Aller au contenu

Le crowdfunding : comment ça marche ?

Depuis une dizaine d’années en France, le financement participatif permet à des porteurs de projet de collecter de l’argent directement auprès de leurs communautés et du grand public. Quels sont les différents types de financement participatif ? Comment ça fonctionne concrètement ? Pourquoi se lancer dans une campagne ? Quelles réglementations en vigueur ? On vous explique tout ce que vous devez savoir.

Le financement participatif : qu’est-ce que c’est ?

Le crowdfunding est un financement direct par la foule, sans les intermédiaires classiques. Véritable levier de création et de développement, il permet au grand public de soutenir financièrement et collectivement les projets qui le séduisent. Particulier, association, entreprise, collectivité territoriale... Le financement participatif est un outil que toutes et tous peuvent s'approprier.

Lire
crowdfunding don

Un bref retour sur l’histoire…

Le financement participatif n’a pas attendu internet pour exister ! Vous ne le savez peut-être pas mais la Statue de la Liberté, offerte en 1886 par la France aux États-unis, est en réalité un cadeau de plus de 100 000 citoyens. Cet édifice n'est pas le seul exemple de recours au financement participatif. À la même époque, des Français aux salaires stables, comme des enseignants, soutenaient directement des coopératives d'agriculteurs ou viticulteurs. À la fin des années 50, le film Shadows de John Cassavetes a pu être réalisé grâce à la participation de 2 000 citoyens. "Si vous voulez voir un film qui vous ressemble, envoyez un dollar à cette adresse" avait lancé le réalisateur à la radio. Quelques jours plus tard, il recevait une enveloppe par la poste, lui permettant de tourner son film en toute indépendance des studios de production new-yorkais. Conclusion ? Le crowdfunding a toujours existé ! Les nouvelles technologies ont simplement permis à la finance participative de se développer et d’être rendue accessible à tous. Même Barack Obama a cru en la richesse du modèle : en 2012, il a utilisé le crowdfunding pour financer une partie de sa campagne électorale !

fusée décolle

Comment se passe une campagne de crowdfunding ?

Grâce à Internet, le financement participatif est donc devenu un outil simple et accessible pour collecter des fonds. Sur une plateforme de financement participatif, le porteur de projet fait appel aux internautes pour l’aider à concrétiser son projet. Pour les convaincre, il élabore une page de présentation de son projet. Il fixe alors un objectif en montant ou en unité à atteindre pour amorcer ou concrétiser son projet. La règle du jeu ? Atteindre cet objectif dans un temps imparti, déterminé à l’avance. S’il n’y parvient pas, alors tous ses contributeurs sont remboursés. Pour réussir sa collecte, le porteur de projet se lance dans une véritable campagne de communication (grâce aux réseaux sociaux, à des événements, à des e-mails…). Il doit d’abord convaincre les personnes les plus proches de son entourage (amis, famille…) avant d’étendre sa cible à ses connaissances pour finalement, tenter de capter le grand public.

boussole

Financement participatif : quelles plus-values ?

Pour un porteur de projet, une campagne de financement participatif est bien plus qu'une simple collecte de fonds. Quelle que soit la typologie du projet, ce mécanisme présente de nombreuses plus-values :

▶︎ Diversifier ses sources de financement

▶︎ Tester un projet en cours de développement auprès du grand public et ainsi valider un concept

▶︎ Communiquer de manière positive et différente sur ses projets

▶︎ Élargir son public et/ou renforcer ses liens avec ses communautés

▶︎ Développer sa présence sur le web en agrandissant sa communauté sur les réseaux sociaux

▶︎ Se démarquer d’autres marques en étant au plus près de ses clients

médaille

Crowdfunding, crowdlending, crowdequity : quelles différences ?

Il existe trois typologies de plateformes de financement participatif pour trois modes de levées de fonds : le don, le prêt et l’investissement.

Le crowdfunding : le don avec ou sans contrepartie

Lorsqu’un créateur lance une collecte de fonds, il propose son projet aux internautes qui peuvent le soutenir avec un don. En échange, le porteur ou la porteuse de projet peut remercier ses micro-mécènes avec une récompense qu’il adapte aux sommes données.

coeur kisskissbankbank

▶︎ Pour quels types de projets ?

Tout le monde peut faire une collecte ! Que vous soyez un particulier, un auto-entrepreneur, une entreprise, une association, une fondation ou une collectivité, vous pouvez financer des projets créatifs, innovants ou solidaires grâce au crowdfunding. Ce mode de collecte est également beaucoup utilisé par les marques et les entreprises pour faire de la prévente et des early birds sur des nouveaux produits, des services ou des places pour des événements.

Des exemples de projets à financer en crowdfunding ? Un documentaire, un EP, une collection de prêt-à-porter, un restaurant, une invention technologique, un film, un concert, un festival, une exposition, un livre, un commerce, un événement, un lieu, un produit de bouche, une entreprise sociale, une association, de la recherche scientifique…

▶︎ Le don participatif en quelques chiffres

En 2018, plus de 81,5 millions d’euros ont été donnés en France à des projets sur les plateformes de crowdfunding. En tout 28 474 projets ont pu voir le jour l’année dernière.

▶︎ Quelle réglementation pour les plateformes de don ?

Très peu réglementées, elles peuvent toutefois, si elles souhaitent être labellisées, s’immatriculer auprès de l’ORIAS (Registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance) et demander le statut d’IFP (Intermédiaire en Financement Participatif).

▶︎ L’info en plus

En 2007, lorsque la première plateforme de crowdfunding a vu le jour en France, l’objectif était de soutenir les musiciens. Aujourd’hui, il est vraiment étendu à tous les secteurs d’activité (développement durable, solidarité, artisanat, mode…) et à tous les acteurs de la société (particuliers, associations, entreprises, collectivités territoriales…)

Le crowdlending : le prêt participatif

Sur les plateformes de crowdlending, les particuliers peuvent prêter de l’argent aux projets de leurs choix, avec ou sans rémunération à la clé. Sur les plateformes de prêts rémunérés, ils reçoivent, en échange de leur prêt, des intérêts financiers sur une durée de remboursement fixée à l’avance. Les taux d’intérêts peuvent varier entre 2,5 et 12,5 % bruts annuels en fonction du type de projet, du risque associé… Pour les porteurs de projet, ce mode de financer se présente comme une vraie alternative ou un complément aux prêts bancaires.

éclair kisskissbankbank

▶︎ Pour quels types de projets ?

Certaines plateformes se sont spécialisées dans les projets professionnels et d'autres, dans des projets personnels.

Les plateformes qui proposent du prêt participatif pour les professionnels sont particulièrement adaptées aux projets d’acteurs des énergies renouvelables, de la promotion immobilier ou aux TPE/PME établies qui souhaitent développer leur activité, recruter, faire une campagne de communication…

Les plateformes qui proposent du prêt participatif pour les projets personnels visent plutôt des particuliers qui souhaitent financer leurs études, un mariage, l'achat d'une voiture...

Sur ces plateformes, les particuliers peuvent donc, en échange d'intérêts versés sur base d'un échéancier, investir dans les énergies renouvelables, prêter de l'argent à des futurs franchises qui se lancent ou encore, à un particulier qui finance des travaux dans sa maison.

▶︎ Le prêt participatif en quelques chiffres

En 2018, plus de 202,4 millions d’euros ont été prêtés en France à des projets sur les plateformes de crowdlending. 4 733 projets ont ainsi pu être lancés l’année dernière.

▶︎ Quelle réglementation pour les plateformes de prêt ?

Depuis le 1er octobre 2014, les plateformes de prêts doivent impérativement s’immatriculer auprès de l'ORIAS et obtenir le statut d’IFP. Ces dernières sont alors régulées par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR). Il s’agit de l’organe français de supervision de la banque et de l’assurance.

▶︎ L’info en plus

En France, les particuliers ne peuvent prêter de l’argent aux entreprises contre des intérêts que depuis 2014. Jusque là, les prêts rémunérés restaient le monopole des banques. Une nouvelle voie d'épargne s'ouvrait alors. Pour encourager le secteur et le développement des entreprises, les plafonds ont été rehaussés au 1er octobre 2016. Aujourd’hui, les entreprises peuvent contracter un crédit sur les plateformes allant jusqu’à 2,5 millions d’euros. Les particuliers, quant à eux, peuvent désormais monter à 2 000 euros prêtés par projet.

Le crowdequity : l’investissement en capital

Les particuliers investissent dans une entreprise contre une prise de participation et en deviennent donc actionnaires. Les fonds investis permettront à la société de se lancer ou de se développer. La rémunération de ces micro-actionnaires dépend des bénéfices réalisés par l’entreprise et des dividendes qui en découlent.

étoile kisskissbankbank

▶︎ Pour quels types de projets ?

L’investissement participatif est particulièrement adapté pour la création de start-up et d'entreprises.

▶︎ L’investissement participatif en quelques chiffres

En 2018, 47,1 millions d’euros ont été investis dans des entreprises en France pour 174 projets financés.

▶︎ Quelle réglementation pour les plateformes d'investissement en capital ?

Ces dernières doivent être obligatoirement enregistrées. Elle peuvent choisir entre deux statuts : CIP (Conseiller en Investissement Participatif), régulé par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) ou PSI (Prestataire en Services d’Investissement), régulé à la fois par l’AMF et l’ACPR.

Comment choisir sa plateforme ?

Nous venons de le voir, différentes mécaniques pour lever des fonds existent, plus ou moins adaptées en fonction de votre projet. En France, plus 60 plateformes sont en activité. La plateforme est un véritable outil, un intermédiaire entre vous et vos financeurs. Pour collecter un maximum de fond, elle doit donc vous permettre de bien mettre en valeur votre projet. Elle doit à la fois être pratique pour vous et intuitive pour le contributeur. La notoriété du site aura également un impact sur le nombre de personnes que vous réussirez à engager. 

choix plateforme crowdfunding

Des plateformes généralistes et spécialisées

Une fois que vous avez décidé de vous orienter vers du don, du prêt ou du capital, vous devez choisir entre une plateforme généraliste et une plateforme spécialisée.

Les plateformes spécialisées peuvent être dédiées à :

  • un secteur d'activité : agriculture, musique, cinéma, énergies renouvelables...
  • une communauté : catholique, musulmane...
  • un type d'entités/acteurs : entreprises, associations, projets personnels de particuliers (mariage, études, achat d'une voiture...), collectivités territoriales...

Les plateformes généralistes : quelles avantages ?

Les plateformes qui acceptent toutes les catégories de projet permettent d'élargir son public cible. Elles permettent de toucher des citoyens qui, de prime abord, ne sont pas intéressées par votre domaine d'activité. Généralement, elles proposent tout de même sur leur interface un filtrage, pour faciliter l'accès aux catégories : artisanat, alimentation, théâtre... On parle aussi de plateformes multi-spécialistes. KissKissBankBank permet à tous les projets créatifs, associatifs et entrepreneuriaux de se lancer. Le site a par contre recruter des experts sectoriels de la mode et du design, de l'écologie, l'agriculture et l'alimentation ou encore des cultures indépendantes (BD, musique, jeux vidéo...) pour accompagner les projets. En plus d'être spécialisés dans le suivi des campagnes de crowdfunding, ils comprennent les enjeux spécifiques aux secteurs.

Présenter son projet sur une plateforme spécialisée à son secteur, c'est risqué d'être plus durement soumis à la concurrence et de diminuer ses chances d'élargir son public.

Bien sûr, les plateformes généralistes (comme les spécialistes d'ailleurs) conservent certains autres critères d'éligibilité : maturité du projet, dimension collective, caractère haineux du projet...

À chaque plateforme ses particularités

Chaque plateforme a ses propres fonctionnalités et particularités. L'accompagnement varie également d'un site à l'autre. Avant de se lancer, il est toujours intéressant de se renseigner pour choisir l'outil le plus adapté à vos besoins.

Quelques exemples de particularités ? KissKissBankBank met à disposition la Maison de Crowdfunding, un lieu événementiel où organiser des remises de contrepartie, projections, conférences, concerts… Cet espace peut être un vrai plus pour un porteur de projet. La plateforme propose également des fonctionnalités sur les collectes comme la prévente, particulièrement adaptée si vous proposez des objets, vêtements, livres ou tickets pour un événement en contrepartie. Au lieu d'un objectif financier à atteindre, vous optez pour un objectif en unité. Le site propose aussi aux porteurs de faire de "l’extra-time" : jouer les prolongations sur les collectes qui ont remporté un vif succès. Ou encore, la possibilité de mettre en valeur une contrepartie star.

Cagnotte et crowdfunding : quelle différence ?

Au-delà des différents types de financement participatif, il faut différencier cagnotte et collecte de crowdfunding. Les deux outils restent souvent confondus.

Contrairement à un projet financé en crowdfunding, qui doit conserver un intérêt collectif, la cagnotte est plutôt adaptée aux événements amicaux, familiaux ou personnels. Les sites ou applications de cagnotte sont en effet particulièrement utilisées pour collecter des fonds pour un cadeau d'anniversaire, un mariage, un pot de départ, un voyage...

Lorsque vous lancez une cagnotte vous devez fixer une date de fin et définir ce que vous souhaitez financer. À l'inverse du crowdfunding, pas de règle du tout ou rien. Vous ne devez pas fixer d'objectif minimum à atteindre. Vous collectez juste le plus de fonds que vous pouvez. Tout dépendra donc de la générosité des participants.

Lorsque vous lancez une campagne de financement participatif, l'équipe de la plateforme vous accompagne dans la création de votre page de collecte, sur les aspects communication et vous aide à atteindre plus de contributeurs. La cagnotte s'adresse généralement à un entourage très proche (famille, amis, collègues...). Il n'y a donc pas d'accompagnement, le site ou l'application est un simple outil qui vous facilite la vie pour réunir les fonds. Pas besoin de jongler entre les dons en liquide, les virements... Vous envoyez juste le lien qui mène à la page de la cagnotte.

cagnotte crowdfunding

La finance participative en France : les chiffres clés 2019

Considérée comme une utopie il y a une dizaine d’années, la finance participative a depuis bien fait son chemin. Chaque année, les fonds collectés sur les plateformes de financement participatif (don, prêt et equity) ne font que grandir.

▶︎en 2015 : 167 millions d’euros de fonds collectés

▶︎en 1016 : 234 millions d’euros de fonds collectés

▶︎en 2017 : 336 millions d’euros de fonds collectés

▶︎en 2018 : 402 millions d'euros de fonds collectés

▶︎en 2019 : 629 millions d'euros de fonds collectés

(source : financement participatif France, 2019)

En quatre ans, les fonds collectés ont quasiment fait fois quatre et le crowdfunding est véritablement entrer dans les usages. Les plateformes de financement participatif sont devenues un outil indispensable pour les entrepreneurs, particuliers qui développent un projet, association et même collectivités territoriales.

Depuis 2009 sur KissKissBankBank, ce plus de 22 000 projets qui ont été financés grâce aux dons d'une communauté de 1,9 million de citoyens positifs et engagés.

statistiques crowdfunding