du film dans les salles de cinéma et le partage avec le public. Je rencontre toutes sortes de gens et les débats qui s’improvisent sont toujours d’une richesse incroyable. J’aime aussi partager avec les enfants à l’occasion de très nombreuses séances scolaires et leurs questions sont souvent pertinentes et « brutes de décoffrage ». C’est à l’occasion de ces séances en accompagnant « La vallée des loups » que les échanges avec le public m’ont donné l’idée de faire ce nouveau film…

           Il n’est jamais évident de parvenir à financer un film pour le cinéma. Tout cela est fragile et tient parfois du miracle, mais il ne faut jamais lâcher, même s’il faut parfois soulever des montagnes pour parvenir à concrétiser ses rêves. C’est pour toutes ces raisons que dans mon métier de réalisateur je me sens à ma place et profondément vivant.

Jean-Michel Bertrand

 

 

L’équipe du film

 

L’auteur-réalisateur

Jean-Michel Bertrand

alt©Bertrand Bodin

Le cinéaste français Jean-Michel Bertrand voit le jour en 1959, à Saint-Bonnet, capitale coquette du Champsaur où sa famille demeure depuis des générations. Écologiste bien avant l’heure, son amour de la nature va l’emmener aux quatre coins du monde. Passionné d’images, il tourne un premier long-métrage en Islande. Le film recevra le premier prix du festival des films de Grands Voyageurs de Super Dévoluy.

Immergeant sa caméra dans des univers décalés, le solitaire à l’œil affûté n’arrêtera plus de tourner. À Belfast et Dublin, il témoigne de la misère des enfants des rues qui survivent en élevant des chevaux. Délaissant cette urbanisation délirante, Jean-Michel s’échappe avec les nomades mongols. Pendant une année, il suit leurs errances millénaires. De retour en France, le cinéaste se lance dans un tournage plus personnel : il part à la recherche de « son » aigle. Oiseau mythique qui orchestre ses rêves depuis l’enfance. Une quête filmée dans son jardin, au cœur des montagnes de son enfance.

Le cinéaste arpente des étendues oubliées, se fond dans le décor, scrute le ciel avec obstination… jusqu’à l’inoubliable rencontre. En 2009, le tournage du film VERTIGE D’UNE RENCONTRE est achevé. Avec humour et émotion, Jean-Michel Bertrand ouvre pour nous les portes d’un univers tout à la fois proche et mystérieux. Devant sa caméra le « petit peuple » des montagnes se révèle dans toute sa beauté et sa complexité.

En 2017, sort son film la « Vallée des loups » produit par MC4 et Pathé.

 

Cadreuse

Marie Amiguet

alt©Bertrand Bodin

 

Chef opérateur son

Boris Jollivet

alt©Bertrand Bodin

 

Chef monteuse

Laurence Buchmann

alt

 

Directrice de production

Caroline Maret

 

Producteurs

Jean-Pierre Bailly (MC4)

Stéphane Millière (MC4)

 

MC4 a été créée en 1986 et a produit plus de 1600 films et documentaires.

Essentiellement dans les domaines de la nature, la découverte, de la science, l’histoire et l’environnement pour le cinéma et la télévision.

Pour le cinéma MC4 a produit « Le dernier trappeur » de Nicolas Vanier, « Les animaux amoureux » de Laurent Charbonnier, « Sunny et l’éléphant » de Frédéric Lepage et Olivier Horlait, « Loup » de Nicolas Vanier et « Bonobos » d’Alain Tixier et récemment « La Vallée des loups » de Jean-Michel Bertrand. 3 nouveaux long métrages pour le cinéma sont en tournage.

Pour la télévision MC4 travaille avec la plupart des chaines, Arte, TF1, France 2, France 3, France 5, M6, France O, Planète +, Ushuaïa TV, Stylia, Voyage, Seasons, AB, Equidia.

Parmi ces productions on retrouve « Ethiopie, le mystère des mégalithes » d’Alain Tixier (90’) pour Arte, « Football, arme du KGB » de Nicolas Jallot (52’) pour France 5, « Tsunami sur le lac Léman » de Laurent Graenicher (52’) pour Arte, « Iditarod» 100’de Bruno Peyronnet pour France 2.

Ces productions ont connu pour la plupart une bonne carrière à l’international.

 

À quoi servira la collecte

Note de production

                          A quoi servira la collecte                               

          Le film « La vallée des loups » de Jean-Michel Bertrand avait obtenu le soutien des vallées Champsaur Valgaudemar, du département des Hautes-Alpes (où vit et tourne Jean-Michel) et de la région PACA à hauteur en tout de 80 000 €.

          La première surprise fut une lettre de l’A.D.D.E.T (l’Agence Départementale de Développement Economique et Touristique) des Hautes-Alpes adressée au producteur du film, lui demandant de ne pas faire figurer le département des Hautes-Alpes au générique de « La vallée des loups » malgré les 15 000 € versés pour soutenir celui-ci. Précisant que l’A.D.D.E.T ne demandait pas la restitution de cette somme.

         15 000 € pour ne pas apparaître… Les pressions ont dû être fortes à la tête du département.

          Le loup y serait-il pour quelque chose ?

          Le film est sorti et a eu le succès que l’on sait avec près de 200 000 entrées au cinéma.

          Le très fort relais des médias nationaux et les excellentes critiques du film (sauf rares exceptions) ont mis en lumière la beauté et les espaces sauvages préservés du département des Hautes-Alpes. Mais étrangement l’A.D.D.E.T, dans sa revue de presse mensuelle, n’a jamais relayé les très nombreux articles et émissions TV ou radio relatant le film et par voie de conséquence les Hautes-Alpes.

          C’est un véritable boycott de la part des politiques locaux insensibles à l’éclairage médiatique national de leur département au travers du loup.

           Lorsqu’il s’est agi de faire un nouveau film, et comme il le craignait, nous avons constaté qu’aucun financement local, départemental ou régional de la Région PACA n’était accordé alors que nous sommes très soutenu par la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Un manque de 80 000 € impossible à obtenir de la part de ces structures. Lorsque nous demandons des explications, les rares personnages politiques locaux qui daignent nous recevoir nous répondent en « off » qu’ils sont pris en otage par les éleveurs et qu’il ne faut rien espérer obtenir, le sujet étant explosif… Alors que Jean-Michel a présenté son film dans la France entière et jusqu’à Vancouver au Canada, et qu’il a animé plus de 120 débats dans la plus grande sérénité et sans aucun dérapage agressif ou violent, on ne peut que constater une belle occasion manquée de favoriser ce lien de tolérance et de respect mutuel indispensables à l’évolution des esprits sur un sujet souvent clivant.

        Afin de pouvoir faire ce nouveau film dans les meilleures conditions et de permettre à Jean-Michel de passer du temps sur le terrain pour continuer à filmer les loups sauvages dans leur milieu naturel en France, nous avons décidé de mettre en place ce financement participatif pour réunir au moins une partie de ce déficit.

        Nous comptons sur vous pour résister à ce que l’on peut qualifier de véritable censure orchestrée par les lobbies et pratiquée par un personnel politique à la botte de ceux qui font le plus de bruit.

Choisissez votre contrepartie

Pour 5 € et plus

Un Grand Merci !

Vous aurez le droit à un grand merci de toute la part de l'équipe :) (©Bertrand Bodin)

  • Contributeurs : 47

Pour 10 € et plus

Billet gratuit

En plus d'un grand merci de toute l'équipe, vous aurez un billet gratuit pour aller voir le film au cinéma (©Bertrand Bodin)

  • Contributeurs : 50
  • Disponibilité : 0/50

Pour 20 € et plus

Affiche du film (A3)

Vous aurez le droit à une affiche du film (A3) (©Bertrand Bodin)

  • Contributeurs : 61
  • Disponibilité : 19/80

Pour 25 € et plus

l'affiche du film

En plus d'un grand merci de toute l'équipe, et d'un billet gratuit pour aller voir le film au cinéma, vous pourrez mettre chez vous la belle affiche du film (A3) (©Bertrand Bodin)

  • Contributeurs : 60
  • Disponibilité : 0/60

Pour 40 € et plus

DVD

Vous repartirez avec l'affiche du film (format A3) et le DVD (©Bertrand Bodin)

  • Contributeurs : 104
  • Disponibilité : 6/110

Pour 50 € et plus

Le dvd du film

En plus d'un grand merci de toute l'équipe, d'un billet gratuit pour aller voir le film au cinéma, et la belle affiche du film (A3), vous pourrez revoir le film chez vous grâce au DVD (©Bertrand Bodin)

  • Contributeurs : 60
  • Disponibilité : 0/60

Pour 60 € et plus

Générique

Votre nom au générique+affiche du film (©Bertrand Bodin)

  • Contributeurs : 40
  • Disponibilité : 0/40

Pour 75 € et plus

En plus d'un grand merci de toute l'équipe, d'un billet gratuit pour aller voir le film au cinéma, de la belle affiche du film (A3), du DVD, votre nom sera au générique de fin

  • Contributeurs : 40
  • Disponibilité : 0/40

Pour 80 € et plus

Livre

Vous repartirez avec le livre du film + l'affiche du film (©Bertrand Bodin Edition La Salamandre)

  • Contributeurs : 26
  • Disponibilité : 14/40

Pour 100 € et plus

Livre photo

En plus d'un grand merci de toute l'équipe, d'un billet gratuit pour aller voir le film au cinéma, et la belle affiche du film (A3), du DVD et de votre nom au générique, vous aurez le livre-photo du film (©Bertrand Bodin Editions La Salamandre)

  • Contributeurs : 60
  • Disponibilité : 0/60

Pour 200 € et plus

Invitation projetcion

En plus d'un grand merci de toute l'équipe, d'un billet gratuit pour aller voir le film au cinéma, et la belle affiche du film (A3), du DVD et de votre nom au générique, du livre-photo du film, venez à la projection du film en présence de l'équipe du film. (©Bertrand Bodin)

  • Contributeurs : 17
  • Disponibilité : 23/40

Pour 300 € et plus

Assister à la post-production avec le réalisateur

En plus d'un grand merci de toute l'équipe, d'un billet gratuit pour aller voir le film au cinéma, et la belle affiche du film (A3), du DVD et de votre nom au générique, du livre-photo du film, d'une invitation à la projection du film en présence de l'équipe du film, venez assister pendant 2h à la post-production du film et à un entretien personnel avec le réalisateur. (©Bertrand Bodin)

  • Contributeurs : 10
  • Disponibilité : 0/10

Faire un don

Je donne ce que je veux