Aller au contenu

Les Fatras de l'Espoir : et si les déchets étaient un trésor ?

Solidarité, Écologie, Court-métrage

Visuel du projet Les Fatras de l'Espoir : et si les déchets étaient un trésor ?
Cross circleÉchoué
30
Contributeurs
Thursday, June 12, 2014
Date de fin
5 225 €
Sur 10 000 €
52 %

« Fatras de l’Espoir » est un projet solidaire qui transforme les déchets (Fatras en créole) en ressources pour les habitants de Cité Soleil

Suivre et partager
Tuesday, June 10, 2014

visite du centre de tri par les élèves de l’école, menée par Didi

 

Rimg0604

Extrait ouvrage Jean-yves Loude : Didi va effectuer une super visite. Et les élèves accrochent, se sentent piqués au vif par ce qu’il dit sur l’environnement, la préservation, l’économie, l’importance du compost, l’avantage des briquettes. Les préposés  remplissent leur rôle, trient les déchets qu’un camion a déposé l’avant-veille. Hommes et femmes ont revêtu une combinaison, de gros gants jaunes. Les élèves assistent au moulage des briquettes. On allume le réchaud pour une cuisson de pommes de terre pédagogique. La leçon est féconde. Les gamins posent des questions. A la fin, surgit Père Miracle qui, en une puissante improvisation, fait le lien entre déchets, risque de maladies, choléra, refait son couplet sur la nécessité de la connaissance… Père Miracle joue parfaitement son rôle d’éducateur des consciences, sur le mode comique, forçant le trait. Emporté par son élan, Père Miracle refait un discours aux travailleurs, pour leur donner courage, leur signifier l’importance de leur mission. Une dame, grossie par l’épaisseur de sa combinaison protectrice, répond oui à chaque assertion du comédien, comme s’il s’agissait d’un vrai personnage, d’un ange conseiller. Et le discours se termine par des applaudissements orchestrés par le Père Miracle lui-même. C’est splendide

 

Rimg0561

 

Sunday, June 01, 2014

les petits récupérateurs (2/2)

 

Rimg0485

Juste le temps de se retourner et, dans l’impasse voisine, œuvre un coupeur de bouteille, fabricant de verres. Une industrie qui a pris de l’ampleur dans le quartier. Joël, de son nom de « verrier », nous remontre tout le processus, depuis le découpage du goulot, la décapitation de la bouteille, le polissage des bords du futur verre. C’est une vraie activité de récupération, de transformation de déchets, de recyclage d’ordures. Les verres partent dans des cartons, une fois peints sommairement, sur les marchés de province, surtout, car à Port-au-Prince, les gens ont tendance à acheter des produits importés. Didi estime qu’il est important de valoriser ces jeunes qui se donnent une action, sortent des listes des recherchés par la Police. L’équipe qui s’est installée dans l’ancienne maison de la grand-mère de Didi se définit comme « Artisanat Progressif ».

Thursday, May 29, 2014

Les petits récupérateurs (1/2)

Rimg0458

 

 

Extrait du livre  de l'écrivain Jean-yves Loude sur la vie à Cité Soleil:

"On continue à pied jusqu’à l’atelier plein air des « sculpteurs en métal », comme ils se définissent, trois associés qui martèlent sous une toile en plastique. Toussaint Fednor, Roberson Saint-Just, et Wilner Exumé tiennent l’échoppe « L’Union des Jeunes » - Cité Soleil – Projet Drouillard – Bloc N. Cela fait deux ans qu’ils dessinent sur tôle, découpent au marteau et pinçon, des formes de geckos, de feuilles, de papillons, de soleils, de coqs, de tortues, de poissons. Un autre associé, peintre, se chargent de la décoration. Ils achètent la tôle, puis, après peinture, vendent à des revendeurs qui achètent ferme. Eux n’ont pas de lieux de distribution.

Roberson Saint-Just frappe une pile de trois ou quatre geckos à la fois. Ce sont des garçons de labeurs qui apprécient qu’on les filme, qu’on achète bien sûr, car ils produisent plus qu’ils n’arrivent à écouler. C’est très agréable de tomber sur un atelier de création de ces tôles peintes que l’on voit exposées sans jamais savoir d’où elles sortent. On se quitte toujours avec une forte embrassade"

Tuesday, May 27, 2014

Didi le héros

Rimg0625_-_copie

 

 

Didi, qui sera le fil conducteur, le personnage central, enfant de Cité Soleil, bénéficiaire de la première heure de la formation Foot de l’Athlétique Haïti, puis formateur lui-même, enfin responsable très engagé du centre de tri et de recyclage des déchets de Cité Soleil. Il l’autorité morale qui mène la caméra du stade, à l’école, au centre de tri, à travers les ruelles de Cité Soleil, à la rencontre des artisans créateurs à partir de revus, l’être qui reçoit la bénédiction de Père Miracle pour garder courage et intacte la force qui l’anime afin de donner du travail dans ce domaine de la transformation des déchets en richesses renouvelables.

Saturday, May 24, 2014

La fresque: le mur peint

Rimg0473_-_copie

la réalisation de la fresque qui incite à utiliser des briquettes carton plutôt que du charbon de bois . Cette fresque a été réalisé par Wilder Pierrelus, peintre, membre du groupe de Rap ZPZ. La création de la fresque, du premier coup de crayon à la signature, liera les séquences du film, dont la dernière qui témoignera de la visite au centre de tri de Michèle Pierre-Louis, directrice de la FOKAL, institut culturel haïtien, et ex-Premier Ministre du pays. 

 

Rimg1019_-_copie

Friday, May 23, 2014

Gina, la récupératrice des déchets

Rimg0516_-_copie

Gina est récupératrice d’étiquettes plastiques pour les plier autour d’un support carré en carton et les transformer en objets de décoration, sets de table, couronnes, casquettes, sacs, sandales.

 

Gina a déjà exposé à l’Institut Culturel Français. Elle a développé une clientèle d’expatriés, mais n’a pas de marché régulier. Grâce à son travail ingénieux, elle fait vivre une “maison de femmes”, de sœurs, de filles, de nièces… en pleine Cité Soleil.

 

Rimg0525_copie_1