Le Voyage au coeur des "Mémoires d'une Adoptée"

Embarquez dans cette Aventure coréenne et construisez avec nous ce Voyage au coeur de MES Mémoires... au coeur de NOS mémoires humaines...

Visuel du projet Le Voyage au coeur des "Mémoires d'une Adoptée"
Échoué
14
Contributeurs
11/05/2019
Date de fin
905 €
Sur 5 240 €
17 %

Le Voyage au coeur des "Mémoires d'une Adoptée"

QUI JE SUIS

Je m’appelle Suh Yung Mee Henry de Frahan. Je suis née il y a 46 ans quelque part en Corée du Sud. J'ai été adoptée en Belgique à l'âge de 2 ans.
Je suis artiste calligraphe, pluridisciplinaire, art thérapeute et je vis à Bruxelles avec mes deux enfants.

Mon parcours artistique se nourrit de ma reconnexion grandissante à mes racines. Créer, partager, connecter et rayonner sont mes moteurs.

L'Essence de mon travail réside dans la transmission de l'espoir et du sens de l’identité pour chacun mais plus particulièrement pour les enfants et les minorités.La création d’un nouveau dialogue sur l’adoption est au coeur de mon travail de femme, d’activiste et d’adoptée.

 

LE PROJET du Voyage au coeur des “Mémoires d’une Adoptée” en Corée ce mois de mai 2019.

(Ce voyage est le premier volet et le PILIER du projet de livre “Mémoires d’une adoptée” dont la sortie est prévue au printemps 2020. )

Ce voyage nous emmènera sur les traces de mon pèlerinage depuis 2014. Durant ces deux semaines en Corée, Robin et moi voyagerons entre Séoul et la région de Gwangju afin de récolter les graines plantées lors de mes précédants voyages. Pour cela, nous irons à la rencontre de personnes susceptibles d’aider à illustrer la puissance de cet héritage coréen.

Afin d’éclairer au mieux le sens et l'importance du voyage au coeur des Mémoires, je vous emmène cinq ans en arrière, lors de mon premier retour en Corée.

Après quarante ans de déracinement, j’avais décidé d’affronter ce voyage vers mon pays natal. Enfin, j'ai pu m’identifier à ce reflet coréen, asiatique.  Ces visages aux yeux en amandes comme les miens, aux cheveux noirs et épais et découvrir ces reflets qui ont apaisé ce manque de miroir qui m'a tant pesée et entravée en grandissant.

De retour en Belgique j’ai dû affronter des chocs émotionnels profonds et des reconnexions impressionnantes avec ce que j’ai pu identifier comme mes MÉMOIRES ANCESTRALES.

Ces mémoires latentes, étouffées depuis quarante ans, se sont réveillées, puissantes, incontournables, exigeantes, tel un ogre affamé.

Ce chemin vers mes racines a demandé des allers retours Corée/Belgique. Quatre années à écouter et nourrir ces échos intérieurs. Quatre années à marcher dans la pénombre, mue par un préssentiment que tout ceci aurait du sens un jour, guidée par l’immense espoir que ce ne serait pas vain.

Steve Jobs, créateur d'Apple et explorateur créatif disait à peu près ceci « you can't connect the dots looking forward, you can only connect the dots looking backwards, so you have to trust that somehow, the dots will connect in the future ». C'est exactement le sens du chemin de ces années d'incessantes réponses aux appels de mes racines. J'ai marché, j’ai trébuché, et à chaque fois je me suis relevée et j'ai continué... à tâtons et sans relâche ! Aujourd'hui, en regardant en arrière, je peux enfin connecter les points.Ce voyage au coeur de mes mémoires qui se déroulera de fin mai à début juin 2019, s’inscrit comme le voyage de clôture de ce cycle d’exploration. Il sera documenté par nos observations et décrira mon retour vers ces mémoires, cette fois-ci, en pleine conscience et compréhension de ce que j’ai traversé.Nous approfondirons la connexion avec les Esprits de ma Corée, l'Energie des montagnes et de la nature en général, celle du Bouddhisme coréen, qui m'attire et m'apaise depuis le début de mon chemin. Des rencontres avec le monde Shamanique de mes ancêtres viendront compléter cette poursuite vers le plus profond de mon être. 

Nous ne manquerons pas de visiter mon amie et tatoueuse MIHO qui a joué un rôle important dans mon exploration de la peau, ainsi que MDREAM, cet orphelinat qui m’a accueillie et permise de me réancrer lors de mon passage en 2015 en y développant mon art aux côtés de ces petits frères et soeurs de coeur.

Le temps est venu de partager ce que j'ai appris et compris, afin que d'autres puissent y puiser réconfort, miroir, consolation, espoir, présence, inspiration ... tout comme j'ai pu le faire grâce à la transmission d'autres avant moi. Ancrer l'exploration semi consciente sur les années, qui m'a permise de passer de la survie à la vie, du vide de sens à l’omniprésence.

 

L’EQUIPE DU PROJET  

Ce Voyage ci se construit en équipe ici en Belgique (ce qui est relativement “nouveau” pour moi) et en Corée.

- Pour le Voyage au coeur des Mémoires, je pars accompagnée d'un photographe/vidéaste, ROBIN CECCARINI.Robin est un jeune photographe bruxellois, plein de talent et de sensibilité humaine.  Autodidacte, Il a beaucoup travaillé le portrait et a collaboré avec de nombreux bloggers et artistes.

(https://vimeo.com/296586529?ref=fb-share&fbclid=IwAR1TO6h73MU9cVDMxt0Gn_8KdM2YDUNtTFwXlDyUhRa7uQsasNNW-TzFass)

Robin capturera en images mes mémoires et nous vous ramènerons également une magnifique VIDEO du voyage.

-En Corée, le projet du voyage et de l’exploration des mémoires est soutenu par MDREAM, l’orphelinat ou j’ai exécuté ma fresque en 2015. Nous travaillerons en étroite collaboration avec Eunkang et le staff de l'orphelinat. Eunkang facilite les rencontres, les possibilités et la mise en place du travail que nous accomplirons à Gwangju.

 

 

L’INTENTION du “Voyage au coeur des Mémoires” 

- En partageant mon expérience personnelle, j’espère que ma voix pourra atteindre d’autres adoptés qui traversent à leur tour ce pont monumental vers eux-mêmes. Qu’ils sachent qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils peuvent trouver des clés identitaires vitales afin d’être capables de s’enraciner dans la vie en marchant sur ce chemin vers leur terre natale. Qu'ils réalisent qu’oser demander de l’aide est une preuve de courage et que nous sommes des êtres extrêmement courageux alors que souvent nous grandissons dans une projection de nous-mêmes minuscule et incapable. Survivre et explorer sa vulnérabilité est une force, c’est le coeur de notre Résilience, et nous pouvons en être FIERS.En Belgique et ailleurs, malgré le travail acharné de certains, réside un manque considérable de structure clairement établie pour soutenir l’adopté sur son chemin.  Pourtant, les adoptions continuent dans le monde à chaque instant, souvent enracinées dans des croyances erronées malgré les meilleures intentions.

J’espère qu’exposer en toute vulnérabilité mon chemin personnel pourra impacter la vision individuelle et puis collective de l'adoption.

Je suis consciente que les questions sur les sujets de l’adoption, des familles adoptives et des adoptés demeurent encore sensibles et pleines de tabous. C'est pourquoi il me paraît primordial de créer un nouvel espace de discussion autour de ce domaine.

J’ai choisi intentionnellement d’illustrer mon retour aux sources coréennes en couleur, en mots et en mouvement sur un ton évocateur de JOIE et d’aventure. C’est ma façon de conférer à ceux qui trouveront un écho dans ce projet l’espoir que ce chemin est aussi BEAU, parfois "drôle" et plein de possibilités. C’est ma manière de leur souffler que l’on peut se trouver en travaillant accompagné, en acceptant et en sublimant sa propre histoire.  Que si il y a inévitablement les vallées solitaires, il y a aussi autant de magnifiques SOMMETS. 

Je m’adresse à mes miroirs adoptés coréens, adoptés de tous pays, réfugiés, immigrés, expatriés, métissés, humains... à vous tous qui avez eu les racines coupées, ce voyage qui est le mien est aussi le vôtre...

Un cycle d'exploration et d'apprentissage se termine avec ce voyage, il s’est construit par mon intermédiaire, mais ne vous y trompez pas, il vous appartient car les MEMOIRES DE L’HOMME sont universelles.

 

LE CHEMIN DU PROJET

Je vous invite à lire un résumé de ces quatres années de voyage en Corée qui m’ont menée à ce projet de livre "Mémoires d’une Adoptée”.

En 2014, je décide de partir seule vivre mon pélerinage en Corée.
Durant ce voyage je me suis déconnectée de toutes mes prises belges prise par l'Urgence de n'appartenir qu'à moi même. Poussée par un appel irrésistible que je ne pouvais décrire, j'avais au moins une certitude, ce voyage était essentiel et m’autoriser à le vivre aurait des repercussions à vie. Plus rien ne serait jamais comme avant! Sans pouvoir identifier ce que je cherchais, je l’ai trouvé. Je redécouvrais la lumière et la beauté de ma culture originelle et une profonde connexion spirituelle est née du réveil de ces MÉMOIRES.

Malgré un panel d’émotions extrêmes, à chaque pas, il y avait l'Emerveillement presqu'irréel d'avoir pu revoir ma terre natale, ma chère Corée.

 Dans un élan du coeur, j’ai décidé de partager ce chemin de l’Âme en lançant un blog et d’expérimenter l’écriture le plus honnêtement possible... une façon de m'approprier pleinement ce retour aux sources mais, une façon aussi de rester en lien avec les gens qui me tiennent à cœur. Cette écriture virtuelle est le témoin de ces quatres années coréennes.

(lien du blog : https://youmswonderland.wordpress.com)

Le retour de ce premier voyage m’a laissée affamée, déprimée, esseulée, bousculée... il fallait que j’y retourne. J’avais réveillé, à travers le DANCHEONG, la MÉMOIRE DE L’ART où tout résonne en moi. Les images, les couleurs, et les formes étaient d’une familiarité déconcertante et troublante.

Le DANCHEONG est un art coréen que l’on retrouve, entre autres, sur les temples bouddhistes.  Je me revois encore clairement, prostrée devant un temple au coeur de Séoul, des heures durant, les larmes ont coulé, sans raison apparente mais avec toute la cohérence du monde… j’ai COMPRIS, j’ai SU en regardant, en m’imprégnant de cet Art, que je venais de là… que ces couleurs, ces formes, cette expression de la beauté coréenne faisait PARTIE de moi et que je reviendrais.

En 2015, je retourne en Corée, à Gwangju, avec un projet d’art mural collaboratif dans l’orphelinat MDREAM. “Racines et Ailes” 

(lien vers l’album du mural officiel / Visual by Johan Ahn : https://www.flickr.com/photos/133877746@N06/albums/72157658008150430)

(lien vers MON album personnel du projet : https://www.flickr.com/photos/133877746@N06/albums/72157655186764844/with/20139489643/)

Pour ce premier projet de reconnexion ARTISTIQUE en Corée, j’ai collaboré avec Johan Ahn, un artiste et galleriste local (https://www.facebook.com/saltartgallerykorea/) et avec le directeur de l’orphelinat, Eunkang Chung.Durant ce voyage à Gwangju, j’ai créé une fresque murale au coeur de la plaine de jeux de l’orphelinat et les enfants et le staff y ont inscrit leurs MOTS, leurs ILLUSTRATIONS, leurs espoirs, leurs souhaits. 

L’Objectif de ce projet était la construction d’un pont entre mes racines et mon pays d’adoption. Mon objectif a été atteint au-delà de mes espérances. En Belgique, plus de 400 personnes ont suivi le projet, et en Corée, des liens solides et profondément ancrés, sont nés avec le directeur de l’orphelinat, Eunkang, devenu ami et collaborateur actif, ainsi qu’avec les enfants qui connaissent mon histoire étroitement liée à la leur.  J’ai pu partager avec Eunkang et le staff, mon expérience d'adoptée et l’importance de préserver l’identité de l’enfant qui grandit sans ses parents sur un chemin marquant. Continuer ce chemin avec détermination et bienveillance envers moi-même pour leur montrer que tout est possible malgré un début de vie scarifiant.

La vidéo du projet filmée par Johan et montée ici en Belgique par Thomas Lecomte se trouvent sur ce lien.

(Video du mural : https://vimeo.com/147577792)

Durant ce séjour, j’ai également voulu laisser une trace murale juste artistique en Corée aux côtés d’autres, j’ai donc créé un encollage à la symbolique forte (YIN ET YANG, Harmonie du masculin et du féminin) sur le mur de la Salt Art Gallery. 

Enfin, j’ai eu l’occasion d’expérimenter un concept artistique que je développais encore, les CALLITATTOOS (tatouage temporaire basé sur l’usage conscient des mots). J’ai proposé à l’orphelinat cet atelier avec les enfants, car leur demander quel était leur “mot” était une façon douce et thérapeutique de mettre un mot sur une émotion. L’'écrire sur la peau était une façon ludique de “dire”, sans utiliser le langage oral, ce qui peut relever du défi insurmontable. C’était une façon subtile de leur faire prendre conscience qu’ils existent à ce moment précis de leur vie. Je réveillais dès lors la MEMOIRE DU TOUCHER de la peau que je continue à explorer chaque jour à travers mon art.

 

En 2016, je repars pour une découverte culinaire.
Je suis allée apprendre la cuisine familiale, la cuisine de tous les jours, celle que j’aurais apprise avec ma mère biologique.

(le lien de l’album photo du voyage : https://www.flickr.com/photos/133877746@N06/albums/72157672112182235)

Je suis retournée dans la région de Gwangju reconnue pour sa gastronomie, et à Sunchang qui est le berceau du Gochujang (pâte de piment coréenne). J’ai pu apprendre à préparer le fameux KIMCHI, chou fermenté dont les vertus pour la santé ne sont plus à vanter et enfin me reconnecter à cette MÉMOIRE GUSTATIVE.J’ai eu la chance d'apprendre, dans une Joie solaire et légère, des plats traditionnels de la table quotidienne auprès de trois femmes coréennes généreuses.

De là est né mon concept de cuisine hybride, YORI YOUM, “korean inspired food” qui m’a permise de partager en Belgique cette quête de reconnexion gustative et olfactive puissante.

(instagram @yoriyoum . https://www.facebook.com/YoriYoum/?ref=br_rs)

Le but de ce voyage était donc de me familiariser avec la cuisine coréenne populaire, avec la simplicité du foyer coréen, et avec l’énergie de la maman coréenne.  Apprendre le “savoir faire” de ces “eommas” (mamans en coréen), nourrir cette mémoire qui est une des plus puissantes chez moi ainsi que chez énormément d’autres adoptés.C'est lors de ce voyage que j'ai décidé de me faire tatouer par une femme coréenne, c'était une manière de littéralement ENCRER/ANCRER ces reconnexions. Miho, ma tatoueuse, m'a accueillie avec la compréhension et la conscience de ma démarche.(instagram @tattoomiho)

En 2017, je me trouve devant l’inévitable voyage !

Je sentais que cette fois-ci je serais obligée d'affronter cette MÉMOIRE MÈRE et de me rendre chez HOLT, l'agence d'adoption coréenne qui détient nos morceaux de vie envolés, si elle existait encore. Je savais que la visite ultime à la racine de mon adoption me bousculerait plus que je ne le désirais, mais encore une fois, le temps était venu.

J’ai ancré ce voyage dans la spiritualité. J’ai passé beaucoup de temps à MUGAKSA, un temple bouddhiste au sein duquel je me sens apaisée et me suis nourrie de la compagnie de mes amis coréens afin de me donner le courage d'aller ouvrir mon dossier d'adoption à Séoul.Et finalement HOLT, et là... le vide. Tout ce que j'y ai trouvé fut la trace d'une de mes mères d'accueil et cette photo, seuls témoins de ma courte vie en Corée...A mon retour à Bruxelles, ce fut la descente lente et inexorable vers un engloutissement au coeur de mes mémoires dans un mouvement en apnée d'une année.

En février 2018, je suis dans un étau... alors je me décide ENFIN à entamer une thérapie avec une psychologue spécialisée dans les questions liées à l’adoption (entre autre la question de l’attachement et du lien relationnel).

Je l’ai rencontrée via l'ENVOL (Association qui entoure les services post adoption et adoption en Belgique : http://www.lenvol-adoption.be/pr-sentation-de- lenvol/).

Ce bout de chemin thérapeutique très ciblé, est l’étape où l'on s’arrête souvent, parce que "pétrifié", pour juste continuer à survivre. En effet, l'idée de retraverser les vides et les ressentis est terrifiante. C'est se frotter à des choses au-delà du difficile, à tout ce qui fait de nous, les adoptés, des êtres si complexes, forts et fragiles à la fois.

J'ai pu comprendre et articuler, grâce à la bienveillance sans relâche de ma thérapeute et de ses explications simples et claires, l’identité de l’enfant adopté et j’ai pu me libérer entre autres, d’une charge de honte et de culpabilité qui m'étouffait depuis toujours. Ce poids nous maintient dans un mouvement d'échec identitaire qui est souvent dévastateur pour la personne qui le vit. Grâce à ce pas de libération, j’ai pu entamer ce deuil impossible jusque-là. Celui de la perte immense de mon début de vie, de ma famille, de ma culture, de ma lignée ancestrale, de mon histoire pour enfin commencer à m’ancrer dans la vie.

Prendre conscience de la résonance de ces “réveils de Mémoires” et de leurs impacts sur moi, sur ma descendance, sur mes relations et sur ma vie tout court m'a convaincue du besoin urgent de mettre en avant ce côté de l’adoption qui a des conséquences significatives sur les personnes touchées.

Ces voyages avaient, depuis le début, réveillé la MÉMOIRE DES SONS et, avec elle, l’envie de me re- familliariser avec le coréen. Je suis aujourd’hui capable de lire le coréen et de l’ecrire, puissant pour la Calligraphe que je suis. Cette mémoire impacte considérablement qui je suis, ainsi que mon travail en calligraphie.

 

 

POURQUOI LE CROWDFUNDING

Partager fait grandir les projets et le Crowdfunding est épatant en cela.
Mais surtout parce que le sujet des MÉMOIRES va bien au delà de ma propre histoire d’adoption.

Nous sommes tous autant de miroirs aux besoins similaires, savoir d’où l’on vient permet de comprendre son identité. Quand nous reconnaissons notre essence, notre existence trouve enfin son sens.

Le lien à nos mémoires ancestrales nous maintient dans une identité forte et nous permet de nous lier aux autres dans nos similitudes et nos différences. Ce besoin d’appartenance est Universel et nous connecte tous au delà des mots.  

Le crowdfunding permet de construire un projet ensemble, chacun avec ses moyens, chacun posant sa brique.

 

UN GRAND MERCI POUR VOTRE TEMPS ET VOTRE REFLEXION... et nous l'espérons, pour votre PARTICIPATION...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte

Le budget du voyage comprend les billets d'avion, la nourriture, le logement, les transports.  Il y a aussi l'investissement dans un stabilisateur vidéo afin de ramener une image vidéo de qualité et bien sûr le coût des contributions pour les dons au projet. Nous emmènerons également des petits cadeaux belges typiques pour les gens qui offrent leur participation au projet des mémoires en Corée. Et bien entendu, la partie pour kisskissbankbank! ...

Si, nous dépassions le montant pour le voyage?

le surplus de dons sera injecté dans la deuxième partie du livre sur les "Mémoires d'une Adoptée", càd dans la recherche et l'écriture du chapître sur les Neurosciences et l'enfant adopté.  Transformer les données que les neurosciences peuvent expliquer aujourd'hui du phénomène des mémoires et de qui est l'enfant adopté, en illustrations "simples" pour le lecteur demandera du temps, des déplacements, un temps de recherche également.  Tout don soutenant cette partie du projet sera la bienvenue.  

Choisissez votre contrepartie

Pour 5 €

Remerciement sur la page Youms Wonderland
  • Contributeur : 1

Pour 10 €

Mention du nom et remerciement au générique de la vidéo du voyage “Mémoires d’une Adoptée”.

Pour 15 €

Petit set made in Korea. Surprise!!!

Pour 20 €

Ventilateur de poche coréen
  • Contributeur : 1

Pour 30 €

Masque beauté coréen + crème
  • Contributeur : 1

Pour 50 €

petit set coréen +ventilateur de poche
  • Contributeurs : 5

Pour 75 €

cachet personnalisé made in Korea

Pour 100 €

Photographie couleur 50x70cm paysage coréen (du voyage) , encadré
  • Contributeurs : 2

Pour 150 €

Avant première projection vidéo du Voyage au coeur des “Mémoires d’une Adoptée” à Bruxelles, accompagné d’un apéro coréen.

Pour 200 €

Custom Broderie sur jeans ou veste en jeans (de 1-10 mots)

Pour 250 €

1 cours de cuisine coréenne KIMBAP by Yori Youm à domicile + degustation (3 personnes)

Pour 400 €

Un shooting photo professionnel by Robin Ceccarini, photographe et vidéaste du voyage.

Pour 500 €

Session "CALLITATTOO" au studio Youms Wonderland à Bruxelles (shooting photo inclus by Robin Ceccarini)

Pour 1 000 €

1 print paysage coréen + 1 custom broderie + 1 session callitattoo + avant première Vidéo “mémoires d’une adoptée”

Faire un don

Je donne ce que je veux