LE TEMPS DES NABABS

Faites exister une collection documentaire exceptionnelle qui vous fera découvrir l’histoire des films mythiques du cinéma français !

Visuel du projet LE TEMPS DES NABABS
Réussi
147
Contributions
31/07/2017
Date de fin
33 205 €
Sur 30 000 €
110 %

LE TEMPS DES NABABS

<p><em>Le Temps des Nababs </em>est une collection de 8 &eacute;pisodes de 52 minutes qui propose de raconter l&rsquo;histoire du cin&eacute;ma fran&ccedil;ais de la Seconde Guerre mondiale &agrave; la fin des ann&eacute;es 70, &eacute;poque &agrave; laquelle la t&eacute;l&eacute;vision est devenue partenaire du financement, changeant totalement le m&eacute;tier de producteur et, avec lui, le cin&eacute;ma.</p> <p>&nbsp;</p> <p>A travers les grands films qui ont marqu&eacute; ces ann&eacute;es, nous ferons le portrait de leurs producteurs, ces derniers &laquo;&nbsp;Nababs &raquo; du cin&eacute;ma, ces joueurs pr&ecirc;ts &agrave; tout risquer pour le cin&eacute;ma, tous les cin&eacute;mas.</p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Affiches_1-1497641428" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434880/Affiches_1-1497641428.jpg" /></p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Ltdn11-1497632750" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434844/LTDN11-1497632750.jpg" /></p> <p>Notre but est d&rsquo;abord de recueillir le t&eacute;moignage direct des grands acteurs du cin&eacute;ma de cette p&eacute;riode :&nbsp;stars, sc&eacute;naristes, producteurs et financiers. Ils sont une m&eacute;moire unique d&#39;une &eacute;poque o&ugrave; produire n&#39;&eacute;tait pas simplement financer, et o&ugrave; le succ&egrave;s &eacute;tait spectaculaire et l&#39;&eacute;chec public mortel.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Ensuite parce que cette ann&eacute;e&nbsp;ont &eacute;t&eacute; pr&eacute;sent&eacute;s &agrave; Cannes des films qui ne conna&icirc;tront peut-&ecirc;tre jamais l&#39;euphorie (ou la sanction) d&#39;une sortie dans des salles de cin&eacute;ma, des films - financ&eacute;s et achet&eacute;s - enti&egrave;rement par une t&eacute;l&eacute;vision.</p> <p>&nbsp;</p> <p>La relation entre ce que l&rsquo;on produit et comment on le produit est le c&oelig;ur du projet <em>Le Temps des Nababs</em>. Cette relation a connu bien des aventures et des m&eacute;saventures depuis le milieu du vingti&egrave;me si&egrave;cle, et l&rsquo;&eacute;pisode Netflix est un nouveau chapitre de cette histoire&nbsp;tumultueuse, passionnante, &agrave; l&rsquo;int&eacute;rieur de laquelle se sont construites les repr&eacute;sentations habit&eacute;es du monde,&nbsp;qui nous ont nourris, d&rsquo;abord au cin&eacute;ma, puis progressivement sur tous les &eacute;crans.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Partir des producteurs eux-m&ecirc;mes, des films qu&rsquo;ils ont produits, pour raconter une histoire financi&egrave;re et artistique du cin&eacute;ma fran&ccedil;ais depuis 1945 :&nbsp;telle est l&rsquo;ambition de cette collection. A partir d&rsquo;archives documentaires, d&rsquo;extraits de films et de t&eacute;moignages, c&rsquo;est une certaine histoire de France qui va &eacute;merger, une histoire d&rsquo;images, de regards mais aussi de relation financi&egrave;re &agrave; la cr&eacute;ation, au risque, &agrave; l&rsquo;exposition.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Si l&rsquo;on pense qu&rsquo;il y a un lien entre les conditions d&rsquo;&eacute;mergence des &oelig;uvres et leur nature, alors cette collection est une &eacute;tape importante dans la compr&eacute;hension de ce qui nous est arriv&eacute; depuis la derni&egrave;re Guerre. Elle va nous donner les outils pour appr&eacute;hender le nouvel espace de production et de diffusion qui s&rsquo;annonce et au-del&agrave;, le monde d&rsquo;image dans lequel nous allons continuer de grandir et d&rsquo;&eacute;voluer.</p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Ltdn12-1497632849" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434845/LTDN12-1497632849.jpg" /></p> <p><em>Les Enfants du paradis, Hiroshima mon amour, Casque d&#39;or, A Bout de souffle, Le Corniaud, Et Dieu cr&eacute;a la femme, Belle de jour, Les Valseuses, Z, Les Choses de la vie</em>...</p> <p>&nbsp;</p> <p>Des films qui ont marqu&eacute; le cin&eacute;ma fran&ccedil;ais et dont beaucoup ont d&eacute;pass&eacute; les fronti&egrave;res jusqu&#39;&agrave; atteindre une reconnaissance mondiale. Le public a d&eacute;couvert ces films qui ont permis de faire &eacute;merger de nouveaux talents ou de confirmer celui de ses r&eacute;alisateurs et acteurs. Ils ont travers&eacute; le temps, nous bouleversent toujours, nous font rire aussi. Ils font partie de nos vies, de notre culture.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Un film suffit pour immortaliser la beaut&eacute; d&#39;une actrice, la force d&#39;une histoire, le g&eacute;nie d&#39;un r&eacute;alisateur. Mais est-ce que Jean Renoir aurait pu faire <em>French Cancan</em> sans la volont&eacute; d&#39;Henry Deutschmeister ? Brigitte Bardot aurait-elle &eacute;t&eacute; une star mondiale sans l&#39;ambition de Raoul Levy ? <em>La Grande bouffe</em> aurait-elle vu le jour sans la folie de Jean-Pierre Rassam&nbsp;?</p> <p>&nbsp;</p> <p>Pierre Braunberger, Anatole Dauman, Robert Dorfmann, les fr&egrave;res Hakim, Mag Bodard, Alain Poir&eacute;, Pierre Cottrell, Albina du Boisrouvray, Paul Claudon... Des noms inconnus du grand public, car ils ont toujours &oelig;uvr&eacute; dans l&#39;ombre. Et pourtant ils ont tous laiss&eacute; une &oelig;uvre personnelle, unique.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Des ann&eacute;es d&#39;apr&egrave;s-guerre o&ugrave; la production cin&eacute;matographique fut lib&eacute;r&eacute;e du joug des Allemands en m&ecirc;me temps que la population, jusqu&#39;&agrave; la fin des ann&eacute;es 70, nous allons vous parler de ces hommes et (rares) femmes de l&#39;ombre qui ont permis la cr&eacute;ation de ces &oelig;uvres qui continueront &agrave; marquer des g&eacute;n&eacute;rations de spectateurs.</p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Photos_2-1497641507" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434882/Photos_2-1497641507.jpg" /></p> <p>&nbsp;</p> <p>Les 8 &eacute;pisodes feuilletonnants de 52 minutes aborderont chacun une th&eacute;matique diff&eacute;rente, &agrave; travers les succ&egrave;s publics et critiques du cin&eacute;ma fran&ccedil;ais. Des succ&egrave;s initi&eacute;s, r&ecirc;v&eacute;s et port&eacute;s par ces derniers &laquo; nababs&nbsp;&raquo; : les producteurs de cin&eacute;ma.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Ils suivront &eacute;galement la chronologie d&rsquo;une Histoire du cin&eacute;ma fran&ccedil;ais&nbsp;: de son &laquo; &Acirc;ge d&rsquo;or &raquo; apr&egrave;s la Seconde Guerre mondiale jusqu&rsquo;&agrave; la fin de la censure dans les ann&eacute;es 70, qui marque le d&eacute;but de la participation massive de la t&eacute;l&eacute;vision dans le financement des films. C&rsquo;est la fin des Trente Glorieuses et elle sonne presque comme la fin d&rsquo;une p&eacute;riode b&eacute;nie pour le cin&eacute;ma fran&ccedil;ais. La France, exception culturelle, rentre dans une nouvelle &egrave;re&nbsp;port&eacute;e aux nues par un 7&egrave;me art qui la place au 3&egrave;me plan mondial de la production cin&eacute;matographique.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Pour chaque film, nous allons rencontrer ces derniers &laquo;&nbsp;nababs&nbsp;&raquo;, lorsqu&rsquo;ils sont encore vivants, ou celles et ceux qui les ont connus. Nous nous approcherons au plus pr&egrave;s de la personnalit&eacute; de chacun d&rsquo;eux, pour comprendre leurs choix, leur motivation, leur fa&ccedil;on de travailler, de monter des projets, de trouver des financements, de convaincre des acteurs, des r&eacute;alisateurs&hellip;</p> <p>&nbsp;</p> <p>Nous nous appuierons sur des archives de chaque &eacute;poque, mais &eacute;galement sur des images de tournages, d&#39;interviews, d&rsquo;avant-premi&egrave;res et bien s&ucirc;r sur des extraits de films, pour mettre en lumi&egrave;re ce cin&eacute;ma que le monde nous envie.</p> <p>&nbsp;</p> <p>L&rsquo;histoire des films de ces &laquo; nababs &raquo; nous donnera aussi un regard sur la soci&eacute;t&eacute; fran&ccedil;aise de ces ann&eacute;es-l&agrave;. Ce sont souvent des films qui lui ont permis d&rsquo;ausculter son pass&eacute;, de mieux comprendre les bouleversements de sa jeunesse, de d&eacute;couvrir de nouveaux horizons &agrave; une &eacute;poque o&ugrave; la t&eacute;l&eacute;vision n&rsquo;&eacute;tait pas encore dans tous les foyers.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Cette s&eacute;rie veut explorer la mani&egrave;re dont ces femmes et ces hommes se sont engag&eacute;s pour faire aboutir des &oelig;uvres de notre patrimoine cin&eacute;matographique, tout en racontant aussi l&rsquo;Histoire du cin&eacute;ma, d&rsquo;une &eacute;poque, de notre enfance&hellip; Notre histoire, en somme.</p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Affiches_2-1497641540" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434884/Affiches_2-1497641540.jpg" /></p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Ltdn13-1497632889" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434846/LTDN13-1497632889.jpg" /></p> <p>Episode 1 : <em>Les Romanesques </em></p> <p>Episode 2 : <em>Les Ombres de la guerre</em></p> <p>Episode 3 : <em>Vieux lions vs. Nouvelle vague</em></p> <p>Episode 4 : <em>Un nouveau Star system</em></p> <p>Episode 5 : <em>Le Cin&eacute;ma en r&eacute;sistance</em></p> <p>Episode 6 : <em>La Crise</em></p> <p>Episode 7 : <em>Les premi&egrave;res Productrices</em></p> <p>Episode 8 : <em>La Fin de la censure</em></p> <p>Le synopsis de chaque &eacute;pisode vous sera d&eacute;voil&eacute; au cours la campagne&nbsp;!&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Photos_3-1497641526" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434883/Photos_3-1497641526.jpg" /></p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Ltdn14-1497632952" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434847/LTDN14-1497632952.jpg" /></p> <p>La douce nostalgie des sensations de mon adolescence est li&eacute;e &agrave; la d&eacute;couverte de nombreux classiques du cin&eacute;ma fran&ccedil;ais. Souvent, je p&eacute;n&eacute;trais dans l&rsquo;obscurit&eacute; d&rsquo;une salle de quartier un apr&egrave;s-midi d&rsquo;&eacute;t&eacute; et m&rsquo;asseyais sur un strapontin pour savourer <em>Les Enfants du paradis </em>ou revoir <em>A bout de souffle</em>. Quand je ne restais pas &eacute;bahie devant l&rsquo;audacieuse affiche de <em>La Grande bouffe</em> qui tapissait les Champs-&Eacute;lys&eacute;es, il y avait ces dimanches qui s&rsquo;accompagnaient de questionnements m&eacute;taphysiques sur le sens de ma vie. Je noyais les quelques larmes qu&rsquo;ils provoquaient et trouvais certaines r&eacute;ponses en m&rsquo;enfon&ccedil;ant dans un fauteuil rouge inconfortable pour d&eacute;couvrir <em>La Voie lact&eacute;e</em> au Mac Mahon, <em>Le Boucher, Nuit et brouillard</em> et bien d&rsquo;autres films qui font d&eacute;sormais partie de notre m&eacute;moire collective.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Je notais aussi lors du g&eacute;n&eacute;rique le nom d&rsquo;un producteur dont mon p&egrave;re &ndash; lui-m&ecirc;me producteur &ndash; me parlait parfois. C&rsquo;est toujours par le biais de la production que j&rsquo;ai d&eacute;couvert l&rsquo;histoire de la fabrication des films et autant dire qu&rsquo;elle n&rsquo;a souvent rien &agrave; voir avec la version des r&eacute;alisateurs. Le point de vue des producteurs renvoie souvent dos &agrave; dos l&rsquo;art et l&rsquo;industrie, la cr&eacute;ation et l&rsquo;argent.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Mais quand un producteur est &agrave; l&rsquo;unisson avec son r&eacute;alisateur sur un projet de film, il &eacute;pouse la cr&eacute;ation qui l&rsquo;entra&icirc;ne sur un terrain inconnu et excite son go&ucirc;t du risque.&nbsp; L&rsquo;argent qu&rsquo;il trouve pour que le film se fasse devient accessoire au point qu&rsquo;il s&rsquo;endette parfois jusqu&#39;&agrave; la faillite pour voir l&rsquo;&oelig;uvre aboutir. Il peut aussi prendre peur devant la cascade d&rsquo;inconnues, de d&eacute;penses impr&eacute;vues et amorcer une guerre avec son r&eacute;alisateur qui l&rsquo;accusera souvent d&rsquo;&ecirc;tre castrateur&hellip;</p> <p>&nbsp;</p> <p>Ce que le producteur a de commun avec le r&eacute;alisateur, c&rsquo;est le fait qu&rsquo;il soit unique. Il fonctionne en autodidacte dans son m&eacute;tier, r&eacute;invente des sources de financement si n&eacute;cessaire, accompagne un film diff&eacute;remment selon le sujet, le r&eacute;alisateur, l&rsquo;&eacute;poque, le genre ou mille autres facteurs qu&rsquo;il d&eacute;couvrira au fur et &agrave; mesure de la fabrication.</p> <p>&nbsp;</p> <p>J&rsquo;ai envie de rendre hommage &agrave; l&rsquo;humanit&eacute; de ces &laquo; nababs &raquo; du cin&eacute;ma, &agrave; leur savoir-faire et m&ecirc;me &agrave; leur g&eacute;nie. Je veux en saisir le moteur, comprendre ce qui d&eacute;cide chacun d&rsquo;entre eux &agrave; choisir ce m&eacute;tier, rarement exempt de risques financiers et de relations passionnelles. J&rsquo;ai envie de savoir comment ils ont su s&rsquo;adapter &agrave; l&rsquo;&eacute;conomie de notre pays, comment ils ont r&eacute;ussi &agrave; le faire r&ecirc;ver, &agrave; le bousculer et &agrave; le r&eacute;veiller avec leur cin&eacute;ma.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Pour rendre compte des personnalit&eacute;s multiples de ces producteurs, je filmerai leur&nbsp;t&eacute;moignage&nbsp;ainsi que celui de ceux qui les ont connus et c&ocirc;toy&eacute;s, acteurs, metteurs en sc&egrave;ne, collaborateurs... C&rsquo;est aussi par le&nbsp;genre de films qu&rsquo;ils ont produits : politique, polar, drame, com&eacute;die&hellip; que nous ferons leur d&eacute;couverte.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Bien s&ucirc;r le pari financier fait partie int&eacute;grante de leur nature de producteur, mais ils n&rsquo;ont pas choisi leurs films au hasard : il y a des sujets qui r&eacute;sonnent en eux et des rencontres avec des r&eacute;alisateurs qui ont &eacute;veill&eacute; leur d&eacute;sir.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Ils &eacute;taient uniques et passionn&eacute;s, et c&rsquo;est pour cela qu&rsquo;ils nous ont l&eacute;gu&eacute; des &oelig;uvres uniques et&nbsp;intemporelles.</p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Photos_4-1497641576" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434885/Photos_4-1497641576.jpg" /></p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Ltdn15-1497632998" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434848/LTDN15-1497632998.jpg" /></p> <p>J&rsquo;ai eu la chance de rentrer dans le cin&eacute;ma en 1978, sans conna&icirc;tre personne, sans m&ecirc;me imaginer ce que serait mon m&eacute;tier dans cet art que j&rsquo;aimais passionn&eacute;ment. Sans le savoir, j&rsquo;ai v&eacute;cu les derni&egrave;res ann&eacute;es de la production cin&eacute;matographique avant la participation des cha&icirc;nes de t&eacute;l&eacute;vision, de Canal +, des soficas, des r&eacute;gions, de la distribution vid&eacute;o, etc. En un mot, tout ce qui constitue aujourd&rsquo;hui l&rsquo;essentiel du financement des films aujourd&rsquo;hui !</p> <p>&nbsp;</p> <p>Quand on est un cin&eacute;phile, l&rsquo;histoire du cin&eacute;ma ne peut &ecirc;tre r&eacute;duite &agrave; l&rsquo;accumulation de films vus, car tr&egrave;s vite leur naissance, la gen&egrave;se de leur existence, est la question fondamentale qui nous taraude : Comment tant de talents ont-ils pu se r&eacute;unir ? Qui a convaincu les financiers pour permettre la naissance de telles histoires ? Qui surtout a eu le culot de donner les moyens au r&eacute;alisateur, et comment en a-t-il lui-m&ecirc;me trouv&eacute; les moyens ?</p> <p>&nbsp;</p> <p>Chaque mercredi, on ne peut que s&rsquo;interroger : le cin&eacute;ma aujourd&rsquo;hui se lancerait-il dans <em>La Grande bouffe</em>, <em>La Maman et la putain</em>, <em>Le Charme discret de la bourgeoisie</em>, mais aussi <em>Papillon</em>, et m&ecirc;me <em>La Grande vadrouille</em>, <em>La Guerre du feu</em> ou <em>Z</em>, avec les moyens que n&eacute;cessitaient ces films et ce en totale libert&eacute; ? Ces chefs-d&rsquo;&oelig;uvre appartenant d&eacute;sormais &agrave; notre patrimoine culturel &eacute;taient tous des d&eacute;fis &agrave; la raison commerciale !</p> <p>&nbsp;</p> <p>J&rsquo;ai eu le bonheur de croiser beaucoup des plus grands producteurs de l&rsquo;&eacute;poque : Serge Silberman, Robert Dorfmann, Jacques-&Eacute;ric Strauss, Jacques Perrin, Vera Belmont, Pierre Braunberger, Claude Berri, Yves Rousset-Rouart...</p> <p>&nbsp;</p> <p>J&rsquo;ai distribu&eacute; depuis des films que certains ont produits. Et &agrave; chaque rencontre, je leur ai toujours demand&eacute; de me raconter comment c&rsquo;&eacute;tait au temps de Gabin, de Delon, de <em>Z</em>, <em>Emmanuelle</em>, du <em>Clan des Siciliens</em>&hellip; Leurs histoires m&rsquo;ont fait r&ecirc;ver, car elles sont toutes incroyables - dans le succ&egrave;s comme dans l&rsquo;&eacute;chec !</p> <p>&nbsp;</p> <p>Elles m&rsquo;ont en tout cas forg&eacute; une id&eacute;e du cin&eacute;ma : le cin&eacute;ma est un travail d&rsquo;&eacute;quipe entre des cr&eacute;ateurs et une volont&eacute; de faire, de produire, de donner les moyens, parfois aussi de donner les contraintes et les limites, mais surtout d&rsquo;indiquer le cap !</p> <p>&nbsp;</p> <p>J&rsquo;ai toujours eu envie de raconter cette histoire non dite du rapport entre production et cr&eacute;ation dans le cin&eacute;ma. Et qui mieux que la petite-fille des fr&egrave;res Hakim et fille du producteur du <em>Clan des Siciliens</em> pourrait le faire ?</p> <p>&nbsp;</p> <p>Des salles de jeux o&ugrave; Robert Dorfmann a trouv&eacute; le financement des derni&egrave;res semaines de tournage de <em>La Grande vadrouille</em>, aux &laquo; combines &raquo; de financement &agrave; la limite de la l&eacute;galit&eacute; de la plupart des films, en passant par les naufrages mais aussi (et heureusement) par des miracles du box-office, il y a une v&eacute;ritable &eacute;pop&eacute;e du cin&eacute;ma &agrave; raconter. Mal connue, passionnante, foisonnante, inattendue, entre thriller, aventure, com&eacute;die, drame&hellip;</p> <p>&nbsp;</p> <p>Elle est unique au monde et elle fait r&ecirc;ver !</p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Affiches_3-1497641590" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434886/Affiches_3-1497641590.jpg" /></p> <p>&nbsp;</p> <p><em>Ce projet est issu du d&eacute;sir commun et de longue date de ses cr&eacute;ateurs et initiateurs :</em></p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>&bull; Florence Strauss, auteure et r&eacute;alisatrice</strong></p> <p>Florence Strauss, n&eacute;e &agrave; Paris, dipl&ocirc;m&eacute;e en architecture, est r&eacute;alisatrice et sc&eacute;nariste. Elle a r&eacute;alis&eacute; plusieurs longs-m&eacute;trages documentaires et de fiction. Fille de Jacques-&Eacute;ric Strauss, le producteur du <em>Clan des Siciliens</em> et petite-fille de Robert Hakim, producteur d&rsquo;Antonioni, Chabrol, Renoir, Cl&eacute;ment, Bu&ntilde;uel&hellip; elle a &eacute;galement adapt&eacute; plusieurs textes litt&eacute;raires. Son film autour de la production du film <em>Le Clan des Siciliens</em>, <em>Les Diamants du clan</em>, pr&eacute;figurait <em>Le Temps des Nababs</em>. Elle a plong&eacute; dans cette aventure et semble la seule capable de la mener &agrave; bien avec le soutien de Jean Labadie, un excellent connaisseur de cette histoire, et notre acc&egrave;s aux films dont nous avons besoin.</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>&bull; Jean Labadie, intervenant et producteur</strong></p> <p>Tout au long de sa carri&egrave;re de distributeur et de producteur, Jean Labadie a connu, c&ocirc;toy&eacute; ou travaill&eacute; avec des producteurs de l&eacute;gende&nbsp;: de Robert Dorfmann &agrave; Anatole Dauman, de Serge Silberman &agrave; Claude Berri, d&rsquo;Agn&egrave;s Varda &agrave; Claude Chabrol ou Jacques Perrin entre autres&hellip; Passionn&eacute; d&rsquo;Histoire du cin&eacute;ma et d&rsquo;histoires de cin&eacute;ma, le cr&eacute;ateur de Bac Films et Le Pacte les a questionn&eacute;s sur leur&nbsp;parcours, leurs aventures de cin&eacute;ma. <em>Le Temps des Nababs</em>&nbsp;est l&rsquo;occasion unique de r&eacute;pondre &agrave; cette question&nbsp;: comment sont n&eacute;s les chefs d&rsquo;&oelig;uvre du cin&eacute;ma fran&ccedil;ais, comment les producteurs trouvaient l&rsquo;argent quand n&rsquo;existaient ni aides r&eacute;gionales, ni vid&eacute;o, ni financement des cha&icirc;nes de t&eacute;l&eacute;vision&nbsp;?</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>&bull; Serge Lalou, producteur</strong></p> <p>Serge Lalou a commenc&eacute; la production en 1987 et n&rsquo;a connu qu&rsquo;une seule fa&ccedil;on de produire avec une omnipr&eacute;sence de la t&eacute;l&eacute;vision. Cela ne l&rsquo;a pas emp&ecirc;ch&eacute; de produire plus de 400 films pour la t&eacute;l&eacute;vision et le cin&eacute;ma, documentaires et long-m&eacute;trages, dont <em>&Ecirc;tre et avoir</em> de Nicolas Philibert, <em>Valse avec Bachir</em>&nbsp;d&rsquo;Ari Folman et plus r&eacute;cemment <em>Orpheline</em> d&rsquo;Arnaud des Palli&egrave;res. Accompagner la s&eacute;rie documentaire<em> Le Temps des Nababs</em>, c&rsquo;est faire l&rsquo;histoire de celles et ceux qui l&rsquo;ont pr&eacute;c&eacute;d&eacute;s et qui, paradoxalement, d&eacute;tiennent peut-&ecirc;tre la cl&eacute; du futur de ce m&eacute;tier en pleine r&eacute;volution.</p>

À quoi servira la collecte

<p><img alt="Ltdn16-1497633083" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434849/LTDN16-1497633083.jpg" /></p> <p>Les documentaires consacr&eacute;s au cin&eacute;ma et son Histoire sont difficiles &agrave; financer.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Pour parvenir &agrave; faire une collection qui s&rsquo;inscrive dans le temps et puisse constituer une &oelig;uvre de r&eacute;f&eacute;rence sur tout un pan, une &eacute;poque, de notre cin&eacute;ma, nous avons besoin de votre aide, car il faut du temps et des moyens importants pour filmer les t&eacute;moignages, retrouver et restaurer les archives, choisir et obtenir les extraits de films pour l&rsquo;illustrer.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Destin&eacute;e &agrave; tous, <em>Le Temps des Nababs</em> est la collection sur le cin&eacute;ma qui manque pour le grand public, ainsi que pour ceux qui font le cin&eacute;ma, et aussi pour ceux qui l&rsquo;&eacute;tudient. Elle existera si elle f&eacute;d&egrave;re le d&eacute;sir et les efforts de tous&nbsp;! Nous vous en remercions par avance&nbsp;!</p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="Ltdn17-1497633104" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434850/LTDN17-1497633104.jpg" /></p> <p>Les archives et les extraits de films sont une mati&egrave;re essentielle &agrave; cette collection mais ils sont tr&egrave;s co&ucirc;teux et demandent un tr&egrave;s grand travail de recherche et de lib&eacute;ration des droits.</p> <p>&nbsp;</p> <p>L&#39;objectif de cette collecte est d&#39;avoir les moyens de d&eacute;nicher des archives in&eacute;dites et d&rsquo;illustrer chaque &eacute;pisode d&rsquo;un plus grand nombre d&rsquo;extraits des films l&eacute;gendaires cit&eacute;s plus haut, qui ont marqu&eacute; l&#39;Histoire de notre cin&eacute;ma. Chaque euro g&eacute;n&eacute;reusement donn&eacute; &agrave; notre campagne nous permettra d&rsquo;enrichir un peu plus la collection de pr&eacute;cieuses images.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Avec 30.000 euros, vous nous aidez &agrave; financer une partie des archives et des extraits, et bien s&ucirc;r, si nous d&eacute;passons ce montant nous pourrons vous offrir encore plus de richesse documentaire.</p> <p><img alt="Photos_5-1497865860" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/435347/Photos_5-1497865860.jpg" /></p> <p><img alt="Ltdn18-1497633161" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/434851/LTDN18-1497633161.jpg" /></p> <p>Le montant sera r&eacute;parti comme suit : 80% pour la production de la collection (achats des extraits), 12% pour les co&ucirc;ts des contreparties et 8% pour KissKissBankBank.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Pendant toute la dur&eacute;e de la cr&eacute;ation de la collection, nous vous tiendrons r&eacute;guli&egrave;rement inform&eacute;s de son avanc&eacute;e. Nous esp&eacute;rons vous donner envie de propager notre travail autour de vous et sur les r&eacute;seaux sociaux !</p>

Choisissez votre contrepartie

5 €

Un grand merci ! Chaque geste compte et vous serez cité sur la Page Facebook de la série.

10 €

Votre nom au générique.
  • 12 contributions

25 €

Votre nom au générique et un lien privé pour voir deux épisodes au choix de la collection en avant-première.
  • 18 contributions

35 €

Votre nom au générique et un lien privé pour voir quatre épisodes au choix de la collection en avant-première.
  • 7 contributions

50 €

Votre nom au générique et un lien privé pour voir la série complète en avant-première + des pin’s collector créés pour la sortie de « Visages, Villages », « Les Fantômes d’Ismaël » et deux films inédits du Pacte.
  • 16 contributions

80 €

Les contreparties précédentes + le coffret DVD numéroté de la série + un pin’s collector créé pour le lancement de la série (pack « Nababs »).
  • 28 contributions

120 €

Le pack « Nababs » + un lien privé pour voir un épisode inédit (non-inclus dans la série) + le livre « Comment financer un film de cinéma » (éditions Dixit) + un mug collector à l’effigie de la série.
  • 9 contributions

150 €

Le pack « Nababs » + un lien privé pour voir un épisode inédit (non-inclus dans la série) + le livre « Le guide chiffré du cinéma en France » (éditions Dixit) + un livret collector édité par Le Pacte à choisir dans les films suivants : « Les Fantômes d’Ismaël », « Visages Villages », « The Florida Project », « Corps et âme », « Thelma » + un t-shirt à l’effigie de la série.
  • 11 contributions

180 €

Le pack « Nababs » + un lien privé pour voir un épisode inédit (non-inclus dans la série) + le livre « Le guide chiffré du cinéma en France » (éditions Dixit) + un livret collector édité par Le Pacte à choisir dans les films suivants : « Les Fantômes d’Ismaël », « Visages Villages », « The Florida Project », « Corps et âme », « Thelma » + un polo collector à l’effigie de la série.
  • 1 contribution

300 €

Le pack « Nababs » + un lien privé pour voir un épisode inédit (non-inclus dans la série) + le livre « Le guide chiffré du cinéma en France » (éditions Dixit) + le livre « Comment financer un film de cinéma » (éditions dixit) + une invitation à une projection des deux premiers épisodes suivie d’une rencontre avec l’équipe.
  • 12 contributions

500 €

Le pack « Nababs » + un lien privé pour voir un épisode inédit (non-inclus dans la série) + une invitation pour deux personnes pour l’avant-­première d’un film distribué par Le Pacte et la soirée du jour de la sortie + un carnet collector « Secret Notebook » édité en édition limitée pour la sortie du film « Paterson ».
  • 21 contributions

2 000 €

Le pack « Nababs » + un lien privé pour voir un épisode inédit (non-inclus dans la série) + un stage écriture cinéma Robert McKee.
  • 1 contribution

5 000 €

Le pack « Nababs » + un lien privé pour voir un épisode inédit (non-inclus dans la série) + la formation Dixit « Comment financer un film de cinéma »

Faire un don

Je donne ce que je veux